Massif du Dévoluy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Dévoluy.

Massif du Dévoluy
Massifs des Alpes occidentales
Carte de localisation de massifs des Alpes.
Géographie
Altitude 2 789 m, Grande Tête de l'Obiou
Massif Alpes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Régions Auvergne-Rhône-Alpes
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Départements Drôme, Isère
Hautes-Alpes
Géologie
Roches Roches sédimentaires

Le massif du Dévoluy est un chaînon subalpin à cheval entre les Alpes du Sud et les Alpes du Nord.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du massif apparaît sous les formes Devologium au XIe siècle, Devolodium en 1150, Devoloi en 1199 et Devouluy en 1512.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Carte topographique du massif du Dévoluy.

Administrativement, le Dévoluy, d'une superficie d'environ 185 km2, est situé à cheval sur les départements des Hautes-Alpes principalement, de l'Isère et de la Drôme. Le point culminant du massif, l'Obiou, s'élève en Isère.

Le Dévoluy est un massif des Préalpes du Sud entouré par le Champsaur, le Gapençais, les pays de Buëch (Bochaine, Veynois), le massif du Diois, le Trièves et les Écrins.

Il est bordé par le Drac, le Petit Buëch et le Grand Buëch. Le lac du Sautet, qui est une retenue hydroélectrique, baigne le nord du massif.

Principaux sommets[modifier | modifier le code]

Vue du massif depuis le col du Fau à l'ouest.
Vue du massif, avec le pic de Bure au centre.
L'Obiou depuis Corps, point culminant du massif.
Vue du pic de Bure.

Les quatre principaux sommets du Dévoluy :

Autres sommets :

  • le Petit Ferrand, 2 724 m
  • la tête de la Cavale, 2 697 m
  • la tête de la Cluse, 2 683 m
  • la dent d'Aurouze, 2 679 m
  • le Bonnet de l'Evêque, 2 663 m
  • la tête de l'Aupet, 2 627 m
  • la tête des Pras Arnaud, 2 617 m
  • la tête d'Aurouze, 2 587 m
  • la tête de Lapras, 2 584 m
  • le Rougnou, 2 577 m
  • la tête du Collier (sommet de la montagne de Faraut), 2 568 m
  • le roc Roux (montagne de Faraut), 2 566 m
  • la tête de Claudel (montagne de Faraut), 2 563 m
  • les Agards, 2 556 m
  • la tête des Chaux, 2 521 m
  • la tête de Vallon Pierra, 2 516 m
  • le Nid, 2 509 m
  • le sommet des Casses, 2 495 m
  • le Petit Obiou, 2 458 m
  • le rocher Rond, 2 453 m (point culminant du département de la Drôme)
  • la tête des Ombres, 2 450 m
  • le Pied Gros, 2 448 m
  • le Raz de Bec, 2 431 m
  • le roc de Garnesier, 2 388 m
  • le pic Pierroux (montagne de Faraut), 2 377 m
  • la tête de Girbault (montagne de Faraut), 2 370 m
  • le Bec de l'Aigle, 2 367 m
  • la tête de la Madeleine, 2 366 m
  • le pic Ponsin, 2 335 m
  • la tête d'Oriol, 2 334 m
  • le Bec de l'Aigle II, 2 328 m
  • le sommet de Grande Combe, 2 322 m
  • la tête du Lauzon, 2 279 m
  • la roche Courbe, 2 259 m
  • le pic du Faraut (montagne de Faraut), 2 233 m
  • la tête des Ombres, 2 226 m
  • le pic de Gleize, 2 161 m
  • la tête des Ormans, 2 140 m
  • le pic de l'Aiguille, 2 140 m
  • le Chauvet, 2 062 m
  • la tête du Merlant, 2 001 m

Principaux cols[modifier | modifier le code]

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

Voir aussi les sources des Gillardes, une des résurgences françaises les plus importantes par le débit.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le Dévoluy est un massif calcaire[1], typique des Préalpes, fortement modelé par l'érosion glaciaire. On y trouve de nombreux vallons et d'importants éboulis, qui donnent sa couleur caractéristique grise à la roche. En raison de sa position méridionale, et malgré son altitude, les glaciers ont entièrement disparu.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Faune :

Flore :

Activités[modifier | modifier le code]

SuperDévoluy.jpg

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'essentiel de l'activité agricole du Dévoluy est l'élevage ovin, les troupeaux venant de toute la région PACA pour l'estive.

L'Interféromètre du plateau de Bure[modifier | modifier le code]

Situé à 2 552 m sur le plateau de Bure, l'IRAM a installé un réseau de radiotélescopes qui constituent un interféromètre. Le ciel particulièrement clair dans cette région et à cette altitude a été essentiel dans le choix de ce site.

Sports et tourisme[modifier | modifier le code]

Stations de sports d'hiver[modifier | modifier le code]

Les stations de SuperDévoluy (sur la commune de Saint-Étienne-en-Dévoluy) et de La Joue du Loup (sur la commune d'Agnières-en-Dévoluy) font un domaine de ski alpin de 100 km auxquels s'ajoutent 35 km de ski de fond.

Escalade[modifier | modifier le code]

Le Dévoluy est aussi un lieu où l'on peut faire de l'escalade sportive : grandes-voies (Pic de Bure, les Gillardes), falaises (les Gicons).

Une via ferrata est équipée dans le défilé de la Souloise.

Spéléologie[modifier | modifier le code]

Au même titre que les proches massifs du Vercors et de la Chartreuse, le Dévoluy est un lieu de prédilection pour la spéléologie, avec ses nombreuses cavités appelées localement chourums[2]. Le réseau Rama-Aiguilles[N 1], avec 980 mètres de dénivelé[3], est la cavité la plus importante suive par la Tune des Renards[N 2], qui atteint la profondeur de 890 mètres. Le collecteur[N 3] n'a jamais été découvert dans aucun chourum du massif. À l'exception des cavités du plateau de Bure, les eaux souterraines ressortent à l'émergence des Gillardes[N 4], à 870 mètres d'altitude, située au nord du massif[5]. Le puits des Bans[6], [N 5], dont l'entrée s'ouvre à 1 103 mètres dans les gorges de la Souloise, est une cheminée d'équilibre sur la zone noyée[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le chourum des Aiguilles a pour coordonnées 44° 40′ 35″ N, 5° 49′ 13″ E.
  2. La Tune des Renards a pour coordonnées 44° 41′ 26″ N, 5° 50′ 25″ E.
  3. En spéléologie un collecteur est une « galerie principale recueillant les eaux des autres galeries[4] ».
  4. La Grande Gillarde a pour coordonnées 44° 45′ 35″ N, 5° 53′ 13″ E.
  5. Le puits des Bans a pour coordonnées 44° 43′ 19″ N, 5° 54′ 56″ E.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Nicod, « Phénomènes glacio-karstiques et nivo-karstiques sur la carte géomorphologique du Dévoluy méridional, plateaux de Bure et d'Aurouze », Revue de géographie alpine, vol. 66,‎ , p. 149-165 (lire en ligne).
  2. Jean-Jacques Delannoy et Richard Maire, « Les grandes cavités alpines. Répartition et contexte hydrogéologique », revue Karstologia, vol. 3,‎ , p. 66 (lire en ligne).
  3. Philippe Bertochio, « Réseau chourum de la Rama-chourum des Aiguilles », sur speleocl.cluster010.ovh.net, le site du Spéléo Club Alpin de Gap, (consulté le 27 novembre 2016)
  4. David Pujol, « Glossaire : Collecteur », termes spéléologiques, sur site personnel, mis à jour le 07 juillet 2009 (consulté le 24 septembre 2016), p. C.
  5. Alexandre Zappelli, « Projet de traçage dans le massif du Dévoluy » [PDF], sur cdsc 13.fr, (consulté le 17 aout 2017).
  6. Philippe Bertochio, Fédération française de spéléologie, « Les mystères du Puits des Bans », Spelunca., Paris, Fédération française de spéléologie, no 106,‎ , p. 23-30 (ISSN 0249-0544, lire en ligne).
  7. Philippe Audra-Responsable d'édition et Philippe Bertochio, Association française de karstologie, « Grottes et karts de France - Le massif du Dévoluy, un bastion calcaire entre alpes du nord et du sud », Karstologia Mémoires, Paris, Association française de karstologie, no 19,‎ , p. 218-219 (ISBN 978-2-95-042225-5)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pascal Sombardier, Du Mont Aiguille à l'Obiou : Alpinisme et randonnée en Trièves et Dévoluy, Glénat, coll. « Montagne Randonnée », 2005 (ISBN 2723450724)
  • Alexis Nouailhat, Marie Tarbouriech, Le Massif du Dévoluy, Éditions du Fournel, coll. « AQUARELLE », 2004, (ISBN 2915493103)
  • Dominique Rigaux, Gisella Cantino Wataghin, Regards croisés sur le Dévoluy : Cultures et sociétés dans les pays alpins, Prealp, 2005 (ISBN 2914242220)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :