Le Pertre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Pertre
Le Pertre
La mairie du Pertre.
Blason de Le Pertre
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton La Guerche-de-Bretagne
Intercommunalité Vitré Communauté
Maire
Mandat
Joseph Maréchal
2014-2020
Code postal 35370
Code commune 35217
Démographie
Gentilé Pertrais
Population
municipale
1 389 hab. (2017 en diminution de 2,46 % par rapport à 2012)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 05″ nord, 1° 02′ 14″ ouest
Altitude Min. 67 m
Max. 184 m
Superficie 43,63 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Le Pertre
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Le Pertre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Pertre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Pertre
Liens
Site web www.lepertre.fr

Le Pertre est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne, peuplée de 1 389 habitants[Note 1] (les Pertrais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune du Pertre (Openstreetmap).

Cette paroisse des marches de Bretagne est créée par essartage de la forêt-frontière, dite "Forêt du Pertre", qui séparait la Bretagne du Bas-Maine. C'est dans cette forêt qu'aimait flâner la marquise de Sévigné. C'est la commune est la plus orientale du département d'Ille-et-Vilaine et de la région Bretagne.

Description[modifier | modifier le code]

Le Pertre est limitrophe du département de la Mayenne (communes de La Gravelle, Saint-Cyr-le-Gravelais, Beaulieu-sur-Oudon, Méral et Cuillé) situé juste à l'est et au sud de la commune. Le bourg est excentré à l'est du finage communal, l'agglomération se continuant même dans le département voisin de la Mayenne (quartier de la Gasnerie, en Saint-Cyr-le-Gravelais) ; la commune se caractérise par ailleurs par un paysage de bocage avec un habitat dispersé en de nombreux écarts formés de hameaux et fermes isolées.

La Forêt du Pertre occupe toute la partie nord de la commune, ses limites débordant très légèrement seulement sur les communes voisines de Bréal-sous-Vitré, Mondevert et d'Argentré-du-Plessis.

Quelques lotissements se sont développés aux alentours du bourg, mais la commune reste par ailleurs préservée de la rurbanisation en raison de son éloignement des grands centres urbains, en dépit du dynamisme du pays vitréen auquel elle appartient. Elle ad'ailleurs connu une remarquable stagnation démographique, et même un léger déclin, tout au long du XXe siècle et des deux premières décennies du XXIe siècle, restant même presque deux fois moins peuplée qu'en 1793, date du premier recensement effectué en France.

Relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune forme un plateau s'élevant à 184 mètres au maximum (altitude rencontrée à plusieurs reprises le long de la route départementale n° 33 à proximité des lieux-dits Les Quatre Croix, la Besnerie et la Basse Plesse), qui s'abaisse doucement vers le nord (jusque vers 120 mètres à l'ouest-nord-ouest du finage communal, à la limite de la commune d'Argentré-du-Plessis, et 130 mètres au nord, à la limite de celle de Mondevert et davantage vers le sud (l'altitude la plus basse est de 67 mètres à l'extrême sud-ouest du territoire communal, à la limite des communes de Cuillé et Brielles, à la confluence des vallées de la Seiche et de son affluent de rive droite le ruisseau de la Crossonière.

Le réseau hydrographique correspond au bassin de réception de la Seiche, affluent de la Vilaine, qui naît à l’ouest du bourg du Pertre, dans un petit étang près du lieu-dit de L’Epine Houget, à 167 m d'altitude, de même que ses premiers affluents de rive droite, le ruisseau de la Beaudonnière, le ruisseau du Pont au Moine et le ruisseau de la Crossonnière, ce dernier servant de limite communale avec la commune voisine de Brielles ; ils coulent vers le sud-ouest[1]. Au nord du bourg le ruisseau de Housseau, dont la source se trouve près du lieu-dit la Besnerie, qui coule vers l'est, est un affluent de l'Oudon est un affluent de la Mayenne, ce qui montre que la limite communale, départementale et provinciale ne coïncide pas tout à fait avec la ligne de partage des eaux entre les bassins de la Vilaine et de la Mayenne. Plus au nord encore, dans la forêt du Pertre, deux cours d'eau, le ruisseau de Lingan (dit aussi ruisseau des Sept Fontaines) et le ruisseau du Moulin du Bois, qui coulent vers l'ouest, se rejoignent sur le territoire de la commune d'Argentré-du-Plessis pour former l'étang du Moulin aux Moines dont l'émissaire est le ruisseau du Hill, lui-même affluent de la Valière et sous-affluent de la Vilaine ; un troisième cours d'eau, le ruisseau de Rouen (qui alimente l'étang du Moulin du Bois situé en pleine forêt), coule vers le nord-ouest et est lui aussi un sous-affluent de la Valière.

Plusieurs étangs se trouvent sur le territoire communal, notamment l'étang du Pertre (plan d'eau communal), situé à proximité immédiate du bourg, l'étang en amont de la Mauxonnière (situé sur la Seiche, à la limite sud de la commune) et ceux situés dans la forêt du Pertre, le plus important étant l'étang du Moulin du Bois.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Géologie[modifier | modifier le code]

Un massif granulitique porphyroïde affleure tout autour du Pertre[2], exploité en carrières. Ce gisement contient par endroits de la fluorine cristallisée accompagnée de tourmaline incolore[3].

Transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé sans être desservi par deux axes de transport modernes : la branche vers Rennes de la LGV Bretagne-Pays de la Loire traverse sa partie sud et la voie express RN 157 écorne très légèrement son extrême nord (mais la commune n'est pas reliée directement à l'échangeur autoroutier de La Gravelle où se termine l'A81).

La commune n'est desservie que par de modestes routes départementales : la D 29, qui vient de Vitré, après avoir traversé Erbrée et Mondevert, et la D33 en provenance de Rennes depuis Châteaubourg via Argentré-du-Plessis.

Le GRP "Tour des Marches de Bretagne" traverse la partie nord de la commune, longeant notamment la partie orientale de la forêt du Pertre, son tracé reprenant alors une partie du tracé de l'ancien Chemin de Cocaigne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Au XIe siècle, la localité est attestée sous la forme Pertum[4]. Au siècle suivant, on trouve Pertrum[4]. En 1516, on a reporté Ecclesia de Pertra et Ecclesia de Pertro[5].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Les diverses explications étymologiques relayées par certains sites internet, basées sur le nom de la pierre[5], *petra en latin, ne font pas sens. Elle ne sont justifiées ni par les formes anciennes, ni par la phonétique. En effet, le radical de Pertre tel qu'il apparaît dans les formes anciennes et la forme moderne est Pert- et non pas Pet-. Enfin, pierre est issu du latin peĭtra « roche, roc »[6] (cf. occitan peira, francisé en Peyre dans les noms de famille et les toponymes). Le [t] de peĭtra a régulièrement subi la lénition de [t] en [d], (d'où pedra dans les plus anciens textes) avant de s'amuïr complètement, d'où pierre.

Albert Dauzat et Ernest Nègre n'ont pas traité ce toponyme dans leurs ouvrages respectifs consacrés à la toponymie française[7],[8], ce qui signifie sans doute qu'ils en ignorent l'origine, car ils ne disposaient pas de formes anciennes ou de formes trop récentes.

Par ailleurs, les spécialistes identifient un radical Pert- dans la toponymie, comme dans Peltre (Moselle, Perta 1192) et Perthes (Aube, Pertha 856), etc., cependant son origine et sa signification exacte sont obcurs. Dans Le Pertre, le second [r] ne semble pas étymologique et resulte sans doute d'une altération que l'on constate également, de manière définitive, dans Peltre (< *Pertre < Perta) ci-dessus et, de manière transitoire, dans le nom commun pertuis « trou, petite ouverture, étranglement d'un fleuve, etc. », attesté sous la forme pertrus au XIe siècle[9].

Albert Dauzat et Charles Rostaing considèrent que les Perthes, Pertain, etc. sont basés sur un nom de personne gaulois hypothétique *Pertus et ce, d'après Perta qui est une déesse gauloise des jardins clos[10]. Par ailleurs, le gallois perth signifie « buisson, haie »[11].
Une forme au pluriel avec l'article défini les Pertes est attestée dans le toponyme Sainte-Honorine-des-Pertes (Calvados). Il est probable que ce radical Pert- se retrouve également dans le nom du Perche, nom de pays mentionné anciennement sous la forme Pertica qui s'analyse en Pert-ika, *ika étant un suffixe gaulois qui permet la substantification.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

La découverte faite vers 1990 près du bourg de nombreuses meules à céréales semble indiquer une occupation gauloise[12].

Origines et Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La date de création du Pertre est inconnue. Cependant, on peut avec certitude considérer que le village a été créé avant l'an mil, la découverte au début du XXe siècle de sarcophages en calcaire coquillier attestent d'une occupation mérovingienne. Un procès entre les moines de l'abbaye Saint-Serge d'Angers et les moines de l'abbaye Saint-Jouin de Marnes en Poitou qui s'est déroulé de 1082 à 1093 sur un litige concernant la chapelle Notre-Dame de Bréal prouve aussi l'existence de Pertrum ("Le Pertre"). à ces dates. Durant ce procès, l'avocat Juhel, fils de Godefroy et avocat des moines de Saint-Jouan, indique que « le Pertre avait été dans le principe une abbaye construite par le roi Clovis en l'honneur de saint Martin de Vertou ». Saint Martin ayant vécu au VIIe siècle, le terme Clovis fait référence à Clovis II. Quoique la théorie de l'avocat n'ait pas été démontrée, il est évident que Le Pertre devait être suffisamment ancien à cette période pour qu'une telle théorie puisse être formulée.

Derrière le chanceau de l'ancienne église Saint-Martin du Pertre se trouvait une vieille chapelle dénommée "Le Chœur des Moines", qui était ce qui restait du prieuré du Pertre ; « on y voyait de grosses colonnes historiées et l'on disait qu'elle datait du Xe siècle. Toute cette antique portion de l'édifice fut détruite en 1829 » lors de l'agrandissement de l'église paroissiale[13].

Selon un aveu de 1475 le seigneur de Gazon (en Pocé-les-Bois), « noble escuyer Robert Busson, (...) subjet de très redoubté seigneur Guy compte de Laval, seigneur de Vitré et de Chevré » possédait un fief qui s'étendait en Brielles, Gennes et Le Pertre[14].

La paroisse du Pertre dépendait autrefois de la châtellenie du Désert, qui appartint aux barons de Châteaubriant, puis à ceux de Vitré à partir de 1542, et disposait du droit de haute justice. Le chef-lieu de la châtellenie du Désert se trouvait au manoir de la Rivière du Désert, en Visseiche, et s’étendait sur le territoire des paroisses d'Availles, Bais, Brielles, Chancé, Domalain, Gennes, Moulins, Moutiers, Le Pertre, Saint-Germain-du-Pinel, Vergéal et Visseiche[15]. Par la suite la châtellenie du Pertre dépendit de celle de Vitré : elle comprenait les paroisses du Pertre et de Bréal-sous-Vitré et la trève de Mondevert et sa juridiction disposait de trois hautes justices : la seigneurie de la Marche au Pertre et les prieurés du Pertre et de Bréal[16]. On peut encore voir en forêt du Pertre une motte entourée de douves connue sous le nom de « Motte des Châtelliers » qui était probablement le siège de cette seigneurie.

Le Pertre était, probablement depuis l'Antiquité, au carrefour de deux voies importantes, anciennes voies romaines : le "chemin des Saulniers" (voir ci-après) et le "chemin de Cocaigne" (dit aussi localement "chemin gravelais"), celui-ci orienté nord-sud, descendant du Cotentin et allant jusqu'en Gascogne.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le chemin des saulniers (emprunté par les faux-sauniers pratiquant la contrebande du sel entre la Bretagne et le Maine, pays de gabelle), passe à la limite des communes de Veneffles (désormais annexée par la commune de Châteaugiron) et d'Ossé avec celles de Chaumeré (désormais annexée par la commune de Domagné) et Saint-Aubin-du-Pavail, puis, après avoir traversé Domagné, passe à la limite de celle de Cornillé avec celles de Torcé et Louvigné-de-Bais avant de rejoindre, via Étrelles et Argentré-du-Plessis, Le Pertre. Ce chemin des saulniers est d'origine ancienne, c'est probablement une ancienne voie romaine ; son tracé se lit encore très bien sur une carte, empruntant successivement de l'ouest vers l'est des tronçons des routes départementales D 93, D 104, D 35, à nouveau D 104 et enfin D 33[17].

Macé Rubin, prieur de Pont-Remy et subcuré du Pertre, fit construire au XVIe siècle une chapelle dédiée à saint Joseph près de la lande des Drubles et, par acte du , y établit une fondation afin d'y célébrer la messe trois fois par semaine ; une chapellenie de Saint-Michel fut établie dans la chapelle. Menaçant ruine, la chapelle devenue bien national, fut vendue en 1791 (elle fut reconstruite après la guerre de 1870)[13].

En 1574 un coup de main nocturne fut effectué par des paysans de Torcé, Argentré et Le Pertre menés par leurs seigneurs contre les protestants de Vitré. Ils participèrent aussi, avec d'autres paysans venus de 53 paroisses du pays vitréen, au siège de Vitré par les Ligueurs au printemps et à l'été 1589[18].

La famille d'Aubert possédait la seigneurie de Langron dans la paroisse du Pertre (elle est représentée en 1666 par Pierre d'Aubert de Launay, mais celui-ci vit ses prétentions nobiliaires contestées dans un jugement de 1669 ; son fils Charles d'Aubert, aussi seigneur de Launay, parvint à se faire maintenir dans la noblesse par un jugement de l'intendant de Bretagne en 1698)[19].

Le règlement du évoque des toiles dénommées "peltres", tissées dans les régions du Pertre et d'Argentré[20]. Les "peltres" ou "pertrées" étaient des toiles grossières servant essentiellement de toiles d'emballages, exportées notamment au Portugal[21].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Le Pertre en 1778 :

« Le Pertre , sur une hauteur : à 10 lieues ½ à l'est de Rennes, son évêché et son ressort, et à 3 lieues ½ de Vitré; sa subdélégation. On y compte 1 800 communiants[Note 2]. La cure est présentée par l'abbé de Saint-Jouin de Marne. Son territoire joint la province du Maine. On y trouve des coteaux fort élevés et un vallon dans lequel sont cinq étangs sur une même direction ; ils forment la source de la rivière de Seiche. La forêt du Pertre, située en partie dans cette paroisse, appartient à M. le duc de La Trimouille. Elle contient environ trois mille arpents de terrain, planté en futaie et taillis. Au sud-est de cette forêt est une grande lande qui la joint, de sorte qu'il reste peu de terres labourables aux habitants, mais elles sont si bien cultivées qu'elles fournissent à leur subsistance. Les maisons nobles sont le prieuré du Pertre[Note 3], haute, moyenne et basse justice, à M. le Prieur, titulaire ; la Marche, haute, moyenne et basse justice, à M. du Bois-Jourdan[Note 4] ; la Haye de Perron, moyenne justice, à M. de la Marche-Foucaut. Les Drubles, le Belau, la Grossinière, la Felotrie, le Latay, la Couture, la Lorie, la Chaussée, le Veau-Folette, la Foucherie et la Basse-Rivière sont des maisons de remarque[22]. »

Le recteur du Pertre demeura jusqu'à la Révolution française dépendait de la présentation de l'abbé de Saint-Jouin de Marnes et il recevait du prieur du Pertre une pension congrue consistant en dîmes, car ce prieur levait en principe pour lui-même toutes les dîmes grosses et menues de la paroisse[23].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Denis Després, recteur du Pertre depuis le disposait d'un revenu annuel de 1 450 livres provenant de la partie des dîmes qui lui était rétrocédée par le prieur du Pertre, du presbytère et de son pourpris, contenant 5 journaux de terre, dont il lui fallait déduire ses charges, notamment l'entretien de deux vicaires. Il passa la Révolution française caché dans sa paroisse ; il fut réinstallé en 1803 et resta recteur du Pertre jusqu'en 1806[24].

Avant la Révolution, la contrebande « se faisait les armes à la main, et une foule d'habitants vivaient de ce commerce frauduleux ; tous les jours ils en venaient aux mains avec les commis du gouvernement ; souvent même les actions étaient très meurtrières. Une multitude d'hommes courageux se trouvèrent sans moyen d'existence , lorsque la suppression de la gabelle arriva. Ils se jetèrent aveuglément dans le parti de la Rouarie, et quand ce chef vit ses projets d'insurrection infructueux, la plupart se cachèrent dans les antres, au fond des forêts, où les jeunes gens réfractaires au recrutement des armées de l'état vinrent les rejoindre par centaines. Dès que la nuit paraissait, ils quittaient leur retraite pour se procurer des vivres. La forêt du Pertre, entre Vitré et La Gravelle, en était infestée. Ils n'attaquèrent d'abord que quelques détachemens [détachements] dont ils prirent les armes ; bientôt ils arrêtèrent les voitures publiques et, combattant toujours isolés, leurs pertes étaient très légères. On en saisit quelques-uns, qui furent châtiés avec une extrême rigueur ; mais l'exemple du supplice n'arrêta pas les progrès du brigandage, qui s'étendait de manière effrayante. On ne connaissait ni la force, ni la retraite des insurgés, ni même le nom de leurs chefs ; on ne sut d'abord comment les désigner. Les quatre frères Cottereau, contrebandiers à Saint-Ouen-des-Toits, près de Laval, étaient convenus pour cri de ralliement pendant la nuit, d'imiter le chat-huant, ou le chouant, car c'est ainsi que ce mot se prononce parmi les paysans du Maine et de la Bretagne. (...) De là ce nom de chouan (...) »[25].

La colonne ou canton d'Argentré, des chouans membres de la division de Vitré de l'Armée catholique et royale de Rennes et de Fougères, eut pour chef Toussaint du Breil de Pontbriand, secondé par Louis Hubert. Elle était divisée en plusieurs compagnies : compagnie d'Étrelles, compagnie d'Argentré-du-Plessis, compagnie de Saint-M'Hervé, compagnie de La Chapelle-Erbrée, compagnie du Pertre (capitaine : Jean Plâtier, dit Briseville, lieutenant : René Quinerie, sous-lieutenant : Joseph Bruno, dit La Chasse) , compagnie de Vitré.

Le , le district de Vitré évalue à 600 le nombre des « brigands » rassemblés en forêt du Pertre et rapporte « qu'ils espèrent être bientôt trois mille et qu'il paraît que cette bande a des relations avec les brigands de la Vendée ». Dans la seconde quinzaine de , des rassemblements suspects sont signalés à Argentré, Balazé, Champeaux, Châtillon, Cornillé, Étrelles, Montautour, Le Pertre, Taillis et Vergeal. Dans un rapport daté du , les autorités d'Ernée écrivent que des paysans d'Argentré, Le Pertre, Mondevert, Erbrée, La Chapelle-Erbrée, Bréal, Saint-M'Hervé, Montautour et Balazé avaient « porté leurs grain aux insurgés pendant leur séjour à Laval »[26].

La forêt du Pertre constitua un des refuges préférés des Chouans : plus de 1 200 chouans y étaient cantonnés. (Jean Chouan et ses frères par exemple, ainsi que le comte de Puisaye et d'autres comme les frères de Legge[Note 5], notamment Alexandre de Legge, « un ancien officier d'infanterie (...) ; il avait un frère ecclésiastique, d'un âge avancé, proscrit comme lui : tous deux vivaient tantôt dans une cabane, tantôt dans un souterrain creusé de leurs mains »[27] « dans lequel ils habitaient »[28], y séjournèrent à plusieurs reprises[29]).

« Bientôt le nombre des insurgés de la forêt du Pertre s'accrût par l'arrivée d'une foule de paysans qui voulaient se soustraire à de nouvelles persécutions. De misérables huttes furent la demeure primitive des insurgés ; les branchages en fournirent la matière; et la mousse et le gazon sont les toits furent couverts défendirent de la pluie ces peuplades nouvelles. Puisaye voulait que chaque cabane renfermât sept hommes, et que sept habitations formassent un cantonnement »[27]. Dans le courant de l'année 1793, des ecclésiastiques victimes de la Terreur vinrent aussi chercher un asile au fond de la forêt du Pertre[30].

En novembre 1793, « les chouans de la forêt du Pertre redoublèrent d'audace et de fureur. Des atrocités inouïes jusqu'alors, et le massacre des habitants de Cuillé ayant répandu l'alarme dans le canton, la garde nationale de La Guerche se mit à leur poursuite et prit trois de ces bandits, qui furent condamnés à être fusillés. L'un d'eux, nommé Laguais, offrit de racheter sa vie par la découverte de la retraite de ses chefs. (...) Huit cents hommes de la garnison de Vitré pénétrèrent dans la forêt du Pertre, guidés par Laguais », mais le comte de Puisaye parvint à s'échapper[31]. Les autorités révolutionnaires s'évertuèrent à neutraliser en y aménageant de larges brisées et en éclaircissant les taillis. Dans la campagne avoisinante, on obligea les paysans à couper les arbrisseaux des talus, qui protégeaient si bien ceux qui tendaient des embuscades. Dans l'espoir de neutraliser la rébellion, on vida les communes des alentours, obligeant leurs habitants à se réfugier à Vitré, qui fut comme leur prison[30]. .

Le prince de Talmont, commandant en chef de la cavalerie vendéenne, y fit halte quelques jours en décembre 1793 alors qu'il était en fuite (Virée de Galerne), se dirigeant vers la Normandie[32]. Le une partie du 6e bataillon républicain de la Manche et des gardes nationaux d'Ille-et-Vilaine pénétrèrent dans la forêt du Pertre où Puisaye croyait être à l'abri des troupes révolutionnaires. « La forêt du Pertre devint dès ce moment l'objet de la surveillance la plus active. Elle fut battue en tous sens par de nombreux détachements de troupes à pied et à cheval ; les retraites les plus cachées furent visitées ; mais on ne parvint pas à surprendre Puisaye dans l'endroit où il s'était réfugié »[33].

« Quelques malheureux habitants du Pertre et autres lieux des environs, dont la plupart étaient des officiers municipaux, que le général Moulin avait fait arrêter, autant par mesure de sûreté que pour en tirer divers renseignements dont il avait besoin, [ont] tous étés fusillés sans autre examen » le à Juigné-sur-Loire[34].

Un rapport daté du 10 floréal an II () indique que Decaen, commandant à La Gravelle, « a ramassé quelques guenilles dans la forêt du Pertre, dont les lâches [les chouans], en fuyant, se débarrassaient pour rendre leur fuite plus légère. Six individus ont été l'hécatombe qu'il a offert au génie de la Liberté. De ce nombre étaient trois hommes dont la demeure souterraine prouve la nécessité de rechercher cette espèce d'ennemis dans les entrailles de la terre. Étonnés de la sentir s'affaisser sous leurs pas, nos Républicains enfoncent leurs baïonnettes ; des cris aigus enfoncent leurs oreilles (...). Bientôt le trou se trouve à découvert et ils entendent très distinctement des voix humaines leur demander grâce »[35].

Dans les derniers jours de juin 1796, sortant du bourg du Pertre, des chouans de l'Armée catholique et royale de Rennes et de Fougères, dirigés par Henri du Boishamon, traversant une lande près de la forêt du Pertre, se trouvèrent nez à nez face à des "Bleus" deux fois plus nombreux ; les Chouans se réfugièrent dans la forêt, mais Henri du Boishamon fut blessé au poignet de la main droite. Cette escarmouche fut le dernier combat mené par la division de Vitré ; après avoir accepté les conditions du général Spital, qui commandait les troupes républicaines de Vitré, Henri du Boishamon se rendit à Laval le 11 messidor an IV ()[36].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le début du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1814 le comte Molé, ministre de la justice, autorise la tenue d'une foire annuelle au Pertre « qui aura lieu le second vendredi du mois de mai »[37].

Le journal Le Courrier écrit que lors de l'insurrection légitimiste de 1832 une bande de 500 chouans était le dans la commune du Pertre[38]. La forêt du Pertre servait aussi de refuge aux déserteurs de la région[39]. Le même journal annonce dans son numéro du 10 juillet 1832 l'arrestation en forêt du Pertre d'un nommé Hangret, qui « était à la tête d'une bande. Il est du village de Fayet, commune d'Argentré »[40] et dans son numéro du l'arrestation de deux réfractaires, l'un originaire d'Étrelles, l'autre de Taillis, ajoutant, faisant allusion à la chouannerie de 1832 : « Tout donne lieu à penser que cette forêt recèle encore certains de ses adhérents »[41]. En 1841 encore, le même journal Le Courrier écrit qu'un jeune homme de Vitré traversant la forêt du Pertre fut attaqué et gravement blessé par trois déserteurs ou insoumis qui se cachaient dans cette forêt[42].

L'église paroissiale Saint-Martin fut agrandie à partir de 1829 : « on allongea les nefs, on fit un second collatéral au nord et on éleva une tour. L'église, agrandie de la sorte, fut solennellement bénite, le par Mgr de Lesquen. (...) »[13].

Le Pertre décrit en 1843[modifier | modifier le code]

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Le Pertre en 1843 :

« Le Pertre (sous l'invocation de saint Martin, abbé de Vertou) : commune formée de l'ancienne paroisse de ce nom ; aujourd'hui succursale. (...) Principaux villages : Haligan, la Couture, Veau-Folet, la Foucherie, les Quatre-Croix, la Touche-Godet, la Haute et la Basse-Rivière, la Gautrie, la Marche (métairie), Gilbert, la Roche, Saint-Léonard, l'Étang (métairie), la Richotière, la Robinière-de-la-Marche, la Cerisière, la Blanchardière, les Mortiers, les Communs, les Ruées, la Faucaudière, Bas et Haut-Chevrier, le Latay. Maisons nobles : la Rainerie, Belair, la Rançonnerie. Superficie totale 4 308 hectares, dont (...) terres labourables 1 940 ha, prés et pâturages 401 ha, bois 1 230 ha, vergers et jardins 96 ha, mares et canaux 3 ha, landes et incultes 487 ha, étangs 23 ha (...). Moulins : 2 (de la Roche ou de la Marche, et aux Drubles, à vent). (...) Près du bourg du Pertre, et à 100 mètres environ au sud-ouest de l'église, est une fontaine qui forme un petit ruisseau dont les aux alimentent en hiver un vivier dit Ponceau. La queue de ce vivier se rend à l'étang de la Roche de Bretagne, ou plutôt traverse la prairie qui a remplacé cet étang, actuellement desséché. C'est donc au Pertre que la Seiche prend sa source. Ogée se trompe (...) quand il parle du peu de terres labourables que contient cette commune : il y en a en moyenne un hectare par habitant ; or la moyenne en Bretagne est nettement au dessous, c'est-à-dire à 60 ares environ. Il y a foire les seconds vendredis de mai, juin et octobre. Marché le vendredi. Géologie : terrain granititique ; schiste au nord. On parle le français [en fait le gallo]. »[43]

2 096 hectares de la forêt du Pertre, ainsi qu'une superficie presque équivalente de la forêt de Chevré, furent mises en vente par les "Forges de Port-Brillet" en 1856[44].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La fanfare Sainte-Cécile[modifier | modifier le code]

La "fanfare Sainte-Cécile" fut fondée en novembre 1862 par un instituteur de Saint-Cyr-en-Gravelais[45]. La "Sainte-Cécile", cette société de musique du Pertre, fut encore très active pendant l'Entre-deux-guerres, par exemple en 1921[46] et fêta ses 75 ans en 1937, comptant alors 30 membres actifs[45].

La fin du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Description par Amédée Guillotin de Corson de la nouvelle église Saint-Martin du Pertre, construite entre 1863 et 1873).

L'église paroissiale Saint-Martin du Pertre, pourtant agrandie entre 1829 et 1835, fut totalement reconstruite, en style néogothique, entre 1863 et 1873[13].

Un bureau télégraphique municipal ouvre au Pertre en novembre 1879[47].

Julien-Jean Communal[Note 6], hongreur[Note 7] au Pertre, qui avait assassiné une jeune femme dans le but de la voler, Marie Gallais, au Bas Chevrier en Le Pertre, condamné à mort par la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine, fut guillotiné à Rennes (environ 10 000 personnes assistèrent à son exécution publique) le [48].

Tradition[modifier | modifier le code]

« Les paysans de la commune du Pertre se lèvent vers minuit, dans la nuit du trente avril au premier mai, pour aller répandre du sel sur les échaliers de leurs prairies afin d'empêcher les sorciers de prendre leur beurre »[49].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Le programme des courses hippiques du Pertre en 1912 (journal L'Ouest-Éclair du ).

Le maire du Pertre, le vicomte Paul de Legge[Note 8], refusa en 1904 de soutenir le "syndicat agricole du Gravelais et du Pertre", alors en cours de formation (destiné en particulier à faciliter l'approvisionnement en engrais), prétextant : « J'entends que tout converge vers moi. Je suis le plus riche de la commune et je veux qu'il n'existe ici aucune autre influence que la mienne ! » ; le maire interdit même à ses fermiers de faire partie du syndicat et multiplia les abus de pouvoir à l'encontre de ce syndicat agricole, ce qui suscita de vives protestations de la part de plusieurs paysans[50].

Des courses hippiques étaient déjà organisées au Pertre au début du XXe siècle, par exemple en 1911[51]. L'école congréganiste des Sœurs de la charité de Notre-Dame d'Évron fut fermée le sur décision gouvernementale[52].

Un éboulement survenu dans la carrière du Bignon au Pertre fit deux morts le [53].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Cérémonie de remises de décorations à deux soldats du Pertre en 1921.
Le monument aux morts.

Le monument aux morts du Pertre porte les noms de 69 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale: parmi eux 8 sont morts en Belgique, tous dès l'année 1914 (Constant Doreau et Charles Fromentin à Rossignol dès le , Émile Buffet le même jour à Virton, Charles Hocdé le à Bixschoote, Ferdinand Bourdin le à Poperinge, René Juhel le à Boezinge et Léon Beauducel le même jour à Pilkem (près d'Ypres), Louis Guiboux le à Korteker) ; 1 (Bernard Filâtre) est mort en Serbie en 1917 dans le cadre de l'expédition de Salonique ; 1 (Emmanuel Travert) est mort en captivité en Allemagne ; les autres sont décédés sur le sol français, le dernier mort étant Isidore Maudet décédé le à l'hôpital complémentaire de Saint-Nicolas-de-Port (Meurthe-et-Moselle), donc nettement après l'armistice[54].

Le monument aux morts du Pertre fut inauguré le [55].

Plusieurs blessés de guerre furent décorés dans les années suivant la Première Guerre mondiale, notamment Constant Moricel, blessé le à Souain par un éclat d'obus qui lui fit perdre la vue et qui fut fait officier de la Légion d'honneur le après avoir été déjà fait chevalier de la Légion d'honneur en 1921, de même qu'Henri Blondeau[56].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

En décembre 1919, le docteur Charles de Sallier Dupin est élu conseiller général du canton d'Argentré-du-Plessis avec 1 670 voix, battant le conseiller général sortant, le vicomte Paul de Legge, qui n'obtint que 254 voix (dans la commune du Pertre, Charles de Sallier Dupin obtint 284 voix et Paul de Legge 36 voix)[57].

L'ouverture d'une école privée catholique au Pertre en 1935 alluma une guerre scolaire dans la commune, le curé exerçant de fortes pressions sur les paroissiens afin qu'ils inscrivent leurs enfants dans ladite école au détriment de l'école publique laïque qui fonctionnait jusque-là à la satisfaction des parents[58].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts du Pertre porte les noms de 4 personnes mortes pour la France pendant la Deuxième Guerre mondiale : Charles Moreau, tué à l'ennemi le à Bulson (Ardennes) ; Jules Lenain, décédé en captivité en Allemagne le , Marcel Poirier[59] et Louis Dorgère[54].

Quatre aviateurs britanniques (Norman Dixon, Frederick Halsey, Thomas Mac Caffrey, Harry Parker [ce dernier étant néo-zélandais ]) du "88th Squadron" de la Royal Air Force ont été tués, leur avion Boston n°BZ262 RH-O s'étant écrasé au lieu-dit "La Faucaudière" le  ; leurs tombes sont dans le carré militaire du cimetière du Pertre[60].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Georges Sorin est mort pour la France pendant la Guerre d'Algérie, tué le [54].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
      -  
    Joseph Thomas de la Plesse[Note 9] - Avocat. Fait Chevalier de la Légion d'honneur en 1865. Fut aussi maire de Vitré[61]. Député entre le au [62].
      -  
  1901 Louis de Legge de Kerléan[Note 10] - Vicomte. Ancien officier d'ordonnance au service du roi François II des Deux-Siciles (qu'il défendit lors du siège de Gaète en 1860 contre les Chemises rouges de Garibaldi) et ancien zouave pontifical (sous les ordres de Lamoricière, il servit le pape Pie IX). Décoré de l'Ordre du Médjidié. Conseiller général[63].
avant 1904 après 1907 Paul de Legge[Note 8] - Vicomte. Enseigne de vaisseau. Capitaine à l'Etat-Major de la 18e division d'infanterie. Chevalier de la Légion d'honneur.
Charles de Sallier Dupin[Note 11] - Médecin. Conseiller général[64]. Démissionne en 1931 pour raisons de santé[65].
1931 1959 Antoine de Sallier Dupin[Note 12] - Fils de Charles de Sallier Dupin. Médecin. Conseiller général.
1959 1978 Geoffroy de Legge[Note 13] - Fils de Paul de Legge, ancien maire. Comte. Colonel de cavalerie. Chevalier de la Légion d'honneur. Croix de guerre 1939-1945.
1978 1995 Théophile Paré -  
1995 2017 Dominique de Legge[66] UMP-LR Fils de Geoffroy de Legge, ancien maire. Cadre dirigeant - sénateur d'Ille-et-Vilaine (depuis 2008) - conseiller régional (1998-2014)
2017[67] en cours Joseph Maréchal - Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[68]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[69].

En 2017, la commune comptait 1 389 habitants[Note 14], en diminution de 2,46 % par rapport à 2012 (Ille-et-Vilaine : +5,19 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 1001 8211 7071 9631 9651 9721 8771 9091 989
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 0352 0152 0061 9041 8901 8941 8201 8561 792
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7751 7341 7391 5081 5111 4801 5571 5801 518
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 4751 3761 2701 3351 3261 3611 3701 4341 408
2017 - - - - - - - -
1 389--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[70] puis Insee à partir de 2006[71].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution des naissances
1701--1710 1711--1720 1721--1730 1731--1740 1741--1750 1751--1760 1761--1770 1771--1780 1781--1790 1791--1800
1137 1169 1178 1399 1116 1121 1019 868 820 596
1801--1810 1811--1820 1821--1830 1831--1840 1841--1850 1851--1860 1861--1870 1871--1880 1881--1890 1891--1900
526 496 539 436 460 473 463 474 474 446
1901--1910 1911--1920
408 279
Ces chiffres (jusqu'à 1920) sont basés sur le nombre de baptêmes et sont donc relativement fiables concernant le nombre de naissances.
Évolution des décès
1601--1610 1611--1620 1621--1630 1631--1640 1641--1650 1651--1660 1661--1670 1671--1680 1681--1690 1691--1700
307 261 368 435 509 551 486 1064 676 542
1701--1710 1711--1720 1721--1730 1731--1740 1741--1750 1751--1760 1761--1770 1771--1780 1781--1790 1791--1800
782 638 1021 1086 1220 840 888 914 867 ~900
1801--1810 1811--1820 1821--1830 1831--1840 1841--1850 1851--1860 1861--1870 1871--1880 1881--1890 1891--1900
566 421 572 471 443 458 457 423 414 384
1901--1910 1911--1920
297 356
Ces chiffres (jusqu'à 1920) sont basés sur le nombre de sépultures et sont donc relativement fiables concernant le nombre de décès.

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église paroissiale Saint-Martin-de-Vertou[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin-de-Vertou se situe au centre du village. De la place de l'église, partent toutes les routes menant aux villages environnants.

La première pierre de l'actuelle église a été bénite le par M. Vilais, curé-doyen d'Argentré-du-Plessis et chanoine de Rennes. Sa construction, à l'initiative de l'abbé Gourdier, recteur du Pertre entre 1819 et 1873, a duré une dizaine d'années et a été endeuillée par la mort de deux ouvriers[72].

Le clocher de l'église culminait à 83 mètres fin 1920 (en raison des réparations, en particulier après la chute du clocher de 1982, la hauteur a peut-être légèrement changé). Il est possible d'accéder à un parapet situé à 37 mètres du sol (la clef peut être empruntée au café Bambino). La légende dit que trente-neuf clochers sont visibles par beau temps du sommet de l'église, et il a été prouvé qu'effectivement trente-sept clochers étaient visibles au début du XXe siècle. Les quatre principales cloches sont nommées Marie-Henriette (2 137 kg), Louise-Prosper (1 471 kg), Joséphine-Perrine (1 038 kg) et Sophie-Amédée (245 kg).

Les dimensions de l'église sont 49 m de long, 16,5 m de large et 17 m de haut pour la nef principale.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Chapelle Saint-Joseph[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-Joseph est en forme de croix latine ; elle date de 1871[73].

Chapelle Saint-Léonard[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-Léonard, modeste bâtisse perdue dans la campagne, est surtout connue pour sa singulière légende dite des "Chaînes de Saint-Léonard" : vers la fin du XVIe siècle un charretier du Pertre, nommé Léonard, vit son attelage s'enfoncer dans un bourbier à cet endroit ; il aurait promis de se convertir s'il parvenait à sortir son attelage du bourbier, mais oublia ensuite sa promesse ; il fut étranglé peu après avec la chaîne de sa charrette ; les gens du pays élevèrent une chapelle à cet endroit et fixèrent au mur la chaîne qui l'avait étranglé. L'édifice religieux devint sous l'Ancien Régime un lieu de pèlerinage fréquenté : on y conduisait notamment les enfants qui tardaient à marcher et on leur passait la châine autour du corps afin qu'ils trouvent l'usage de leurs jambes[72].

Château de Bel-Air[modifier | modifier le code]

Le château de Bel-Air a été conçu à la fin du XIXe siècle par l'architecte Henri Mellet pour la famille de Legge.

Manoir de la Marche[modifier | modifier le code]

Hippodrome de la Chaussée[modifier | modifier le code]

Cet hippodrome accueille une épreuve de championnat de France de cross-country[74]. Trois réunions s'y déroulent chaque année entre juillet et septembre.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Forêt du Pertre[modifier | modifier le code]

D'une superficie de 1 513 hectares, la forêt du Pertre est une chênaie-hêtraie, classée en zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique[75] en 1997. Elle a certain intérêt ornithologique puisque trente-deux espèces d'oiseaux y sont recensées, dont cinq peu courantes dans la région (la Bondrée apivore, le Faucon hobereau, la Huppe fasciée, le Rougequeue à front blanc et le Pic mar). Par ailleurs, cette forêt compte deux espèces de chauves-souris.

La forêt est un site de captage d'eau potable[76], via des drains qui amènent l'eau jusqu'à Vitré et un périmètre de protection. La mise en place de pylônes pour la ligne haute tension Normandie-Maine à l’extrémité nord de ce site a fait l'objet de recours juridiques[77].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Circuit des deux provinces[modifier | modifier le code]

Le Circuit des deux provinces est une compétition cycliste organisée chaque année.

Les "Bleuets du Pertre"[78] sont un club de football qui existait déjà pendant la Seconde Guerre mondiale. Un club de football existait déjà au Pertre en 1910[79].

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne de bus no 5 de Vitré Communauté et son terminus.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

La commune du Pertre est traversée par les infrastructures suivantes :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Le Moullec, Est-ce ainsi que les hommes vivent ? Les registres paroissiaux du Pertre 1564-1670, édition, annotation et présentation, Rennes, 1997, (Archives d'I&V - Mémoire 2 J 712).
  • Compilation des bulletins paroissiaux de à (une copie est disponible à la bibliothèque municipale du Pertre).
  • Pouillé historique, abbé Amédée Guillotin de Corson, tome II, 563.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2017, légale en 2020.
  2. Personnes en âge de communier.
  3. Le prieuré était à présentation de l'abbé de Saint-Jouin de Marnes, et valait 3 000 livres, voir http://www.infobretagne.com/pertre.htm
  4. Louis François-Séraphin de Bois-Jourdan, seigneur de Longuefuie et des Courants, conseiller à la Cour de Rennes. Le château du Bois-Jourdan est situé à Bouere (Mayenne)
  5. Les frères de Legge, dont Alexandre de Legge, né le au Pertre, capitaine au régiment de Brie, décédé en 1837, chef chouan qui fit d'abord partie de la Conjuration Bretonne d'Armand Tuffin de La Rouërie, commanda des troupes en Ille-et-Vilaine, puis se réfugia avec son frère prêtre et sa famille et ses hommes dans la forêt du Pertre (son frère l'abbé de Legge rédigea pour le compte de Puisaye un code complet destiné à régler l'organisation civile et militaire de la chouannerie) ; Alexandre commandait les troupes de la forêt du Pertre et était donc sous les ordre du comte de Puisaye ; il est le grand-père de Louis de Legge de Kerléan, maire du Pertre avant 1901.
  6. Julien-Jean Communal, né le à Haute-Coudre en Essé.
  7. Un hongreur est un castreur de chevaux
  8. a et b Paul de Legge de Kerléan, né le à Rennes, décédé le au château de Bel-Air au Pertre
  9. Joseph Thomas de la Plesse, né le à Vitré, décédé le à Vitré.
  10. Louis de Legge, né le au Pertre, décédé le à Rennes. Il ajouta à son nom celui de Kerléan en vertu du testament de Mlle de Kerléan, ce qui fut confirmé par décret du .
  11. Charles de Sallier Dupin, né le à Nantes (fils d'Henri de Sallier Dupin, conseiller général du canton d'Argentre-du-Plessis pendant 30 ans et décédé le au château de la Rançonnerie au Pertre), décédé le au Pertre.
  12. Antoine de Sallier Dupin, né le à Nort-sur-Erdre (Loire-Inférieure), décédé le au Pertre.
  13. Geoffroy de Legge de Kerléan, né le à Rennes, décédé le à Renes.
  14. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 25 août 2015)
  2. F. Kerforne et Y. Milon, Observations faites sur le tremblement de terre de la Mayenne du 10 janvier 1921, Société géologique et minéralogique de Bretagne, "Bulletin de la Société géologique et minéralogique de Bretagne", 1921, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9691007z/f42.image.r=Pertre?rk=150215;2
  3. T. Bézier, Sur l'existence de la fluorine cristallisée .., "Bulletin de la Société scientifique et médicale de l'Ouest", 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6565325g/f93.image.r=Pertre?rk=2188852;0
  4. a et b Site de KerOfis : base de données du service Patrimoine linguistique de l'Office public [1]
  5. a et b « Etymologie et Histoire de Le Pertre », infobretagne.com (consulté le 2 janvier 2017).
  6. Site du CNRTL : étymologie de pierre [2].
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6)
  8. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, 4 volumes, Genève : Droz, 1990-1998
  9. Site du CNRTL : étymologie de pertuis [3]
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit., p. 524b.
  11. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions errance 2003. p. 165.
  12. http://lepertre.fr/commune-ille-et-vilaine.aspx.
  13. a b c et d Amédée Guillotin de Corson, Pouillé historique de l'archevêché de Rennes, t. 5, 1880-1886 (lire en ligne).
  14. Aveu de 1475, Seigneur et Dame de Gazon, Archives départementales, cité par M. Etasse, Documents inédits concernant la baronnie de Vitré, "Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine", 1910, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207795g/f71.image.r=Domagn%C3%A9
  15. http://www.infobretagne.com/visseiche.htm
  16. Abbé Paris-Jallobert, "Journal de Vitré", pages 204 et 370
  17. Paul Banéat, Étude sur les voies romaines du département d'Ille-et-Vilaine, "Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine", 1927, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k122073r/f98.image.r=Domagn%C3%A9
  18. Michel Lagrée, La structure pérenne, événement et histoire en Bretagne orientale, XVIe-XXe siècles, "Revue d'histoire moderne et contemporaine", juillet 1976, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5446239g/f86.image.r=Pertre?rk=5600886;0
  19. Gustave Chaix d'Est-Ange, "Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle", 1903-1929, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111995g/f22.image.r=Pertre?rk=5708182;4
  20. "Mémoire concernant la fabrique et le commerce des différentes toiles comprises dans le règlement du 22 may 1736 des toiles rayées et des coutil qui se fabriquent en Bretagne", Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, C 3929
  21. Yann Lagadec et Delphine Pointeau, La proto-industrie textile dans les campagnes des environs de Vitré (XVI|e - XIX|e siècles), un modèle spécifique de production ?, MSHAB (Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne), 2006, pages 185-189.
  22. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist02og/page/394/mode/2up
  23. http://www.infobretagne.com/pertre.htm
  24. Amédée Guillotin de Corson, Pouillé historique de l'archevêché de Rennes, t. 5, 1880-1886 (lire en ligne).
  25. "Dictionnaire historique des batailles, sièges et combats de terre et de mer qui ont eu lieu pendant la Révolution française", tome 2, 1818, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9612563d/f290.image.r=Pertre?rk=3905598;4
  26. Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, cité par Roger Dupuis, "De la Révolution à la Chouannerie", Nouvelle bibliothèque scientifique, Flammarion, 1988,[ (ISBN 2-08-211173-3)]
  27. a et b Dictionnaire historique des batailles, sièges et combats de terre et de mer qui ont eu lieu pendant la Révolution française, t. 2, (lire en ligne).
  28. "Résumé des victoires et conquêtes des Français", tome 1, Histoire des batailles, sièges et combats qui ont eu lieu depuis 1792, jusques et y compris la dernière guerre d'Espagne en 1823, .., 1826, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6358605x/f466.image.r=Pertre
  29. Henri Lemaire, "Histoire de France, depuis la mort de Louis XVI jusqu'au 1er août 1821", tome 1, 1821-1822, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3060718b/f184.image.r=Pertre?rk=1673828;0 et Jean Drault, Les Origines, la Vie, la Mort de Jean Cottereau, dit Jean Chouan, journal Le Gaulois, n° du 7 décembre 1925, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k540361b/f4.image.r=Pertre?rk=1587990;4
  30. a et b Alexandre Furcy Guesdon, Histoire des guerres de la Vendée depuis 1792 jusqu'en 1796, (lire en ligne).
  31. Alexandre Furcy Guesdon, Histoire des guerres de la Vendée depuis 1792 jusqu'en 1796, (lire en ligne).
  32. Joseph Chardonnet, "Rennes et la Haute-Bretagne", éditions France-Empire, 1980
  33. Paul Chastan, Honoré Bondilh et A. Lardier, "Épisodes célèbres de la révolution dans les provinces, ..", tome 1, 1846-1847, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3075721n/f220.image.r=Pertre?rk=2532201;2
  34. François Uzureau, Les prisonniers de Laval transférés à Doué-la-Fontaine, revue "L'Anjou historique", n° de novembre 1915, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9742191d/f96.image.r=Pertre?rk=3862680;0
  35. Jean-Baptiste Kléber, "Kléber en Vendée (1793-1794)", documents publiés, pour la Société d'histoire contemporaine par Henri Baguenier-Désormeaux, 1907, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111939x/f575.image.r=Pertre
  36. "Henri Du Boishamon,... : sa vie à travers la Révolution et la Terreur, ses services dans l'armée catholique et royale de Bretagne, ce qu'il fut pendant et après la Restauration, notes recueillies sur documents authentiques", 1879, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9600743f/f79.image.r=Pertre
  37. "Bulletin des lois de la République française", 1814, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k445371v/f127.image.r=Pertre?rk=3111603;2
  38. Journal Le Courrier, n° du 7 juin 1832, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4708794f/f2.image.r=Pertre?rk=85837;2
  39. Journal Le Courrier, n° du 17 juin 1831, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4708440v/f3.image.r=Pertre?rk=64378;0 et n° du 26 juillet 1831, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4708479q/f2.image.r=Pertre?rk=107296;4
  40. Journal Le Courrier, n° du 10 juillet 1832, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4708827c/f3.image.r=Pertre?rk=128756;0
  41. Journal Le Courrier, n° du 6 septembre 1833, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4706700r/f3.image.r=Pertre?rk=171674;4
  42. Journal Le Courrier, n° du 11 septembre 1841, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k47057829/f3.image.r=Pertre?rk=150215;2
  43. A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 1, (lire en ligne).
  44. Journal Le Pays, n° du 12 mars 1856, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4656298w/f4.image.r=Pertre?rk=257512;0
  45. a et b Journal L'Ouest-Éclair, n° du 22 novembre 1937, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k661083t/f7.image.r=Pertre?rk=1309019;2
  46. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 9 juillet 1921, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k646600p/f5.image.r=Pertre?rk=85837;2
  47. Journal des débats politiques et littéraires, n° du 10 novembre 1879, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k460978g/f3.image.r=Pertre?rk=85837;2
  48. Journal La Lanterne du 20 mars 1892, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7506478t/f3.image.r=pertre?rk=858373;2 et journal Le Constitutionnel, n° du 21 juillet 1892, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6833981/f1.image.r=pertre?rk=150215;2
  49. Adolphe Orain, Folklore de l'Ille-et-Vilaine, 1897
  50. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 26 décembre 1907, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641659f/f3.image.r=Pertre?rk=836914;0 et n° du 5 janvier 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641669s/f6.image.r=Pertre?rk=987129;2
  51. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 4 juillet 1911, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k642945s/f3.image.r=Pertre?rk=729617;2
  52. Journal La Croix, n° du 28 juin 1912, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2583395/f2.image.r=Pertre?rk=343349;2
  53. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 30 juillet 1913, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k643702x/f4.image.r=Pertre?rk=1738206;0
  54. a b et c « Le Pertre - Monument aux Morts », sur memorialgenweb.org.
  55. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 5 mai 1924, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k647631c/f4.image.r=Pertre?rk=5922776;0
  56. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 13 février 1933, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6591880/f7.image.r=Pertre?rk=2596579;2
  57. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 16 décembre 1919, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k646030v/f3.image.r=Pertre?rk=1266100;4
  58. Journal L'Œuvre, n° du 21 janvier 1936, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4620087q/f2.image.r=pertre?rk=815454;4
  59. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 8 février 1941, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k662243b/f4.image.r=Pertre?rk=815454;4
  60. « Le Pertre - Plaque commémorative », sur memorialgenweb.org.
  61. Journal Le Pays, n° du 20 août 1865, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4656818x/f3.image.r=Pertre?rk=343349;2
  62. http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/18215
  63. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 23 octobre 1901, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k639408p/f2.image.r=Pertre?rk=6952824;0 et journal La Petite Presse, n° du 23 octobre 1901, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4722067t/f1.image.r=Pertre?rk=42918;4
  64. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 6 novembre 1931, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k658723m/f6.image.r=Pertre?rk=1244641;2
  65. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 4 août 1931, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k658629k/f6.image.r=Pertre?rk=6824068;0
  66. Réélection 2014 : « Le Pertre (35370) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 2 mai 2014)
  67. « Pays de Vitré. Le Pertre : Joseph Maréchal est le nouveau maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 13 octobre 2017)
  68. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  69. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  70. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  71. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  72. a et b « Le patrimoine architectural du Pertre », sur lepertre.fr.
  73. http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/dossier/chapelle-saint-joseph-des-drubles-saint-joseph-le-pertre/9bb2f5ce-176d-4379-8312-31706d19a7eb
  74. Site des courses du Pertre.
  75. « Fiche ZNIEFF de la Forêt du Pertre », sur site de l'INPN (consulté le 7 décembre 2012)
  76. « Arrêté préfectoral de protection », sur site internet de la Préfecture de Bretagne
  77. « Reportage France 3 »
  78. https://bleuets-football.footeo.com/
  79. Journal L'Ouest-Éclair, n° du , consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6424279/f3.image.r=Pertre?rk=600861;2
  80. « Les opposants à la THT « décorent » les pylônes - Ouest France »
  81. « Une randonnée contre la ligne à très haute tension - Ouest France »

Liens externes[modifier | modifier le code]