Saint-Christophe-des-Bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Christophe.
Saint-Christophe-des-Bois
Mairie de Saint-Christophe-des-Bois.
Mairie de Saint-Christophe-des-Bois.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Vitré-Ouest
Intercommunalité Vitré Communauté
Maire
Mandat
Jean Pitois
2014-2020
Code postal 35210
Code commune 35260
Démographie
Gentilé Christophéen
Population
municipale
544 hab. (2011)
Densité 59 hab./km2
Population
aire urbaine
62 258 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 13′ 38″ N 1° 14′ 47″ O / 48.2272222222, -1.24638888889 ()48° 13′ 38″ Nord 1° 14′ 47″ Ouest / 48.2272222222, -1.24638888889 ()  
Altitude 125 m (min. : 99 m) (max. : 136 m)
Superficie 9,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Christophe-des-Bois

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Christophe-des-Bois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Christophe-des-Bois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Christophe-des-Bois
Liens
Site web www.saintchristophedesbois.fr

Saint-Christophe-des-Bois est une commune française, située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Christophe-des-Bois est situé entre Taillis et Combourtillé sur l'ancienne Route nationale 178 reliant Vitré à Fougères, devenu par la suite route RD179.

Saint-Christophe-des-Bois est à environ 15 km de Fougères et de Vitré et fait partie du Pays des Portes de Bretagne (département d'Ille-et-Vilaine) et du canton de Vitré-Ouest.

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Saint-Christophe-des-Bois dépendait autrefois de l’ancien évêché de Rennes, les papes Calixte II en 1122, Innocent II en 1142, et Urbain III en 1186, confirmèrent à leur tour l'abbaye de Saint-Florent dans la possession de l'église de Saint-Christophe, « ecclesiam Sancti Christofori ».

Le prieuré de Saint-Christophe-des-Bois, membre de l'abbaye de Saint-Florent de Saumur, son existence est constatée au milieu du XIe siècle.

De mars 1944 à 1945, dix-neufs enfants juifs sont cachés. Après des années d'oubli, le réalisateur Nicolas Ribowski a tourné en 2013 le documentaire Jamais je ne t'oublierai[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Mecé Montreuil-des-Landes Rose des vents
N Châtillon-en-Vendelais
O    Saint-Christophe-des-Bois    E
S
Val-d'Izé Taillis Balazé

Les communes limitrophes de Saint-Christophe-des-Bois sont, en commençant par le nord et en suivant le sens des aiguilles d'une montre : Montreuil-des-Landes, Châtillon-en-Vendelais, Balazé, Taillis, Val-d'Izé et Mecé.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1949 Jean Pitois    
1949 1977 Marcel Marcou    
1977 1992 Henri Froc    
1992 2001 Rosalie Froc    
2001 2008 Jean-Pierre Murolo    
2008 en cours Jean Pitois[2]   Commerçant
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

  • École maternelle et primaire, assistantes maternelles, transport scolaire vers Vitré.
  • Épiceries, Boulangerie-pâtisserie - Boucherie-Charcuterie - Bar restaurant, tabac, journaux.
  • Artisans divers.
  • Terrains de football avec vestiaire, salle polyvalente, bibliothèque, espace détente.
  • Divers associations sont actives au sein de la commune

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 544 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500 457 511 583 461 483 490 507 562
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
575 555 592 588 620 580 614 580 544
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
515 530 522 458 469 504 511 524 482
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
469 473 430 420 467 475 498 505 544
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Christophe.
  • L'église Saint-Christophe (1886), édifiée par l'architecte Arthur Regnault en remplacement d'une ancienne église situé dans l'actuel cimetière et dédiée à saint Christophe. Le portail des années 1500 provient de l'ancienne église. Le maître-autel date du XVIIe-XVIIIe siècle. La cuve baptismale date du XVe siècle. Le chœur date de 1886.
  • La croix du cimetière (XVIe siècle).
  • Le château de Malnoë ou Malenoë (1801). Reconstruit au début du XIXe siècle, il avait autrefois une fuie, et une chapelle privative qui remontait au XVIe siècle. On peut également signaler la présence de la chapelle Saint-Jean de Malenoë situé à proximité du château. Le domaine possédait un droit de haute justice et un droit de quintaine. Il relevait de la châtellenie de Châtillon-en-Vendelais. Propriété successive des familles Malenoë (en 1094), Cervon, barons des Arcis (en 1653), Farcy, seigneurs de Mué (en 1676 et 1789).
  • Le puits (XIXe siècle), situé rue de l'Eglise.
  • Le moulin à eau de Cucé.
  • L'ancien manoir du Plessis-Cucé. Propriété successive des familles Malestroit (en 1513), Chevallerie, Godard (vers 1553), Malenoë (en 1599 et 1615), Farcy (en 1744 et 1772).
  • L'ancienne chapelle Notre-Dame de Bon-Secours de la Roussière. Bâtie par Mlle Suzanne Grandgirard et M. Grandgirard, son frère, recteur de Marpiré, sur leur propriété de la Roussière, cette chapelle a été bénite le 24 septembre 1856 par M. Châtel, doyen de Saint-Martin de Vitré.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • La seigneurie de Malenoë.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le bocage vitréen. Images du patrimoine, 1997.
  • Ille et Vilaine, 2 tomes - Le patrimoine des communes de France - Editions Flohic.
  • Amédée GUILLOTIN DE CORSON, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, 7 tomes, Rennes, 1880-1886.
  • Paul BANEAT, Le département d’Ille-et-Vilaine, 4 tomes, Editions J. Larcher, Rennes, 1927-1929.
  • LE NAIL, Bernard et Jacqueline, Pays de Vitré ; hommes et femmes remarquables. Ed. les Portes du Large, 2004

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]