ADMR

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
ADMR
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association à but non lucratif
But Services à la personne
Fondation
Fondation 1945
Identité
Siège 184A Rue du Faubourg Saint Denis (Paris) 75010 Paris
Présidente Marie-Josée Daguin
Secrétaire général Thierry d’Aboville
Volontaires 96 000
Employés 94 375
Slogan La référence du service à la personne
Site web www.admr.org

L'ADMR (signifiant Aide à domicile en milieu rural) est un réseau associatif de services à la personne. Fondé en 1945, il intervient de la naissance à la fin de vie, dans quatre domaines : autonomie, services de confort à domicile, famille et santé.

Il est constitué de 2 700 associations locales autonomes qui interviennent sur un territoire déterminé. Des équipes de bénévoles et de salariés détectent les besoins des populations locales, créent et font fonctionner les services à destination des clients.

Les 2 700 associations se regroupent en fédérations départementales, elles-mêmes représentées par l'Union nationale ADMR au niveau national.

Historique[modifier | modifier le code]

  • La création du mouvement à la sortie de la guerre

La France sort de la guerre et l’ADMR fait ses premiers pas dans le milieu rural, son berceau d’origine. Parmi les pionniers qui créent et structurent l’ADMR, François Romatif et Marie Godinot, fondateurs du mouvement. Issus du mouvement familial rural (MFR), ils créent un nouveau service : l’aide familiale rurale. Dès l’origine, l’objectif de ce service est double : aider les uns dans les tâches quotidiennes, créer des emplois de proximité pour retenir les autres. Juillet - Naissance à Communay (Rhône, dans l’Isère à cette époque) de l’AFR, première association des Aides familiales rurales pour aider les familles.

Logos de l'ADMR
  • De l'AFR à l'ADMR

Le nouveau sigle ADMR (Aide à domicile en milieu rural) est adopté en 1976. Afin de permettre un meilleur développement en milieu urbain, le nom Aide à domicile en milieu rural est abandonné en 1998, au profit du seul sigle ADMR.

  • L'ADMR des années 1980 à nos jours

Le premier service de soins infirmiers à domicile pour personnes âgées (Ssiad) ouvre en 1981.

En 1981, un service auxiliaire de vie pour les personnes âgées et/ou handicapées est créé.

En 1988, de nouveaux services sont créés : livraison de repas, téléassistance, accueil de la petite enfance, petites unités de vie…

En 1996, le secteur des services à la personne s'ouvre aux entreprises, par une loi qui instaure une procédure d'agrément. Toutes les associations ADMR reçoivent l'agrément simple (aujourd'hui déclaration) et l'agrément qualité (aujourd'hui devenu agrément).

En 1999, l'ADMR crée le concept de « maison de services » : des lieux d'accueil dans lesquels le client peut s'informer, être conseillé et obtenir un devis.

L'année 2002 est marquée par la mise en place au 1er janvier de la loi APA qui permet l'intégration des services d’aide à domicile aux personnes âgées et aux personnes handicapées.

Lancement, en février 2005, du plan Borloo de développement des services à la personne.

Deux ans après, le secteur des services à la personne connaît une forte croissance après la mise en place du plan Borloo. En réponse aux nouvelles demandes, l’ADMR enrichit son offre et développe des prestations de ménage, repassage, petit jardinage, transport accompagné. Elle se positionne également sur l’accueil collectif et individuel des jeunes enfants.

En 2008, l'ADMR met en œuvre son plan pluriannuel de développement, le CAP 2008-2011. Ce plan, dont l'objectif est de développer l'activité de l'ADMR en s'appuyant sur un projet politique en restant cohérent avec ses valeurs, va notamment marquer l'accélération de la diversification de l'activité vers tous les publics (et non plus seulement vers les personnes âgées ou en situation de handicap).

Une nouvelle identité visuelle est déployée en 2010. Le nouveau logo et la nouvelle signature, « la référence du service à la personne », répondent à la volonté de moderniser l'image de l'ADMR et de favoriser son développement auprès de tous les publics.

L ’ADMR met en œuvre son 2e plan pluriannuel de développement, le CAP 2012-2015, adopté lors de l’assemblée générale de novembre 2011 : il définit les axes stratégiques de l’ADMR pour les années à venir. Il se nourrit du précédent CAP (2008-2011) et s’appuie sur les valeurs du réseau : humanisme, relation à l’autre, échange, proximité…

La convention collective de branche (CCB) entre en vigueur au 1er janvier 2012, en lieu et place de la convention de l'ADMR qui prévalait jusqu'alors.

Dans un contexte général de réduction des subventions par les départements[1] certaines fédérations départementales connaissent des difficultés financières, en particulier celle du Finistère[2] qui est contrainte à cesser ses activités en 2012[3]. L'activité des associations finistériennes est en revanche maintenue[4].

En 2013, une nouvelle convention est signée avec la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), qui apporte son soutien au réseau autour de quatre axes : gestion des ressources humaines, démarche qualité, centre de gestion et système d’information.

En 2014, l'Union nationale ADMR lance une offre d’habitat avec services “Habiter Autrement ADMR”. Le réseau signe la charte Monalisa (Mobilisation nationale de lutte contre l’isolement des âgées).

L’ADMR fête ses 70 ans lors du Forum de Saint-Étienne, les 19 et 20 novembre, réunissant 2100 bénévoles et salariés. L'ADMR lance son CAP 2016-2020, autour de cinq axes : renforcement du sentiment d’appartenance à l’ADMR, le développement de l’innovation, la promotion des métiers, l’optimisation du modèle social et économique, et la valorisation des projets. Cette même année, l’Union nationale se voit remettre son certificat ISO 9001, devenant ainsi la première fédération nationale du secteur à obtenir cette certification.

Les valeurs de l'ADMR[modifier | modifier le code]

La mission de l’ADMR s’appuie sur des valeurs fortes :

  • La proximité : disposer d’un réseau dense d’associations dont la base est communale ou cantonale ;
  • La citoyenneté : en procurant des services à leurs clients, les associations créent des emplois dans les zones où elles interviennent. Plus largement, l’ADMR est identifié par ses clients et les politiques publiques comme un acteur du développement local ;
  • Le respect de la personne : respecter le choix de vie des personnes en préservant leur autonomie ;
  • L’universalité : répondre aux besoins de toutes les personnes, à tous les âges de la vie, qu’elles soient malades ou en pleine santé.

Organisation[modifier | modifier le code]

  • Les associations locales, qui délivrent les services à leurs clients, adhèrent à leur fédération départementale, laquelle assure un rôle de soutien administratif et technique, d'animation du réseau et de représentativité auprès des collectivités locales et des organismes sociaux.
  • Un comité régional (lieu d'échange et de réflexion) permet l'élaboration de projets communs entre les fédérations dans les domaines de la formation professionnelle, les politiques de prévention... Le comité régional tient également un rôle de représentation auprès des instances régionales
  • Les 92 fédérations départementales et les associations locales sont représentées par une Union nationale qui définit la politique générale et anime l'ensemble du réseau. Elle représente l'ADMR auprès des pouvoirs publics sur les questions sociétales majeures.
  • L'Union nationale a pour rôle de fédérer les fédérations départementales et les associations locales au niveau national. L'Union nationale représente l'ADMR après des autorités et services publics ou privés, propose les orientations politiques, fait connaître l'ADMR, définit et organise la formation des bénévoles et salariés, soutient les fédérations et les associations avec un ensemble de services. En termes d'organisation, l'Union nationale est administrée par un conseil d'administration de 30 membres présidé depuis le 8 décembre 2012 par Marie-Josée Daguin. Des commissions ou groupes de travail sont créées par le conseil d'administration pour l'aider dans sa prise de décision. Ils sont composés de représentants bénévoles et salariés des fédérations.

Domaines d'intervention[modifier | modifier le code]

Les gammes de services de l'ADMR

L'ADMR intervient dans quatre grands domaines :

  • Autonomie : il s’agit de services spécialisés pour les personnes âgées, les personnes en situation de handicap, ou de retour d’hospitalisation. Ces services incluent l’aide et l’accompagnement à domicile, la garde à domicile de jour et de nuit, la visite de nuit à la carte, le coucher tardif, le transport accompagné, l’aide à la mobilité, l’aide aux aidants, l’aide au répit, les services pour personnes en situation de handicap (services à domicile, SAMSAH, SAVS…), l’assistance administrative à domicile, la livraison de repas à domicile, la téléassistance (via la marque Filien ADMR), les structures d’hébergement…
  • Services de confort à domicile : il s’agit de services accessibles à tous, qui améliorent la vie quotidienne des personnes. Ces services incluent le ménage, le repassage, de petits travaux de jardinage ou de bricolage, l'assistance administrative à domicile…
  • Famille : garde d'enfants à domicile ou en accueil collectif (crèche, micro-crèche, jardin d’enfant, halte garderie, accueil de loisirs et périscolaire), le soutien aux familles et l'action socio-éducative (TISF)…
  • Santé : services de soins infirmiers à domicile (SSIAD), centres de soins infirmiers (CSI), hospitalisation à domicile (HAD), équipes spécialisées Alzheimer

Le fonctionnement des associations s'établit sur la base d'une relation tripartite : le client est associé à la définition du service qui lui sera rendu ; le bénévole de l'association conçoit l'offre de services ; le professionnel réalise la prestation.

En 2018, l'ADMR compte 720 000 clients sur l'ensemble de la France.

Les présidences de l'Union nationale[modifier | modifier le code]

Tableau
Mandat Président

1946 - 1950

Marie Godinot

1950 - 1953

François Romatif

1953 - 1963

Jean Janinet

1963 - 1976

Gabriel Fabriès

1976 - 1978

Pierre Grillon

1978 - 1980

René Baudron

1980 - 1981

Gabriel Fabriès

1981 - 1984

Odile Verecke

1984 - 1993

Maryvonne Chapus

1993 - 1999

Jean-Michel Jolly

1999 - 2008

Danièle Dumas

2008 - 2012

Michel Tanfin

2012 - Mandat en cours[5]

Marie-Josée Daguin

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]