Hervé Maurey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hervé Maurey
Illustration.
Hervé Maurey en 2017.
Fonctions
Sénateur de l'Eure
En fonction depuis le
(12 ans, 6 mois et 10 jours)
Élection 21 septembre 2008
Réélection 28 septembre 2014
27 septembre 2020
Groupe politique UC (2008-2011)
UCR (2011-2012)
UDI-UC (2012-2017)
UC (depuis 2017)
Prédécesseur Jean-Luc Miraux
Conseiller régional de Normandie
En fonction depuis le
(5 ans, 3 mois et 7 jours)
Élection 13 décembre 2015
Président Hervé Morin
Président de la Commission de l'Aménagement du Territoire et du Développement durable du Sénat

(5 ans, 11 mois et 21 jours)
Élection
Prédécesseur Raymond Vall
Successeur Jean-François Longeot
Maire de Bernay

(13 ans, 2 mois et 17 jours)
Prédécesseur Joël Bourdin
Successeur Jean-Hugues Bonamy
Conseiller général de l'Eure

(5 ans, 8 mois et 15 jours)
Circonscription Canton de Bernay-Ouest
Prédécesseur Joël Bourdin
Successeur Jean-Hugues Bonamy
Biographie
Date de naissance (59 ans)
Nationalité Française
Parti politique LC
Diplômé de Université Paris II Panthéon-Assas
IEP de Paris
Profession Chef d'entreprise

Hervé Maurey, né le , est un homme politique français et sénateur.

Ancien Président de la commission de l'Aménagement du territoire et du développement durable du Sénat (2014-2020), il est membre de la commission des finances et de la délégation aux collectivités territoriales de la Haute-Assemblée[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le petit-fils de Max Maurey, auteur dramatique et directeur de théâtres, et le fils de Marcel Maurey, directeur du théâtre des Variétés.

Hervé Maurey est titulaire d’une maîtrise en droit public, Paris II - Assas (1983) et diplômé de l’Institut d'études politiques de Paris (1985).

Il est assistant parlementaire puis crée en 1990 une société de conseil en communication institutionnelle (c'est-à-dire en lobbying[2]), M et M Conseil, puis M et M Partner et Altédia Santé. Il a dirigé ces sociétés jusqu’en 2003, se distinguant par l'organisation de colloques financés par des entreprises, dont la présidence est confiée à des élus et qui se déroulent de préférence au sein de l'Assemblée nationale (selon une enquête de France Inter). Ces colloques « valorisent » le parlementaire, selon Hervé Maurey ; « une très bonne façon de se faire bien voir des élus », écrivent les journalistes de France Inter[2].

Il est par ailleurs conseiller municipal de Bonneville-Aptot (1983-1989) puis adjoint au maire de Bernay (2001-2003) avant d’être élu maire de Bernay en 2003, et conseiller général du canton de Bernay-Ouest (2004 - 2009).Il est réélu en maire de Bernay et élu président de la communauté de communes de Bernay et ses environs (CCBE) puis sénateur de l’Eure en septembre 2008.

En 2007-2008, il est conseiller auprès du ministre de la Défense Hervé Morin.

En 2009, à l'issue de l'annulation des élections municipales, il est réélu maire de Bernay et président de la CCBE.

En , Hervé Maurey est réélu maire de cette ville au premier tour avec près de 60 % des voix et président de la CCBE. En , il est largement réélu sénateur de l'Eure et permet l’élection de Nicole Duranton, numéro 2 de la liste qu'il conduit. En , Hervé Maurey est élu conseiller régional de Normandie, il démissionne de la présidence de la CCBE et de son mandat de maire de Bernay en pour se mettre en conformité avec la loi sur le cumul des mandats.

En septembre 2020, le score qu'il réalise (près de 50% des voix) face à la liste conduite par le Ministre "La République en Marche" Sébastien Lecornu (30,76%) permet sa réélection au Sénat et l'élection de Kristina Pluchet au détriment de Nicole Duranton[3], élue sur sa liste en 2014 et candidate en 2020 sur la liste LREM[4].

Politique[modifier | modifier le code]

Fonctions au Sénat[modifier | modifier le code]

En sa qualité de sénateur, il travaille particulièrement sur l'aménagement numérique des territoires. Parlementaire en mission, il remet au Premier ministre un rapport intitulé Réussir le déploiement du Très Haut Débit : une nécessité pour la France le [5].

En 2011, la commission de l'économie, du développement durable et de l'aménagement du territoire du Sénat lui confie la rédaction d'un rapport pour dresser un état des lieux de l'aménagement numérique des territoires. Adopté à l'unanimité ce rapport intitulé Aménagement numérique des Territoires : passer des paroles aux actes débouche sur une proposition de loi adoptée par le Sénat le [6].

En , la commission du développement durable, des infrastructures, de l'équipement et de l'aménagement du territoire du Sénat a créé en son sein un groupe de travail sur la présence médicale sur l'ensemble du territoire dont Hervé Maurey est nommé rapporteur. Dans son rapport intitulé Déserts médicaux : agir vraiment, il préconise notamment la régulation de l'installation des médecins par le conventionnement sélectif.[7]

Hervé Maurey est élu Président de la commission de l'Aménagement du territoire et du développement durable du Sénat en octobre 2014.

Hervé Maurey a présenté le , son rapport d'information Collectivités locales et financement des lieux de culte[8], fait au nom de la délégation sénatoriale aux collectivités territoriales et à la décentralisation. Les propositions du sénateur sont destinées à améliorer l'information des élus, faciliter les relations entre les pouvoirs publics locaux et les communautés religieuses, et renforcer le contrôle et la transparence du financement des édifices religieux[9].

Le 25 novembre 2015, il présente un rapport intitulé Couverture numérique du territoire : veiller au respect des engagements pour éviter de nouvelles désillusions[10]. Sur le même sujet, il est également co-auteur du rapport Le très haut débit pour tous en 2022 : un cap à tenir (), qui appelle notamment à "un plan global d'amélioration et d'extension de la couverture mobile, doté de moyens à la hauteur de cette nouvelle ambition"[11].

Dans son rapport Aménagement du territoire : plus que jamais une nécessité(), il regrette que "l'aménagement du territoire, est devenu le parent pauvre des politiques publiques" et estime que "l'Etat doit retrouver des fonctions de stratège, de régulateur mais également d'aménageur en dernier ressort pour certains territoires"[12].

Hervé Maurey est co-auteur de la proposition de loi relative à l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs, adoptée par le Sénat le 29 mars 2018[13]. Certaines mesures prévues par ce texte, notamment pour préserver les dessertes ferroviaires dans les territoires ruraux, ont été reprises dans la loi pour un nouveau pacte ferroviaire[14].

Il a présidé la mission d’information sur la sécurité des ponts mise en place par le Sénat à la suite de l’effondrement du pont Morandini à Gênes[15]. Dans son rapport intitulé « Sécurité des ponts : éviter un drame » (juin 2019)[16], celle-ci conclut que 25000 ponts seraient en mauvais état en France et leur rénovation nécessiterait la mise en place d’un « Plan Marshall » de 1,3 milliard d’euros sur 10 ans[17].

Le 17 octobre 2019, il est élu président de la commission d’enquête sur l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen mise en place par le Sénat[18].

Le 2 juin 2020, la commission d’enquête sur l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen remet son rapport. Celui-ci met avant que « la politique de prévention des risques industriels déployée depuis 40 ans en France laisse apparaître des angles morts importants et inacceptables » et estime qu’« il est urgent de revoir la doctrine de communication de crise de l’État ». Il pointe également le « nombre réduit de sanctions prononcées » à l’encontre des pollueurs[19].

Hervé MAUREY est l’auteur de la proposition de loi[20] qui a inspiré le régime dérogatoire de responsabilité pénale des acteurs publics, notamment des élus locaux, et privés en état d’urgence sanitaire adopté le 9 mai 2020 par le parlement[21].

Hervé Maurey est également co-auteur des rapports d’information ci-après, faits au nom de la Commission de l’Aménagement du territoire et du développement durable du Sénat qu'il préside : Infrastructures routières et autoroutières : un réseau en danger[22] (), Comment lutter efficacement contre le déclin des pollinisateurs[23] (), La France face au défi de la mise en œuvre des objectifs de développement durable[24] (), La compétitivité des ports français à l'horizon 2020 : l'urgence d'une stratégie[25] (février 2019), Réforme ferroviaire : garantir une ouverture à la concurrence réussie[26] (octobre 2019), Nouvelle-Calédonie : un fort potentiel de développement durable à valoriser[27] (novembre 2019), Couverture numérique du territoire : Les objectifs seront ils tenus ? [28](novembre 2019), Déserts médicaux : L'État doit enfin prendre des mesures courageuses ! [29] (janvier 2020).

En septembre 2020, comme les autres Présidents de Commission du Sénat ayant exercé 6 ans cette fonction[30], il ne s’est pas représenté à la présidence de la Commission de l’Aménagement du territoire et du développement durable. Il devient membre de la Commission des Finances du Sénat et est désigné co-rapporteur spécial du programme « Transports terrestres et maritimes ».

Il est également membre depuis octobre 2020 de la délégation aux collectivités territoriales du Sénat, dont il a été vice-président entre 2010 et 2014. La délégation lui a confié une mission d'évaluation et de simplification des normes relatives à la défense extérieure contre l'incendie[31].

Il est président du groupe interparlementaire d'amitié France-Asie centrale depuis décembre 2020[32], après avoir été président du groupe interparlementaire d'amitié France-Ukraine entre 2011 et 2020.

Fonctions locales[modifier | modifier le code]

Depuis le , Hervé Maurey est conseiller régional de Normandie ; en conséquence, en , il démissionne de la présidence de la CCBE.

Le , il démissionne également de son mandat de maire de Bernay qu'il exerçait depuis le .

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Membre du Nouveau Centre, Hervé Maurey est élu sénateur de l'Eure le 21 septembre 2008[33].

Il siège au groupe de l'Union centriste dont il est vice-président de 2011 à 2014.

Il soutient Bruno Le Maire pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[34]. En , il est nommé avec plusieurs personnalités délégué général au projet de la campagne[35].

Il fait partie de la direction de Les Centristes à la suite de la fusion du Nouveau Centre et des « Bâtisseurs de l'UDI » en [36].

Décoration[modifier | modifier le code]

Il est chevalier de la Légion d'honneur (promotion du 14 juillet 2006)[37]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. Hervé Maurey, sénateur de l'Eure (Normandie) - Sénat
  2. a et b Benoît Collombat, Marjolaine Koch et Isabelle Souquet, « Des lobbies dans l’ombre du pouvoir », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juin 2018)
    À partir de 15 min 20 s
  3. « Sénatoriales dans l'Eure. Hervé Maurey emporte deux sièges, Sébastien Lecornu perd son pari », sur actu.fr (consulté le 17 décembre 2020)
  4. « Sénatoriales : le ministre Sébastien Lecornu investi par LREM », sur Public Senat, (consulté le 17 décembre 2020)
  5. http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/104000571/0000.pdf
  6. http://obsession.nouvelobs.com/high-tech/20120216.ZDN6700/tres-haut-debit-pour-tous-la-proposition-de-loi-adoptee-par-le-senat.html
  7. Déserts médicaux: agir vraiment - Sénat
  8. Les collectivités territoriales et le financement des lieux de culte - Sénat
  9. L’État invité à favoriser l’essor de nouveaux lieux de culte in, Les Échos du 18 mars 2015
  10. Couverture numérique des territoires : veiller au respect des engagements pour éviter de nouvelles désillusions - Sénat
  11. « Le très haut débit pour tous en 2022 : un cap à tenir - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 24 octobre 2017)
  12. « Aménagement du territoire : plus que jamais une nécessité - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 24 octobre 2017)
  13. « Transport ferroviaire de voyageurs - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 4 mars 2020)
  14. « Nouveau pacte ferroviaire - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 4 mars 2020)
  15. « Mission d’information sur la sécurité des ponts - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 4 mars 2020)
  16. « Sécurité des ponts : éviter un drame - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 4 mars 2020)
  17. « "Plan Marshall" pour rénover les ponts : "Il faut que l'État mette les moyens pour éviter un drame comparable à celui de Gênes" », sur Franceinfo, (consulté le 4 mars 2020)
  18. « Cp20191017a - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 4 mars 2020)
  19. Sénat, « Synthèse du rapport "RISQUES INDUSTRIELS : PRÉVENIR ET PRÉVOIR POUR NE PLUS SUBIR" », sur Sénat,
  20. « Amélioration de la protection juridique des acteurs publics et privés - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 17 décembre 2020)
  21. « Face aux risques du déconfinement, les maires veulent mieux se protéger des décisions de l’Etat », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 17 décembre 2020)
  22. « Infrastructures routières et autoroutières: un réseau en danger - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 24 octobre 2017)
  23. « Comment lutter efficacement contre le déclin des pollinisateurs ? - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 24 octobre 2017)
  24. « La France face au défi de la mise en oeuvre des objectifs de développement durable - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 24 octobre 2017)
  25. « La compétitivité des ports français à l'horizon 2020 : l'urgence d'une stratégie - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 4 mars 2020)
  26. « Réforme ferroviaire : garantir une ouverture à la concurrence réussie - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 4 mars 2020)
  27. « Nouvelle-Calédonie : un fort potentiel de développement durable à valoriser - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 4 mars 2020)
  28. « Couverture numérique du territoire : Les objectifs seront ils tenus ? - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 4 mars 2020)
  29. « Déserts médicaux : L'État doit enfin prendre des mesures courageuses ! - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 4 mars 2020)
  30. « Sénat : les noms des prochains présidents de commissions », sur Public Senat, (consulté le 17 décembre 2020)
  31. « Défense extérieure contre l’incendie : Hervé Maurey et Franck Montaugé chargés d’une mission d’évaluation et de simplification - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 17 décembre 2020)
  32. « Membres du groupe France-Asie Centrale - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 17 décembre 2020)
  33. « Sénatoriales 2008 dans l'Eure » sur le site du Sénat.
  34. Ludovic Vigogne, « Primaire à droite: la liste des premiers soutiens parlementaires », lopinion.fr, 20 avril 2016.
  35. « Équipe politique autour de Bruno Le Maire », brunolemaire.fr, consulté le 19 septembre 2016.
  36. « LC, comité exécutif »
  37. « JORF n°162 du 14 juillet 2006 - Version initiale - Légifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 4 mars 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]