Bretagnolles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bretagnolles
L'église Notre-Dame  Inscrit MH (1961).
L'église Notre-Dame  Inscrit MH (1961).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Évreux
Canton Saint-André-de-l'Eure
Intercommunalité Évreux Portes de Normandie
Maire
Mandat
Christine Lemonne
2014-2020
Code postal 27220
Code commune 27111
Démographie
Gentilé Bretagnollais
Population
municipale
198 hab. (2014)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 09″ nord, 1° 21′ 13″ est
Altitude Min. 119 m – Max. 146 m
Superficie 3,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Bretagnolles

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Bretagnolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bretagnolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bretagnolles

Bretagnolles est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située au cœur de la campagne de Saint-André.

Communes limitrophes de Bretagnolles[1]
Boisset-les-Prévanches La Boissière
Fresney Bretagnolles[1] La Boissière
Serez
Foucrainville Serez

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Bretegniollis vers 1210[2],[3].

Dérivé du nom des « Bretons » [4].

Histoire[modifier | modifier le code]

« Les Feoda Normania rédigés à la fin du XIIe siècle désignent Bretingnoles alias Bretagnolles comme un plein fief relevant de la chatellenie de Passy sur la rivière de l’Eure, ayant droit de haute justice, ce qui équivalait à une baronnie, dont dépendait le fief de La Boissière entre autres. Le roi Philippe-Auguste donna la baronnie de Bretagnolles à Richard d'Argences[5], ancien bailli d'Évreux et fidèle chevalier de Richard Cœur de Lion, entre le 1er novembre 1202 et le 3 avril 1203[6]. Cette baronnie fut acquise en 1249 par la Reine-Mère Blanche de Castille, mère de Saint-Louis ! Elle fit don de cette baronnie de Bretagnolles à l’abbaye de Montbuisson, donation approuvée du reste par son fils le Roi de France » d’après Louis-Étienne Charpillon, juge de Paix et M. l’abbé Caresme (1815-1876), curé de Pinterville.

Le fief de Bretagnolles appartenait de 1543 jusqu'à la Révolution à la famille du Buc alias du Buc-Richard, par foi et hommage aux abbesses du Maubuisson, selon les aveux seigneuriaux existants aux Archives Départementales de l'Eure : Jehan V, Jehan VI, Jehan VII, Jean VIII, et Antoine du Buc furent successivement seigneur de Bretagnolles. Ce fief était érigé en baronnie. Le manoir fut brûlé à l'époque révolutionnaire. L'héritier des sieurs du Buc (le citoyen Antoine Dubuc) était un jeune garçon recueilli par les curés de Bretagnolles et de Grandcourt. Un membre important cette famille fut Jean François VI du Buc du Pacquerel, chevalier, baron de Bretagnolles, seigneur du Fontenil, seigneur de Coussé, seigneur de Graveron, seigneur de Semerville, seigneur de Tournedos, seigneur de Saint-Germain-de-Fresney, seigneur de Bretagnolles, seigneur de Flexanville ; maintenu de noblesse en 1666. Un de ses fils, nommé Pierre du Buc, s’enfuit à la Martinique après un duel et devint un des premiers colons français.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste ds maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
non connu mars 2001 Robert Hue    
mars 2001 2014 Violaine Pauline    
mars 2014 en cours Christine Lemonne    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 198 habitants, en augmentation de 11,24 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
169 129 172 171 221 214 235 231 228
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
208 202 200 192 193 164 156 175 159
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1954 1962
146 151 149 135 124 102 109 132 132
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014 -
102 92 92 157 185 182 197 198 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune battue par les vents possède l'une des plus belles églises du canton, surnommée « cathédrale des plaines »[réf. nécessaire].

Poutre de gloire de l'église de Brétagnolles (Eure)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes » activée ».
  2. Cartulaire normand, Philippe Auguste, n° 199, p. 30
  3. .it. Archives Nationales, ms. 8408, 2, 2, B. fol. 258 r°, c. 1
  4. v. Vincent, Tovon. de la France, n° 303, p. 130
  5. Il appartenait à la maison d'Argences. Elle est aujourd'hui représentée par Féliks Rynski d'Argence, historien-généalogiste et descendant aînée du bailli. Après plus de 20 années de recherches, il se consacre à présent à la rédaction d'un ouvrage sur sa famille, (1096-2011) incluant un chapitre inédit à propos de 2 fausses descendances de 1874-75 à nos jours. Cf. Paris-Normandie 9 juin 2011:"le Sceau du Moyen Âge".
  6. Catalogue des Actes de Philippe-Auguste, acte n°740, Léopold Delisle 1856.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .