La Croix-Saint-Leufroy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Croix.
La Croix-Saint-Leufroy
Eglise Saint-Paul de La Croix-Saint-Leufroy
Eglise Saint-Paul de La Croix-Saint-Leufroy
Blason de La Croix-Saint-Leufroy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Arrondissement des Andelys
Canton Gaillon
Intercommunalité Communauté de communes Eure-Madrie-Seine
Code postal 27490
Code commune 27191
Démographie
Population 1 078 hab. (2013)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 36″ Nord 1° 14′ 39″ Est / 49.11, 1.2442
Altitude Min. 22 m – Max. 157 m
Superficie 14,87 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Clef-Vallée-d'Eure
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte administrative de l'Eure
City locator 15.svg
La Croix-Saint-Leufroy

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 15.svg
La Croix-Saint-Leufroy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
La Croix-Saint-Leufroy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
La Croix-Saint-Leufroy

La Croix-Saint-Leufroy est une ancienne commune française, située dans le département de l'Eure en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Clef-Vallée-d'Eure[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur le plateau de Madrie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 674, saint Ouen marque le lieu dans lequel il cherche sa route d'une croix et y laisse des reliques, à la suite d'un prodige auquel il a assisté.

Par suite du choix par Leufroy d'Evreux de fonder en ce lieu (in fines Madriacencis) un monastère[2], le village s'appelle bientôt La-Croix-Saint-Leufroy.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il est probable que le village s'appelât "Madrie" vers le milieu du VIIe siècle. Les auteurs de la vie de saint Ouen disent qu'en ce lieu, déjà important et peuplé, deux routes s'y croisent[2].

En 694, Leufroy fonde et dirige donc son abbaye bénédictine dans un village, capitale d'un comté du même nom.

En 788, le comte carolingien Nibelung II cède Cailly à l'abbaye.

Le comté est partagé quand le duché de Normandie est créé (911), ce qui sonne la fin de ce domaine féodal. En 918, Charles Le Simple réunit et soumet à l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés toute la portion des propriétés de La-Croix-Saint-Leufroy qui n'a pas été cédée aux Normands de la Seine[3].

En 1364, Du Guesclin y décide, sur informations de gens d'alentour, de sa stratégie pour le succès de la bataille de Cocherel. Les Anglais se sont en effet réfugiés dans l'abbaye.

En 1382, les religieux de Saint-Ouen sont les tristes victimes de la harelle. Un procès a lieu cinq ans plus tard.

Le 10 décembre 1465, le seigneur de Clères assiste au couronnement de Charles, duc de Normandie, frère du roi de France Louis XI.

En 1538, Georges IV de Clères prend les titres de sire et baron de Clères, Beaumets (non situé) et de La Croix.

Au XVIIe siècle, l'abbaye est mise en commende. De là, elle périclite et est supprimée en 1751. Une partie des bâtiments persiste comme château, tandis que la majorité des autres bâtiments est détruite.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason La Croix-Saint-Leufroy.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

coupé : au 1) parti au I d’or à la jumelle de gueules, au chef du même chargé d’un léopard du champ, et au II d’azur au chevron d’or accompagné de trois burettes du même, au 2) d’argent aux deux fasces de sable.



Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
- -
1829 - Cautru
- -
1933 - Bailly
- -
28 mars 2014 en cours Christophe Chambon SE Professeur agrégé
Université de Rouen
ESPE Haute Normandie
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

  • En 2013, la commune comptait 1 078 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
669 730 730 862 791 823 825 794 775
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
749 696 731 747 683 700 683 682 710
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
712 697 696 656 640 600 615 618 619
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010
665 667 683 732 723 931 1 035 1 068 1 087
2013 - - - - - - - -
1 078 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Château de La-Croix-Saint-Leufroy
Partie épargnée de l'ancienne abbaye, le château

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de La Croix-Saint-Leufroy compte trois édifices inscrits au titre des monuments historiques :

  • L'ancienne abbaye ou château de La Croix-Saint-Leufroy (XVIIe et XVIIIe)  Inscrit MH (2005)[6]. Cette abbaye a été fondée vers 680 par Saint-Leufroy. Fortement ravagée pendant la guerre de Cent ans, elle fait l'objet d'une restauration entre 1473 et 1501. Vers 1620-1630, un grand logis en briques et pierres est construit pour dom Claude de Baudry, ainsi qu'une grange dîmière, un mur d'enceinte et une ferme ; des jardins à la française sont également aménagés. Mise en commende, l'abbaye est supprimée en 1751 et la majorité des bâtiments détruits. A la Révolution, elle est vendue comme bien national. Subsistent aujourd'hui : le grand logis (actuel château), l'ancien enclos avec son mur en partie médiéval et ses deux tours ouest, le parc à l'anglaise réalisé au XIXe siècle, quelques bâtiments annexes (grange, cellier, etc.) et des vestiges de l'église abbatiale[6],[7] ;
    Manoir de la Boissière
    Manoir de la Boissière
  • Le manoir de la Boissière (XVe et XVIe)  Inscrit MH (1926)[8]. Ce manoir appartenait à l'abbaye de La Croix-Saint-Leufroy ;
  • Un manoir des XIVe, XVe et XVIIe siècles  Inscrit MH (1996)[9]. Ce manoir fortifié date de la guerre de Cent Ans. Il a été construit sur un plan quadrangulaire avec des tours rondes aux angles et a été entouré d'un fossé inondable[9].
Manoir
Manoir


Par ailleurs, de nombreux autres édifices sont inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel :

  • L'église Saint-Paul (XVIe et XIXe)[10] ;
  • L'abbaye de la Croix Saint-Ouen (VIIe, XIe, XVe, XVIe et XVIIe)[11] ;
  • Un château des XVIIIe et XIXe siècles au lieu-dit Bimorel[12] ;
  • Un manoir probablement du XVIIe siècle au lieu-dit le Manoir[13] ;
  • Une croix de chemin probablement du XVIIe siècle[14] ;
  • De nombreuses maisons : une du XVIIe siècle[15], deux du XVIIIe siècle[16],[17], une des XVIe et XVIIIe siècles[18], une des XVIIIe et XIXe siècles[19].


Autre édifice :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « recueil des actes administratifs de l'Eure, voir page 23 » (consulté le 27 octobre 2015)
  2. a et b comte de Dion - Trente-sixième session tenue à Chartres au mois de septembre 1869 (1870), pp. 374-384
  3. Le PREVOST (Aug.) Mémoires et notes pour servir à l'histoire du département de l'Eure. (1869), t.3, p. 515
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.
  6. a et b « Ancienne abbaye ou château de La Croix-Saint-Leufroy », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. Jean-Marie Pérouse de Montclos, Le patrimoine en Normandie, Éditions Place des victoires, , 495 p. (ISBN 978-2-8099-1056-8), p. 172.
  8. « Manoir de la Boissière », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. a et b « Manoir », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  10. « Église paroissiale Saint-Paul », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Abbaye de Bénédictins dite Abbaye de la Croix Saint Ouen », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. « Château », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. « Manoir », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. « Croix de chemin », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Maison », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Maison », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Maison », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « Maison », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « Maison », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « L'inauguration du bureau de poste de la Croix-Saint-Leufroy », Le Journal de Rouen,‎ .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]