Domagné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Domagné
La mairie
La mairie
Blason de Domagné
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Châteaugiron
Intercommunalité Vitré Communauté
Maire
Mandat
Bernard Renou
2014-2020
Code postal 35113
Code commune 35096
Démographie
Gentilé Domagnéen
Population
municipale
2 278 hab. (2014)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 04′ 13″ nord, 1° 23′ 29″ ouest
Altitude Min. 43 m
Max. 96 m
Superficie 29,00 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Domagné

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Domagné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Domagné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Domagné
Liens
Site web www.domagne.fr

Domagné est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 2 278 habitants en 2014 (population municipale légale en 2017).

Géographie[modifier | modifier le code]

Site, situation et relief[modifier | modifier le code]

Carte de Domagné.

Domagné se situe dans la partie orientale du bassin de Rennes, mais dans la partie occidentale du pays de Vitré et fait partie de la communauté d'agglomération de Vitré Communauté. C'est la plus étendue des six communes de l'ancien canton de Châteaubourg.

Les communes limitrophes de Domagné-Chaumeré sont, dans le sens des aiguilles d'une montre : Châteaubourg, Saint-Didier, Louvigné-de-Bais, Chancé, Piré-sur-Seiche, Châteaugiron, Noyal-sur-Vilaine et Servon-sur-Vilaine.

Rose des vents Servon-sur-Vilaine Châteaubourg Saint-Didier Rose des vents
Noyal-sur-Vilaine N Louvigné-de-Bais
O    Domagné    E
S
Châteaugiron Piré-sur-Seiche Chancé

Les paysages agraires se caractérisent par le bocage (de plus en plus aéré en raison des opérations de remembrement intervenues) et un habitat dispersé en de nombreux hameaux et fermes isolées.

Le relief de la commune est plat, formant pour l'essentiel un bas plateau situé entre 90 m et 60 m d'altitude, à peine échancré par quelques modestes vallons ; le point culminant, 96 mètres, se situe à l'est du finage communal, à l'est de La Valette et le point le plus bas, 48 mètres, dans la vallée du ruisseau de Taillepied, au sud de Chaumeré.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Yaigne[1], dont la partie amont est appelée "ruisseau de Guines", est une rivière qui prend sa source à Cornillé, traverse la commune de Saint-Didier, puis celle de Domagné (passant au sud du bourg) avant de traverser plus en aval Ossé, Châteaugiron et Nouvoitou et de confluer avec la Seiche, elle-même affluent de la Vilaine[2] à Nouvoitou. Elle fait 27 km de longueur.

Au nord-est de finage communal, le ruisseau de la Lande est limitrophe de la commune de Saint-Didier et est un modeste affluent de rive gauche de la Vilaine dans laquelle inl se jette juste en amont de Châteaubourg.

Depuis l'annexion de l'ancienne commune de Chaumeré, le ruisseau de Taillepied (dénommé aussi plus en amont "ruisseau de l'Entillère"), autre affluent de la Seiche, forme une partie de la limite sud du territoire communal.

Transports[modifier | modifier le code]

Domagné est au carrefour de routes départementales, les CD 34, 95, 99 et 105. La voie express Paris-Rennes (RN 157) passe juste au-delà de la limite nord du finage communal (la commune est desservie par l'échangeur de Châteaubourg) ; par contre la LGV Bretagne-Pays de la Loire traverse la partie sud du territoire communal. La gare la plus proche de Domagné est celle de Gare de Châteaubourg, située sur la voie ferrée traditionnelle allant de Paris-Montpararnasse à Brest.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Domeneio en 1184, Domagneium en 1207, Dominiacum en 1330, Domagniacum en 1516.

Composé du (pré)nom romain Domenius ou Dominius, complété d'un suffixe gaulois repris en gallo-romain -acum, indiquant un "habitat" (au sens large). Signification: « habitat, village de Domenius »[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-André, de nos jours disparue, aurait été édifiée à l'époque gallo-romaine et se situait dans l'ancien cimetière (à l'emplacement de l'école publique actuelle). Elle est mentionnée en 1604[3].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 1885, on a découvert à Domagné des sarcophages en calcaire coquillier datant de l'époque mérovingienne dans le sol de l'ancienne église[3] :

« Des sarcophages en calcaire coquillier, paraissant remonter à l'époque mérovingienne, ont été découverts dans le sol de l'ancienne église de Domagné, en creusant les fondations de la nouvelle église. Trois étaient rangés, juxtaposés, devant l'autel du transept méridional. On a trouvé aussi des sarcophages formés de pierres ardoisières, disposées en forme de cercueil. Tous paraissent orientés de l'est à l'ouest, ou à peu près. On a trouvé des squelettes étendus sur plusieurs sarcophages, ce qui conduit à penser que des inhumations successives ont eu lieu dans cette église, et que les corps inhumés en dernier lieu étaient dans des cercueils en bois. (...) Les ossements retirés de ces fouilles ont été inhumés dans le nouveau cimetière[4] »

La paroisse de Domagné existait déjà au XIIe siècle, les premiers documents écrits l'évoquant datent du début du XIIIe siècle, notamment dans un aveu de 1207 Robert de Domagné reconnaît la possession du bois de Pierre-Blanche et des prairies de la Russerie par les moines du prieuré Sainte-Croix de Vitré[5]. En 1244, des religieux de ce prieuré contestèrent à Raoul de Domagné le droit de bouteillage[6] que celui-ci prétendait exercer à leur encontre et parvinrent à s'en libérer[7].

Vers 1250, Raoul III de Retz donna Le Plessis-Raffray aux Templiers. Ce legs fut contesté lors de sa mort en 1252 par son héritier Gérard Ier Chabot (1197-1264), mais ce dernier fut débouté par l'abbé de l'Église Notre-Dame-la-Grande de Poitiers, choisi comme arbitre[8]. La seigneurie du Plessis-Raffray, dont le manoir fut originellement la demeure des sires de Domagné (au XIIIe siècle, Robert de Domaigné est écuyer du roi saint Louis et l'accompagne lors des Septième et Huitième croisades ; Guy de Domaigné[9] fut chevalier de l'Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem), appartint ensuite successivement aux familles Le Vayer, de Maillé, Vay, de Laval, Landais (pendant le dernier quart du XVe siècle, elle appartint à Pierre Landais), L'Espervier (une famille noble qui possédait aussi Launay en Chantenay ; Jean L'Espervier, après des études à Nantes fut successivement évêque de Saint-Brieuc, puis de Saint-Malo ; il mourut en 1486), Le Roy (en 1515, Raoul Le Roy[10], anobli par le roi François Ier achète le château du Plessis-Raffray à François de L'Épervier[11]), Gaultier (anoblis en 1572[12] ; en 1577, les Gaultier, seigneurs du Chesnay possèdent cette seigneurie qu'ils ont acheté à Bertrand d'Argentré ; par exemple en 1588 Pierre Gautier, seigneur du Plessis-Raffray, greffier au Parlement de Bretagne, fait construire en l'église Saint-Germain de Rennes l'autel de Saint-Pierre et y fonde une messe hebdomadaire, prévoyant sa sépulture à côté de cet autel[13]), d'Argentré (la famille d'Argentré la récupère par mariage au début du XVIIe siècle), de Poix (Christophe de Poix, seigneur de Fouesnel, de Brécé, de La Valette, en est le seigneur vers 1536 et son arrière-petit-fils Jean-Baptiste de Poix en est encore le seigneur en 1678[14]), Rosnyvinen (Pierre-Marie de Rosnyvinen, marquis de Piré, né en 1739, décédé en 1802, fut le dernier seigneur du Plessis-Raffray)[15].

Domagné possédait de nombreux autres manoirs, notamment ceux de Villayer, de Barguigné, de la Pouardière[16], du Bois-Hubert, de la Fosse-Louvière, des Chesnayes, de Mouligné, de la Hutière, de la Rabaudière (possédé en 1513 par François Rabaud), de Neuville (possédé entre 1427 et 1513 par la famille de Neuville[17], puis par la famille Le Seneschal, seigneurs de La Valette) ; les seigneurs de ces manoirs disposaient du droit de haute justice[3].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

L'ancienne église Saint-Pierre de Domagné datait des XVe siècle et XVIe siècle ; c'était « une simple nef à chevet droit, accostée d'une double chapelle au Nord et d'une simple chapelle au Midi ; quelques fenêtres flamboyantes ornant ces chapelles étaient jadis ornées de verrières peintes malheureusement détruites. (...) Le chœur et la sacristie furent bâtis en 1718 et 1722, et le bas de la nef en 1766 ». Guillotin de Corson précise que les droits de fondation et de prééminence dans cette église appartenaient aux seigneurs du Plessis-Raffray et que l'une des chapelles dépendait de la seigneurie de Neuville[18].

Plusieurs chapelles existaient alors dans la paroisse : celle de Lourme (une fondation des seigneurs du Plessis-Raffray), du Plessis-Raffray (elle existait encore en 1678), de la Pouardière (construite dans son manoir en 1657 pa Mathurin de Mannoury), toutes déjà détruites avant 1880, et Saint-Sauveur, laquelle desservait le manoir de la Rabaudière (elle existait déjà en 1614 et fut reconstruite au début du XVIIIe siècle ; elle existait encore vers 1880, mais n'était plus desservie[19]. En 1589, le château du Plessis-Raffray fut un temps pris par les soudards de La Tremblaye qui combattaient les Ligueurs pour le compte du roi Henri IV[20].

Pendant les Guerres de la Ligue, probablement en 1591 « M. de Châteauneuf prist la maison du Plessix-Raffray avecq un nombre de butin et plus de trente prisonniers ligueurs qui estoient au duc de Mercœur »[21]. « Champeaux, Châtillon, Izé, Étrelles, La Guerche, Domagné, Châteaugiron furent dévastés par les marches et collision [combats] des deux partis »[22].

Dans un aveu, daté du , Guillaume Davy, « proche le village du Désert en Piré »[23] reconnaît « leur seigneur [du Plessis-Raffray] estre seigneur supérieur et fondateur en l'église et cimetyère de la paroisse dudit Dommaigné en laquelle seigneurye il a droit de haute, moyenne et basse justice dont il a de tout temps immémorial marque à quatre pots sur le bord de la lande de Dommaigné, droit de cep et collier, de police en ses proches et arrière-fiefs, droits de coustumes et levaige particulier au jour et feste de la Saint-André, jour de foire en ladite paroisse, qui est de lever une pièce de chaque sorte expozée en vente audit bourg et aux environs d'ycelluy sur les marchans merciers y étallant »[24].

Un chemin des saulniers (emprunté par les faux-sauniers pratiquant la contrebande du sel entre la Bretagne et le Maine, pays de gabelle, passe à la limite des communes de Veneffles (désormais annexée par la commune de Châteaugiron) et d'Ossé avec celles de Chaumeré (désormais annexée par la commune de Domagné) et Saint-Aubin-du-Pavail, puis, après avoir traversé Domagné, passe à la limite de celle de Cornillé avec celles de Torcé et Louvigné-de-Bais avant de rejoindre, via Étrelles et Argentré-du-Plessis, Le Pertre. Ce chemin des saulniers est d'origine ancienne, c'est probablement une ancienne voie romaine ; son tracé se lit encore très bien sur une carte, empruntant successivement de l'ouest vers l'est des tronçons des routes départementales D 93, D 104, D 35, à nouveau D 104 et enfin D 33[25].

Au milieu du XVIIIe siècle, le recteur de Domagné était « devenu le seul gros décimateur dans sa paroisse (...). Il jouissait, en outre, d'un presbytère avec jardin et pièces de terres appelées jadis "La Vigne". Le total de son revenu, de l'aveu même du titulaire en 1790, M. Lajat, était de 2958 livres », même s'il devait fournir chaque année 144 boisseaux de seigle à l'abbaye de Saint-Sulpice, 64 boisseaux de seigle et autant d'avoine à l'Hôtel-Dieu de Vitré, 8 boisseaux de froment à l'abbaye de la Meilleraye, 311 livres de décimes, etc[26].

Domagné possède depuis longtemps une étude notariale :Luc Vissault[27] fut notaire à Domagné entre 1778 et 1808, ainsi que Joseph Cadieu entre 1791 et 1808. Au XIXe siècle, en 1879 Jean Le Gac succède comme notaire à Mesnil, décédé[28].

Vers 1778, Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Domagné (l'auteur cite comme maisons nobles Montigné, le Plessis-Raffray, la Rabaudière, la Pouardière) :

« Domaigné, à 4 lieues à l'Est de Rennes son évêché, et à trois lieues trois-quarts de Vitré, sa subdélégation. Cette paroisse ressortit (...) au siège présidial de Rennes. On y compte environ 1400 communiants[29]. Son territoire, couvert de buissons et d'arbres à fruits pour le cidre, forme une plaine dont les terres sont assez bien cultivées et fertiles en toutes sortes de grains. Il renferme un bois-taillis qui est très étendu[30]. »

En 1782, les généraux [assemblées paroissiales] de Saint-Jean-sur-Vilaine, Saint-Didier, Domagné, Châteaubourg, Broons, Servon et Brécé se plaignent : « la corvée des grands chemins [la route de Rennes à Paris] est un fardeau d'autant plus onéreux pour les habitants des campagnes qu'ils y sont les seuls assujettis, qu'ils sont forcés de se livrer à un travail qu'elle exige dans les tems [temps] de l'année les plus précieux pour eux »[31].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Le , la paroisse de Domagné rédigea son cahier de doléances.

Pierre-Michel Lajat, recteur de Domagné entre 1778 et 1789, et son vicaire Marchand, qui refusèrent de prêter serment à la Constitution civile du clergé furent déportés à l'Île d'Oléron[32] ; N. Blot, recteur de Domagné, fut prêtre insermenté en 1791 et émigra à Jersey en 1792[33].

Il y eut une compagnie chouanne à Saint-Didier, une autre à Saint-Jean-sur-Vilaine et une autre à Domagné[34] ; une bataille eut lieu à Domagné, probablement en mai 1795, opposant des membres de la "colonne de Saint-Didier et de Pocé", qui dépendait de la "division de Vitré" de l'Armée catholique et royale de Rennes et de Fougères et des Chevaliers catholiques (ce combat fit cinq morts et plusieurs blessés dans leurs rangs) à l'armée révolutionnaire[35].

Toutefois une partie de la population de la commune était, semble-t-il, favorable aux changements apportés par la Révolution française, surtout après la fin de la Terreur. La principale fête révolutionnaire est celle célébrant l’anniversaire de l’exécution de Louis XVI, accompagnée d’un serment de haine à la royauté et à l’anarchie, fêtée à partir de 1795[36].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'annexion de l'ancienne commune de La Valette[modifier | modifier le code]

En 1839, la commune de Domagné « demande l'annexion à son territoire de la petite commune de La Valette. La commune de La Valette s'y oppose. (...) La commission, considérant que toutes les formalités voulues par la loi ont été remplies, que la commune de La Valette a moins de trois cents habitants, que son bourg n'est qu'à un kilomètre de Domagné, que déjà elle est confondue avec cette commune, quant au spirituel, et que cette confusion la fait profiter de l'église, du presbytère et du cimetière de Domagné, sans qu'on puisse légalement la contraindre à contribuer à leurs reconstruction ou entretien, que la réunion économisera les sommes consacrées à l'administration de la commune de La Valette ; que cette commune du reste ne possédant pas de biens, son opposition est sans motifs légitimes, conclut à ce que la réunion soit appuyée par le Conseil »[37].

En 1840, la commune de La Valette, aujourd'hui simple lieu-dit, est rattachée à la commune de Domagné.

Article détaillé : La Valette (Ille-et-Vilaine).

Les autres faits survenus pendant le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Domagné en 1843 :

« Domagné (sous l'invocation de Saint-Pierre-ès-Liens), commune formée par l'ancienne paroisse du même nom, aujourd'hui succursale ; chef-lieu de perception. (...) Principaux villages : le Petit et le Grand-Cerisay, Haut et Bas-Crannes, les Pétinières, le Bois, les Frenouses, la Deroterie, Haute et Basse-Neuville, la Chauvinais, l'Ourme, le Fresne, le Puits-Héry, la Rabaudière, la Blandinière, la Tremblais, la Chopinière, la Gouisselais. Maisons remarquables : le Plessis-Raffray, Villayet, Mouligné, Sévigné. Superficie totale : 2617 ha (...) dont terres labourables 1908 ha, prés et pâtures 372 ha, bois 113 ha, vergers et jardins 41 ha, landes et incultes 100 ha (...). Moulin : 1 (de Sévigné). (...) Géologie : porphyre à 1 km dans le nord-ouest, quelques noyaux de calcaire tertiaire, ou marbre grossier, aux environs du bourg. On parle le français [en fait le gallo][38]. »

En 1856 est achevé l'aménagement du chemin no 38 (actuelle route départementale 95) allant de La Guerche à Saint-Aubin-du-Cormier (son tracé a été étudié à partir de 1848[39]), afin de faciliter l'accès des communes traversées à la gare de Châteaubourg[40], mais l'état de cette route est à nouveau qualifié de « déplorable » en 1874[41].

Jean-Marie Liguet, surnommé "Père Magenta" participa à la guerre de Crimée ; il décéda en juillet 1911[42].

Domagné a possédé un temps un médecin : par exemple en 1881, Alexandre Pettier[43] est médecin dans la commune, avant d'exercer ensuite à Louvigné-de-Bais[44]. En 1902, la commune n'a pas de médecin[45].

Un domagnéen, Jean Ragot, né le , soldat du 94e de ligne, dût être amputé d'un bras à la suite d'une blessure reçue lors de la bataille de Gravelotte pendant la Guerre de 1870[46].

En 1882, l'école laïque de garçons de Domagné est qualifiée de bonne école[47].

En 1883 est approuvé le trace du chemin de grande communication no 105 dans sa traversée de la commune de Domagné, mais des désaccords se manifestent à propos de son tracé dans la traversée du bourg[48].

Le , une tornade d'une extrême violence traversa notamment les communes de Piré-sur-Seiche et Domagné : elle « ravagea en quelques minutes une zone longue de 16 kilomètres et large de 600 à 800 mètres, dirigée du sud-ouest au nord-est. (...) Avec cela un roulement continu de tonnerre, mais sans coups violents. Dix hommes qui travaillaient dans un champ voisin ont vu aussi des éclairs rasant le sol et ont été violemment roulés à terre. (...) Sur tout le parcours de la tornade, une multitude d'arbres ont été brisés d'une manière qui ne peut être attribuée qu'à l'action du vent. »[49].

Vers 1900, la commune de Domagné possède une école publique, deux écoles privées (tenues par les Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul), un notaire, un percepteur, un receveur-buraliste des contributions indirectes, un bureau de bienfaisance. Une foire s'y tient le 3e samedi d'avril. L'ancien manoir du Plessis-Raffray est alors en ruines, ce qui n'est pas le cas de celui de Mouligné[50].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Par décret en date du , les biens ayant appartenu à la fabrique de Domagné, qui étaient placés sous séquestre depuis la querelle des inventaires, sont attribués au bureau de bienfaisance de Domagné[51].

En 1905, un rapport du Conseil général d'Ille-et-Vilaine signale que la commune de Domagné est « encore dépourvue d'école publique de filles (...) de sorte que les jeunes filles sont réduites à suivre les cours de l'école libre »[52]. L'école publique des filles de Domagné est construite en 1910[53], sa construction ayant été approuvée en 1907[54].

La création d'un établissement de facteur receveur (bureau de poste) à Domagné est décidée le [55].

L'Union sportive domagnéenne existait déjà en 1912[56] et poursuivit son activité pendant l'Entre-deux-guerres. L'association "La Domagnéenne", qui s'occupe d'œuvres scolaires et périscolaires, est déclarée en préfecture d'Ille-et-Vilaine le [57]

L'école privée tenue par les Sœurs de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul est fermé par décret ministériel en date du [58].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Domagné

Le monument aux morts de Domagné porte les noms de 72 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale. Parmi eux, deux (Pierre Gandon[59] et Paul Sourdrille[60]) sont tués à l'ennemi en Belgique, à Virton, dès le  ; un (Jean Esnault[61]) est mort en captivité en Allemagne ; la plupart des autres sont décédés sur le sol français : parmi eux Guy Marie Carron de la Carrière[62], décoré de la Médaille militaire et de la Croix de Guerre.

Charles Leborgne[63], soldat qui survécut à la Première Guerre mondiale, obtint sept citations à l'ordre de l'armée pendant le conflit et fut décoré de la Médaille militaire[64].

Domagné abrita un dépôt de convalescents militaires pendant la Première Guerre mondiale[65].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts est inauguré le  ; ce fut l'occasion d'une grande fête[66].

Les Maisons Claires, une œuvre de bienfaisance reconnue d'utilité publique, envoya des enfants de familles miséreuses séjourner à Domagné à plusieurs reprises à partir de 1922[67].

Le , une grande fête communale est organisée à Domagné à l'occasion de l'inauguration de l'arrivée de l'électricité dans la commune[68].

En 1931, la famille Horvais[69], qui avait 9 enfants, reçut le prix Cognacq-Jay[70].

En 1932, la route entre Domagné et Louvigné-de-Bais (chemins de grande communication 34 et 95) est goudronnée[71]. Mais en novembre 1936, la route entre Châteaubourg et La Valette, en passant par le bourg de Domagné (actuels RD 95 et 34), est qualifié de « très dangereuse », elle est « trop bombée et glissante par suite du bitumage (...), cause de nombreux accidents. Cette route a plus de 35 cm de déclivité (...) en certains endroits, principalement entre le village des Frénousses et La Valette ». Le Conseil général d'Ille-et-Vilaine émet le vœu que « l'administration des Ponts et Chaussées recharge le côté droit des descentes des côtes afin que les voitures hippomobiles puissent circuler normalement sans risque d'accident »[72].

Le , le car qui assurait la liaison Vitré-Rennes, en raison du brouillard et de la fumée s'échappant d'une boulangerie, entra en collision avec un camion à la sortie de Domagné en direction de Châteaubourg à hauteur de la ferme de la Vialerie. Tous les passagers furent blessés[73].

Une société de gymnastique dénommée "L'Étoile de Domagné" existait déjà en 1929 ; elle remporta en 1936 un prix d'excellence aux championnats de France[74].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Domagné porte les noms de 4 soldats (J. Blin, M. Esnault, A. Rubin, Marcel Sourdrille[75]) morts pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale[76].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Michel Gaulay[77] est mort pour la France pendant la Guerre d'Algérie[76].

En 1973, la commune de Chaumeré, qui n'avait plus qu'une centaine d'habitants, est unie à celle de Domagné, tout en conservant un statut de commune associée.

Article détaillé : Chaumeré.

La cidrerie Louis Raison[78], au départ une entreprise familiale créée en 1946, parvint à se développer dans la décennie 1950 malgré la baisse de la consommation de cidre et la politique d'arrachage systématique de pommiers menée particulièrement à l'époque du gouvernement Pierre Mendès-France ; elle employait une quarantaine de salariés au début de la décennie 1960 (produisant principalement le cidre "Doma") et plus d'une centaine la décennie suivante (grâce à une amélioration de la qualité du cidre produit, notamment la marque "Loïc Raison") appartint depuis 1983 au groupe Pernod Ricard (même si Louis Raison resta à la tête de l'entreprise jusqu'en 1988), qui la revendit en 2002 au groupe coopératif "Cidreries du Calvados et La Fermière"[79]; elle traite chaque année environ 35 000 tonnes de pommes à cidre[80]. De nombreuses plantations de pommiers à cidre, mais aussi de pommiers produisant des pommes de table, se sont développées à Domagné, Chaumeré et leurs alentours[81].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

L'agriculture reste importante à Domagné, ce qu'illustre par exemple la création en l'an 2000 de la CUMA "La Cordiale"[82] et l'essor de l'entreprise Cereco, qui produit notamment du muesli et autres céréales pour petits-déjeuners dans le cadre de l'agriculture biologique sous la marque "Grillon d'Or"[83].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’argent au chevron de sable, accompagné de trois tourteaux de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1798 Hippolyte Perrudin[84]   Tisserand ; greffier
1798 1799 Prosper Neveu[85]   A vécu à la Déroterie en Domagné
1799 1814 Augustin Lajat[86]   Chirurgien
1814 1816 Jacques Lajat[87]   Juge de paix. Fils d'Augustin Lajat
1816 1835 Jacques Desnos[88]   Officier de santé ; chirurgien. Gendre d'Augustin Lajat
1835 1846 Pierre Cadieu[89]   Propriétaire
1846 1847 Augustin Gilbert[90]   Notaire
1847 1851 Victor Deshayes[91]    
1851 1852 Pierre Cadieu   Déjà maire entre 1835 et 1846
1852 1864 Victor Gandon[92]   Menuisier et marchand de bois
1864 1871 Jules Mesnil[93]   Notaire
1871 1876 François Coudray[94]   Cultivateur ; propriétaire
1876 1892 Julien Sourdrille[95]   Cultivateur
1892 1903 François Rubin   Cultivateur
1903 1906 Clément Diot[97]   Cultivateur
1906 1908 René Leprêtre[98]    
1908 1939 Pierre-Marie Coudray[99]   Cultivateur. Neveu de François Pierre Coudray, un des maires précédents
1939 1959 Hyacinthe Roinson[100]   Cultivateur
1959 1968 Joseph Roinson    
1968 1977 Francis Renault    
1977 1995 Louis Raison[101]   Industriel
1995 en cours Bernard Renou[102] DVD Retraité
Ancien conseiller général du canton de Châteaubourg

Les électeurs de la commune associée de Chaumeré désigne un maire délégué, qui siège au conseil municipal de Domagné.

Écoles[modifier | modifier le code]

La commune dispose de deux écoles :

  • École privée Saint-Vincent-de-Paul
  • École publique de La Glycine

Équipements publics[modifier | modifier le code]

  • Salle des fêtes
  • Domathèque
  • Salle des sports
  • Terrains de football
  • Terrains de tennis
  • Terrain multisports
  • Caserne de pompiers de Domagné
  • Chalet
  • Salle de la Grange

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 2 278 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2005, 2010, 2015, etc. pour Domagné[103]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 1].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 685 1 804 1 825 1 986 1 967 1 924 2 131 2 087 2 005
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 878 1 827 1 758 1 680 1 697 1 560 1 571 1 576 1 595
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 538 1 521 1 537 1 246 1 263 1 256 1 206 1 230 1 212
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 187 1 109 1 220 1 487 1 499 1 633 1 933 2 217 2 278
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[104] puis Insee à partir de 2006[105].)
Histogramme de l'évolution démographique

Commentaire : Après avoir gagné 446 habitants (+ 26,5 % en 48 ans) entre 1793 et 1841, la population de la commune de Domagné a baissé régulièrement entre 1841 et 1968, perdant 1022 habitants (- 48,0 % en 127 ans) en raison d'un important exode rural. Le redressement démographique est spectaculaire depuis 1968 (+ 1158 habitants entre 1968 et 2013, soit un gain de + 104,4 % en 45 ans) et qui va s'accélérant (+ 634 habitants entre 1999 et 2013, soit un gain moyen annuel de + 45 habitants par an contre + 524 habitants entre 1968 et 1999, soit alors un gain moyen annuel de + 17 habitants par an), Domagné profitant désormais du dynamisme économique de l'ensemble du Pays de Vitré et de sa proximité de la métropole rennaise.

Le taux de natalité (16,6 pour mille entre 2008 et 2013) est nettement supérieur au taux de mortalité (3,8 pour mille entre 2008 et 2013) car la population domagnéenne est jeune (en 2013, les 0 à 19 ans représentent 23,1 % de la population alors que les 65 ans et plus n'en représentent que 12,0 %, d'où un taux d'accroissement naturel positif (+ 1,2 % l'an en moyenne entre 1999 et 2013) ; la population croît aussi en raison d'un taux d'immigration nette positif, même s'il s'est ralenti ces dernières années (+ 1,4 % l'an entre 1999 et 2008, + 0,7 % l'an entre 2008 et 2013)[106].

Économie[modifier | modifier le code]

En plus des artisans et commerçants, certaines entreprises — principalement agroalimentaires — se sont établies à Domagné, parmi lesquelles :

  • La cidrerie Loïc Raison (groupe Agrial)
  • La Coopédom (coopérative de déshydratation)
  • Céréco (céréales biologiques pour le petit-déjeuner)

Plate forme de ferroutage[modifier | modifier le code]

Un projet de plate forme de ferroutage a été envisagé sur les communes de Châteaubourg, Domagné et Servon-sur-Vilaine. Ce projet de 250 hectares, pour un coût évalué à 12 millions d'euros était notamment porté par le conseil régional de Bretagne, le conseil général d'Ille-et-Vilaine et Vitré Communauté. Il a rencontré de fortes oppositions de la société civile[107], et lors de consultations il est ressorti[108] :

Aussi, en mars 2009, le Syndicat d'étude a été dissous et le projet abandonné[109].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

On ne trouve aucun monument historique classé ou inscrit sur la commune.

Trois bâtiments sont inventoriés :

  • L’église Saint-Pierre, consacrée le 28 novembre 1888, à Domagné. Les plans ont été dessinés par l'architecte Gelly. L'édifice n'a jamais reçu de flèche[110].
  • L’église Saint-Médard, XVIIe siècle, à Chaumeré[111],
  • La cidrerie Louis Raison[112].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Seigneurie de Fouesnel (Louvigné-de-Bais) et du Plessix-Raffray (Domagné), XVIIe et XVIIIe > Famille de Poix, Archives I&V, fonds 156 J, (1,20 ml).
  • Marie Bouquet, Pouvoir local et Révolutions : Domagné 1765-1834, Rennes, 2002, (Archives d'I&V - Mémoire 2 J 837).
  • René Jet, Si Domagné, Chaumeré et La Valette m'étaient contés, Rennes, 2006

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Yaigne (J7454000) »
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Seiche (J74-0300) »
  3. a, b, c et d http://www.infobretagne.com/domagne.htm
  4. Journal La Lanterne, no 3068 du 14 septembre 1885, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75048901/f4.image.r=Ch%C3%A2teaubourg?rk=1716746;4
  5. Dom Morice, "Mémoires pour servir de preuves à l'histoire ecclésiastique et civile de Bretagne", 1742
  6. Le droit de bouteillage était un droit qui se levait sur la vente des vins et des autres boissons, telles qu’étaient la bière, l’hydromel, le piment et le cidre
  7. Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", volume 4, 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75000m/f529.image.r=Domagn%C3%A9
  8. Louis Sandret, " Histoire généalogique de la maison de Chabot", 1886, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55646695/f75.image.r=Plessis-Raffray
  9. Son gisant se trouve dans le temple de La Guerche-de-Bretagne
  10. Raoul Le Roy est le riche héritier de son oncle Thomas Le Roy, abbé de Landévennec et évêque de Dol
  11. http://penguillyweb.pagesperso-orange.fr/La_Maison_Le_Roy.htm
  12. René Kerviler, "Répertoire général de bio-bibliographie bretonne", livre premier, Les bretons. 15,FRET-GER, 1886, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5817527r/f308.image.r=Domagn%C3%A9?rk=107296;4
  13. Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", volume 5, 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75001z/f612.image.r=Domagn%C3%A9?rk=107296;4
  14. Xavier de Bellevue, "Généalogie de la maison Fournier, actuellement représentée par les Fournier de Bellevüe", 1909, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57280229/f453.image.r=domagn%C3%A9?rk=3433493;2
  15. http://fr.topic-topos.com/patrimoine-domagne
  16. Vers 1650, André Le Cocq, recteur de Domagné, bénit la première pierre de la chapelle construite par Mathurin de Mannoury, sieur de Saint-Germain, en son manoir de la Pouardière, voir Édouard Frain, "Tableaux généalogiques, notices et documents inédits au soutien du Mémoire où il est fait mention de plusieurs familles établies à Vitré et paroisses environnantes aux XVe, XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles", 1890, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k74143x/f204.image.r=Domagn%C3%A9?rk=1566531;2
  17. René Kerviler, "Recherches et notices sur les députés de la Bretagne aux États-généraux et à l'Assemblée nationale constituante de 1789", 1885, consultable gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5840514s/f231.image.r=domagné?rk=21459;2
  18. Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", volume 4, 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75000m/f530.image.r=Domagn%C3%A9
  19. Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", volume 4, 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75000m/f531.image.r=Domagn%C3%A9
  20. Anatole de Barthélémy, "Choix de documents inédits sur l'histoire de la Ligue en Bretagne", 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110009t/f114.image.r=Plessis-Raffray
  21. Pichart, 1703, cité par Édouard Frain, "Une terre, ses possesseurs catholiques et protestants, de 1200 à 1600 : pour faire suite aux «Familles de Vitré»", 1879, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54086453/f99.image.r=Domagn%C3%A9
  22. Édouard Frain, "Une terre, ses possesseurs catholiques et protestants, de 1200 à 1600 : pour faire suite aux «Familles de Vitré»", 1879, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54086453/f100.image.r=Domagn%C3%A9
  23. Le lieu-dit "Le Désert" se situe à l'extrême nord de la commune de Piré-sur-Seiche, proche de la limite communale avec Domagné
  24. M. Etasse, Documents inédits concernant la baronnie de Vitré, "Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine", 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207795g/f59.image.r=Ch%C3%A2teaubourg?rk=236052;4
  25. Paul Banéat, Étude sur les voies romaines du département d'Ille-et-Vilaine, "Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine", 1927, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k122073r/f98.image.r=Domagn%C3%A9
  26. Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", volume 4 , 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75000m/f529.image.r=Domagn%C3%A9
  27. Luc Julien Vissault, né le à Domagné
  28. Ministère de la Justice, "Bulletin officiel du Ministère de la Justice", janvier 1879, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6571971t/f155.image.r=domagn%C3%A9?rk=21459;2
  29. Personnes en âge de communier
  30. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", 1778-1780, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist02og
  31. J. Lecatonnoux, Le régime de la corvée en Bretagne au XVIIIe siècle, revue "Annales de Bretagne", 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1153183/f605.image.r=Saint-Jean-sur-Vilaine
  32. E. Sevestre, Le clergé breton en 1801, revue "Annales de Bretagne", novembre 1912, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k115323j/f402.image.r=domagn%C3%A9?rk=21459;2
  33. René Kerviler, "Répertoire général de bio-bibliographie bretonne", livre premier, Les bretons. 4,BLI-BOU, 1886, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58160499/f39.image.r=Domagn%C3%A9?rk=42918;4
  34. Alain Racineux, "Histoire d'Acigné et ses environs", 1999, voir http://www.lemoulinet.net/index.php?option=com_content&view=article&id=81&Itemid=127
  35. Paul Du Breil de Pontbriand, "Un Chouan, le général Du Boisguy : Fougères-Vitré, Basse-Normandie et frontière du Maine, 1793-1800", 1904, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9747371w/f387.image.r=Domagn%C3%A9?rk=600861;2
  36. Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 4, 1905, p. 398-399.
  37. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", n° de 1839, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57151033/f7.image.r=Domagn%C3%A9?rk=751076;4
  38. A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", volume 1, 1843, consultable https://books.google.fr/books?id=KZIPAAAAQAAJ&pg=PA471&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&source=gbs_selected_pages&cad=2#v=snippet&q=Domaign%C3%A9&f=false
  39. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", n° de 1848, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5692333z/f223.image.r=Domagn%C3%A9
  40. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", n° de 1856, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5562911c/f116.image.r=Domagn%C3%A9?rk=622320;4
  41. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", n° d'avril 1874, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5568824h/f126.image.r=Domagn%C3%A9?rk=879832;4
  42. Journal Ouest-Éclair no 4550 du 9 juillet 1911, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6429507/f3.image.r=Domagn%C3%A9?rk=3626627;2
  43. Alexandre Pettier, né le à Domagné, décédé le à Louvigné-de-Bais
  44. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", n° d'août 1881, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6125463f/f886.image.r=Domagn%C3%A9?rk=429186;4
  45. Journal Ouest-Éclair no 1232 du 30 décembre 1902, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k639837k/f4.image.r=Domagn%C3%A9?rk=8412058;4
  46. Jean-Charles Chenu, "Rapport au conseil de la Société française de secours aux blessés des armées de terre et de mer, sur le service médico-chirurgical des ambulances et des hôpitaux, pendant la guerre de 1870-1871", tome 2, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6115174x/f136.image.r=Domagn%C3%A9?rk=21459;2
  47. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", n° de 1882, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5578892m/f423.image.r=Domagn%C3%A9?rk=579402;0
  48. Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", n° d'août 1883, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5569238s/f162.image.r=Domagn%C3%A9?rk=278971;2 et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5569238s/f622.image.r=Domagn%C3%A9?rk=278971;2
  49. "Journal officiel de la République française. Lois et décrets", n° du 31 décembre 1890, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6437986s/f40.image.r=Domagn%C3%A9?rk=493564;4
  50. Paul Joanne, "Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies", 1890-1905, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k73390r/f606.image.r=Plessis-Raffray?rk=21459;2
  51. "Journal officiel de la République française. Lois et décrets", no  du 4 septembre 1909, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64567084/f12.image.r=Domagn%C3%A9?rk=1094426;0
  52. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", n° d'août 1905, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5732447x/f797.image.r=Domagn%C3%A9
  53. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", n° de mai 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5860975d/f510.image.r=Domagn%C3%A9?rk=665239;2
  54. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", no  d'avril 1907, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56583396/f405.image.r=Domagn%C3%A9?rk=1072966;4
  55. "Journal officiel de la République française. Lois et décrets", no  du 5 mai 1912, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6392381h/f3.image.r=Domagn%C3%A9?rk=1072966;4
  56. "Journal officiel de la République française. Lois et décrets", no  du 11 août 1912, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63775512/f14.image.r=Domagn%C3%A9?rk=1502153;2
  57. "Journal officiel de la République française. Lois et décrets", no  du 20 janvier 1928, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6544098g/f80.image.r=Domagn%C3%A9?rk=1287560;0
  58. "Journal officiel de la République française. Lois et décrets", no  du 1er juillet 1914, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6521304z/f12.image.r=Domagn%C3%A9?rk=407727;2 et journal Ouest-Éclair no 4522 du 11 juin 1911, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k642922z/f2.image.r=Domagn%C3%A9?rk=6030072;4
  59. Pierre Gandon, né le à Saint-Didier, soldat au 117e régiment d'infanterie
  60. Paul Sourdrille, né le à Domagné, soldat au 124e régiment d'infanterie
  61. Jean Esnault, né le à Saint-Didier, marsouin au 1er régiment d'infanterie coloniale, fait prisonnier le à Rossignol (Belgique), mort en captivité le au lazaret d'Ohrdruf (Allemagne)
  62. Guy Marie André Carron de la Carrière, né le à Domagné, maréchal des logis observateur mitrailleur dans l'armée de l'Air, disparu le lors d'une mission de bombardement de nuit à Metz, blessé et fait prisonnier, mort des suites de ses blessures le au lazaret de Metz.
  63. Charles Leborgne, né le à Plélan-le-Grand, menuisier, décédé le au bourg de Domagné
  64. Journal Ouest-Éclair no 13998 du 5 mars 1935, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6600914/f8.image.r=Domagn%C3%A9?rk=7210336;0
  65. Journal Ouest-Éclair no 5693 du 14 mars 1915, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k644294h/f2.image.r=Domagn%C3%A9?rk=6137369;2
  66. Journal Ouest-Éclair no 7455 du 3 août 1921, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6466258/f4.image.r=Domagn%C3%A9?rk=6566556;0
  67. "Les Annales politiques et littéraires : revue populaire paraissant le dimanche", no 2038 du 16 juillet 1922, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5748407j/f24.image.r=domagn%C3%A9?rk=278971;2, no 2184 du 3 mai 1925, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58049201/f24.image.r=domagn%C3%A9, no 2284 du 15 avril 1927, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5805576b/f52.image.r=domagn%C3%A9?rk=193134;0 et no 2288 du 15 juin 1927, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58055807/f52.image.r=domagn%C3%A9?rk=64378;0
  68. Journal Ouest-Éclair no 10151 du 13 août 1929, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6579085/f6.image.r=Domagn%C3%A9?rk=107296;4
  69. Joseph Horvais et son épouse Blanche Jarnigon
  70. Journal Le Matin no 17439 du 18 décembre 1931, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k577469b/f7.image.r=domagn%C3%A9?rk=64378;0
  71. Journal Ouest-Éclair no 13026 du 6 juillet 1932, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k658966r/f8.image.r=Domagn%C3%A9?rk=386268;0
  72. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", novembre 1936, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5564912d/f995.image.r=Domagn%C3%A9
  73. Journal Ouest-Éclair no 14412 du 22 avril 1936, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6605053/f9.image.r=Domagn%C3%A9?rk=1630909;2
  74. Journal Ouest-Éclair no 14502 du 21 juillet 1936, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6605956/f6.image.r=Domagn%C3%A9?rk=901292;0
  75. Marcel Sourdrille est mort en captivité en Allemagne le
  76. a et b http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=13636
  77. Michel Gaulay, né le à Domagné, décédé le
  78. Louis Raison, né le à Domagné, décédé en décembre 2008 ; il fut aussi maire de Domagné entre 1977 et 1995
  79. http://www.societe.com/societe/cidreries-du-calvados-la-fermiere-582049094.html
  80. http://www.loicraison.fr/
  81. https://abp.bzh/13333
  82. http://www.verif.com/societe/CUMA-LA-CORDIALE-DE-DOMAGNE-777675125/
  83. http://www.lejournaldevitre.fr/23568/cereco-fete-ses-25-ans-et-recrute/
  84. Hyppolite Perrudin (Pérudin), né à la Pochardière, baptisé le à Domagné, décédé le à la Pochardière en Domagné
  85. Prosper Neveu, décédé le 17 pluviôse an IX () à Rennes
  86. Augustin Lajat, né en 1756 à Rennes, décédé le à Domagné
  87. Jacques Madeleon Lajat, né le à Domagné
  88. Jacques Pierre Desnos, né en 1781 à Vern-sur-Seiche, décédé le au bourg de Domagné
  89. Pierre René Tranquille Cadieu, né le à la Rivière en Domagné, décédé le au bourg de Domagné
  90. Augustin Gilbert, né le à Ossé, décédé le au bourg de Domagné
  91. Victor Augustin Gabriel Julien Deshayes, né le 10 pluviôse an III () au Ferré, lieutenant au 25e régiment d'infanterie de ligne en 1829, décédé le à Rennes
  92. Victor Alexandre Gandon, né le à Domagné, décédé le à Domagné
  93. Jules Mesnil, né le au Teilleul (Manche), décédé le au bourg de Domagné
  94. François Pierre Coudray, né le à Mouligné en Domagné, décédé le à Domagné
  95. Julien Sourdrille, né le au Pâtis de Champolin en Brécé, décédé le à Domagné
  96. François Jean Marie Rubin, né le au Bois d'Y en Louvigné-de-Bais
  97. Clément Jean Marie Diot, né le à Saint-Aubin-du-Pavail, décédé le à Domagné
  98. René Paul Leprêtre, né le à Domagné, décédé le à Domagné
  99. Pierre-Marie Coudray, né le à Mouligné en Domagné, décédé le à Domagné, voir journal Ouest-Éclair no 15497 du 16 avril 1939, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k661592b/f8.image.r=Domagn%C3%A9?rk=6416340;4 et no 15500 du 19 avril 1939, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k661595g/f9.image.r=Chaumer%C3%A9?rk=1759665;2
  100. Hyacinthe Roinson, né le à la Croix-Chemin en Domagné, décédé le à Domagné
  101. Louis Raison, né le à Domagné, décédé en décembre 2008
  102. Portail internet des services de l'État
  103. Date du prochain recensement à Domagné, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  104. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  105. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  106. https://www.insee.fr/fr/statistiques/2011101?geo=COM-35096#chiffre-cle-1
  107. « Plusieurs centaines de marcheurs découvrent le site potentiel de la plateforme logistique de Châteaubourg » (consulté le 26 décembre 2013)
  108. « La plate-forme logistique de Châteaubourg condamnée ? » (consulté le 26 décembre 2013)
  109. « Pas de plate-forme logistique à Châteaubourg » (consulté le 26 décembre 2013)
  110. Notice no IA00130756, base Mérimée, ministère français de la Culture
  111. Notice no IA00130694, base Mérimée, ministère français de la Culture
  112. Notice no IA35000464, base Mérimée, ministère français de la Culture
  113. René Kerviler, "Répertoire général de bio-bibliographie bretonne", livre premier, Les bretons. 8,CARN-CHAST, 1886, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5816832s/f69.image.r=Domagn%C3%A9 et http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=13636 et http://gw.geneanet.org/cecile4?n=carron+de+la+carriere&oc=&p=guy+marie+andre

Liens externes[modifier | modifier le code]