Erbrée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune d’Ille-et-Vilaine
Cet article est une ébauche concernant une commune d’Ille-et-Vilaine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Erbrée
La façade sud de l'église Saint-Martin.
La façade sud de l'église Saint-Martin.
Blason de Erbrée
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Vitré
Intercommunalité Vitré Communauté
Maire
Mandat
Pierre Billot
2014-2020
Code postal 35500
Code commune 35105
Démographie
Gentilé Erbréens
Population
municipale
1 664 hab. (2014)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 05′ 59″ nord, 1° 07′ 24″ ouest
Altitude Min. 70 m – Max. 163 m
Superficie 35,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Erbrée

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Erbrée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Erbrée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Erbrée
Liens
Site web erbree.over-blog.com

Erbrée est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 1 664 habitants[Note 1] (les Erbréens).

Géographie[modifier | modifier le code]

Erbrée se situe en Bretagne, en Ille-et-Vilaine plus précisément, à quelques kilomètres à l'est de Vitré. La commune se trouve à proximité de grandes villes comme Vitré, Rennes, Laval, ou Fougères. La commune abrite deux zones naturelles d'intérêt :

À noter aussi l'étang de la Valière, qui sert notamment à alimenter en eau potable tout le pays de Vitré. De plus, Erbrée se trouve à proximité de la quatre voies/autoroute Rennes-Le Mans[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes ''Ecclesia Erbreacensis en 1104, Arbreia en 1197, Erbreia en 1210, Herbreiaen 1590[4].

D'une composition latine, basée sur arbor (« arbre »), suffixée en -etum, -eta[5].

« Lieu planté d'arbres » ; on peut penser à un « verger », « lieu planté de pommiers »[4][réf. insuffisante].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Un mémoire de Jean de Gennes du Mée indique que son frère Bodynais de Gennes du Mée est mort le , en son manoir de la Brosse, paroisse d'Erbrée[6].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Erbrée fait partie des communes déclarées totalement insurgées en 1793-1794[7].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Le Journal officiel du indique que Louis Félix Ollivier, député des Côtes-du-Nord, a déposé sur le bureau de l'Assemblée nationale une pétition hostile à la politique menée par le gouvernement d'Émile Combes signée entre autres par 249 habitants d'Erbrée[8].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts d'Erbrée porte les noms de 74 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux, deux (Alexis Fougères, Pierre Lemeslif) ont été décorés de la Médaille militaire et de la Croix de guerre et cinq (Léon Diard, Louis Dufeu, Amand Hervagault, Pierre Pannetier, Ferdinand Renoux) de la Croix de guerre. Cinq soldats (Pierre Bouthemy, Alexis Fougères, Pierre Gallon, Léon Guais, Jules Roulin) sont morts en Belgique dès 1914; deux sont morts dans les Balkans (Jean Desbois à Salonique (Grèce) et Joseph Guyon en Serbie, tous les deux en 1916 ; tous les autres sont décédés sur le sol français[9].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

En 1922, la "Société de distribution d'électricité de l'Ouest" mena une enquête publique sur la commune et quelques communes voisines envisageant la création d'un réseau électrique desservant la commune[10].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts d'Erbrée porte les noms de huit personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale[9].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Deux soldats originaires d'Erbrée (Michel Hervagault, Joseph Trotin) sont morts pour la France pendant la Guerre d'Algérie[9].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De sable aux deux lions affrontés d’argent soutenant un écusson du même chargé de trois molettes d’éperon du champ.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 mars 2008 René Blandeau   Menuisier
mars 2008 mars 2014 Jacques Lévêque   Comptable
mars 2014 en cours Pierre Billot[11] DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 1 664 habitants, en diminution de -0,06 % par rapport à 2009 (Ille-et-Vilaine : 5,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 061 1 387 1 410 1 590 1 667 1 455 1 488 1 498 1 562
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 576 1 590 1 580 1 544 1 611 1 554 1 547 1 465 1 450
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 400 1 394 1 374 1 306 1 314 1 302 1 282 1 385 1 297
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
1 217 1 197 1 147 1 323 1 408 1 498 1 672 1 667 1 664
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006 [15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

le mézard
le mézard

Dans la commune, se trouve au Passoir un GAEC de 2 agriculteurs produisant en mode d'agriculture biologique et au Mézard, la fromagerie qui lui est attachée ou est transformé le lait de vache pour l'obtention de 3 types de fromages fermiers portant les marques commerciales Mondevert, Bleu d'Erbrée et Mézard. Ces fromages sont à base de lait cru[16],[17].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte un monument historique :

  • Le château des Nétumières, édifié au XVIe siècle à l’emplacement d’un château médiéval et restauré au XIXe. Le château et ses dépendances, ainsi qu’un pont probablement gallo-romain situé à proximité, sont inscrits par arrêté du 22 mars 1973[18]. Le château est une propriété privée, fermée aux visites.

Autres lieux et monuments :

  • Le château des Bretonnières (XVIIe et XIXe siècles)[19].
  • À noter aussi le bois de la Huperie, qui est traversé, depuis 2007, par le contournement du bourg voisin de Mondevert. La présence de batraciens avaient conduit le conseil général d'Ille-et-Vilaine à déplacer le tracé de la route[20].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Réseaux[modifier | modifier le code]

Erbrée est traversée par la voie ferrée reliant Rennes à Paris.

Un point de suivi de la qualité des eaux de la Vilaine est effectué sur Erbrée[21].

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Dans cette commune, plusieurs associations sont présents.

Pour le sport: U.S.E.M (foot), ASB (Basket), tennis de table, club de la 2e jeunesse, badminton, hand-ball[22]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Valérie Faucheux, Erbrée, commune blanche en pays vitréen, 1830-1914, Rennes, 1997, (Archives d'I&V - Mémoire 2 J 711).
  • Gauthier Stéphane, Marie-Paul (1753-1821) et Émilie Olympe (1761-1842). Le marquis et la marquise des Nétumières en famille et en société, DEA d'histoire, Rennes, 2001, (Archives d'I&V - Mémoire 2 J 808).
  • Christine Blain, Les paysans dans la juridiction des Nétumières à la veille de la Révolution (1705-1789). La vie quotidienne d'une communauté rurale sous l'Ancien Régime, Rennes, 1992, (Archives d'I&V - Mémoire 2 J 893).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Diard, La flore d'Ille-et-Vilaine, Atlas floristique de Bretagne, Rennes, Siloë, 2005, p. 64.
  2. « Réserve associative des Petits prés »
  3. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 4 mars 2016)
  4. a et b « Etymologie et Histoire de Erbrée », infobretagne
  5. Albert Dauzat et Charles Rostaing : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. 2è édition. Librairie Guénégaud. 1963.
  6. Édouard Frain, "Une terre, ses possesseurs catholiques et protestants, de 1200 à 1600 : pour faire suite aux «Familles de Vitré»", 1879, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54086453/f7.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=407727;2
  7. Jean-Baptiste Kléber et Henri Baguenier-Desormeaux, "Kléber en Vendée (1793-1794) / documents publiés, pour la Société d'histoire contemporaine", 1907, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111939x/f461.image.r=Saint-Aubin-des-Landes
  8. Journal officiel de la République française]], n° du 13 mars 1903, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64666920/f15.image.r=Balaz%C3%A9?rk=21459;2
  9. a, b et c http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=41066
  10. Journal Ouest-Éclair no 7425 du 3 mars 1922, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6468370/f5.image.r=Poc%C3%A9?rk=1866962;0
  11. « Municipales à Erbrée. Pierre Billot élu maire  », Ouest-France, 3 avril 2014.
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  16. « Fromagerie du Mézard », sur fromages-du-mezard.com (consulté le 21 mars 2016)
  17. (fr) « Erbrée La fromagerie du Mézard ouvre ses portes », sur le Journal de Vitré (consulté le 21 mars 2016)
  18. « Notice no PA00090552 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Notice no IA35000061 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Feu vert à la déviation de Mondevert
  21. « Qualit'eau 35 n°30 p.5 - bulletin du réseau de suivi de la qualité des eaux superficielles en Ille-et-Vilaine » (consulté le 20 novembre 2013)
  22. (fr) Commune d'Erbree, « Associations d'Erbrée - Commune d'Erbrée », sur Commune d'Erbrée (consulté le 21 mars 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]