Gennes-sur-Seiche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gennes.
Gennes-sur-Seiche
Gennes-sur-Seiche
L’église Saint-Sulpice.
Blason de Gennes-sur-Seiche
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton La Guerche-de-Bretagne
Intercommunalité Vitré Communauté
Maire
Mandat
Yves Hisope
2014-2020
Code postal 35370
Code commune 35119
Démographie
Gentilé Gennois
Population
municipale
930 hab. (2015 en augmentation de 14,25 % par rapport à 2010)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 59′ 19″ nord, 1° 07′ 25″ ouest
Altitude Min. 58 m
Max. 104 m
Superficie 18,50 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Gennes-sur-Seiche

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Gennes-sur-Seiche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gennes-sur-Seiche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gennes-sur-Seiche
Liens
Site web www.gennes-sur-seiche.fr

Gennes-sur-Seiche est une commune française située dans le département d’Ille-et-Vilaine en Région Bretagne, peuplée de 930 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune des Marches de Bretagne marquant la limite entre la Bretagne et le Bas-Maine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme Gena en 1068.

Du terme gaulois genou (prononcé "guenou") au même sens de bouche, d'embouchure[1], (L'embouchure de la rivière la Seiche).

En 1958, le nom de la commune de Gennes a été modifié en Gennes-sur-Seiche[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La paroisse de Gennes dépendait autrefois de la châtellenie du Désert, qui appartint aux barons de Châteaubriant, puis à ceux de Vitré à partir de 1542, et disposait du droit de haute justice. Le chef-lieu de la châtellenie du Désert se trouvait au manoir de la Rivière du Désert, en Visseiche, et s’étendait sur le territoire des paroisses d'Availles, Bais, Brielles, Chancé, Domalain, Gennes, Moulins, Moutiers, Le Pertre, Saint-Germain-du-Pinel, Vergéal et Visseiche[3].

Selon un aveu de 1475 le seigneur de Gazon (en Pocé-les-Bois), « noble escuyer Robert Busson, (...) subjet de très redoubté seigneur Guy compte de Laval, seigneur de Vitré et de Chevré » possédait un fief qui s'étendait en Brielles, Gennes et Le Pertre[4].

Révolution française[modifier | modifier le code]

La population de la commune est favorable aux changements apportés par la Révolution française, surtout après la fin de la Terreur. La principale fête révolutionnaire est celle célébrant l’anniversaire de l’exécution de Louis XVI, accompagnée d’un serment de haine à la royauté et à l’anarchie, fêtée à partir de 1795[5]. La fête de la Jeunesse, au printemps, est également fêtée.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Le Journal officiel du indique que Louis Félix Ollivier, député des Côtes-du-Nord, a déposé sur le bureau de l'Assemblée nationale une pétition hostile à la politique menée par le gouvernement d'Émile Combes signée entre autres par 243 habitants de Gennes-sur-Seiche[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’azur aux trois loups d’or[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
An VIII   Pierre Gastinel    
1808   Pierre Mouezy    
1820   Julien Julliot    
1833   Pierre Bertin    
1840   Jean Gastinel    
1852   François Duclos    
1855   René Lebreton    
1862   Pierre Bertin    
1875   Henri Besneux    
1897   Jules Bertin    
1907   Julien Ricard    
1919   Arsène Gastinel    
1928   Henri Faucheux    
1947   Paul Poirier   Agriculteur
1977   Léonie Perrier    
? 2001[8] Lucien Priour    
2001[9] en cours Yves Hisope[10] SE Responsable administratif retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2015, la commune comptait 930 habitants[Note 2], en augmentation de 14,25 % par rapport à 2010 (Ille-et-Vilaine : +5,54 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 076 1 976 1 884 1 756 1 789 1 704 1 648 1 692 1 794
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 687 1 587 1 535 1 408 1 419 1 368 1 373 1 334 1 631
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 257 1 202 1 183 1 035 1 077 1 074 1 049 1 049 1 017
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
931 887 789 758 742 740 761 805 919
2015 - - - - - - - -
930 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux, monuments et richesses artistiques[modifier | modifier le code]

Le château de la Motte.

La commune compte un monument historique :

  • L’église Saint-Sulpice, mentionnée au XIe siècle, le bâtiment actuel date des XVIe et XVIIe siècles, repris au XIXe par Arthur Regnault. Pendant la Ligue, elle fut munie d'un gros clocher carré dans un but militaire ; des mâchicoulis sont encore visibles à l'intérieur. Cette église rassemble un imposant ensemble de cinq retables lavallois du XVIIe siècle (1673 à 1676). Au maître-autel trône un tabernacle de bois doré à ailes et miroirs. L’église a été inscrite par arrêté du 14 octobre 1926[14].

Autres monuments notables :

  • Le château de la Motte : construit au XVIe siècle, XVIIe siècle et XVIIIe siècle[15].
  • La Grand-Cour construite au 3e quart du XVIIe siècle – 1653.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Abbé Jean Chaupitre, prêtre et homéopathe, né à Gennes-sur-Seiche en 1859, décédé à Naples en 1934. Il est inhumé dans sa commune natale. Sur sa tombe on peut lire l’épitaphe suivante : « Il mit tout son cœur de prêtre et sa science médicale à soulager les misères humaines qui, de partout, se présentaient à lui ». Convaincu de l’efficacité de l’homéopathie, à la suite de la guérison d'un ulcère à l'estomac par un confrère homéopathe, il se lance dans la mise au point de remèdes. Il s’installe à Rennes et rencontre un succès très important grâce à ses préparations homéopathiques devenues les fameuses « gouttes de l’Abbé Chaupitre ». Poursuivi en justice à la suite des plaintes de médecins et de pharmaciens, il décide de partir à l’étranger où il décède en 1934.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fougères, Charles, Le parler et les traditions populaires de Gennes-sur-Seiche, Annales de Bretagne, no 11, 3, 1896 p. 415–441 et no 11, 4, 1896, p. 638–671.
  • Lebeau, Bernard, L'abbé Chaupitre, un pionnier de l'homéopathie en Bretagne (1859-1934) in Bull.Soc.Arch. d'Ille et Vilaine 1988
  • Le Nail, Bernard et Jacqueline, Pays de Vitré ; hommes et femmes remarquables. Ed. les Portes du Large, 2004. "Abbé Jean Chaupitre" p. 46
  • Noël, Jean-François Une justice seigneuriale de Haute-Bretagne à la fin de l'Ancien Régime : la chatellenie de la Motte-de-Gennes in Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest. Tome LXXXIII, no 1, mars 1976
  • Breton, Yves Le district de La Guerche 1789-1795 - 32 communes dans la tourmente révolutionnaire chez l'auteur , 1989.
  • Abbé Guillotin de Corson, Pouillé historique de l'archevêché de Rennes
  • André Mussat, L'église de Gennes-sur-Seiche, "Bulletin Mémoires de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine", 1983

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur l'Histoire de la paroisse de Gennes et l'église Saint-Sulpice : extraits d’Amédé Guillotin de Corson (1837-1905) " Pouillé Historique de l'Archevêché de Rennes " ici et suivantes ; et Là et suivantes : les Origines de Gennes par Mr de la Borderie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015, légale en 2018.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. infobretagne, « Étymologie et Histoire de Gennes-sur-Seiche »
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. http://www.infobretagne.com/visseiche.htm
  4. Aveu de 1475, Seigneur et Dame de Gazon, Archives départementales, cité par M. Etasse, Documents inédits concernant la baronnie de Vitré, "Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine", 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207795g/f71.image.r=Domagn%C3%A9
  5. Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 4, 1905, p. 398-399
  6. Journal officiel de la République française, n° du 13 mars 1903, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64666920/f15.image.r=Balaz%C3%A9?rk=21459;2
  7. « Gennes-sur-Seiche Ille-et-Vilaine », sur GASO, la banque du blason (consulté le 21 décembre 2014)
  8. « Élections municipales 2001 - Gennes-sur-Seiche », sur municipales2001.ouestfrance.fr, Ouest-France (consulté le 21 décembre 2014)
  9. « Le maire de Gennes, candidat en 2008 », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 21 décembre 2014)
  10. Réélu en 2008 et en 2014 : « Les maires élu du 1er tour », Dimanche Ouest-France, no 534,‎ , p. 10-11 (ISSN 1285-7688)
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. Notice no PA00090581, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Source : Archives de la seigneurie de la Motte de Gennes, cotes 49 J 32-33> Fonds d'Argentré, Archives I&V, fonds 49 J.