Saint-Didier (Ille-et-Vilaine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Didier.
Saint-Didier
L'église paroissiale.
L'église paroissiale.
Blason de Saint-Didier
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Châteaugiron
Intercommunalité Vitré Communauté
Maire
Mandat
Joseph Jouault
2014-2020
Code postal 35220
Code commune 35264
Démographie
Gentilé Déodatien
Population
municipale
1 955 hab. (2014)
Densité 138 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 05′ 41″ nord, 1° 22′ 18″ ouest
Altitude Min. 40 m – Max. 97 m
Superficie 14,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Didier

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Didier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Didier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Didier
Liens
Site web www.saintdidier35.fr

Saint-Didier est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne, peuplée de 1 955 habitants[Note 1] (les Déodatiens).

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Saint-Didier

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Didier se situe à environ 22 km à l'est de Rennes et à 16 km à l'ouest de Vitré, à proximité de la ville de Châteaubourg.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Châteaubourg Saint-Jean-sur-Vilaine Rose des vents
N Cornillé
O    Saint-Didier    E
S
Domagné Louvigné-de-Bais

Lieux-dits, hameaux[modifier | modifier le code]

Le bas du bourg vu depuis le carrefour du CD 33 et du CD 105 (en bas de la côte de la Croix-Verte)

La population était traditionnellement très dispersée. Par exemple, lors du recensement de 1936, pour un total de 682 habitants, la population du bourg ["agglomérée au chef-lieu"] est de 114 habitants et celle des hameaux ["population dispersée"] de 568 habitants[1]. Ce n'est que progressivement depuis les deux dernières décennies du XXe siècle que l'exode rural d'une part, la périurbanisation qui a entraîné la création de nombreux lotissements d'autre part, a modifié la répartition de la population communale, désormais principalement agglomérée.

La Peinière[modifier | modifier le code]

Le hameau de la Painière, ou Poinière (le nom du hameau est ainsi orthographié sur la carte de Cassini, ou encore sur la carte d'État-Major (1820-1866)[2] ; il est orthographié "Painière" sur le plan cadastral de 1830) est devenu le principal centre de pèlerinage du diocèse de Rennes. C'est le clergé catholique qui a modifié le nom du hameau, le transformant en "Peinière"[3], en profitant de la ressemblance de nom, pour faire de la Vierge ici honorée "Notre-Dame de la Peine", consolatrice des affligés[4].

Édifiée au XIXe siècle, la chapelle Notre-Dame de la Peinière actuelle, de néo-romane, construite en 1895 et 1900, surmontée d'une statue dorée de la Vierge, remplace un oratoire construit vers la fin du XVIe siècle et une première chapelle construite en 1839-1840. La tradition veut que ce sanctuaire ait été érigé à la suite de la découverte d'une statuette de la Vierge Marie dans un champ par un laboureur, au lieu-dit la Peinière, au nord-est de Saint-Didier, non loin de la Vilaine. Ce paysan ramena la statuette chez lui, mais elle disparut et fut retrouvée à l'endroit même de son invention. L'histoire se répéta par trois fois et la population décida alors d'ériger un oratoire au dit lieu pour honorer la Vierge Marie. Aujourd'hui, Notre-Dame de la Peinière, patronne de l'archidiocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo, est toujours l'objet de dévotions et de piété. Le plus grand pèlerinage se déroule début septembre, à l'occasion de la fête de la Nativité de la Vierge[5].

Ce lieu de pèlerinage a suscité la création de commerces, en particulier de deux cafés-auberges, qui se sont transformés au fil des décennies en deux importants hôtels-restaurants, Le Bon accueil (renommé depuis 2011 Le Privilège)[6] et Pen'Roc[7], dont l'activité ne dépend plus guère désormais des pèlerinages.

Relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

La Vilaine à Pont-Riou

Le finage de la commune de Saint-Didier est délimité au nord par le fleuve côtier Vilaine, qui forme limite avec les communes voisines de Saint-Jean-sur-Vilaine et Saint-Melaine, et qui coule dans sa vallée qui se trouve à 50 mètres d'altitude à son entrée sur le territoire communal près du Moulin Neuf et à 46 mètres d'altitude à sa sortie en aval de la Gidonnière ; à l'ouest le ruisseau de la lande, un modeste affluent de rive gauche, forme limite avec Châteaubourg. Le reste du finage, un morceau de la partie orientale du Bassin de Rennes, forme un plateau légèrement vallonné, situé entre 70 mètres et 96 mètres d'altitude, le point culminant étant situé au Chêne-Harel, où a été implanté logiquement le château d'eau. Le bourg est situé vers 67 mètres d'altitude, implanté initialement sur la rive gauche d'un autre modeste affluent de rive gauche de la Vilaine, le ruisseau de la Baudière, qui conflue avec la Vilaine près de Pont-Riou, et draine la partie centrale du finage communal. Aux alentours de Pont-Riou, le lit majeur de la Vilaine est parsemé de plusieurs étangs ; un autre est situé dans la partie aval du ruisseau de la Lande et sert de réserve d'eau pour le syndicat intercommunal des eaux de Châteaubourg.

La Vilaine provoque régulièrement des inondations importantes, qui frappent essentiellement Pont-Riou, le seul hameau situé dans son lit majeur, mais peuvent aussi couper la route vicinale entre la Peinière et les Lacs, à hauteur de la Roche, à l'endroit où existe un méandre recoupé de la Vilaine[8]. Ce fut le cas par exemple en janvier 1939[9].

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par deux axes de transports importants : la ligne ferroviaire de Paris-Montparnasse à Brest et la voie expresse RN 157 (en fait l'axe routier Paris-Rennes, prolongement vers la Bretagne de l'autoroute A81), mais aucun des deux ne dessert directement la commune : les gares les plus proches sont la halte ferroviaire des Lacs (commune de Saint-Aubin-des-Landes) et la gare de Châteaubourg ; les échangeurs routiers les plus proches sont ceux de Châteaubourg (en direction de Rennes) et celui de Vitré-Ouest (en direction de Paris). La LGV Paris-Rennes passe un peu plus au sud, traversant les communes voisines de Domagné et Louvigné-de-Bais.

La commune n'est directement desservie que par deux routes départementales : le CD 33 et le CD 105. La Vilaine, ainsi que la voie ferrée, forment obstacle aux communications sud-nord, seuls deux ponts et deux passages à niveaux la franchissant à hauteur de la commune de Saint-Didier, ceux du Val sur le CD 105 en direction de Saint-Jean-sur-Vilaine et de Pont-Riou sur une route communale en direction de Saint-Melaine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes ecclesia Sancti Desiderii en 1116, ecclesia de Sancto Desiderio en 1516.

La commune porte le nom de Saint Didier, qui fut évêque de Rennes à partir de 687. Il est toutefois possible que le saint ainsi honoré soit en fait Didier de Vienne, qui fut évêque de Vienne entre 596 et 608[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

La paroisse de Saint-Didier aurait dépendu initialement de la collégiale de Notre-Dame de Vitré avant d'être donné en 1116 par Marbode, évêque de Rennes, à l'abbaye Saint-Melaine de Rennes. Elle est nommée ecclesia Sancti Desiderii (en 1116), ecclesia de Sancto Desiderio (en 1516)[10].

Saint Golven[modifier | modifier le code]

C'est en ce lieu que saint Golven aurait bâti un ermitage au VIIe siècle. Un oratoire datant de la fin du XIXe siècle est visible dans le bois de Saint-Golven où selon la tradition le saint se serait retiré après avoir été évêque de Rennes et où il serait mort[11].

Les auteurs de la Vie des Saints de Bretagne disent que saint Goulven, sixième évêque de Saint-Pol-de-Léon, quitta son Siège quelques années avant sa mort, pour se retirer dans une solitude au territoire de Saint-Didier, qu'il y bâtit un petit oratoire dans lequel il mourût, et que c'est précisément dans cet endroit que l'on plaça l'église paroissiale de Saint-Didier, dans laquelle on plaça les reliques de saint Goulven[12].

« Ayant choisi un lieu propre et commode à la contemplation, nommé La Motte-Merioul, il s'y seroit basti un petit oratoire et y aurait fini sa vie en austère pénitence », menant une vie d'anachorète, écrit Bertrand d'Argentré[13]. Dieu lui révéla le jour de son décès. « Il tomba incontinent malade d'une fièvre aiguë et violente » et rendit l'âme en 616, probablement à Saint-Didier. Il aurait été enseveli dans l’abbaye Saint-Melaine de Rennes et ses reliques seraient devenues la propriété de la cathédrale Saint-Pierre de Rennes[14]. La vénération de ses reliques permit l'accomplissement de nombreux miracles énumérés par Albert Le Grand.

« On montre encore aujourd'hui, près du village de la Motte, en la paroisse de Saint-Didier, le jardin, le four et le puits possédés, d'après une tradition constante et séculaire, par saint Golven » écrit en 1889 l'abbé Alexandre Thomas[15].

Le reste du Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Selon Jean-Baptiste Ogée 1300, Béatrix de Bourgogne, comtesse de la Marche et d'Angoulême, épouse de Hugues XIII de Lusignan, aurait possédé un château très fort en Saint-Didier[12], mais il s'agit probablement d'une confusion si l'on en croit ses continuateurs A. Marteville et P. Varin[16].

Selon la tradition, à une date inconnue, une bataille très meurtrière se serait tenue sur la lande de Trouillot, entre Saint-Didier et Cornillé[16].

L'existence en Saint-Didier d'un prieuré de Brétigneul est attestée en 1411, année où il fut incorporé dans la mense de l'abbaye Saint-Melaine de Rennes[17]. Ce prieuré n'a laissé aucune autre trace dans l'histoire, mais la présence en Saint-Jean-sur-Vilaine d'un moulin de Brétigneul et d'un hameau dénommé "Le Prieuré" et en Saint-Aubin-des-Landes d'un hameau dénommé "Brétigneul" confirment que ce prieuré a bien existé.

La seigneurie de la Motte-Mérioult, au toponyme révélateur (une motte féodale est encore visible, entourée de ses douves, au lieu-dit La Motte-Mériou) appartint à la famille de Montbourcher au XVe siècle (par exemple, Guillaume IV de Montbourcher, né vers 1425, seigneur de Montbourcher[18] et du Pinel[19] ; l'un de ses descendants René VI de Montbourcher, né en 1578, décédé vers 1647 à Nantes, seigneur du Bordage et de Poligné épouse le à Laval Élisabeth du Boais de Mesneuf, née vers 1685 et décédée le ).

Jean du Tiercent, membre de la famille du Tiercent, permuta en 1453 la cure de La Selle-en-Coglès avec celle de Saint-Didier où il mourut en 1469[20].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Mayneuf[21], érigée en vicomté avant 1478, disposait du droit de haute justice et de prééminences dans l'église paroissiale ; le pilori, les ceps et collier[22] de cette seigneurie se trouvaient dans le cimetière de Saint-Didier ; le château était entouré de douves et possédait tours et pont-levis[23]. Cette seigneurie fut possédée successivement par les familles Mayneuf (en 1199), la Cigogne (en 1399), du Hallay (Gilles du Halay (Hallay) était vicomte de Mayneuf en 1478[24] et se maria avec Jeanne d'Ust[25]), Rosmadec[26] (Étienne de Rosmadec[27], Guillaume de Rosmadec[28]) et Boisgelin (ou Boisgeslin) : la famille de Boisgelin était seigneur du dit-lieu (en Pléhédel), vicomte de Mayneuf[29] (ou Meneuf) en Saint-Didier, marquis de Cucé[30] en Cesson, etc.. ; par exemple Thébaud (Thibault) de Boisgelin[31], Barthélémy de Boisgelin[32], Jean de Boisgelin père[33], Jean de Boisgelin fils[34] (en 1653), Gabriel de Boisgelin[35] (en 1687), Renaud-Gabriel de Boisgelin[36] (en 1730) furent tous successivement seigneurs de Mayneuf, les trois derniers cités étant aussi présidents à mortier au Parlement de Bretagne, le dernier cité étant en plus seigneur de Cucé, de même que Jean de Dieu-Raymond de Boisgelin de Cucé (1732-1804) qui fut député du clergé aux États généraux de 1789, évêque, archevêque, cardinal ainsi qu'homme de lettres[37].

La maison la plus ancienne du bourg (elle daterait du XVIIe siècle)

Une chapelle frairienne de saint Gervais, fondée de deux messes par semaine, est attestée en 1622 ; Joachim Perrel en était alors le chapelain. Signalée déjà détruite en 1880, elle a été remplacée par un petit oratoire.

En 1602, Jean de la Porte[38], seigneur du Val, fonda la chapellenie de Saint-André de la Peinière, pour être desservie dans la chapelle de son manoir du Val. Cette fondation consistait dans la terre de la Peinière, concédée au chapelain du Val car il n'y avait point alors de chapelle à la Peinière. En 1628 Robert des Déserts, seigneur de la Brunelière [en Châteaubourg], épousa Jeanne de la Vigne dans la chapelle du manoir du Val, fondée de deux messes par semaine[39]. René Marquer en 1661, et Charles Paillé en 1782, furent pourvus de ce petit bénéfice.

Le vieux château du Val (avant 1914)

Le manoir du Val[40]. disposait du droit de haute justice et fut propriété successive des familles d'Argentré (en 1369), Léziart, Espinay, Busson, Beaumanoir, La Porte, Marion[41], Boispéan [en Fercé] (vers 1744), Gascher, Léziart du Dézerseul et Vincendon[10].

Suivant lettres patentes de Louis XIV données au mois d'août 1680, à Jean de Boisgeslin, vicomte de Mayneuf, unissant la seigneurie de La Baudière[42] en Saint Didier à la vicomté de Mayneuf, enregistrées le au Parlement de Bretagne[43], la terre seigneuriale de la Baudière en Saint-Didier, relevant aussi partie du roi et partie du baron de Vitré (venue aux mains des seigneurs de Sévigné[44] par le mariage en février 1510 de François de Sévigné[45] avec Catherine de la Charronnière, dame de la Baudière[46]) fut vendue 40.000 livres, le , par Marie de Rabutin, marquise de Sévigné, alors cousue de dettes, à Jean de Boigeslin, vicomte de Mayneuf, qui l'incorpora à sa vicomté[47]. Jusque-là, la juridiction de la seigneurie de la Baudière, unie à celles de La Haye en Torcé et des Rochers, également possédées par la famille de Sévigné, s'exerçait à Étrelles[48]. Cette vente qui diminuait la valeur de la principale terre des Sévigné était une vente forcée. Les 40.000 livres versées par M. de Mayneuf, de 1671 à 1680, furent remis à Guillaume de Harouys, un de ses créanciers. Quelques autres paiements réduisirent la dette de Madame de Sévigné à 50.000 livres qui lui furent réclamés en termes très pressants, le [49].

Selon Amédée Guillotin de Corson, un assez singulier usage existait à Saint-Didier le Vendredi saint : ce jour-là, tous les boulangers vendant pain dans le bourg devaient livrer au sergent de la seigneurie de Mayneuf deux pains blancs, lesquels sont rompus par morceaux et jetés au peuple de la paroisse après le service divin ; le sergent, monté sur la plus haute marche du cimetière (qui alors entourait l'église), disant : « En disant et entretenant les bonnes et anciennes coutumes et en vous remémorant que le seigneur de Maineuff est votre seigneur supérieur et premier fondateur de cette église, voilà des enseignes pour la reconnaissance que ledit sire est seigneur supérieur et fondateur de la dicte église et paroisse de Saint-Didier »[50]. Une autre tradition en usage jusqu'au XVIIe siècle était que le vicomte de Mayneuf avait le droit de faire courir quintaine aux nouveaux mariés ; en 1679, ce droit fut changé en un pot de vin et un pain blanc d'un sol, dus par les nouveaux mariés[51].

La liste des recteurs de Saint-Didier, de 1436 à 1871, est fournie par Amédée Guillotin de Corson dans le "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes" : le premier connu fut Jean Roussel en 1436 ; parmi les successeurs Pierre de La Porte, pourvu en 1620 et décédé le (il fut enterré dans le chœur de l'église) ; Gilles Hamon, pourvu le et décédé le (il fut enterré dans le cimetière) ; Pierre Clément, pourvu le , suspendu pendant la Révolution française, réinstallé en 1803 et en fonctions jusqu'en 1809[52].

La seigneurie de la Roche-Guyard ou Vieille Roche, était possédée en 1753 par Jacques Gault, seigneur de La Galmandière [en Châteaubourg], avocat au Parlement de Bretagne. Il fit reconstruire la chapelle du château (la précédente tombait en ruines) bénie le par Gilles Hamon, curé de Saint-Didier et placée sous le vocable de Saint-Jacques[53]. Le château tombait en ruine à la fin du XVIIIe siècle[10].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Saint-Didier vers 1778 :

« Saint-Didier, à quatre lieues et demie à l'Est de Rennes, son évêché et son ressort et à trois lieues un tiers de Vitré, sa subdélégation. On y compte 900 communiants[54] ; la cure est présentée par l'abbé de Saint-Melaine. Le territoire est coupé au Nord de son bourg, par la rivière de Vilaine et de plusieurs ruisseaux qui arrosent de bonnes prairies ; les terres sont très exactement cultivées, et produisent du grain et du cidre. (...) Les maisons nobles sont aujourd'hui la Rocherie, le Val-Marion, et le château du Plessis-Raffré[55], situé au bord d'un étang dont les eaux remplissent ses fossés ; cette place a soutenu des sièges pendant les Guerres de la Ligue. La haute justice de Meneuf appartient à M. de Cucé[12]. »

En 1782, les généraux [assemblées paroissiales] de Saint-Jean-sur-Vilaine, Saint-Didier, Domagné, Châteaubourg, Broons, Servon et Brécé se plaignent : « la corvée des grands chemins [la route de Rennes à Paris] est un fardeau d'autant plus onéreux pour les habitants des campagnes qu'ils y sont les seuls assujettis, qu'ils sont forcés de se livrer à un travail qu'elle exige dans les tems [temps] de l'année les plus précieux pour eux »[56].

La carte de Cassini indique la présence d'une quinzaine de moulins à vent sur le territoire de la paroisse.

La Révolution française[modifier | modifier le code]

Pierre Clément, curé de Saint-Didier depuis 1785, refusant de prêter serment à la Constitution civile du clergé et donc prêtre réfractaire, fut remplacé le par Paulin Trébault, un religieux de l'Ordre des Augustins. Le châtelain de la Roche soutint l'ancien curé qui continua à célébrer la messe dans la chapelle du château.

Une compagnie chouanne exista à Saint-Didier ; elle était membre de la "colonne de Saint-Didier et Pocé", qui elle-même dépendait de la division de Vitré de l'Armée catholique et royale de Rennes et de Fougères ; elle fut dirigée par Pierre Rossignol, puis par Louis de Chabert[57]. La "colonne de Saint-Didier et Pocé" était divisée en plusieurs compagnies : la compagnie de Saint-Didier, dont le capitaine était René Aubrée[58], les lieutenants François Bru[59] et Olivier d'Artois (cette compagnie chouanne participa notamment au combat de Bais et au combat de Cornillé) ; la compagnie de Pocé, la compagnie de Cornillé, la compagnie de Torcé. D'autres compagnies existaient à Saint-Jean-sur-Vilaine, à Domagné, , etc.[60].

Le 8 germinal an II (), des chouans assassinèrent trois hommes à Saint-Didier : Julien Lucas[61], François Viel[62] et Victor Delhomme[63] ; selon le témoignage de Luc Merré, alors laboureur au Chêne-Det, « une troupe de brigands d'environ deux cents se portèrent aux dix heures du matin au village du Chêne-Det. (...) Entrèrent chez le citoyen Guillet, officier municipal, le maltraitèrent, également que sa femme, à coups de plats de sabre (...). Qu'arrivés au bourg, ils rencontrèrent le fils du citoyen Delhomme[64] qu'ils tuèrent d'un coup de fusil après l'avoir raté deux fois. Qu'ils furent chercher ensuite Julien Lucas qu'ils fusillèrent, qu'ils emmenèrent aussi le fils de René Viel, qu'ils fusillèrent également ainsi que son frère, qui est actuellement bien mal à Châteaubourg, qu'ils en ont blessé beaucoup d'autres à coups de fusil (...) »[65].

Dans une lettre du 20 fructidor an VIII (), la maire écrit au sous-préfet de Vitré : « Depuis fort longtemps, nous gémissons de voir les enfants croupir dans l'ignorance dans notre commune faute d'instituteur et d'institutrice ». Une institutrice, Jeanne Guillet, est nommée pour la première fois le 1er vendémiaire an IX (), donnant ses cours au presbytère[65].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'ancien moulin de Pont-Riou, et à gauche son ancien silo, reconvertis en appartements.

Saint-Didier décrit en 1845[modifier | modifier le code]

Plan du bourg de Saint-Didier vers 1810 (extrait du cadastre napoléonien)

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Saint-Didier en 1845 :

« Principaux villages : Lambardière, Pont-Riou, la Pétinière, les Sibonnières, la Bettinière, Mesneuf, La Touche, la Coëffolière. Maisons notables : le Val, la Roche, la Motte-Mériou, la Baudière. Superficie totale : 1 414 hectares (...) dont terres labourables 983 ha, prés et pâtures 215 ha, bois 60 ha, vergers et jardins 52 ha, landes et incultes 49 ha (...). Moulins : 2 (du Pont-Riou, de la Roche), à eau. Outre l'église, il y a à Saint-Didier la chapelle de la Pénière, petit oratoire que l'on a reconstruit en 1839. (...) Il se fait à Saint-Didier un assez grand commerce de toiles de chanvre. on a une vue très étendue au lieu-dit Le Chêne-Harel : de ce point on découvre à la fois Rennes et Vitré. (...) Dans le bois de Saint-Golven (...), on y va en pèlerinage pour obtenir d'être guéri de la fièvre. Géologie : schiste argileux. On parle le français[16] [en fait le gallo]. »

Le château de la Roche[modifier | modifier le code]

Le château de la Roche est habité par la famille Léziart du Dézerseul[66], puis en raison du mariage d'Adélaïde Léziart du Dézerseul (1806-1882)[67] avec Paul du Bourg[68], par la famille du Bourg ; leur fils Paul du Bourg, né le à Saint-Didier, marié le à Saint-Martin-de-Connée (Mayenne) avec Louise Jarret de la Mairie et décédé le à Saint-Didier, fut maire de la commune. Leur fille Marie-Thérèse Louise Henriette du Bourg[69] épousa le à Saint-Didier Antoine Pierre Marie Victor de Sèze[70] ; la famille de Sèze, originaire du château d'Eyran en Saint-Médard-d'Eyrans (Gironde), a possédé ce château tout au long du XXe siècle.

La construction de la maison d'école et de la mairie[modifier | modifier le code]

La mairie et la maison d'école (un bâtiment commun) fut construite entre 1857 et 1862. Pendant la trentaine d'années qui précédèrent (depuis 1826 et jusqu'en 1856, une institutrice, Mme Louaisil, enseigna à une quarantaine d'élèves chaque année, en un lieu inconnu[65]. Presque en même temps, Mme Du Bourg[71], femme du châtelain de la Roche, finance l'ouverture d'une école privée de filles, qui ouvre en 1857, dans la maison Delhomme (à l'emplacement de l'actuelle école privée Saint-Goulven) dans laquelle des Sœurs de la Congrégation de Ruillé enseigneront jusqu'en 1975[72].

La Guerre de 1870[modifier | modifier le code]

Plusieurs diderois participèrent à la Guerre de 1870 ; parmi eux Joseph Lancelot[73], René Gaudiche[74], Joseph Parage[75], Jean Loury, Constant Ronsin[76] aisi que Paul du Bourg[77].

Les difficultés de circulation en 1873[modifier | modifier le code]

Le chemin situé à l'est de l'église, commun aux actuels CD 33 net CD 105 (alors dénommés chemins vicinaux ordinaires 64 et 95) présentait des dangers en raison de sa pente forte :

« Ces deux chemins se croisent dans le bourg de Saint-Didier et ont, à l'est du cimetière, un tracé commun. Cette partie du chemin (...) est étroite, elle présente une pente [forte]. Lorsque cette voie est encombrée, ce qui arrive fréquemment, les voyageurs qui se dirigent vers la gare de Châteaubourg sont très heureux de se servir de la voie (...) [qui] conduit à la mairie et à la maison d'école des garçons [c'est-à-dire l'actuelle route passant par le bas du bourg], (...) terrassé et empierré depuis longtemps[78]. »

La chapelle Notre-Dame-de-la-Peinière à la fin du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La chapelle de Notre-Dame-de-la-Peinière vers 1920

Le culte de Notre Dame de la Pëinière remonte au moins au XVIe siècle.

En 1534, un acte notarié signale pour la première fois l’existence du village de la Peinière appartenant au Seigneur du Val. Un document du 11 février 1630, tiré des registres paroissiaux de Saint Didier, nous apprend qu’il existait déjà une procession au village de La Peinière et à partit de 1678, les registres des comptes de la fabrique parlent très souvent de l’origine de la Painnière, de la Peignère, de la Paignaire ou de la Pesnière.

Au commencement du XIXe siècle, un petit sanctuaire s'élevait près de la ferme de la Peinière, mais ce n'était qu'un simple oratoire, installé auprès d'une fontaine, où l'on ne pouvait dire la messe. On y honorait une statue de la Sainte Vierge grossièrement taillée en bois et au pied de laquelle s'opérèrent plusieurs guérisons merveilleuses. Le recteur de Saint-Didier, ayant constaté les faveurs obtenues du ciel en ce lieu par les pèlerins qui devenaient de plus en plus nombreux, fit construire en 1840 une vraie chapelle ; c'est celle qui existait encore à la fin du XIXe siècle. Elle était précédée d'un porche avec escalier, au pied duquel coulait une limpide fontaine. L'intérieur de l'édifice était bien décoré et rempli d'ex-votos : « Ici, c'est la guérison d'une paralysie, d'une névrose cérébrale, d'un mal réputé incurable par les médecins ; là, c'est l'ouïe rendue à un sourd de soixante ans, la parole rendue à un muet, la vue à une aveugle, (...), le curé[79], qui les raconte, se donne comme témoin oculaire »[80].

On y voyait au-dessus de l'autel l'inscription suivante : Cette chapelle a été bâtie par la piété des fidèles en 1840. La statuette miraculeuse, dont la légende est semblable à toutes celles des statues vénérées en Bretagne, est renfermée dans une sorte de reliquaire, et une autre statue a été solennellement bénite à côté le [81]. Ce pèlerinage de Notre-Dame de la Peinière a pris à la fin du XIXe siècle une très grande extension : à partir de 1842, le pèlerinage de la Peinière fut approuvé chaleureusement par les Archevêques de Rennes, ils honorèrent de leurs présence divers pèlerinages. Il est alors question d'y remplacer la modeste chapelle par une belle église plus en rapport avec les besoins du culte et la grande dévotion populaire (Pouillé de Rennes). Dès 1895, devant la nécessite de grandir vu le nombre considérable des pèlerins, l'abbé Huchet, recteur de la paroisse de Saint Didier,de 1871 à 1900, décida la construction d’une nouvelle chapelle, encore plus spacieuse. Une nouvelle route desservit le village pour faciliter les charrois ; la municipalité céda gratuitement une partie du terrain de la famille Dubourg, la prairie dans laquelle on avait retrouvé la statue vénérable. Aussi on détruisit la chapelle construite en 1840 : la construction de l’actuelle chapelle dura de 1895 à 1900, elle est l'œuvre de l'architecte rennais Henri Mellet[82].

Par des brefs du et du , le pape Pie IX accorda des indulgences à ceux qui viennent prier Notre-Dame-de-la-Peinière et le pape Léon XIII en fit autant le [83].

Un pèlerinage organisé en avril 1874, où les pèlerins, venus en train spécial, partent en procession de Châteaubourg pour se rendre au sanctuaire via Saint-Melaine et Saint-Jean-sur-Vilaine, et au retour via l'église paroissiale de Saint-Didier, est décrit dans la Gazette de Bretagne : patriote de Rennes, d'Ille-et-Vilaine et des Côtes-du-Nord :

« (...) À Saint-Melaine, la population nous accueille au son des cloches. À Saint-Jean, les maisons sont pavoisées aux couleurs de la Vierge et du Saint-Père. Les habitants se pressent sur notre passage, on a dressé des arcs de triomphe ornés de lauriers. (...) À mesure que l'on approche de la Peinière, les arcs de triomphe se multiplient. Mille au départ, nous sommes maintenant peut-être trois mille. (...)[84] »

L'orage de 1890[modifier | modifier le code]

Le , un cyclone [en fait une tornade accompagnée d'un orage violent] ravagea Saint-Didier, ainsi que les communes avoisinantes : « (...) Plus de 5 000 arbres ont été déracinés ou brisés. Les toitures de beaucoup de fermes ont été enlevées (...). Jamais pareils désastres ne s'étaient vus dans la contrée »[85].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le bourg de Saint-Didier avant 1914 : on voit le cimetière situé dans le placître entourant l'église, celle-ci ayant encore son ancien clocher

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

En 1902, la loi sur les congrégations, appliquée avec intransigeance par le gouvernement Émile Combes, entraîna le départ momentané en février 1903[86] des Sœurs de Ruillé, ce qui faillit provoquer une émeute à Saint-Didier, le curé, l'abbé de Saint-Jan battant la campagne pendant plusieurs jours pour organiser la résistance des paroissiens, mais la Révérende mère des Sœurs de Ruillé donna l'ordre aux religieuses d'obéir à la loi ; elles partirent donc ... pour revenir peu après comme demoiselles sécularisées[72].

La consommation de cidre était traditionnellement forte. La plantation de pommiers, nécessaires à sa production, dans les champs était si importante que certains baux prévoyaient des clauses à cet effet. Par exemple, les Hospices civils de Vitré, propriétaires de plusieurs fermes[87] dans la commune, incluaient dans leurs baux une clause disant : « Le fermier plantera chaque année un nombre déterminé de jeunes pommiers de belle venue (...), faute de quoi il devra verser, à titre de dédommagement, la valeur de ces pommiers »[88]. Ceci explique le paysage de bocage avec de nombreux champs complantés de pommiers qui était le paysage rural traditionnel de la commune. Ce n'est qu'à partir de la décennie 1960 qu'en raison des progrès de la mécanisation, puis du remembrement, les pommiers, perçus désormais comme une gêne, furent systématiquement arrachés dans les champs, à l'exclusion des vergers.

À la suite des élections municipales de 1908, le Conseil municipal est formé de 6 conservateurs et de 6 républicains de gauche. Le maire sortant Paul du Bourg n'est pas réélu[89].

L'école privée de garçons est créée en 1911 grâce à un legs consécutif au décès du vicomte Georges Léziart du Dézerseul[90]. Dès la rentrée en septembre 1911, la majorité des enfants accourent à la nouvelle école, seuls trois garçons restant à l'école publique[72].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative des morts de la Première Guerre mondiale dans l'église paroissiale de Saint-Didier

Le monument aux morts de Saint-Didier porte les noms de 37 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux, 4 au moins (Joseph Lion[91], Paul Lion[92], Louis Richard[93], Jean Rouillaux[94]) sont morts tous les quatre le même jour () en Belgique , la plupart des autres sont morts sur le sol français dont Victor Brecin[95], décoré de la Croix de guerre et de la Médaille militaire ; parmi les autres, à titre d'exemple, Pierre Martin[96] est mort à Arras ; Francis Martin[97] a été tué aux Éparges en 1915, Constant Sourdrille[98] est mort lors de la Bataille de Verdun[99].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Annonce immobilière décrivant le château du Val en Saint-Didier lors de sa mise en vente en 1932

Le monument aux morts de la commune est inauguré le  ; une fête patriotique et populaire fut organisée ce jour-là[100].

En 1927, la commune fit faire de très grosses réparations à son église paroissiale et construire un nouveau clocher[101].

Le métayage existait encore dans la commune : par exemple le une petite annonce du journal Ouest-Éclair indique la vente de quatre métaieries dont trois à la Baudière[102] et le une autre annonce du même journal indique la mise en vente de la métairie de la Barre, d'une superficie de 32 hectares[103].

Le programme de la fête organisée le à Saint-Didier

Alors que la France était à cette époque confrontée à une grave dénatalité, ce n'était pas le cas à Saint-Didier où les familles nombreuses étaient fréquentes ; par exemple, en décembre 1926, la famille d'Henri Fromont, cultivateur au Val, pour ses 9 enfants, plus 4 issus d'un premier mariage[104] reçut le prix Cognacq-Jay, décerné par l'Académie française, d'un montant de 25 000 francs[105]. En 1932, Anne-Marie Savatte, qui vivait dans le bourg de Saint-Didier, obtint un "Prix de vertu", d'un montant de 1 000 francs, décerné lui aussi par l'Académie française, « juste récompense d'une vie toute de dévouement consacrée à faire le bien dans sa famille et dans sa commune »[106].

Le nouveau château du Val, déjà vendu en 1908, est revendu en 1932[107] et acheté par Hervé de Lyrot, député.

Des fêtes étaient régulièrement organisées par les anciens combattants de la commune : par exemple celle du dont le programme est lisible ci-contre, ou encore celles du comice agricole du canton de Châteaubourg des 25 et [108].

La vie rurale traditionnelle[modifier | modifier le code]

Les exploitations agricoles étaient nombreuses, la plupart n'ayant qu'une superficie de 4 à 5 ha, parfois moins (trois exploitations seulement dépassaient les quinze ha, celles de la Baudière, de la Motte et du Val), et on y vivait pauvrement ; la quasi absence de mécanisation était compensée par la présence d'une main-d'œuvre nombreuse formée des membres de la famille, mais aussi dans les exploitations les plus grandes de domestiques (charretier[109], commis[110], servante[111], bigne[112], etc..) embauchés le jour de la Saint-Georges (23 avril) sur le champ de foire de Vitré. La plupart des exploitations étaient des "fermes", désignées ainsi car elles étaient louées en fermage (antérieurement en métayage) à des propriétaires terriens, souvent citadins.

Les bâtiments se réduisaient le plus souvent à quelques pauvres hangars, à l'étable, l'écurie et la porcherie et à une maison d'habitation faite d'une seule grande pièce, faisant office de salle à manger, de cuisine, de cabinet de toilette et de chambre (les lits étaient disposés autour de la pièce, l'intimité était relativement préservée pour les adultes par un rideau) pour l'ensemble de la maisonnée ; son sol était en terre battue et les murs blancs badigeonnés à la chaux. Parfois un coin de cette pièce (à moins qu'il se s'agisse d'une pièce séparée) servait de cellier (où trônaient les barriques de cidre) ou était aménagé en laiterie. La famille se massait le soir près de la grande cheminée (les femmes tricotant ou raccommodant) dans laquelle pendaient les cochonnailles mises à fumer (d'autres étant conservées dans le saloir) ; sur le feu se trouvaient des trépieds sur lesquels des chaudrons contenaient les aliments en train de cuire et l'eau chauffée pour la toilette ou la vaisselle, à moins qu'ils ne soient suspendus à la crémaillère[113].

L'isolement des campagnes[modifier | modifier le code]

La principale route traversant Saint-Didier, le CD 33 (qui va de Châteaubourg à Argentré-du-Plessis) est bitumée en 1932 entre Châteaubourg et Saint-Didier[114] et en 1934 entre Saint-Didier et Cornillé[115]. Les autres routes ne furent goudronnées qu'après la Seconde Guerre mondiale, le CD 105 (allant de Domagné à Saint-Jean-sur-Vilaine) au début de la décennie 1950 (le virage dangereux à hauteur du Sep n'est supprimé que dans la décennie 1950, un premier projet de rectification de son tracé ayant échoué en 1933[116]), les voies communales et les chemins ruraux dans le courant de la décennie 1960.

L'habitat dispersé entraînait un isolement important, de nombreux hameaux n'étant reliés que par de longs chemins creux et tortueux, fréquemment boueux. Par exemple, les chemins vicinaux actuels dits "route de la Joramière" et "route de la Massais" n'existant pas (ils ont été construits pendant la décennie 1950), les habitants des hameaux de la Massais, de Villermé, de la Tiochais, etc.. étaient très mal reliés à la route carrossable CD 33 et au bourg, leurs enfants devant marcher plus d'une heure chaque matin par un chemin difficile pour pouvoir se rendre à l'école. C'était aussi le cas pour d'autres hameaux : le toponyme du lieu-dit "La Rotte" par exemple correspond à une ancienne rotte messière, c'est-à-dire à un sentier qu'empruntaient les habitants du hameau de la Baudière, entre autres pour se rendre à la messe, pour éviter d'y arriver salis, ce qui aurait été le cas s'ils avaient emprunté le chemin creux desservant leur hameau. Autre exemple : ce n'est qu'en 1931 que fut construite la route empierrée reliant la halte ferroviaire des Lacs au CD 105, desservant au passage le lieu de pèlerinage de La Peinière, jusque-là difficilement accessible en saison humide[117].

L'importance de la religion[modifier | modifier le code]
Le pèlerinage de la Peinière du 8 septembre 1938 : la foule devant la chapelle.

Le pèlerinage de la Peinière était très fréquenté : déjà le nombre des pèlerins lors du grand pèlerinage annuel est estimé en 1910 à 8000 personnes[118] ; celui du , présidé par le cardinal Dubourg, jour où est inaugurée la statue qui domine la tour-clocher, connaît aussi une grande affluence :

« De Rennes, de Vitré et des au-delà, ainsi que de toutes les communes environnantes, les gens sont venus par les trains, en auto, en chars à bancs, et dès le matin, c'est un véritable flot humain qui déferle au pied de l'élégante chapelle pittoresquement enfouie dans un verdoyant ravin : au sommet de la tour étincelle l'or de la nouvelle statue[119] »

La fête du couronnement de Notre-Dame de la Peinière, qui se déroula le dans le parc du château de la Roche, situé à proximité, attira « une foule immense » :

« La chapelle Notre-Dame de la Peinière est isolée en pleine campagne dans un vallon ombragé. On l'aperçoit du train en passant sur la ligne Paris-Brest. On la reconnait facilement par la Vierge dorée qui surmonte le clocher. Cet humble sanctuaire abrite une statue vénérée qui vient de recevoir l'honneur insigne du couronnement. (...) Toutes les routes conduisant à la chapelle étaient ornées sur une longueur de plusieurs kilomètres d'innombrables guirlandes et d'arcs de triomphe qui, mieux que des mots, indiquaient la route à suivre. Non seulement tous les habitants de Saint-Didier, mais ceux des paroisses voisines, avaient contribué à cette décoration du meilleur goût. (...). M. Roulliaux, maire de Saint-Didier, souhaite la bienvenue à l'archevêque de Rennes. (...)[120]. »

Le pèlerinage du attire plus de 5 000 pèlerins. Le journal Ouest-Éclair écrit : « Le coquet village de la Peinière, en Saint-Didier, célèbre pour sa Vierge miraculeuse objet d'un grand culte, était le rendez-vous d'une foule immense venue de tous les coins de l'Ille-et-Vilaine pour rendre un pieux hommage à la Mère des affligés »[121]. Celui du attire plus de 10 000 pèlerins dont 3 000 anciens combattants[122] et celui du attire « des milliers de pèlerins ». Mgr Roques « déclara n'avoir vu plus grande affluence »[123].

L'abbé Pierre Lambert fut curé de Saint-Didier de 1910 (il remplaça alors l'abbé Joseph de Saint-Jan, curé précédent) à son décès survenu le [124]. L'abbé Emmanuel Frandebœuf lui succéda. Pendant la Guerre civile espagnole, un pèlerinage fut organisé, les pèlerins marchant pieds nus en guise de mortification sur la route alors caillouteuse, depuis l'église paroissiale jusqu'au sanctuaire de la Peinière, afin de prier pour la victoire du général Franco.

Des missions paroissiales étaient régulièrement organisées pour raffermir la foi des paroissiens : la croix de la Pointe date de celle de 1933 et la croix du bas du bourg rappelle le souvenir de celles organisées en 1947 et 1957.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La statue du Sacré-Cœur

Le , un « grand pèlerinage pour la paix » est organisé à La Peinière[125].

Le monument aux morts de Saint-Didier porte les noms de trois soldats (J.-M. Aubrée[126], F. Coudrais[127], J. Roinson[128]) morts pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale[99]. Plusieurs soldats originaires de la commune furent prisonniers de guerre, par exemple Aristide Doudet[129].

L'enseignement à Saint-Didier[modifier | modifier le code]

Deux écoles publiques ont existé à Saint-Didier (si l'école des garçons existait déjà en 1873[130], l'école des filles n'est créée qu'en 1905[131] ; celle des garçons possédait deux classes en 1911[132]). L'école publique, devenue classe unique (elle n'avait que quatre élèves en 1926[133]), ferma en 1946 (elle était située dans l'actuelle médiathèque, le logement de l'instituteur étant à l'étage de la mairie), date vers laquelle elle ferma faute d'élèves[134]. Pendant la majeure partie de la seconde moitié du XXe siècle, il n'exista dans la commune que deux écoles privées catholiques, l'école des garçons, tenue par un vicaire-instituteur[135] et une institutrice, et l'école des filles, tenue par des Sœurs, situées aux deux extrémités du bourg, la première en bas de la côte de la Croix-Verte (désormais fermée), la seconde à l'emplacement actuel de l'école privée actuelle Saint-Goulven[136], devenue mixte. Une nouvelle école publique[137] a été créée aux alentours de l'an 2 000.

Pendant longtemps, très rares ont été les enfants de Saint-Didier qui poursuivaient des études secondaires ou supérieures, si l'on excepte les membres des familles nobles (Paul du Bourg par exemple, qui fut maire de Saint-Didier, était licencié en droit) et celles et ceux qui se découvraient une vocation religieuse ; après la Seconde Guerre mondiale, les deux premiers bacheliers connus furent deux jeunes qui suivirent leurs études au petit séminaire de Châteaugiron (aucun des deux d'ailleurs ne devint prêtre). La relative aisance des exploitants agricoles, l'obscurantisme et la tradition patoisante du parler gallo expliquent que les habitants n'ont pendant longtemps pas vu l'utilité de faire suivre des études à leurs enfants. Il fallut attendre 1956 pour qu'un enfant de la commune soit pour la première fois inscrit dans un collège public (l'enseignement public était alors perçu comme "l'école du diable"), les rares envoyés poursuivre leurs études auparavant le faisant tous dans des établissements privés.

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale vue du nord et la butte, partiellement arasée et confortée par un muret de pierres, qui portait l'ancien cimetière
Le reste de la butte, partiellement arasée pour laisser place à un parking, qui portait l'ancien cimetière et l'église paroissiale vue côté nord-est

Le cimetière qui entourait l'église fut supprimé vers 1949 et remplacé par le nouveau cimetière, excentré sur la route menant à Saint-Jean-sur-Vilaine, seul subsistant le monument aux morts. Cela permit l'aménagement de la place du haut du bourg ; vers 1960, la butte située au nord de l'église, et qui portait antérieurement une partie du cimetière, fut partiellement arasée, ce qui nécessita la construction d'un muret de soutènement afin de conforter le reste de la butte, mais permit la création d'un parking.

Une série d'incendies volontaires survenus dans des bâtiments d'exploitations agricoles et des paillers provoqua une véritable psychose dans la commune aux alentours de 1950. L'incendiaire finit par être arrêté.

Deux soldats de Saint-Didier (F. Lucas, Pierre Milan[138]) sont morts pendant la Guerre d'Indochine[99].

Si le bourg a été électrifié en 1930[139], les hameaux ne le furent qu'après la Seconde Guerre mondiale. Le réseau d'adduction d'eau n'est installé qu'à la fin de la décennie 1950.

Vers 1955, Saint-Didier possédait de nombreux commerces et artisanats : huit cafés existaient dont trois à La Peinière (deux faisant également restaurant, le troisième vendant aussi des articles de piété) et cinq au bourg (plusieurs étant des cafés-épiceries, mais aussi un café-débit de tabac et un café-boucherie-charcuterie à l'enseigne originale : "Ici bon médecin, guérit de la soif et de la faim"), une charcuterie, une mercerie, une quincaillerie, un charron, deux menuisiers, deux forgerons (aussi maréchaux-ferrants et réparateurs de machines agricoles), un mécanicien de cycles, un sellier - bourrelier, plusieurs couturières à domicile, etc.. Le seul téléphone était celui de la cabine téléphonique, installée chez un commerçant du bas du bourg qui était aussi cafetier, cordonnier, coiffeur, crieur public, etc.. La commune ne possédait pas de médecin, pas de pharmacien, ni de boulangerie, mais l'une des épiceries faisait dépôt de pain et des boulangers des communes avoisinantes faisaient des tournées. La commune comptait alors une bonne soixantaine d'exploitations agricoles (elles étaient 137 en 1930 et 104 en 1942 ; elles n'étaient plus que 50 en 1985 et 19 en 2014). Deux autocaristes de Domagné reliaient Saint-Didier, le lundi à Vitré et le samedi à Rennes. L'abbé Pierre Désévédavy, originaire de Gévezé, était alors curé de Saint-Didier et le resta pendant une trentaine d'années.

Les fêtes religieuses continuaient à rythmer la vie de la paroisse : Pâques, Toussaint, Noël, etc.., mais la plus marquante était la Fête-Dieu courant juin ; ce jour-là, une procession solennelle était organisée : sous un dais porté par quatre hommes, le curé portant l'ostensoir contenant le Saint-Sacrement, devancé par la foule des fidèles, parcourait les rues du bourg tapissées de décors faits de sciure de bois teintée de différentes couleurs et ajustée en motifs décoratifs, ornés de fleurs, principalement des marguerites et des digitales en raison de la saison cueillies par les enfants des écoles, faisant trois arrêts aux trois reposoirs magnifiquement décorés situés l'un devant le Monument aux morts, le second devant la statue du Sacré-Cœur et le troisième devant la Croix de mission du bas du bourg, avant de revenir à l'église.

Tuerie de Saint-Didier[modifier | modifier le code]

Un fait divers survient dans la commune en 1997 : Joseph Allain, un ancien chef d'entreprise, devenu châtelain du manoir le « château du Val », est un homme en instance de divorce, jaloux et éconduit par sa maîtresse Solange Brillet qui vient de rompre avec lui. Le 5 août, il tire avec son fusil de chasse, sur sa maîtresse, son frère, handicapé, et ses parents, ainsi que sur deux gendarmes venus à la rescousse, Thierry Esnault et Didier Curot. Seule Solange réchappe à cette fusillade. Condamné en septembre 2001 à la réclusion criminelle à perpétuité avec une durée de vingt ans incompressible, sa peine est confirmée en appel le 31 mai 2002, la Cour ayant retenu la préméditation[140].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’argent fretté de gueules : qui est du Hallay

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Municipalité[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1794 1797 Joachim Lemée[141]   Laboureur
1797 1813 Julien Marquet[142]   Laboureur
1813 avant 1820 1829 Georges Marie Léziart du Dézerseul[143]   Châtelain du Val.
1831 1833 Jean-Marie Chauvigné[144]   Cultivateur, propriétaire.
1833 1838 Gilles Savatte[145]   Laboureur. Décédé lors de son mandat
1838 1840 René Guilloux[146]   Maréchal-ferrant, taillandier
1840 1855 Pierre Savatte[147]   Cultivateur, propriétaire.
1855 1870 Jean-Baptiste Gisquel[148]   Cultivateur. Démissionne en juillet 1870.
1870 1881 Georges Louis Léziart du Dézerseul[149]   Propriétaire. Châtelain de la Roche. Fils de Georges Marie Léziart du Dézerseul.
1881 1908 Paul du Bourg[150] Droite Châtelain de la Roche. Conseiller général du canton de Châteaubourg
mai 1909 octobre 1930 Jean-Baptiste Roulliaux[151]   Agriculteur
nov 1930 avril 1932 François Savatte[152]   Agriculteur au Portail. Décédé en avril 1932[153]
mai 1932 mai 1953 Adolphe Pasquet   Cultivateur à La Gruère
mai 1953 mars 1983 Louis Pigeon[154]   Charron. Gendre de François Savatte, maire entre 1930 et 1932.
mars 1983 mars 2001 Maurice Poirier SE Agriculteur
mars 2001 mars 2008 Thérèse David SE  
mars 2008 en cours Joseph Jouault SE Chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Canton et intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Didier fait partie de la communauté de communes Vitré Communauté et du canton de Châteaugiron (précédemment de l'ancien canton de Châteaubourg).


Jumelage et coopération[modifier | modifier le code]

Coopération avec le village de Taga (Mali)[modifier | modifier le code]

Sans être officiellement jumelées, la commune de Saint-Didier et le village de Taga (commune de Femaye, cercle de Djenné), au Mali, sont aujourd'hui liées par l’association Déotagacité. Celle-ci organise des échanges culturels entre ces deux communes. Chaque année, les membres de cette association se rendent à Taga pour évaluer avec les habitants, leurs besoins et organisent des manifestations tout au long de l'année pour les financer.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 1 955 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2005, 2010, 2015, etc. pour Saint-Didier[155]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 226 1 023 1 030 1 159 1 134 1 106 1 104 1 048 1 055
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 000 980 920 881 871 841 833 822 815
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
848 853 790 725 689 697 682 691 693
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
679 652 679 859 1 055 1 275 1 558 1 792 1 955
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[156] puis Insee à partir de 2006[157].)
Histogramme de l'évolution démographique

Commentaire : La population de Saint-Didier a décliné régulièrement entre 1793 et 1968, la commune perdant 574 habitants entre ces deux dates (- 46,8 % en 175 ans) en raison de l'exode rural, important surtout entre 1851 et 1926, la commune étant alors éloignée des grandes villes. Le retournement démographique à partir de 1968 est net (dès 1999, la commune dépasse son niveau de population de 1793), la commune gagnant 1267 habitants entre 1968 et 2013, soit un quasi triplement ( + 194,3 %) de sa population en 45 ans, en raison de la périurbanisation liée à l'expansion de la métropole rennaise, mais aussi au dynamisme du Pays de Vitré et de la ville de Châteaubourg, qui ont entraîné depuis une trentaine d'années la création de nombreux lotissements, ce qui explique que l'habitat est pour l'essentiel récent : 21,7 % des logements seulement datent de 1970 ou avant, alors que 29,5 % datent de la période 1971-1990, 31,3 % de la période 1991-2005 et 17,6 % de celle entre 2006 et 2010 ; en trente années, entre 1971 et 2010, 16 nouveaux logements, essentiellement des maisons individuelles (93,1 % du total des logements en 2013) et des résidences principales (6 résidences secondaires seulement comptabilisées lors du recensement de 2013) ont été construits chaque année. En conséquence, la densité de population a fortement augmenté : alors qu'elle était de seulement 46,1 habitants par km² en 1968, elle est de 135,7 habitants par km² en 2013.

La croissance rapide de la population (comprise entre + 2,1 % l'an et + 3,4 % l'an selon les périodes entre 1975 et 2013) est due à la fois à une importante immigration nette (variant selon les périodes intercensitaires entre 1975 et 2013 entre + 2,1 % et + 0,9 % l'an) et à un important solde naturel positif (variant entre + 1,3 % et + 1,7 % l'an) ; le taux d'accroissement naturel est très élevé : + 16,7 pour mille entre 2008 et 2013 en raison d'un taux de natalité (19,2 pour mille) nettement supérieur au taux de mortalité (2,5 pour mille) pendant cette même période. En conséquence, la population didéroise est jeune : les 0 à 19 ans représentent en 2013 34,2 % de la population totale et les 65 ans et plus seulement 8,3 %[158].

Données économiques[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Emploi
(source : Journal du Net [159])
Catégorie Commune Département Pays
Taux de chômage (2005) 4,8 % NC 9,6 %
Revenus moyens par ménages (2004) 16 951 €/an 14 781 €/an 15 027 €/an

Immobilier[modifier | modifier le code]

Immobilier (d. inc.)
(Source : Journal du Net [159] )
Catégorie Commune Département Pays
Prix moyen de l'immobilier (vente) NC 2.789,13 €/m² 3.197 €/m²
Prix moyen de l'immobilier (location) NC 10,8 €/m²/mois 12,22 €/m²/mois

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

La commune compte un monument historique : le manoir de la Roche, inscrit en 1971[160]. L’église[161] ainsi que la chapelle Notre-Dame-de-la-Peinière[162] ont fait l’objet d’un inventaire.

  • L'église paroissiale Saint-Didier du XVIIe au XXe siècle, édifiée en 1679 : Saint Didier et saint Golven, évêques, sont les patrons de cette église - le corps de saint Golven, loin d'être conservé à Saint-Didier ou à Saint-Melaine, comme le disent Ogée et ses annotateurs[163], était au Moyen Âge l'objet d'un culte tout particulier dans la cathédrale de Rennes et le diocèse. Une confrérie se trouvait donc érigée en l'église de Saint Didier, elle avait 28 livres de rente en 1790. Les prééminences appartenaient en cette église au seigneur de Mayneuf, qui possédait en 1679 le fief du Bourg ou de l'Abbé, évidemment aliéné par les moines de Saint-Melaine. Aussi à cette époque Jean du Boisgeslin, vicomte de Mayneuf, petit-fils de Thébaut et de Radegonde de Rosmadec, déclara-t-il être seigneur supérieur et fondateur de l'église de Saint-Didier, y ayant son banc et son enfeu dans le chœur et ses armoiries dans les verrières. Le maître-autel fut bénit, le , par M. Le Gaudiger, recteur de Saint-Jean-sur-Vilaine[82]. En 1755, la grosse cloche de Saint-Didier eut pour parrain Gabriel du Boisgeslin, baron de la Rochebernard, marquis de Cucé, vicomte de Mayneuf et seigneur de Saint-Didier. Le nouveau clocher date de 1927. Le retable de la Vierge date du XVIIe siècle : on y trouve les statues de la Vierge entourée des statues de sainte Anne (enseignant à la Vierge) et de saint Joseph (accompagnant l'enfant Jésus). Le maître-autel et le retable datent de 1721-1875 : il a été restauré en 1875 et on y trouve une statue de sainte Liporympe en position allongée et quatre reliquaires dont l'un contient les reliques de saint Denis, saint Didier, saint Paul, et les autres reliquaires contiennent les reliques de sainte Liporympe (don de Mme de Sèze, en 1931), saint Crescem [en fait saint Crescentien][164], saint Golven[165]. Le maître-autel et les trois retables, y compris les statues de saint Didier et saint Golven, sont classées par les monuments historiques par l'arrêté ministériel du .
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Un tableau exposé depuis le XIXe siècle dans le retable de l'église paroissiale et dont l'auteur était inconnu a été identifié en 2012 comme étant une œuvre de Mathieu Le Nain, intitulé Le Christ chez Marthe et Marie ; très abîmé, il a été restauré et a rejoint le musée des beaux-arts de Rennes[166].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
  • La chapelle Notre-Dame-de-la-Peinière : la chapelle actuelle, construite entre 1895 et 1900 par Henri Mellet, est un édifice octogonal, flanqué de 8 contreforts ; sa façade comprend un imposant perron surmontant la fontaine ornée d'une statue de la Vierge ; son clocher est surmonté depuis 1920 d'une statue de la Vierge ; à l'intérieur la voûte est porté par huit colonnes en granite et les autels sont ornés de mosaïques[167] ; ses vitraux datent de 1909 ; de nombreux ex-votos ont été placés par des fidèles qui ont cru à des guérisons miraculeuses ou à des protections particulières[168]. Même si sa fréquentation a baissé par rapport aux décennies antérieures, le pèlerinage attire encore de nombreux pèlerins : 4 000 environ pour celui de 2015 présidé par Mgr d'Ornellas[169].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
  • Le manoir de la Roche-Guyard ou " La Vieille-Roche" : ses façades, construites en moëllons de schiste et toitures (toit à la Mansart) ainsi que son escalier intérieur, le puits de la cour Sud et les façades et toitures de la chapelle (datant du XVIIIe siècle, en forme de croix latine et surmontée d'un clocheton à lanternons[170]) sont classés monument historique par arrêté du 11 octobre 1971[171].
  • Le château de la Roche, de style néo-gothique, construit à la fin du XIXe siècle par la famille de Sèze[172].
  • Le manoir du Val[40].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements ou services[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Amical Basket Club.
  • Association de pétanque.
  • Jumelage football avec Domagné.
  • Association Sarabande - Modern Jazz.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Marché[modifier | modifier le code]

École[modifier | modifier le code]

École publique[modifier | modifier le code]

La commune a disposé d'une école publique jusqu'en 1946.

En 2003, un groupe de parents s'est constitué pour demander l'ouverture d'une nouvelle école publique auprès de la municipalité. De trente-trois élèves au départ (sur deux classes), dans des préfabriqués au lieu-dit la Vigne Carrée, l'école accueille en 2011, 220 élèves (sur neuf classes) dans des bâtiments neufs placés à côté de la salle des sports. Un projet de restaurant scolaire avec cuisine sur place, situé juste à côté, est en train de voir le jour. Celui-ci devrait livrer aussi l'école privée en liaison chaude.

École Saint-Goulven[modifier | modifier le code]

L'école privée Saint-Goulven est située en plein cœur de la commune de Saint-Didier. Elle dispense un enseignement aux élèves du primaire jusqu'au CM2.

Associations[modifier | modifier le code]

APEAEP (Association de parents d'élèves et amis de l'école publique)[modifier | modifier le code]

Créée en 2002, pour appuyer la réouverture d'une école publique sur la commune de Saint-Didier, cette association organise aujourd'hui des manifestations toute l'année (petite braderie, repas, fête de fin d'année…) dans le but de financer des activités au sein de l'école publique (arbre de noël, sorties…).

Association Déotagacité[modifier | modifier le code]

Dans le souci d'aide au développement du village de Taga, des actions sont menées sur la commune de Saint-Didier afin de récolter des fonds. Les actions menées jusqu'à présent ont largement contribué au développement de l'école de Taga qui est passée de trois classes en 2001 à huit classes aujourd'hui (cinq classes en cycle 1 et trois classes en cycle 2).

L'amélioration des soins au dispensaire a pu être réalisée, notamment grâce à des collectes qui ont été organisées aux alentours de Saint-Didier. Un appel de quatre associations de femmes de Taga qui avaient besoin de matériel (charrette, âne, bœufs, charrue, brouettes, pelles et râteaux) pour cultiver une parcelle afin de créer une surface de maraîchage a été entendu. Des arachides ont été récoltées et revendues.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014, légale en 2017.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Édouard Renault : "Histoire du pèlerinage de Notre-Dame de la Peinière", Paris, Le livre d'histoire, 2013

Références[modifier | modifier le code]

  1. Journal Ouest-Éclair no 14408 du 18 avril 1936, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k660501k/f8.image.r=Saint-Didier?rk=1266100;4
  2. https://www.geoportail.gouv.fr/carte
  3. Le guide national et catholique du voyageur, publié en 1900, indique encore l'orthographe "Painière", voir http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5558456t/f714.image.r=Peini%C3%A8re?rk=42918;4
  4. Pendant longtemps, jusque dans la décennie 1970, les services des Ponts et Chaussées indiquaient sur les panneaux routiers "La Painière" et le curé de la paroisse, chapelain de la Peinière, rajoutait des panneaux supplémentaires écrits "La Peinière"
  5. Histoire de la Vierge de La Peinière, de la chapelle et du pèlerinage sur le site de l'archidiocèse de Rennes.
  6. http://www.lejournaldevitre.fr/7670/le-restaurant-le-privilege-recoit-le-titre-de-maitre-restaurateur/
  7. http://cdt35-hotel.for-system.com/z8514e9_fr-st-didier-pen-roc.aspx?Param/CodeOs=HRIT-2973
  8. Ce méandre recoupé est d'origine anthropique, le recoupement ayant été effectué lors des travaux de construction de la voie ferrée
  9. Journal Ouest-Éclair no 15414 du 23 janvier 1939, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k661509w/f5.image.r=Saint-Didier?rk=7081580;0
  10. a, b, c et d http://www.infobretagne.com/saint-didier.htm
  11. Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 239
  12. a, b et c Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", volume 4, Nantes, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist04og
  13. L'histoire de Bretaigne, des roys, ducs, comtes et princes d'icelle: l'établissement du Royaume, mutation de ce tiltre en Duché, continué jusques au temps de Madame Anne dernière Duchesse, & depuis Royne de France, par le mariage de laquelle passa le Duché en la maison de France, Jacques du Puys, 1588
  14. Albert Le Grand, "Les vies des saints de la Bretagne Armorique", consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038760/f320.image.r=saint%20Goulven
  15. Alexandre Marie Thomas, "Saint Pol-Aurélien et ses premiers successeurs", 1889, imprimerie de Kerangal, Quimper, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9739054p/f219.image.r=Neufville%20Saint-Didier?rk=407727;2
  16. a, b et c Jean-Baptiste Ogée, A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1845, consultable https://books.google.fr/books?id=9o8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjm4Jbz1_nOAhXGKMAKHURoBJoQ6AEIHjAA#v=onepage&q=Saint-Didier&f=false
  17. Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75001z/f796.image.r=Saint-Jean-sur-Vilaine
  18. La seigneurie de Montbourcher se trouvait dans la paroisse de Vignoc
  19. La seigneurie du Pinel se trouvait dans la paroisse d'Argentré-du-Plessis
  20. http://www.infobretagne.com/maison-tiercent.htm
  21. Un lieu-dit "Mesneuf" existe toujours à Saint-Didier, dans la partie sud-est du finage communal
  22. Le collier de force, garni de pointes en dedans, est un instrument de torture
  23. http://fr.topic-topos.com/patrimoine-saint-didier
  24. François-Nicolas Dubuisson-Aubenay, "Itinéraire de Bretagne en 1636, d'après le manuscrit original", tome 1, 1898, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k73687p/f97.image.r=Mayneuf?rk=21459;2
  25. Revue de Bretagne et de Vendée, 1896
  26. Pol Potier de Courcy, "Nobiliaire et armorial de Bretagne", édition 2, tome 2, 1862, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406239c/f374.image.r=Mayneuf
  27. Étienne de Rosmadec, décédé le , seigneur de Lizallain et de Mesneuf, sénéchal de Ploërmel, conseiller au Parlement de Bretagne, marié le avec Geneviève du Hallay, dame héritière de Mayneuf
  28. Guillaume de Rosmadec, gouverneur de Vitré en 1573, grand veneur et maître des Eaux et Forêts de Bretagne, seigneur de Buhen en Plourhan et de Lantic ; son tombeau en pierre de kersanton se trouve dans le chœur de la chapelle Notre-Dame-de-la-Cour à Lantic et porte l'inscription : « Ci-gît le corps de deffunt Guillaume de Rosmadec, chevalier de l'ordre du Roy, vicomte de Mayneuf, Saint-Didier, chastelain de Buhen, gouverneur de Vitré. Seigneur supérieur et fondateur de ceste église. Décédé le 5 avril l'an MDCVIII [1608].», voir http://tourisme22.catholique.fr/?p=170, http://fr.topic-topos.com/guillaume-de-rosmadec et Répertoire des églises et chapelles, "Société d'émulation des Côtes-du-Nord", 1938, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5729535z/f243.image.r=Mayneuf?rk=2618038;4. En 1608, le décès de Guillaume de Rosmadec, mort sans enfants, fait hériter de ses biens et de ses titres son beau-frère Thébaud (Thibault) de Boisgelin, marié avec Radegonde de Rosmadec, vicomtesse héritière de Mayneuf (née avant 1559, décédée le et inhumée à Lantic, voir Gustave Chaix d'Est-Ange, "Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle", tome V. Blo-Bou, 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111998m/f103.image.r=Mayneuf?rk=643780;0
  29. Le château de Mayneuf, plus connu sous le nom de château du Val
  30. http://fr.topic-topos.com/chateau-de-cuce-facade-est-cesson-sevigne
  31. Thébaud (Thibault) de Boisgelin, chevalier, seigneur de Pontrivilly et de la Ville-Robert (en Pordic), marié en 1582 avec Radegonde de Rosmadec, 1er vicomte de Mesneuf, décédé le
  32. Barthélémy de Boisgelin, 2e vicomte de Mesneuf, mourut sans postérité
  33. Jean de Boisgelin, frère de Barthélémy de Boisgelin, né le à Pordic, 3e vicomte de Mesneuf, conseiller au Parlement de Bretagne
  34. Jean de Boisgelin, né le à Rennes, paroisse Saint-Jean, 4e vicomte de Mesneuf, marié le avec Renée Pépin (fille de René, seigneur du Fretay et de Servigné, et d'Hélène de Bréhant), président à mortier au Parlement de Bretagne à partir de 1653, décédé le à Rennes, paroisse Saint-Jean
  35. Gabriel de Boisgelin, né le à Rennes, paroisse Saint-Jean, président à mortier au Parlement de Bretagne à partir de 1687, décédé le
  36. Renaud-Gabriel de Boisgelin, né le à Rennes, paroisse Saint-Jean, président à mortier au Parlement de Bretagne entre 1749 et 1769, décédé le au château de la Bretesche en Missillac. Il fut parrain de la grosse cloche de l'église de Saint-Didier en 1755, voir René Kerliver, "Répertoire général de bio-bibliographie bretonne", livre premier, Les bretons. 4,BLI-BOU, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58160499/f204.image.r=Mayneuf?rk=42918;4
  37. J. Baudry, "Étude historique & biographique sur la Bretagne à la veille de la Révolution, à propos d'une correspondance inédite (1782-1790)", 1905, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5829130r/f58.image.r=Mayneuf?rk=300430;4
  38. Jean de la Porte fut inhumé en 1618 dans l'église Saint-Jean-Baptiste de Saint-Jean-sur-Vilaine où les seigneurs du Val possédaient un enfeu
  39. Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75001z/f798.image.r=Saint-Jean-sur-Vilaine
  40. a et b http://fr.topic-topos.com/manoir-du-val-saint-didier
  41. En 1761, Suzanne Marion, fille du seigneur du Val et veuve de Charles du Boispéan, est inhumée dans l'église Saint-Jean-Baptiste de Saint-Jean-sur-Vilaine
  42. Le manoir de la Baudière était entouré par des douves et possédait des tours. Il ne subsiste que le rez-de-chaussée de l'ancien manoir et de l'une des tours, transformés en maison d'habitation
  43. Archives du Parlement de Bretagne, 25e reg. 87
  44. En Cesson, près de Rennes, voir http://www.infobretagne.com/sevigne.htm
  45. François de Sévigné, né vers 1480, seigneur de Tresmes, d'Olivet, du Chastelet (en Balazé) et des Rochers, arrière-arrière-arrière grand-père d'Henri de Cesson-Sévigné (1623-1651), époux de Madame de Sévigné
  46. Catherine de la Charronnière était la fille de Geoffroy de la Charronnière et de Roberde Dubochet
  47. Quittance générale du 9 août 1680 aux Archives d'Ille-et-Vilaine, minute de Bretin, notaire à Rennes et Lettre de Mme de Sévigné, édition des Grands Écrivains IV, 251
  48. http://www.infobretagne.com/sevigne.htm
  49. Archives d'Ille-et-Vilaine, série E, Sévigné
  50. Amédée Guillotin de Corson, "Revue historique de l'Ouest", tome XV, cité dans "Revue des traditions populaires", mars 1897, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5833003x/f25.image.r=Mayneuf
  51. Henri Jouin, La vigne en Bretagne autrefois (2e partie : Nomenclature géographique), "Revue bretonne de botanique pure et appliquée", 1927, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6566459x/f461.image.r=Mayneuf?rk=2682416;4
  52. Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", volume 5, 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75001z/f800.image.r=saint-jean-sur-vilaine
  53. Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", volume 5, 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75001z/f799.image.r=saint-jean-sur-vilaine
  54. Personnes en âge de communier
  55. En fait, ce château se trouvait sur la commune voisine de Domagné
  56. J. Lecatonnoux, Le régime de la corvée en Bretagne au XVIIIe siècle, revue "Annales de Bretagne", 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1153183/f605.image.r=Saint-Jean-sur-Vilaine
  57. Il s'agit probablement de Louis Gabriel de Chabert, né le à Sainte-Marie-Laumont, dont le frère Pierre-Louis Chabert fut emprisonné au château de Thorigny comme "parent d'un chef de chouans", voir http://www.normannia.info/pdf/jourdan1907.pdf, page 174
  58. René Aubrée, né le à Saint-Didier, laboureur, décédé le à Saint-Didier
  59. Probablement François Jean Lebru, né le à Saint-Didier, tailleur d'habits, décédé le à Saint-Didier
  60. Alain Racineux, "Histoire d'Acigné et ses environs", 1999, voir http://www.lemoulinet.net/index.php?option=com_content&view=article&id=81&Itemid=127
  61. Julien Lucas, né le au bourg de Saint-Didier, marié le à Saint-Didier avec Jeanne Legourd
  62. François Viel, né le au Chêne-Det en Saint-Didier
  63. Victor Delhomme, né en 1768 à Saint-Didier
  64. Luc Delhomme, né en 1728 à Saint-Didier, décédé le 9 messidor an III () à Saint-Didier, sieur de la Ménillère
  65. a, b et c Histoire de Saint-Didier : les années 1790-1800, Bulletin municipal de Saint-Didier, janvier 2008, consultable http://cdn2_3.reseaudescommunes.fr:8880/cities/71/documents/zd7rhu11za2mh9.pdf
  66. Par exemple, le Georges Marie Léziart du Dézerszeul (1776-1850) épouse à Rennes Louise Victoire Du Pont des Loges , puis le , son fils Georges Louis Léziart du Dézerseul (1811-1880) épouse à Rennes Julie Lesaige de la Villèsbrune
  67. Adélaïde Léziart du Dézerseul, fille de Georges Marie Léziart du Dézerseul et de Louise Victoire du Pont des Loges
  68. Paul du Bourg, né à Laval (Mayenne) le , décédé le à Laval
  69. Marie-Thérèse Louise Henriette du Bourg, née le à Saint-Martin-de-Connée (Mayenne) et décédée en novembre 1964 à Rennes
  70. Antoine Pierre Marie Victor de Sèze, né le à Orléans, officier de cavalerie, décédé le à Rennes, mais inhumé à Saint-Didier
  71. Adélaïde Marguerite Léziart du Dézerseul, née le à Rennes, décédée le à Laval
  72. a, b et c Saint-Didier. Les écoles de 1850 à 1950, "Bulletin municipal de Saint-Didier, janvier 2009, consultable http://cdn2_3.reseaudescommunes.fr:8880/cities/71/documents/zzux53st322tiw.pdf
  73. Joseph Lancelot, né en 1849, décédé le à Saint-Didier
  74. René Gaudiche, né le à Saint-Didier, cultivateur, décédé le à Saint-Didier
  75. Joseph Parage, né le à Champeaux, cantonnier et cultivateur, décédé le à Saint-Didier
  76. Journal Ouest-Éclair no 5306 du 7 juillet 1913, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k643679p/f4.image.r=Saint-Didier?rk=15858448;2
  77. Journal Ouest-Éclair no 4953 du 21 juillet 1912, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k643328n/f4.image.r=Saint-Didier?rk=22103112;2
  78. "Rapports et délibérations du Conseil général d'Ille-et-Vilaine, avril 1874, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5568824h/f19.image.r=Saint-Didier
  79. Il s'agit de Jean Travers, curé de Saint-Didier de 1811 à 1858
  80. André Hamon, "Notre-Dame de France, ou Histoire du culte de la sainte Vierge en France depuis l'origine du christianisme jusqu'à nos jours", 1861-1866, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6504142b/f480.image.r=Peini%C3%A8re?rk=21459;2
  81. Voir Semaine Religieuse de Rennes, XIII, 497
  82. a et b Abbé Guillotin de Corson, Chanoine honoraire, Pouillé Historique de l'Archevêché de Rennes, Rennes, Fougeray,
  83. " Guide national et catholique du voyageur en France", partie 2, 1900, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k103131q/f712.image.r=Ch%C3%A2teaubourg
  84. Gazette de Bretagne : patriote de Rennes, d'Ille-et-Vilaine et des Côtes-du-Nord, no 490 du 9 avril 1874, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5512079g/f2.image.r=Peini%C3%A8re?rk=922751;2
  85. Journal L'Univers no 8261 du 22 août 1890, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k707082v/f4.image.r=Saint-Jean-sur-Vilaine?rk=42918;4
  86. Journal Ouest-Éclair no 1272 du 8 février 1903, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k639877z/f2.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=2811172;4
  87. Les fermes du Chêne-Det, de la Gidonnière, de Villermé et de la Tisonnais, d'une superficie totale de 110 hectares
  88. Journal Ouest-Éclair no 4459 du 8 avril 1911, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k642858z/f3.image.r=Saint-Didier?rk=64378;0
  89. Journal Ouest-Éclair no 4001 du 11 mai 1908, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6417960/f2.image.r=Saint-Didier?rk=12382036;2
  90. Georges Léziart du Dézerseul, né le à Rennes, capitaine au 8e régiment de lanciers, chef de bataillon de la Garde nationale mobile d'Ille-et-Vilaine, décédé le à Rennes
  91. Joseph Lion, né le à Saint-Didier, soldat au 130e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Virton (Belgique)
  92. Paul Lion, né le à Saint-Didier, soldat au 136e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Falisolle-Aysseaux (Belgique) lors de la bataille de Charleroi
  93. Louis Richard, né le à Saint-Didier, soldat au 124e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Virton (Belgique)
  94. Jean Rouillaux, né le à Saint-Didier, caporal au 124e régiment d'infanterie, disparu le à Virton (Belgique)
  95. Victor Brecin, né le à Domagné, caporal au 121e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Les Maisons-de-Champagne en Cernay-en-Dormois (Marne), inhumé à la nécropole nationale du Pont-du-Marson à Minaucourt-le-Mesnil-lès-Hurlus
  96. Pierre Martin, né le à Saint-Didier, soldat au 2e régiment d'infanterie, mort de ses blessures le dans l'ambulance à Arras (Pas-de-Calais), inhumé à la nécropole nationale de la Targette à Neuville-Saint-Vaast
  97. Francis Martin, né le à Saint-Didier, soldat au 327e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le aux Éparges (Meuse)
  98. Constant Sourdrille, né le à Saint-Didier, soldat au 130e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Thiaumont, inhumé à la nécropole nationale de Bras-sur-Meuse
  99. a, b et c http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=11198
  100. Journal Ouest-Éclair no 7498 du 5 septembre 1921, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k646668s/f4.image.r=Saint-Didier?rk=6459259;2
  101. Journal Ouest-Éclair no 14271 du 3 décembre 1935, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6603645/f9.image.r=Saint-Didier?rk=17661032;2
  102. Journal Ouest-Éclair no 3335 du 4 mars 1908, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641728b/f6.image.r=Saint-Didier?rk=8497896;0
  103. Journal Ouest-Éclair no 12862 du 24 janvier 1932, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k658802v/f18.image.r=Saint-Didier?rk=3669546;0
  104. Son épouse Philomène Savary avait eu quatre enfants lors de son premier mariage avec Georges Poirier
  105. Journal Ouest-Éclair no 9192 du 23 décembre 1926, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k656944r/f1.image.r=Saint-Didier?rk=14570888;2 et no 9193 du 24 décembre 1926, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6569454/f6.image.r=Saint-Didier?rk=16824116;2
  106. Journal Ouest-Éclair no 13178 du 5 décembre 1932, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k659118k/f8.image.r=Saint-Didier?rk=9248972;4
  107. Journal Ouest-Éclair no 13149 du 6 novembre 1932, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6590892/f15.image.r=Saint-Didier?rk=10386318;2
  108. Journal Ouest-Éclair no 14921 du 16 septembre 1937, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k661016j/f8.image.r=Saint-Didier?rk=4828350;0 et no 14936 du 1er octobre 1937, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k661031b/f8.image.r=Saint-Didier?rk=5665264;0
  109. Le charretier s'occupait des chevaux, de les nourrir, de les étriller,etc.. et de conduire leur attelage
  110. Le charretier et le commis dormaient souvent dans une loge à côté de leurs bêtes, dans l'écurie ou l'étable
  111. Elle s'occupait de la maison, de la basse-cour, de la traite des vaches, de l'écrémage du lait et de la fabrication du beurre
  112. Un bigne était un enfant employé à la garde des vaches
  113. D'après un texte anonyme, "La campagne à Saint-Didier au début du XXe siècle", Bulletin municipal de Saint-Didier, avant 2012
  114. Journal Ouest-Éclair no 13054 du 3 août 1932, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6589941/f7.image.r=Saint-Didier?rk=1416316;0 et no 13058 du 7 août 1932, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k658998j/f8.image.r=Saint-Didier?rk=1351938;0
  115. Journal Ouest-Éclair no 13607 du 7 février 1934, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k659547g/f10.image.r=Saint-Didier?rk=2124474;0
  116. "Rapports et délibérations du Conseil général d'Ille-et-Vilaine", septembre 1933, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57278910/f461.image.r=Saint-Didier?rk=42918;4
  117. Journal Ouest-Éclair no 12513 du 9 février 1931, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k658453q/f7.image.r=Saint-Didier?rk=10236102;0
  118. Journal Ouest-Éclair no 4240 du 2 septembre 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k642640z/f3.image.r=Peini%C3%A8re?rk=2231770;4
  119. Journal Ouest-Éclair no 7278 du 20 septembre 1920, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4948610/f4.image.r=Peini%C3%A8re?rk=42918;4
  120. Journal Ouest-Éclair no 9087 du 9 septembre 1926, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6568390/f4.image.r=Saint-Didier?rk=14978614;4
  121. Journal Ouest-Éclair no 14908 du 3 septembre 1937, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6610032/f8.image.r=Saint-Didier?rk=643780;0
  122. Journal Ouest-Éclair no 15278 du 9 septembre 1938, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k661373d/f10.image.r=Saint-Didier?rk=11287610;2
  123. Journal Ouest-Éclair no 16333 du 4 septembre 1941, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6624340/f3.image.r=Saint-Didier?rk=1072966;4
  124. Journal Ouest-Éclair no 15382 du 22 décembre 1938, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6614777/f9.image.r=Saint-Didier?rk=6952824;0
  125. Journal Ouest-Éclair no 15642 du 9 septembre 1939, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6617385/f4.image.r=Saint-Didier?rk=18347730;0
  126. Jean-Marie Aubrée, né le à Saint-Didier
  127. François Coudrais, né le à Saint-Didier
  128. Joseph Roinson, né le à La Joramière en Saint-Didier, mort pour la France le à Toulouse (Haute-Garonne), voir http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/client/mdh/militaires_decedes_seconde_guerre_mondiale/detail_fiche.php?ref=1820251&debut=0
  129. Journal Ouest-Éclair no 15968 du 15 août 1940, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6620689/f3.image.r=Saint-Didier?rk=14785480;4
  130. Cette année-là la commune demande au Conseil général d'Ille-et-Vilaine une subvention pour l'achat de mobilier scolaire
  131. "Rapports et délibérations du Conseil général d'Ille-et-Vilaine", avril 1905, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5727889x/f315.image.r=Saint-Didier?rk=793995;2
  132. Journal Ouest-Éclair no 4390 du 29 janvier 1911, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6427892/f3.image.r=Saint-Didier?rk=20600960;0
  133. Union des associations catholiques des chefs de famille, Écoles laïques sans élèves, "École et famille : bulletin mensuel de l'Union des associations catholiques des chefs de famille", juillet 1926, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5784375w/f124.image.r=Marpir%C3%A9?rk=21459;2
  134. Alors que les deux écoles privées possédaient chacune deux classes à la même époque
  135. Par exemple les abbés André Moncarré (jusqu'en 1937), Belan, Morazin et Leviel
  136. http://ecole-saint-goulven.fr/
  137. http://www.ecole-publique-saintdidier.ac-rennes.fr/
  138. Pierre Milan, né le à Saint-Didier, caporal au 31e bataillon de marche du génie, mort en captivité à Diên-Biên-Phu en juillet 1954
  139. Une fête de l'inauguration de l'électricité fut organisée à Saint-Didier le , voir journal Ouest-Éclair no 12330 du 10 août 1930, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k658270n/f6.image.r=Saint-Didier?rk=11459284;0
  140. Alain Le Bloa, « Tuerie de Saint-Didier. Perpétuité à Allain », sur letelegramme.fr,
  141. Joachim Lemée, né le à Saint-Didier, décédé le à Saint-Didier
  142. Julien Marquet, baptisé le à Saint-Jean-sur-Vilaine, décédé le à Saint-Didier
  143. Georges Marie Léziart du Dézerseul, né le à Rennes, paroisse de Saint-Germain, décédé le rue des Fossés à Rennes
  144. Jean-Marie Chauvigné, né le à Cornillé, décédé le à Brécé
  145. Gilles Savatte, né le à Saint-Didier, décédé le à Saint-Didier
  146. René Guilloux, né le à Gennes-sur-Seiche, décédé le à Saint-Didier
  147. Pierre Savatte, né le à Saint-Didier, décédé le à Saint-Didier
  148. Jean-Baptiste Gisquel, né le à Saint-Jean-sur-Vilaine, décédé le à Saint-Melaine
  149. Georges Louis Léziart du Dézerseul, né le à Rennes, décédé le à Rennes
  150. Paul Georges Marie du Bourg, né le à Laval (Mayenne, décédé le à Saint-Didier. Son frère Roger du Bourg, né en 1840, fut maire de Gourin et conseiller général du Morbihan
  151. Jean-Baptiste Roulliaux, né le à Saint-Didier, décédé en octobre 1930, voir journal Ouest-Éclair no 12386 du 5 octobre 1930, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k658326h/f8.image.r=Saint-Didier?rk=15772610;0
  152. François Savatte, né le à Saint-Didier
  153. Le journal Ouest-Éclair écrit : « Un grand nombre de prêtres avaient tenu à assister aux obsèques de celui qui fut si bon pour les écoles libres et œuvres paroissiales », voir Ouest-Éclair n° 12941 du 12 avril 1932, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6588817/f9.image.r=Saint-Didier?rk=493564;4
  154. Louis Pigeon, né le à Saint-Didier
  155. Date du prochain recensement à Saint-Didier, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  156. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  157. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  158. http://www.insee.fr/fr/themes/dossier_complet.asp?codgeo=COM-35264
  159. a et b Journal du Net
  160. Notice no PA00090776, base Mérimée, ministère français de la Culture
  161. Notice no IA00130754, base Mérimée, ministère français de la Culture
  162. Notice no IA00131008, base Mérimée, ministère français de la Culture
  163. Dictionnaire de la Bretagne, 742
  164. Sainte Liporympe et saint Crescientien font partie d'un groupe de 24 martyrs, compagnons de saint Cyriaque, exécutés à Rome vers 304 (voir http://nominis.cef.fr/contenus/saint/11058/Saint-Cyriaque-et-ses-compagnons.html) ; leurs reliques auraient été donnés par le pape Pie IX à Maurice Marie du Bourg (né le à Laval, décédé le à Yvré-l'Évêque), qui fut zouave pontifical et données à l'église par sa nièce Mme de Sèze
  165. http://fr.topic-topos.com/maitre-autel-et-retable-saint-didier
  166. http://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-decouvert-saint-didier-le-tableau-etait-signe-le-nain-4828733 et https://www.latribunedelart.com/un-vouet-prete-et-un-le-nain-depose-a-rennes
  167. http://fr.topic-topos.com/chapelle-notre-dame-de-la-peiniere-saint-didier
  168. http://fr.topic-topos.com/ex-voto-saint-didier
  169. http://www.ouest-france.fr/bretagne/vitre-35500/pelerinage-il-y-avait-4-000-personnes-la-peiniere-3684888
  170. http://www.chateau-fort-manoir-chateau.eu/manoirs-ille-vilaine-manoir-a-st-didier-manoir-la-roche.html
  171. http://fr.topic-topos.com/manoir-de-la-roche-guyard-saint-didier et http://www.monumentum.fr/manoir-roche-pa00090776.html
  172. http://fr.topic-topos.com/chateau-de-la-roche-saint-didier

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :