Availles-sur-Seiche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Availles.
Availles-sur-Seiche
Vue générale sur le bourg.
Vue générale sur le bourg.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton La Guerche-de-Bretagne
Intercommunalité Vitré Communauté
Maire
Mandat
Élisabeth Carré
2014-2020
Code postal 35130
Code commune 35008
Démographie
Gentilé Availlais
Population
municipale
682 hab. (2014 en diminution de 2,01 % par rapport à 2009)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 57′ 40″ nord, 1° 11′ 45″ ouest
Altitude Min. 52 m
Max. 89 m
Superficie 11,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Availles-sur-Seiche

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Availles-sur-Seiche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Availles-sur-Seiche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Availles-sur-Seiche

Availles-sur-Seiche est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne et peuplée de 682 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Réseaux[modifier | modifier le code]

Un point de suivi de la qualité des eaux de la Seiche est présent sur la commune[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes ecclesia de Avaleia en 1174, Availlia,Availleia au XVe siècle, ecclesia de Availlis en 1516[2].

Issu du latin aqua (eau), ou du gaulois aballo (pomme)[2].

En 1920, le nom de la commune d'Availles a été modifié en Availles-sur-Seiche[3].

Le gentilé est Availlais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

En 1995, un sondage, pratiqué au Verger, a montré la présence d'un habitat gaulois des deux derniers siècles av. J.-C.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Veuve de Bernard Grout de la Corderie, seigneur de Fourneaux, dont le château est situé à 2,5 km du bourg. Le musée de Vitré possède une cloche qui provient de la chapelle du château des Fourneaux. Le château des Fourneaux est une construction des XVe et XVIe siècles.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Le , des gardes nationales font irruption dans les paroisses d'Arbrissel, Moussé, La Selle et Availles pour les débarrasser de leurs prêtres réfractaires[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1983 (?) juin 1995 Louis Rupin[5]    
juin 1995 mars 2008 Joseph Rubin[5]    
mars 2008[6] en cours Élisabeth Carré   Sans profession
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2014, la commune comptait 682 habitants[Note 2], en diminution de 2,01 % par rapport à 2009 (Ille-et-Vilaine : +5,61 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
850 717 958 766 757 790 802 820 793
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
790 741 719 714 726 745 724 687 681
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
673 651 585 521 542 543 552 541 521
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
507 475 448 433 425 512 647 666 685
2013 2014 - - - - - - -
689 682 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune ne compte aucun bâtiment protégé au titre des monuments historiques immeubles. Il y a cependant deux protections au titre des monuments historiques meubles.

Église Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

Église.

L'église est dédiée à saint Pierre[10] et se compose d'une nef terminée par un chevet droit. Cette construction remonte aux XVe et XVIe siècles pour les quatre chapelles qui se trouvent, deux de chaque côté, au haut de la nef. Le clocher fut reconstruit en 1779[10]. Dans le chœur se trouve l'enfeu des seigneurs de Fourneau et sur l'un des piliers du haut de la nef est une inscription gravée sur cuivre, relatant la fondation en 1655, de la confrérie du Saint-Sacrement, faite par le recteur Pierre Jouyn, qui fonda à cette intention une messe solennelle tous les jeudis.

Le bâtiment contient un tableau[11] et un ensemble de trois retables[12] tous deux protégés au titre des monuments historiques mobiliers.

Malgré un projet de translation hors du périmètre de l'église dès 1865 et une pratique largement utilisée, le cimetière de la paroisse est resté autour de celle-ci et conserve la même emprise figurée sur le cadastre ancien de 1827.

Chapelles[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Joseph.

La chapelle Saint-Joseph a été construite en 1867 par monsieur l'abbé Beaudais, vicaire à Availles, près d'un carrefour de chemins appelé la Croix-Couverte, à l'emplacement d'un ancien oratoire. Bâtie dans le style néogothique, elle se situe au bord de la route de Cuillé.

La chapelle Saint-Fiacre de Fourneau. Une cloche de cette chapelle, fondue en 1538, est conservée au musée de Vitré, elle porte une inscription. Il est vraisemblable que la chapelle de Fourneau fut construite une quarantaine d'années plus tôt, à la fin du XVe siècle, par François de Broons, acquéreur de Fourneau en 1495.

À côté de l'église paroissiale se trouvait naguère une chapelle dédiée également à saint Pierre. Elle était très ancienne et avoisinait une motte féodale aujourd'hui rasée.

Croix[modifier | modifier le code]

Les croix, qui n'avaient pas toujours une signification religieuse (certaines pouvant signifier une limite de juridiction, de paroisse ou de simple propriété) étaient autrefois très nombreuses dans les paroisses et pratiques pour se repérer. Outre la croix de pierre du cimetière, on dénombre neuf croix sur le territoire de la commune. Une d'entre elles, située dans le bourg entre l'ancien presbytère et l'ancien hospice est une croix de mission datée 1890. Plusieurs croix de chemin sont datées. Ainsi, près du Verger, on trouve une croix de 1827, près de la chapelle Saint-Joseph de 1873, à la Croix-Verte de 1922 et près de la Gaudinière de 1958. Une seule des neuf croix est en bois, il s'agit de celle de la Croix-Verte, toutes les autres sont en granite.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph Julliot, missionnaire à Haïti. Né à Availles en 1874. Il est ordonné prêtre en 1899 et envoyé en mission à Haïti. Il est sacré évêque à Port-au-Prince en 1928. Après sa démission en 1936, il se retire en Bretagne et meurt à La Guerche-de-Bretagne en 1939.
  • Jacques Franchère, chirurgien à Québec (Canada), né à Availles le 27 juillet 1722 et mort à Québec le 26 octobre 1766. Il est l'ancêtre de nombreux Franchère qui ont émaillé l'histoire du Québec, explorateur, hommes politiques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014, légale en 2017.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]