Limite (revue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Limite
Revue d'écologie intégrale
Image illustrative de l’article Limite (revue)

Pays France
Langue français
Périodicité trimestriel
Format 19.5 × 25.3
Genre Presse écologiste
Prix au numéro 10 €
Diffusion env. 3 000[1],[2],[3] ex.
Date de fondation septembre 2015
Éditeur Éditions Première Partie

Directeur de publication Paul Piccarreta
Directeur de la rédaction Paul Piccarreta
Rédacteur en chef Gaultier Bès
Max-Erwann Gastineau
ISSN 2491-004X
OCLC 936571521
Site web revuelimite.fr

Limite est une revue trimestrielle française fondée en , et sous-titrée Revue d'écologie intégrale.

D'inspiration chrétienne, décroissante, elle défend la nécessité d'une écologie intégrale promouvant de la mesure et des limites, dans un monde qu'elle juge dominé par l'idéologie du progrès.

Historique[modifier | modifier le code]

La revue a été créée en après la publication de l'encyclique Laudato si' () et avant la Conférence de Paris sur les changements climatiques (novembre-décembre 2015). Elle a été cofondée par Paul Piccarreta, Eugénie Bastié, Gaultier Bès et Marianne Durano. Paul Piccarreta fait la connaissance de Bès et Durano en suivant les Veilleurs à Lyon pour La Vie, où il est alors journaliste pigiste[2]. Eugénie Bastié rejoint le groupe peu après[2]. Elle rompt avec la revue en septembre 2019.

L'intuition de la ligne de la revue remonte aux débats suite à la publication du livre de Gaultier Bès : Nos limites. Pour une écologie intégrale[2],[4]. Publié en , il critique le « projet libéral de la modernité » et sa vision d'un progrès ne s'imposant aucune limite[4]. Selon Stéphane Lavignotte, pasteur et écrivain français, qui s'est penché sur le texte dans un article pour la revue Terrestres, il s'agit du « dernier avatar de la pensée contre-révolutionnaire ancrée dans la théologie catholique la plus conservatrice[5]. »

En 2019, la revue a évolué avec le départ définitif d'Eugénie Bastié, figure estampillée réactionnaire. Une tribune signée par plusieurs membres au moment des débats sur la loi de bioéthique et appelant à « ne pas se retourner contre les personnes homosexuelles ni nous détourner de l’urgence écologique »[6] lui vaut des attaques virulentes d'une droite ultra qui avait pourtant regardé sa naissance d'un bon œil[7].

Les premiers numéros sont publiés aux éditions du Cerf[8], la revue est désormais éditée aux éditions Première Partie.

Ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

Née dans la foulée des débats qui animèrent les milieux catholiques autour du mouvement des Veilleurs[9], la revue promeut une écologie intégrale, qui se soucie des plus fragiles et des opprimés et s'oppose à « tout ce que nos modes de vie peuvent avoir de dégradant et d’aliénant[10]. » Elle défend aussi bien l'écologie environnementale, contre la pollution des cours d'eau par exemple, et l'« écologie humaine », dans le corps de l'homme, contre le transhumanisme, la GPA et la PMA[4].Selon certains militants, la revue s'inscrirait contre la loi Taubira et le mariage des couples de même sexe, l'avortement et le « recours excessif à la contraception »[2]. La revue appelle à poser des bornes dans les domaines de la vie qu'elle juge les plus menacés : l’environnement, la vie sociale, l’économie[4].

« [Elle souhaite] montrer que le sens de la subversion n'est plus aujourd'hui dans le « no limit ! » prôné avec une touchante unanimité par les gourous du marketing, [...] mais chez ceux qui cherchent précisément à retrouver le sens des limites dans une époque qui a fait de la démesure un véritable mode de vie[11]. »

C'est donc le titre qu'elle s'est choisi, considérant que « la limite, loin d’exclure, permet de faire croître la vie[4] », qu'elle est « gage de la véritable maturité des choses », « face à ce mouvement d’artificialisation de la vie[12]. » Dans le manifeste accessible sur le site web de la revue, Limite se définit ainsi :

« Limite souhaite œuvrer à la prise de conscience écologique en promouvant la sobriété, la relocalisation, la convivialité et la fraternité[10]. »

La revue proclame un antilibéralisme au sens de Jean-Claude Michéa : elle considère que le libéralisme économique est indissociable du libéralisme politique, que l'économie de marché est solidaire de la libération des mœurs[3]. Elle se fait critique du capitalisme, « même si le libéralisme y est plus souvent caricaturé qu’analysé » selon l'essayiste de droite Mathieu Bock-Côté[13]. En opposition à une croissance économique qui n'aurait pas de limite temporelle ni idéologique, la revue prône la décroissance[14].

Limite a aussi su se faire remarquer par ses titres humoristiques et un brin provocateurs, comme « Comment baiser sans niquer la planète ? »[15]. De plus, la diversité des sujets traités est importante comme l'explique le quotidien La Vie : « L'humour et le ton volontiers potache de certains articles ne doit pas tromper : l'affaire est sérieuse. On y parle politique, social, environnement, culture, on y évoque la radical orthodoxy, la Commune de Paris, le christianisme social, Madeleine Delbrêl, les questions migratoires, le pape François, la contraception, la lutte des classes, la bétonisation du territoire ou l'économie de l'art contemporain en Chine[11]. »

La revue cherche à confronter les points de vue. Le directeur de la rédaction Paul Piccarreta, par exemple, « incarne [une] ligne social-conservatrice, soit antilibérale » et souverainiste. Comme l'explique Pascale Tournier dans Le vieux monde est de retour, cette ligne a tendance à supplanter l'autre ligne plus libérale des catholiques de droite[16]. Les positionnements de Limite lui ont valu d'être qualifiée par certains journalistes d'« ultraconservatrice » voire de « réactionnaire »[17],[18], ce que contestent d'autres[13]. La revue se veut décomplexée, affirmant qu'il faut « en finir avec le sectarisme »[3]. Elle rassemble des personnes de différents courants au sein de sa rédaction, qui « s'est construit[e] dans la diversité en se retrouvant sur certains points centraux : la question du transhumanisme, la critique du Progrès[3]« , et assume vouloir « d'abord être une passerelle entre des trajectoires conservatrices et d'extrême gauche[16]. » On retrouve notamment dans le comité éditorial de Limite le journaliste Kévin Boucaud-Victoire qui a fondé la revue socialiste et décroissante Le Comptoir.

Politiquement, la revue n'est proche d'aucun parti politique en particulier mais se retrouve pour s'opposer à Emmanuel Macron, qui « incarne tout ce que nous combattons : l'homme coupé de l'Histoire, l'homme loin des préoccupations quotidiennes, l'homme insouciant devant le désastre anthropologique et écologique[1]. »

Limite trouve une inspiration dans la pensée des papes Jean-Paul II, en particulier sa théologie du corps[19], et François, en particulier sa seconde encyclique Laudato si’ « sur la sauvegarde de la maison commune »[20].

Les figures intellectuelles revendiquées par Limite sont variées, et comprennent aussi bien Georges Bernanos et George Orwell qu'André Gorz, théoricien de l'écologie politique et cofondateur du Nouvel Observateur[2]. La revue se nourrit du catholicisme social de Simone Weil, de l'anarchisme chrétien développé par Jacques Ellul ou plus récemment par Falk van Gaver[21], du penseur chrétien Bernard Charbonneau[8], des écrits de l'altermondialiste Naomi Klein[2] et de l'anarchiste conservateur Jean-Claude Michéa[3], et apprécie le cinéma de Pier Paolo Pasolini[1]. On peut donc y voir un héritage du christianisme anti-moderne du XXe siècle illustré par exemple par Georges Bernanos : ainsi pour l'écologue Dominique Bourg, « Pour ces antimodernes, l’écologie est aujourd’hui une aubaine. Elle leur permet de se rénover, de se réaffirmer et de reprendre une importance dans l’époque ».

Critiques[modifier | modifier le code]

La revue est animée par un groupe de jeunes intellectuels chrétiens « conservateurs de droite mais aussi des antilibertaires de gauche, sur le plan économique et sociétal »[16].

Malgré la diversité des références affichées, Limite est classée par certains observateurs au sein des « droites dures »[8],[18] : plusieurs membres du comité éditorial de la revue (notamment Gaultier Bès et l'ex-membre fondatrice Eugénie Bastié[22]) ont été actifs dans des mouvements comme Les Veilleurs ou La Manif pour tous avant de s'en éloigner.

L'actuel directeur de la rédaction de la revue, Paul Piccarreta, a notamment écrit de nombreux articles pour le magazine Causeur, qualifié de « volontiers réactionnaire » par le journal Le Monde.

Le sociologue Jean-Louis Schlegel estime :

« Que dans un article de La Croix entre les deux tours [de l’élection présidentielle de 2017], Gaultier Bès, le philosophe théoricien de Limite, marque son hésitation à choisir entre elle [Mme Le Pen] et M. Macron, en chargeant ce dernier au point de laisser entendre qu’il pourrait préférer la première, en dit long sur les limites d’une radicalisation non politique[23]. »

Mais il évacue pourtant la thèse d'une revue proche de l'extrême droite dans un long article publié dans la revue Esprit, intitulé « Les limites de Limite » : « la mettre en cette compagnie est injuste[24]. »

L'engagement de la revue en faveur de l'accueil des « migrants » dans la tradition d'un catholicisme social comme celui de Semaines sociales empêche de la positionner résolument à droite de l'échiquier politique. Pour l'écologue Dominique Bourg, candidat de la liste Urgence Écologie[25] aux élections européennes de 2019, « la revue Limite, qui est conservatrice et non pas d'extrême droite, […] m'intéresse effectivement. Pourquoi ? Parce que je raisonne de façon systémique et non partisane[26]. » Cet écologiste marqué à gauche reconnait qu'avec Gaultier Bès ils sont « d'accord sur une base commune » mais avec « d'autres valeurs ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Romain Gonzalez, « “Emmanuel Macron est une arnaque” – un entretien avec Paul Piccarreta », sur Vice, (consulté le 6 octobre 2017).
  2. a b c d e f et g Arnaud Gonzague, « Médias : La nouvelle tribu réac », sur TéléObs, (consulté le 5 octobre 2017).
  3. a b c d et e Ariane Chemin, « A la rencontre des jeunes conservateurs sans complexe », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 octobre 2017).
  4. a b c d et e Élie Collin, « Entretien avec Paul Piccarreta, rédacteur en chef de Limite », sur Le Prisme, (consulté le 3 septembre 2017).
  5. « La nature de leurs limites », sur Terrestres, (consulté le 22 février 2020).
  6. « BIOÉTHIQUE : NE NOUS TROMPONS PAS DE COMBAT »
  7. « La revue Limite en lévitation ? »
  8. a b et c Joseph Confavreux, « Derrière Taguieff, la dérive éditoriale des éditions du Cerf », sur mediapart.fr, (consulté le 26 octobre 2019).
  9. « L'Obs » (consulté le 22 octobre 2019).
  10. a et b « Notre manifeste », sur revuelimite.fr (consulté le 8 mai 2019).
  11. a et b « Le sens de "limite" », sur lavie.fr.
  12. Christophe Geffroy, « Limite : revue d'écologie intégrale », sur La Nef, (consulté le 6 octobre 2017).
  13. a et b Mathieu Bock-Côté, « Et si la modernité avait besoin de limites ? », Le Journal de Montréal,‎ , p. 98 (ISSN 0839-5179, lire en ligne).
  14. Capucine Bataille, « Les 3 500 premiers numéros envolés, « Limite » s’offre un second tirage », Aleteia,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2017).
  15. « L'écolo conservatrice », sur http://revuecharles.fr.
  16. a b et c Pascale Tournier, Le vieux monde est de retour : enquête sur les nouveaux conservateurs, Paris, Stock, , 274 p. (ISBN 978-2-234-08354-7), p. 132.
  17. Bernadette Sauvaget, « « Limite », des réacs en vert et contre tous », Libération,‎ (ISSN 0335-1793, lire en ligne).
  18. a et b Simon Blin, « Les droites dures s'enracinent dans l'écologie intégrale », sur liberation.fr.
  19. Vincent Tremolet de Villers, « Pourquoi Poutine doit lire La revue des deux mondes et Cohn-Bendit, la revue Limite », Figarovox,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2017).
  20. « La revue d’écologie intégrale Limite », sur La Terre d'abord, (consulté le 3 septembre 2017).
  21. « Revue Limite, écologie, Église, etc. », Causeur,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2017).
  22. « Je suis jeune, je suis une fille, je sais que je suis bankable », sur acrimed.org.
  23. Catherine Vincent, « « Ecologie intégrale », écofascisme… : une histoire des écologies identitaires », sur Le Monde, .
  24. Jean-Louis Schlegel, « Les limites de Limite », Esprit,‎ , p. 207 (lire en ligne).
  25. « Urgence Écologie », sur urgence-écologie.fr.
  26. « “Climatoscepticisme” - Dominique Bourg : “Je présente toutes mes excuses au Point », sur lepoint.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pascale Tournier, Le vieux monde est de retour : enquête sur les nouveaux conservateurs, Paris, Stock, , 274 p. (ISBN 978-2-234-08354-7), p. 132

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]