Visseiche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Visseiche
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton La Guerche-de-Bretagne
Intercommunalité Vitré Communauté
Maire
Mandat
Bruno Gatel
2014-2020
Code postal 35130
Code commune 35359
Démographie
Gentilé Visseichais
Population
municipale
801 hab. (2015 en diminution de 3,14 % par rapport à 2010)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 57′ 21″ nord, 1° 18′ 03″ ouest
Altitude Min. 42 m
Max. 91 m
Superficie 16,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Visseiche

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Visseiche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Visseiche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Visseiche
Liens
Site web www.visseiche.com

Visseiche est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine, en région Bretagne, peuplée de 801 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Visseiche

La Seiche, affluent de rive gauche de la Vilaine, traverse la commune de Visseiche, passant au sud du bourg. C'est une rivière réputée très poissonneuse, mais hélas parfois les poissons y sont victimes de pollutions comme en août 2017[1],[2]. En amont de Visseiche, ce cours d'eau a traversé l'étang de Carcraon et servi un temps de limite communale avec Domalain.

Au nord-ouest, la commune est délimitée par le ruisseau du Bas Mesnil, affluent de rive droite de la Seiche, qui se jette dans celle-ci au niveau de l'étang de Marcillé, et sert en partie de limite communale avec Marcillé-Robert.

Rose des vents Bais Domalain Rose des vents
Marcillé-Robert N La Guerche-de-Bretagne
O    Visseiche    E
S
Retiers Arbrissel Rannée

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attestée sous les formes Visechia en 1115, Vissegia en 1156, Visicca en 1184, vicus sipia [3], parochia de Visecha en 1240, Vissecha en 1516.

En latin classique, vicus est un quartier de ville ou bourgade rurale ; dans la Gaule romaine, un village, une ville de taille moyenne ou de moyenne importance, sans fortifications particulière.

Visseiche signifie « village ou bourg sur la Seiche »[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Lieu de passage dès l'Antiquité, Visseiche est citée sur la table de Peutinger sous le nom de Vicus Sipia sur l'itinéraire reliant à l'Antiquité Rennes et Angers. Les fouilles réalisées en 1995 ont mis au jour les fondations constituées de pieux en bois de la voie antique reliant Condate Riedonum (Rennes) à Juliomagus (Angers). « Une couche de poutres de bois recouverte d'une chape de graviers et d'argile supportait la chaussée ainsi drainée et stabilisée. Dans un second temps, un important ouvrage franchissant la rivière a été mis en œuvre. Il était constitué d'une digue et d'un pont supporté par des pieux de chêne ». Cet ouvrage est daté des années 20 avant J.-C.[5].

C'était là qu'était la station romaine de Sipia (d'où Vicus Sipia [Visseiche]), indiquée par les itinéraires sur la voie romaine qui reliait Angers à Rennes. On trouve fréquemment dans le bourg et aux environs des traces de cette antiquité, entre autres des cercueils en calcaire coquillier, des substructions cimentées à chaux et à sable, des petits fourneaux de brique disposés comme ceux des bains romains, etc.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Des fouilles ont également mis en évidence des habitats du Haut Moyen Âge, ainsi que deux nécropoles en usage du VIe siècle au XIe siècle[5].

Article détaillé : Bataille du pont de Visseiche.
Vitrail de l'église paroissiale Saint-Pierre représentant Jacques de Champagné

En 1115, Brient de Visseiche, et en 1156, Raoul de Visseiche furent témoins des donations faites par les sires de la Guerche au prieuré Saint-Nicolas[6] de cette ville. En 1184, Simon de Visseiche, seigneur de Visseiche, donna lui-même à l'abbaye de Saint-Melaine une dîme qu'il possédait en la paroisse de Noyal-sur-Vilaine[7].

En 1415, Anne d'Épinai, dame de Fontenaille, demanda par testament d'être enterrée dans l'église de cette paroisse et ordonna qu'il soit dit cinq cent messes dans cette église pour le repos de son âme[8].

La paroisse de Visseiche dépendait autrefois de la châtellenie du Désert, qui appartint aux barons de Châteaubriant, puis à ceux de Vitré à partir de 1542, et disposait du droit de haute justice. Le chef-lieu de la châtellenie du Désert se trouvait au manoir de la Rivière du Désert, en Visseiche, et s’étendait sur le territoire des paroisses d'Availles, Bais, Brielles, Chancé, Domalain, Gennes, Moulins, Moutiers, Le Pertre, Saint-Germain-du-Pinel, Vergéal et Visseiche[7].

Le manoir de la Montagne est mentionné dès le XIIIe siècle : il fut la propriété de la famille Champagné (Gohier Ier de Champagné est seigneur de la Montagne en 1246 ; son petit-fils Gohier III participa à une Croisade ; certains de leurs descendants Jean Ier, Jean II et Jean III de Champagné furent tous les trois chambellans du duc de Bretagne, le dernier cité étant aussi connétable de Rennes en 1541 et son fils Jacques de Champagné est représenté sur un vitrail de l'église paroissiale Saint-Pierre), puis de la famille Hay, seigneur des Nétumières à partir de 1583 en raison du mariage de Françoise de Champagné[9] avec Paul Hay des Nétumières[10], lequel fut président à mortier au Parlement de Bretagne[7].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Visseiche en 1778 :

« Visseiche, sur la route de Rennes à La Guerche ; à 7 lieues un tiers de Rennes, son évêché et son ressort, et à une lieue un huitième de La Guerche, sa subdélégation. On y compte 1 300 communiants[11] ; la cure est présentée par un chanoine de l'église cathédrale de Rennes. Le territoire, coupé par la rivière de Seiche et d'une superficie assez plane, est couvert d'arbres et de buissons ; il offre à la vue des terres bien cultivées.[8] »

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Visseiche en 1845 :

« Visseiche (sous l'invocation de saint Pierre) : commune formée par l'ancienne paroisse du même nom, aujourd'hui succursale. (...). Principaux villages : la Fresnais, le Haut-Etanchet, la Thébaudière, la Vaudrie, la Florancière, la Blandinière, la Basse-Bussonnière, l'Onglée, la Gauffrère, l'Arnerie. Maisons importantes : la Montagne, la Grande-Motte, la Grand'Rivière. Superficie totale : 1602 hectares (...) dont terres labourables 1 076 ha, prés et pâtures 240 h, bois 81 ha, vergers et jardins 69 ha, landes et incultes 61 ha (...). Moulins : 4 (de Visseiche, de la Grand-Rivière, minoteries, à eau ; de la Grand'Rivière , de la Grande-Motte, à vent). (...) Les anciens châteaux étaient la Montagne et Longlée. Celui-ci sert de magasin pour fourrage ; le premier a été démoli en 1839 pour servir à la construction d'une maison moderne. Géologie : schiste argileux. On parle le français.[12] »

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Le eut lieu l'expulsion des religieux de l'école libre (privée) de Visseiche en fonction de la loi sur les congrégations[13].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Visseiche porte les noms de 48 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; sept soldats sont morts en Belgique dont six dès l'année 1914, un (Émile Morel) en Serbie dans le cadre de l'expédition de Salonique, la plupart des autres sont morts sur le sol français ; parmi eux Louis Couasnon[14], décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre, tué à l'ennemi le à Vauxaillon (Aisne[15].

Joseph Boucherie[16], aumônier militaire au 154e régiment d'infanterie, est mort pour la France des suites de ses blessures le à Bou Denib (Maroc). Il a été décoré de la Croix de guerre et fait chevalier de la Légion d'honneur.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Visseiche porte les noms de deux hommes (Victor Hervé et Théophile Martin[17]) morts pour la France pendant la Deuxième Guerre mondiale[15].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Claude Barbé[18] est mort pour la France le , tué à l'ennemi à Tiaret (Algérie) pendant la Guerre d'Algérie[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
? mars 2001[19] Maurice Viel    
mars 2001[20] 2008 Fernand Crosnier    
mars 2008[21] en cours Bruno Gatel UDI VRP
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[23].

En 2015, la commune comptait 801 habitants[Note 2], en diminution de 3,14 % par rapport à 2010 (Ille-et-Vilaine : +5,54 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3031 2111 8111 6001 5591 5311 5141 5801 580
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5791 4451 4121 3371 3711 3421 3161 3181 270
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1761 1531 1441 0271 0181 0691 0511 0501 027
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
981904785723689687804821807
2015 - - - - - - - -
801--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Pierre.
  • Le château de la Montagne, sur le site d'un ancien manoir attesté dès le XIIIe siècle et abandonné par la famille Hay des Nétumières en 1784 au profit du château voisin de Monbouan, le château de la Montagne est bâti en 1884 par l'architecte Henri Mellet pour le comte Pierre-Élie Hay des Nétumières : terrasse aménagée par un architecte de Vitré, vers 1900, construction de la chapelle en 1929 en ex-voto de la Grande Guerre par Madame des Nétumières, construit dans le style néo XVIIe, le château est une demeure atypique dans la production d'Henri Mellet, mais peut être considéré comme un exemple représentatif et digne d'intérêt à l'échelle du département d'Ille-et-Vilaine. Le château conserve son décor intérieur.

La commune compte un monument historique :

  • l'église Saint-Pierre, construite aux XIe et XIIe siècles avec d’importants ajouts du XVIe siècle. Inscrite en 1926, elle a été classée par arrêté du 13 septembre 1990[26]. L'intérieur comprend de beaux retables lavallois dont celui du chœur, en pierre et en marbre.
L'église Saint-Pierre de Visseiche
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Réseaux[modifier | modifier le code]

Un point de suivi de la qualité des eaux de la Seiche est présent sur la commune[27].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Amand Baron, Visseiche, monographie manuscrite des origines à 1945, 1992, (Archives d'I&V - 2 J 565).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015, légale en 2018.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/pollution-de-la-seiche-les-poissons-morts-recuperes-dans-la-riviere-5213133
  2. https://www.francetvinfo.fr/sante/environnement-et-sante/ille-et-vilaine-plus-de-quatre-tonnes-de-poissons-morts-retirees-de-la-seiche-apres-des-rejets-de-l-usine-lactalis_2349211.html
  3. Sur la table de Peutinger
  4. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Page 119, Editions Jean-paul Gisserot, ISBN 2877474828 »
  5. a et b Yves Ménez et Stéphane Hinguant, Fouilles et découvertes en Bretagne, éditions Ouest-France, 2010, [ISBN 978-2-7373-5074-0]
  6. http://www.vivre-au-pays-guerchais.com/decouvrir-le-pays/la-guerche-de-bretagne/ancien-prieure-saint-nicolas-p-111
  7. a, b et c http://www.infobretagne.com/visseiche.htm
  8. a et b Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, tome 4, 1778, consultable https://archive.org/stream/dictionnairehist04og#page/514/mode/2up
  9. Françoise de Champagné, née le à Visseiche, décédée le à Erbrée
  10. Paul Hay, baron des Nétumières, né le à Vitré, décédé le à Erbrée
  11. Personnes en âge de communier
  12. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", 1845, consultable https://books.google.fr/books?id=9o8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiol5fHwu_XAhUpDsAKHeXUDBUQ6wEIJzAA#v=onepage&q=Visseiche&f=false
  13. Journal a Croix n° du 28 janvier 1904, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k220238j/f2.image.r=Visseiche?rk=386268;0
  14. Louis Couasnon, né le à Maël-Carhaix, sergent au 12e bataillon de tirailleurs malgaches
  15. a, b et c http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=20171
  16. Joseph Boucherie, né le à Visseiche
  17. Théophile Martin, né le à Martigné-Ferchaud, pionnier au 611e régiment de pionniers, mort le à Fay-les-Veneurs (Belgique)
  18. Claude barbé, né le à Visseiche, chasseur au 5e Groupement des commandos parachutistes
  19. « Élections municipales 2001 », sur municipales2001.ouestfrance.fr, Ouest-France (consulté le 24 juin 2015)
  20. « Le maire Bruno Gatel reconduit dans ses fonctions », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 juin 2015)
  21. « Bruno Gatel a été élu maire de la commune », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 juin 2015)
  22. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  26. « Église Saint-Pierre », notice no PA00090895, base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. « Qualit'eau 35 n°30 p.5 - bulletin du réseau de suivi de la qualité des eaux superficielles en Ille-et-Vilaine » (consulté le 20 novembre 2013)