La Chapelle-Réanville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Chapelle.

La Chapelle-Réanville
La Chapelle-Réanville
La mairie déléguée.
Blason de La Chapelle-Réanville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Évreux
Canton Pacy-sur-Eure
Intercommunalité Seine Normandie Agglomération
Statut Commune déléguée
Maire délégué André Turc
2017-2020
Code postal 27950
Code commune 27150
Démographie
Gentilé Réanvillois
Population 1 119 hab. (2014 en diminution de -2.19 % par rapport à 2009)
Densité 139 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 46″ nord, 1° 22′ 41″ est
Altitude Min. 59 m
Max. 137 m
Superficie 8,07 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration La Chapelle-Longueville
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 15.svg
La Chapelle-Réanville

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 15.svg
La Chapelle-Réanville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
La Chapelle-Réanville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
La Chapelle-Réanville

La Chapelle-Réanville est une ancienne commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Photo de l'église Notre-Dame de La Chapelle-Réanville
L'église paroissiale Notre-Dame

Depuis le , elle est une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de La Chapelle-Longueville[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Chapelle-Réanville[2]
Villez-sous-Bailleul Saint-Étienne-sous-Bailleul
Sainte-Colombe-près-Vernon La Chapelle-Réanville[2] Saint-Just
Houlbec-Cocherel Mercey

La Chapelle-Réanville est composée de trois parties distinctes :

  • Réanville : on y trouve les maisons anciennes et les fermes qui, à l'origine, composaient la commune de Réanville ;
  • La Genevray : cette partie, située sur les hauteurs, est composée principalement de maisons récentes construites par Lohéac ;
  • Le Froc de Launay : petit hameau de quelques dizaines de maisons rattachées à la commune de la Chapelle-Réanville. Son nom provient de l'ancien français et désigne un terrain situé le long d'un chemin, et de launay qui signifie « l'aulnaie »[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune actuelle a été constituée en 1844 par la fusion, par ordonnance royale, des communes de La Chapelle-Genevray et Réanville[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 31/12/2016 André Turc SE Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 119 habitants, en diminution de -2,19 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
172169176173162160169339349
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
295306294301313270267253259
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
270275264216209205183199214
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1851796031 0301 0311 0191 1381 1131 119
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La Chapelle Réanville
La salle polyvalente

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Notre-Dame [9], église en pierre calcaire de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle, au toit de tuiles plates et au clocher carré couvert d'ardoise à cheval sur le faitage.
  • Lavoirs.
  • salle polyvalente de 300 places.

Événements[modifier | modifier le code]

  • Brocante annuelle, fin août, sur le stade.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nancy Cunard (1896-1965), femme écrivain britannique, fille du fondateur de la Cunard Line, s'est installée en 1927 à la Chapelle-Réanville dans une ferme qu’elle rebaptisa « le Puits Carré » et où elle vécut jusqu'à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de La Chapelle-Réanville

Les armes de La Chapelle-Réanville se blasonnent ainsi :

écartelé de gueules et d'azur, au pal diminué d'argent chargé d'une vergette ondée d'azur brochant sur la partition ; le un chargé de deux léopards d'or armés et lampassés d'azur ; le deux, d'une lettre capitale G d'or ; le trois, d'une tête de Saint Barthélemy d'argent nimbée d'or ; le quatre, d'une église au naturel.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Recueil des actes administratifs de l'Eure, voir page 11 », (consulté le 18 janvier 2017).
  2. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  3. Michel de Decker (préf. Duc de Castries), histoires de Vernon-sur-Seine... Giverny et d'alentour, Charles Corlet, , 185 p. (ISBN 2-85480-035-4).
  4. Histoire et patrimoine, site municipal.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Église Notre-Dame », notice no IA27000145, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :