Dominique Bourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un philosophe
Cet article est une ébauche concernant un philosophe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Dominique Bourg
Naissance (62 ans)
Tavaux (France)
Champs Démocratie écologique
Philosophie politique et environnement
Évaluation des choix technologiques et des risques
Principe de précaution
Éthique
Économie de fonctionnalité
Institutions Université de Lausanne (UNIL)

Dominique Bourg est un philosophe français, professeur à la Faculté des géosciences et de l'environnement de l'Université de Lausanne.

Après avoir milité pendant une vingtaine d'années en faveur du concept de développement durable, il valorise depuis 2010 celui de décroissance[1],[2].

Formation et parcours[modifier | modifier le code]

Dominique Bourg est titulaire de trois licences, deux maitrises, deux DEA, deux doctorats (Strasbourg 2, 1981 ; EHESS, Paris, 1995) et d'une habilitation à diriger des recherches en philosophie (Lyon 3, 1998).

Il a enseigné à l'Institut d'études politiques de Paris et a enseigné la philosophie à l'Université de technologie de Troyes (UTT). Il a été directeur du Centre de recherches et d'études interdisciplinaires sur le développement durable (CREIDD) à l'UTT depuis sa création jusqu'en 2006. Il y a effectué des travaux en écologie industrielle pour la chimie.

Depuis 2006, il est professeur ordinaire à l'Université de Lausanne (UNIL) ; il a été directeur de l'Institut de politiques territoriales et d'environnement humain (IPTEH) de l'Université de Lausanne de septembre 2006 à juillet 2009[3]. Depuis septembre 2012, il donne également un cours sur les questions environnementales actuelles à l'EPFL.

Ses domaines de recherche concernent l'éthique du développement durable, la construction sociale des risques, le principe de précaution, l'Économie de fonctionnalité et la démocratie participative. Il a publié onze ouvrages, dirigé huit ouvrages collectifs, participé à douze dictionnaires ou encyclopédies et trente ouvrages collectifs et signé cinquante articles.

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Il est vice-président de la Fondation Nicolas Hulot[4].

Il a fait partie de la Commission Coppens, qui a préparé pendant quatre ans la Charte de l'environnement, incluse en 2005 dans le préambule de la Constitution française.

Il a été membre du Centre d'étude et de recherche interdisciplinaire en théologie (CERIT) de Strasbourg.

Il faisait partie du Conseil national du développement durable qu'il a quitté en 2010, en dénonçant des pratiques contraires à leur éthique.

Il est directeur (avec Alain Papaux) de la collection « Développement durable et innovation institutionnelle » aux Presses universitaires de France et (avec Philippe Roch) de la collection « Fondations écologiques » chez Labor et Fides[5]. Il est aussi membre du comité de rédaction de la revue Esprit[6] et du Conseil scientifique de la revue Écologie et politique et conseiller scientifique de Futuribles International.

Citations[modifier | modifier le code]

« Le maître mot de nos relations à la nature n'est plus la maîtrise possessive mais la responsabilité. »
« L'étroite interdépendance des phénomènes et l'irréductibilité de leurs dimensions spatiale et temporelle viennent en effet singulièrement limiter le pouvoir de nos techniques. »

— Dominique Bourg (extraits de Nature et technique, 1997)

« Une des raisons pour lesquelles il est tellement difficile d'enrayer les dommages que nous causons à notre planète c'est que nous sommes plus Homo faber qu'Homo sapiens. »

— Dominique Bourg ( Réchauffement climatique : pourquoi cela n’intéresse pas - Emission Le Monde.fr du 2 décembre 2015)

« Le mot « décroissance » fait très peur. On croit qu'on va chuter, régresser. Mais, de toute façon, les Européens régressent déjà. Notre niveau de vie baisse. À partir de là, soit on le subit totalement et on continue de fantasmer un monde qui ne sera plus le nôtre, soit on le prend de façon positive et on décide de changer de style de vie et de s'orienter vers des choses plus intéressantes. Il faut tout refaire en plus petit, même si c'est très exigeant. »

— Dominique Bourg, philosophe, Université de Lausanne, France TV info, 10 septembre 2015[7]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Transcendance et discours, essai sur la nomination paradoxale de dieu, Éditions du Cerf, 1985.
  • L'être et Dieu, Éditions du Cerf, 1986 (direction de l'ouvrage).
  • La vie et l'art d'Albrecht Dürer, 1987 (traduction de l'ouvrage de Erwin Panofsky).
  • La Bible en philosophie, centre Thomas-More, Éditions du Cerf, 1993 (direction de l'ouvrage avec Antoine Lion).
  • Les sentiments de la nature, 1993.
  • L'homme artifice, novembre 1996.
  • Les scénarios de l'écologie, Éditions Hachette, collection « Questions de société », 1996.
  • Nature et technique, essai sur l'idée de progrès, 1997.
  • Planète sous contrôle, mode d'emploi, 2005, Éditions Charles Léopold Mayer, 112 pages (ISBN 2-84377-107-2).
  • Conférence de citoyens, mode d'emploi, 1998.
  • La nature en politique, ou L'enjeu philosophique de l'écologie, L'Harmattan, 2000.
  • Peut-on encore croire au progrès ?, avec Jean-Michel Besnier, octobre 2000.
  • L'avenir de l'environnement, conférence donnée à l'Université de tous les savoirs[8].
  • Parer aux risques de demain : le principe de précaution, mars 2001.
  • Critique du bio-pouvoir, novembre 2001.
  • Quel avenir pour le développement durable ?, juin 2003.
  • Le nouvel âge de l'écologie, éditions Charles Léopold Mayer, 2003 (ISBN 2-84446-046-1).
  • Le développement durable, avec Marie-Claude Smouts et Antoine Serge, 2005.
  • Le développement durable maintenant ou jamais, avec Gilles-Laurent Rayssac, novembre 2006 (ISBN 9782070337217).
  • Vers une démocratie écologique : le citoyen, le savant et le politique, avec Kerry Whiteside, Seuil, La République des idées, Paris, 2010 (ISBN 9782021022988).
  • Pour une 6e République écologique, sous la direction de Dominique Bourg, Odile Jacob, Paris, octobre 2011 (ISBN 978-2738127273).
  • Du risque à la menace. Penser la catastrophe, Paris, Presses universitaires de France, 2013 (ISBN 9782130606314).
  • Quand l'écologie politique s'affiche : 40 ans de militantisme graphique, Éditions Plume de carotte, 2014.
  • Dominique Bourg et Augustin Fragnière, La pensée écologique. Une anthologie, Presses universitaires de France, collection « L'écologie en questions », 2014, 896 pages (ISBN 978-2-13-058444-5).
  • Dominique Bourg et Alain Papaux, Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, Presses universitaires de France, 2015, 1120 pages (ISBN 978-2-13-058696-8).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Arrêtons la farce du développement durable", entretien avec Dominique Bourg, Bretagne décroissance, 27 juillet 2010
  2. Dominique Bourg ou le syndrome de la finitude, Agriculture et environnement, 11 septembre 2010
  3. Institut de politiques territoriales et d'environnement humain (IPTEH) de l'Université de Lausanne
  4. Organisation de la fondation Nicolas Hulot - Conseil d'administration
  5. Dominique Bourg (page consultée le 5 janvier 2013).
  6. Esprit – La rédaction (page consultée le 27 septembre 2011).
  7. COP21 : Pourquoi tout le monde se fiche de l'écologie - France TV info, 11 septembre 2015
  8. disponible en ligne sur Canal-U

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]