Landavran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Landavran
Église Notre-Dame à Landavran.
Église Notre-Dame à Landavran.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Vitré-Ouest
Intercommunalité Vitré-Communauté
Maire
Mandat
Danielle Résonet
2014-2020
Code postal 35450
Code commune 35141
Démographie
Gentilé Landavranais
Population
municipale
645 hab. (2011)
Densité 129 hab./km2
Population
aire urbaine
62 258 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 09′ 35″ N 1° 17′ 18″ O / 48.1597222222, -1.28833333333 ()48° 09′ 35″ Nord 1° 17′ 18″ Ouest / 48.1597222222, -1.28833333333 ()  
Altitude 113 m (min. : 68 m) (max. : 127 m)
Superficie 5,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Landavran

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Landavran

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Landavran

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Landavran

Landavran est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'altitude de Landavran est de 110 mètres environ. Sa superficie est de 5.01 km ².
Les villes et villages proches de Landavran sont : Champeaux (35500) à 2.00 km, Val-d'Izé (35450) à 2.20 km, Montreuil-sous-Pérouse (35500) à 4.12 km, Marpiré (35220) à 4.18 km et Taillis (35500) à 5.18 km[1].
Le plan d'eau de la Cantache et ses 2 barrages sont situés à 3km.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Landavrena en 1060, Landauren en 1157, Landavren en 1158, Landa Abrani au XIIe siècle, Landevran au XIVe et XVIe siècle[2].

Landavran n'a pas été étudié par Albert Dauzat, ni à la rubrique des toponymes romans en Lande-, ni à celle des toponymes bretons en Lan-.

Toujours est-il que l'identification du radical pose problème : s'il s'agit d'une formation romane en Lande-, alors le second élément peut être un anthroponyme en A-. Ce type toponymique est bien attesté dans l'ouest de la France, par exemple Landigou (Orne, Landa Ingulfi 1180, nom de personne normand Ingouf, var. Ygout) ou Landisacq (Orne, Landa Ysaac vers 1350), ou alors, dans le cas d'une formation toponymique brittonique isolée en Lan-, l'anthroponyme ou hagionyme commence par un D-, à moins qu'il ne s'agisse d'une formation bretonne romanisée par la suite d'après Lande. Landéan (à 34 km), situé également loin à l'est, en dehors de la zone de diffusion de la toponymie brittonique, est peut-être une formation analogue et est considérée par Albert Dauzat comme bretonne[3].

Si l'hypothèse brittonique est exacte, cette appellation est alors liée aux relations étroites avec la commune voisine de Val-D’Izé (anciennement Yzé). En effet, avant la Révolution française, la commune était l' une des subdivision paroissiale d'Yzé. L’église Notre-Dame était alors considérée comme une seconde église ou une annexe en quelques sortes.

On ne sait pas a quelle époque exactement on a cessé de parler breton[réf. nécessaire]. La toponymie locale témoigne cependant uniquement de l'usage d’une langue romane, c'est-à-dire dans des noms de lieux se terminant par , -ais ou -ière : la Houssais, la Picotière, la Pigeonnais, l'Orière, ou formés à partir d'appellatifs romans aisément identifiables.

Histoire[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les habitants de Landavran sont appelés les Landavranais et Landavranaises.
La commune compte une école élémentaire privée, l' École St Joseph, qui dépend de l'Académie de Rennes.


Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jean-Noël Divay    
mars 2008 mars 2014 Fabrice Loncle[4]    
mars 2014 en cours Danielle Résonet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 645 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
290 272 268 260 280 256 223 230 226
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
220 226 225 245 278 321 320 318 295
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
294 272 255 223 230 223 233 225 231
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
242 226 229 239 330 399 536 575 645
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame : chœur du XIIIe siècle, nef et transept édifiés de 1878 à 1881 par Arthur Regnault. La fragilité du clocher mettant en péril l'église entière, elle a été rénovée en 2012-2013.
  • Manoir de la Pigeonnais : manoir du XV-XVIe siècle édifié au lieu dit la Pigeonnais. Une maison de Maitre du XIXe siècle subsiste également à proximité de la propriété.
  • Manoir de la Loriais
  • Manoir du Bois-Péan

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Arthur Regnault - Architecte français, il fut chargé de la rénovation de l’église Notre-Dame au XIXème.
  • Louis Garin - Peintre, illustrateur, il redécora l’église Notre-Dame alors qu'il était réfugié pendant la seconde guerre mondiale. Au nord du chœur, il peint les figures de sainte Anne apprenant à lire à la Vierge et de sainte Philomène avec la palme du martyre.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :