Moronvilliers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Moronvilliers est une ancienne commune de la Marne supprimée en 1950. Symboliquement, son nom a été accolé à celui de la commune voisine de Pontfaverger (située à environ 4 km au nord de l'ancien village) pour former Pontfaverger-Moronvilliers. Moronvilliers est situé à une vingtaine de kilomètres de Reims. Il a donné son nom à un massif de sept plateaux constituant les Monts de Champagne.

Moronvilliers abrite un centre de recherche du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) rattaché à la Direction des Applications Militaires (DAM) de l'Île-de-France[1]. Une zone interdite à la circulation aérienne a été instaurée autour du centre[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Monsieur Gallois y était Maire en 1879[3].

Le village a été détruit lors de la Première Guerre mondiale. Du 17 au 23 septembre 1914, la 42e division d'infanterie française livre d'importants combats dans la commune puis se replie au Nord de Mailly-le-Camp puis au fort de la Pompelle. Du 17 avril au 20 mai 1917 se déroule la Bataille des monts de Champagne.

Site militaire du CEA[modifier | modifier le code]

Le Polygone d'Expérimentation de Moronvillers s'est implanté dans l'ancien camp militaire en juin 1957. Rattaché au Centre d'études nucléaires du Fort de Vaujours, il est conçu pour réaliser des tirs en dehors de l'environnement urbain du centre de Vaujours[4].

A partir de 1958 ont lieu les expérimentations de détonique, dans un premier temps en plein air. Le centre effectue environ une centaine de tirs par an à l’air libre jusqu’en 2004.

La machine GREC (Générateur de radiographie éclair) a fonctionné de 1976 à 1999 pour radiographier les explosions[4].

En 1990 se sont produits plus de 100 expérimentations en cuve[5].

Certains essais sous-critiques, appelés " tirs froids " car la quantité de matière fissile n'est pas suffisante pour amorcer la réaction en chaîne, mettent en jeu des matières nucléaires, notamment de l'uranium appauvri[4]. En 1997, 103 m3 de déchets contaminés à l'uranium appauvri sont stockés, en attente de transfert, sur le site du CEA de Pontfaverger-Moronvillers[6]

En juillet 2009, le CEA annonce officiellement sa décision de fermer le site de Moronvilliers à l'horizon 2016[7].

Le déménagement des appareils et notamment de la machine AIRIX se ferait à partir de 2012-2013 sur un autre site du CEA dans la région de Dijon. La machine de radiographie X Airix y a été construite en 2000 et est alors un des points essentiels du programme de simulation nucléaire de la défense nationale française.

Les salariés du site sont reclassés au sein du Commissariat à l'énergie atomique. Cette décision soulève bien entendu des inquiétudes chez certains élus qui voient là le départ d'un centre qui faisait travailler de nombreuses entreprises sous-traitantes de la région de Pontfaverger et Beine-Nauroy. Cependant, d'autres voix se font entendre qui font aussi remarquer que ni l'armée, ni le CEA n'avaient payé la moindre taxe professionnelle au cours des dizaines d'années d'occupation du camp. D'autre part, les retombées négatives que l'implantation de ce centre a eu sur la région, en termes d'image, de publicité, de mystères, de fantasmes et de réels problèmes de santé publique[8], ne sont pas à négliger non plus dans le bilan qui devra être dressé un jour ou l'autre. Sur ce point, des associations de protection de l'environnement et de surveillance des essais nucléaires français se réjouissent plutôt qu'une page se tourne avec la fermeture du CEA de Moronvilliers et la fin des tirs. Ces associations s'inquiètent[réf. nécessaire]maintenant de l'état dans lequel sera "rendu" le site des Monts de Champagne après le déménagement, même si le CEA affirme qu'il sera dépollué[réf. nécessaire]. Si l’on se réfère aux anciens sites, en Algérie, en Polynésie ou au Fort de Vaujours, ils ne sont toujours pas rendus à la population civile car jugés trop pollués.

En mars 2013 ont lieu les dernière expérimentation, puis le site est abandonné par l'Armée en 2014.

Depuis lors, le CEA organise le démantèlement des structures et terrains contaminés, des 486.4m² de déchets radioactifs[9] pendant au moins quinze années "dans un contexte de filière de démantèlement saturée[10].

Conséquences sur l'environnement[modifier | modifier le code]

Les produits utilisés sont parfois de l’uranium, du béryllium, Lantane, Cuivre, deutérium, tritium, mais aussi acier, aluminium, verre, bois. À la suite de problèmes de dispersion de produits hautement radioactifs, cancérigènes et très toxiques, les tirs de Airix sont confinés dans une enceinte métallique blindée et fermée, afin de retenir les projections et les poussières[réf. nécessaire]. Après que l'association ADEPR ait dénoncé les risques sanitaires pour les salariés et la population, les morceaux ont été ramassés et emballés selon les règles des déchets industriels, l'enceinte de confinement est nettoyée et les eaux de lavage sont maintenant traitées. C'est à partir de deux réunions importantes 2007 et 2009 qui a mobilisé les l'élus, la population et les médias que le CEA a mis en place ces recommandations. Curieusement seul l'exploitant est habilité à s'auto-contrôler, aucun organisme indépendant ne peut prétendre y faire des analyses ou des contrôles. Aucune Commission locale d'information et de suivi n'a été mise en place alors que tous les centres CEA en France en sont pourvus (Seiva à Valduc). Aucun document, rapport, audit, expertise n'est communiqué. Cela ne rassure pas la population environnante qui connait dans son entourage des cas inquiétants de cancer, glaucome, thyroïde,...

En février 2016, des documents et des images inédites prouvent que le site du CEA de Moronvilliers est contaminé à l'uranium[11]. L’uranium aurait été utilisé lors de tests de détoniques dans les années 60[12].

Décorations françaises[modifier | modifier le code]

Croix de guerre 1914-1918 française.jpg
Croix de guerre 1914-1918 : 20 septembre 1920

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

49° 14′ 28″ N 4° 19′ 47″ E / 49.24111, 4.32972