Sainte-Marie-Laumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Marie.
Sainte-Marie-Laumont
L'église de la Sainte-Vierge.
L'église de la Sainte-Vierge.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Vire
Canton Condé-sur-Noireau
Intercommunalité Communauté de communes Intercom de la Vire au Noireau
Maire délégué Marc Guillaumin
2014-2020
Code postal 14350
Code commune 14618
Démographie
Gentilé Laumontais
Population 665 hab. (2014)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 55′ 01″ nord, 0° 54′ 30″ ouest
Altitude Min. 67 m – Max. 201 m
Superficie 15,61 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Souleuvre-en-Bocage
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 15.svg
Sainte-Marie-Laumont

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 15.svg
Sainte-Marie-Laumont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Sainte-Marie-Laumont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Sainte-Marie-Laumont

Sainte-Marie-Laumont est une ancienne commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Souleuvre-en-Bocage.

Elle est peuplée de 665 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Au cœur du Bocage virois, le territoire se situe au nord du bassin de Vire. Il est traversé du nord au sud par la départementale 674 (ancienne route nationale 174) de Vire à Carentan par Saint-Lô. L'atlas des paysages de la Basse-Normandie situe majoritairement la commune au nord de l'unité du Bassin de Vire caractérisée par « un ancien bocage fortement dégradé par les mutations agricoles » et un « habitat dispersé […] de schiste aux toits d’ardoise »[1]. La partie nord est classée dans les paysages de la vallée de la Vire, « variés mais déterminés par un encaissement profond du cours d’eau »[2]. L'église et son hameau sont à 4 km au nord de La Graverie, à 5,5 km à l'est du Bény-Bocage, à 10 km au nord de Vire et à 16 km au sud-est de Torigni-sur-Vire[3].

Jusqu'à très récemment, la commune n'avait pas de réel bourg, l'église et le château formant un simple hameau. La construction récente de lotissements à proximité du carrefour sur la RD 674 et de la mairie ont fait du lieu-dit le Calvaire le bourg de la commune.

Outre la route départementale no 674 qui mène à Saint-Lô par Torigni-sur-Vire au nord et à Vire au sud, le territoire est traversé par la D 81 qui relie le Calvaire à Beaumesnil à l'ouest et au Bény-Bocage à l'est. L'A84 est à 8,5 km au nord, à Guilberville (sortie 40).

Sainte-Marie-Laumont est dans le bassin de la Vire qui serpente à sa limite est, avant d'emprunter le sillon des gorges de la Vire qui borde la commune au nord. Cette partie du territoire constitue géologiquement le sud de la zone bocaine, synclinal traversant la Normandie armoricaine d'est en ouest. Le territoire est sillonné de courts affluents directs du fleuve côtier.

Le point culminant (201/204 m) se situe au nord, sur la butte de Gros-Mont dominant la Vire. Le point le plus bas (67 m) correspond à la sortie de la Vire du territoire, au nord-ouest. La commune est bocagère.

Le climat est océanique, comme dans tout l'Ouest de la France. La station météorologique la plus proche est Caen-Carpiquet, à 44 km, mais Granville-Pointe du Roc est à moins de 55 km[4]. Le Bocage virois s'en différencie toutefois pour la pluviométrie annuelle qui, à Sainte-Marie-Laumont, avoisine les 950 mm[5].

Communes limitrophes de Sainte-Marie-Laumont[6]
(comm. nouv. de Souleuvre-en-Bocage)
Campeaux
(comm. nouv. de Souleuvre-en-Bocage)
Campeaux
(comm. nouv. de Souleuvre-en-Bocage)
Campeaux
(comm. nouv. de Souleuvre-en-Bocage)
Saint-Martin-Don (comm. nouv. de Souleuvre-en-Bocage)
Beaumesnil
Sainte-Marie-Laumont[6]  (comm. nouv. de Souleuvre-en-Bocage) Carville
(comm. nouv. de Souleuvre-en-Bocage)
Campagnolles Étouvy
(comm. nouv. de Souleuvre-en-Bocage)
La Graverie
(comm. nouv. de Souleuvre-en-Bocage)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes Beata Maria Losmont en 1278 et Ste Marie Losmont en 1392 sont attestées. La paroisse est dédiée à la Vierge Marie[7]. Laumont serait issu de l'anthroponyme scandinave Osmund[7]. Au XIVe siècle, Sainte-Marie s'appelait Lautmonville[8].

Le gentilé est Laumontais[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , Sainte-Marie-Laumont intègre avec dix-neuf autres communes la commune de Souleuvre-en-Bocage[10] créée sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Les communes de Beaulieu, Le Bény-Bocage, Bures-les-Monts, Campeaux, Carville, Étouvy, La Ferrière-Harang, La Graverie, Malloué, Montamy, Mont-Bertrand, Montchauvet, Le Reculey, Saint-Denis-Maisoncelles, Sainte-Marie-Laumont, Saint-Martin-des-Besaces, Saint-Martin-Don, Saint-Ouen-des-Besaces, Saint-Pierre-Tarentaine et Le Tourneur deviennent des communes déléguées et Le Bény-Bocage est le chef-lieu de la commune nouvelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2001 Odette Asselin SE  
mars 2001 mars 2014 Christian Clavreul SE  
mars 2014[11] décembre 2015 Marc Guillaumin SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal était composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[12]. Ces conseillers intègrent au complet le conseil municipal de Souleuvre-en-Bocage le jusqu'en 2020 et Marc Guillaumin devient maire délégué.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 665 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2005, 2010, 2015, etc. pour Sainte-Marie-Laumont[13]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Sainte-Marie-Laumont a compté jusqu'à 1 320 habitants en 1831.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 051 1 150 1 172 1 192 1 320 1 168 1 208 1 214 1 160
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 140 1 057 1 025 954 1 004 1 010 998 932 901
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
873 833 844 695 685 737 712 677 645
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
619 529 493 472 515 565 593 626 665
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les unités de paysage : Unité 4.4.1 - Le Bassin de Vire dans son écrin de hauteurs boisées » [PDF], sur basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr, Dreal Basse-Normandie (consulté le 21 juin 2016).
  2. « Les unités de paysage : Unité 7.3.1 : La vallée de la Vire » [PDF], sur basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr, Dreal Basse-Normandie (consulté le 21 juin 2016)
  3. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  4. Distances orthodromiques selon le site Lion 1906
  5. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 3 juillet 2015) (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  6. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  7. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  8. Le Patrimoine des Communes du Calvados, Vol. 1, Flohic Éditions, 2001, (ISBN 2-84234-111-2).
  9. « Cdc Bény-Bocage - Sainte-Marie-Laumont » (consulté le 13 février 2011)
  10. « Recueil des actes administratifs du 4 décembre 2015 », sur le site de la préfecture du Calvados (consulté le 21 juin 2016).
  11. « Marc Guillaumin coiffe Francis Hamel au poteau », sur Ouest-france.fr (consulté le 5 avril 2014)
  12. « Sainte-Marie-Laumont (14350) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 novembre 2014)
  13. Date du prochain recensement à Sainte-Marie-Laumont, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :