Agnières-en-Dévoluy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Agnières (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Asnières et Anières.
Agnières-en-Dévoluy
La Mairie
La Mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Canton Veynes
Commune Le Dévoluy
Statut Ancienne commune
Code postal 05250
Code commune 05002
Démographie
Population 292 hab. (2014)
Densité 9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 41′ 42″ nord, 5° 52′ 56″ est
Altitude Min. 1 114 m
Max. 2 597 m
Superficie 32,46 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Dévoluy (commune)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 15.svg
Agnières-en-Dévoluy

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 15.svg
Agnières-en-Dévoluy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Agnières-en-Dévoluy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Agnières-en-Dévoluy

Agnières-en-Dévoluy est une ancienne commune française, intégrée depuis 2013 dans la commune de Dévoluy, située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Agniérois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Agnières est situé dans le massif du Dévoluy, à 20 kilomètres à vol d'oiseau, mais 40 par la route, au nord-ouest de Gap. La commune occupe le sud-ouest du Dévoluy, entre la montagne d'Aurouze, qui culmine au pic Ponsin à 2 597 mètres, au sud-est et le Grand Ferrand qui, avec 2 761 mètres est le deuxième sommet du Dévoluy, au nord-ouest. Elle est arrosée par la Ribière, qui descend de la crête des Aiguilles et se jette dans la Souloise à Saint-Disdier, quelques kilomètres plus au nord. Agnières est séparée de Saint-Étienne-en-Dévoluy par la crête des Baumes.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le vallon d'Agnières est situé sur la partie occidentale d'un vaste synclinal (le synclinorium du Dévoluy) d'orientation nord-sud versant vers le nord, où se sont accumulées des roches sédimentaires : molasse rouge, marnes et calcaires oligocènes. Le flanc du Grand Ferrand est formé de calcaire blanc sénonien, modelé par des formations glaciaires d'époque wurmienne[1].

La commune est célèbre pour ses nombreuses cavités souterraines, les chourums, propices à la spéléologie.

Climat[modifier | modifier le code]

L'altitude élevée de ce territoire fait que le climat y est très marqué : un hiver rigoureux et long pouvant être tour à tour sec et froid ou parfois plus humide, ce qui peut entraîner de fortes chutes de neige. L'été y est particulièrement agréable, la fraîcheur du soir venant tempérer des journées parfois chaudes et orageuses en juillet-août. Le col du Festre est en effet une barrière climatique d'importance entre les influences alpines du nord et les influences méditerranéennes, tout comme le col de la Croix-Haute situé dans la vallée voisine à l'ouest. Ainsi on pourra avoir de magnifiques journées hivernales chaudes et ensoleillées alors que les vallées situées plus au nord seront dans la brume (phénomène d'inversion de température visualisé par un développement de la « mer de nuages » visible depuis les pentes enneigées de la station de la Joue du Loup).

Communications[modifier | modifier le code]

Comme tout le Dévoluy, Agnières est difficile d'accès, notamment en hiver. La route départementale 937, au nord, traverse les gorges de la Souloise et contourne le lac du Sautet pour rejoindre à Corps la route Napoléon, ce qui met Agnières à près de deux heures de Grenoble. Au sud, la même D 937 passe par le col du Festre (alt. 1 441 m.) pour rejoindre à Montmaur la route de Gap à Veynes, ce qui met encore Agnières à près d'une heure de Gap, et trois de Marseille, du moins lorsque le col du Festre n'est pas pris par la neige et le blizzard (la « bise »). Enfin Agnières communique avec l'est par la D 17 qui, au-delà de Saint-Étienne, passe en Champsaur par le col du Noyer, col fermé en moyenne six mois par an. Aucun franchissement des montagnes situées à l'ouest n'est possible si ce n'est, à la belle saison, par les randonneurs aguerris[2],[3].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Le chef-lieu (mairie, église), dans une boucle de la route principale
  • La Combe, Maubourg, la Chaup, proches du chef-lieu
  • Le Forest, à la jonction de la route de Saint-Étienne
  • Les Courtières, isolé près du col du Festre
  • La Joue du Loup, station de sports d'hiver créée en 1976 sur les pentes de la montagne d'Aurouze, où se construisent de plus en plus de locations et de résidences secondaires.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , les quatre communes du canton de Saint-Étienne-en-Dévoluy[4],[5] Saint-Étienne-en-Dévoluy, Agnières-en-Dévoluy, La Cluse et Saint-Disdier fusionnent pour devenir Dévoluy. Agnières-en-Dévoluy devient une commune déléguée conformément au régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du de réforme des collectivités territoriales. Après les élections municipales de mars 2014, une décision du conseil municipal du suivant entérine la suppression des quatre communes délégués[6]. Désormais, l'ancienne commune est une localité du Dévoluy.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 avril 2006 Jean-François Hahn    
avril 2006 mars 2008 Jean Patras    
mars 2008 31 décembre 2012 Jacqueline Puget[7]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 292 habitants, en augmentation de 8,15 % par rapport à 2009 (Hautes-Alpes : 2,89 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
501 478 505 431 425 421 430 444 459
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
432 428 382 383 426 439 454 436 406
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
392 418 384 359 332 336 315 285 266
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
238 202 180 180 199 212 266 293 292
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur aux six besants d'or, ordonnés 3, 2 et 1, au chef du même chargé d'un agneau de sable.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]