Étrelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Étrelles (homonymie).
Étrelles
L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul d'Étrelles.
L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul d'Étrelles.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton La Guerche-de-Bretagne
Intercommunalité Vitré Communauté
Maire
Mandat
Marie-Christine Morice
2014-2020
Code postal 35370
Code commune 35109
Démographie
Gentilé Étrellais
Population
municipale
2 580 hab. (2012)
Densité 95 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 37″ N 1° 11′ 37″ O / 48.060278, -1.19361148° 03′ 37″ Nord 1° 11′ 37″ Ouest / 48.060278, -1.193611
Altitude Min. 52 m – Max. 108 m
Superficie 27,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Étrelles

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Étrelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Étrelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Étrelles
Liens
Site web www.ville-etrelles.com

Étrelles est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 2 580 habitants[Note 1] (les Étrellais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Étrelles est située à l'est de l'Ille-et-Vilaine, au sud de Vitré. En limite est de la commune, on trouve l'étang de Beuvron, qui figure à la liste des sites classés d'Ille-et-Vilaine depuis 1943.

Le fond de l'étang de Beuvron.

Le territoire communal d'Étrelles est traversé par deux importantes infrastructures :

À noter aussi en 2013 la création d'un nouveau tronçon routier sur la route départementale 777, permettant de sécuriser l'accès à Vitré[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes écrites anciennes :

La racine d'Étrelles est le latin strata (« la route »), avec adjonction d'une fausse initiale (phénomène appelé prosthèse), et chute du -t intervocalique ; le mot a été en outre doté d'un suffixe familier diminutif -ella[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une ancienne voie romaine de Rennes au Mans, appelée ensuite chemin des Saulniers passait à 200 m au sud de la commune.

Le fait le plus marquant de l'histoire est sans doute l'incendie du bourg en 1589 par 2 500 Huguenots sous les ordres de La Courtdavon, gouverneur de Vitré. 101 habitants du bourg ainsi que Julien Caillel, curé de la paroisse, y trouvèrent la mort. Un vitrail de l'église paroissiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul commémore cet évènement.

Dans la nuit du 26-27 mars 1891, l'ancienne église paroissiale disparaît dans un incendie. L'antique édifice figure également sur un second vitrail de l'église actuelle.


Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Étrelles Blason De gueules à l’épée haute d’argent, à deux clefs du même passées en sautoir et brochant sur l’épée; au chef d’hermine.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
(avant 2001) mars 2008 Bernard Rubin    
mars 2008   Marie-Christine Morice[2] UDI Accueillante familiale
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 2 580 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. La population d'Étrelles est restée stable tout au long du XIXe siècle oscillant autour de 1 600 habitants. Elle diminue au tournant du XXe siècle pour s'abaisser à 1 303 habitants en 1921.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 575 1 145 1 592 1 722 1 903 1 601 1 603 1 594 1 685
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 616 1 538 1 574 1 455 1 488 1 536 1 564 1 590 1 570
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 530 1 484 1 426 1 303 1 390 1 319 1 313 1 271 1 332
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
1 232 1 251 1 327 1 486 1 809 2 130 2 479 2 573 2 580
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Il semble qu'une ancienne voie romaine reliant Rennes au Mans, traverse le village. Appelée ensuite Chemin des Saulniers puis Route du Maine, elle passait à 200 mètres au sud du bourg. Elle est recouverte aujourd’hui par la rue et la route des Saulniers et par la route départementale 33[5].
  • En 1700, François Vignier traite pour la construction du maître-autel de l'église d'Étrelles[Note 4]. Cet autel a disparu lors de la reconstruction de l'église.
  • L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, œuvre de l'architecte Arthur Regnault, a été érigée après que l'ancienne fut incendiée en 1891. La nef et le chœur de l'édifice datent de 1892-1901. Le sculpteur rennais Cotard est l'auteur du maître-autel et son retable. La stalle de la présidence, œuvre de l'atelier Augerie de Vitré, date de 1895. L'ensemble de sa vitrerie figurative a été inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 25 mars 1981[6].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2012.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Le 1er avril, les marbriers Jacques Besron et Julien Lorier s'étaient engagés à lui livrer à Étrelles tout le marbre nécessaire comprenant quatre grandes colonnes et deux petites, six pilastres et tout le marbre plat. Le registre des actes d'Étrelles porte cette mention « 24 janvier 1702, le maistre grand autel a esté parachevé par Mr Vigne de Laval, maistre architecte. Le dimanche 29 janvier 1702, le grand autel neuf d'Etrelles aiant esté visité par Mr Chevalier et les paroissiens a esté trouvé assez uniforme au dessein, et l'architecte a eu d'argent de la paroisse, luy seul, 2.400 livres. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nouveau tronçon routier entre la voie express et Vitré
  2. « Ils ont été élus maires », Dimanche Ouest-France (éd. Ille-et-Vilaine), no 535,‎ , p. 10-13 (ISSN 1285-7688)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.
  5. L'ancienne route du Maine ou Chemin des Saulniers, canton de Vitré par Philippe Saint-Marc
  6. « Notice no IM35013738 », base Palissy, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]