Aviron (Eure)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aviron.

Aviron
Aviron (Eure)
Aménagement à Aviron de la Voie verte
Évreux-Vallée du Bec.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Évreux
Canton Évreux-2
Intercommunalité Évreux Portes de Normandie
Maire
Mandat
Claude Behar
2014-2020
Code postal 27930
Code commune 27031
Démographie
Gentilé Avironnais
Population
municipale
1 103 hab. (2016 en diminution de 0,27 % par rapport à 2011)
Densité 151 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 06″ nord, 1° 07′ 03″ est
Altitude Min. 95 m
Max. 145 m
Superficie 7,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Aviron

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Aviron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aviron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aviron
Liens
Site web www.aviron-eure.fr

Aviron est une commune française située dans le département de l'Eure, en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Aviron[1]
Saint-Martin-la-Campagne, Le Mesnil-Fuguet
Gauville-la-Campagne Aviron[1] Saint-Germain-des-Angles
Normanville (par un angle)
Évreux Gravigny

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Avyron en 1118, Awron entre 1118 et 1140 [2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1789 1790 Louis Marie Turreau   Officier
Les données manquantes sont à compléter.
années 1980 mars 2001 Therese Villey    
mars 2001 2008 Maurice Langlois    
mars 2008 En cours Claude Behar PRG-MRSL Retraité, ancien conseiller général

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2016, la commune comptait 1 103 habitants[Note 1], en diminution de 0,27 % par rapport à 2011 (Eure : +2,5 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
168208181165192171183194188
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
175178181159149141158156140
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
13514011793103122112116157
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1752794546751 1361 1851 1601 1091 116
2016 - - - - - - - -
1 103--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Garambouville (propriété privée) : il s'agit d'une construction en briques et pierres remontant au XVIe siècle dans ses parties les plus anciennes, jadis entouré de profonds fossés et défendu par des murailles flanquées de tourelles dont quelques-unes subsistent. Le site accueille le premier congrès gymnique français les 15, 16 et . Le lieu est un centre nudiste, le Sparta-Club dès les années 1920[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes » activée ».
  2. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, page 675, (ISBN 2600028838).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Roger Salardenne, Le Nu intégral chez les nudistes français (reportage dans les principaux centres), Prima, , 181 p., p. 170 et suivantes.