Aéroport Rouen Vallée de Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rouen Vallée de Seine
Aéroport Rouen Vallée de Seine
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville Rouen
Coordonnées 49° 23′ 32″ nord, 1° 11′ 02″ est
Altitude 156 m (512 ft)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
URO
URO

Géolocalisation sur la carte : Haute-Normandie

(Voir situation sur carte : Haute-Normandie)
URO
URO
Pistes
Direction Longueur Surface
04/22 1 700 m (5 577 ft) Revêtue
05/23 900 m (2 953 ft) Herbe
Informations aéronautiques
Code AITA URO
Code OACI LFOP
Nom cartographique ROUEN
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire Syndicat mixte de gestion de l'aéroport Rouen Val de Seine (SMGARVS)
Site web aéroport Consulter

L'aéroport Rouen Vallée de Seine (code IATA : URO ; code OACI : LFOP), anciennement aéroport de Rouen Boos, est l' aéroport de la Métropole Rouen Normandie, capitale de la région Normandie. Il est la propriété d'un syndicat mixte, le Syndicat mixte de gestion de l'aéroport de Rouen Val de Seine (SMGARVS), dont sont adhérents la métropole et la chambre de commerce et d'industrie de Rouen et la Matmut. Il se trouve sur la commune de Boos, située à 9 km à l'est de Rouen.

Depuis le 1er mars 2017, sa gestion est assurée en régie par le SMGARVS. Les orientations stratégiques du propriétaire-gestionnaire affirment une volonté d'optimiser la gestion en s'appuyant sur des partenaires privés, et le développement de l'activité de l'aéroport (reprise de lignes régulières et saisonnières[1]).

L'essentiel de l'activité est aujourd'hui assuré par l'accueil des vols d'affaires, de vols sanitaires notamment en relation avec le CHU de Rouen, de vols militaires et de vols de formation générés par l'aéroclub de Rouen[2]]. Son statut de terrain IFR (vol aux instruments) contrôlé par la DGAC, lui permet d'accueillir de nombreux vols d'entraînement des écoles de pilotage de la région parisienne. L'entreprise Pixair-survey, spécialisée dans la cartographie, la surveillance aérienne et les missions scientifiques, y a également établi sa base d'opération[3]. L'aéroport compte une centaine d'avions basés. Il héberge enfin une association de constructeurs amateurs et propriétaires d'avions (ACAPA), affiliée à la Fédération RSA France[réf. nécessaire] et un club de vol à voile, le GRAL[4].

Depuis 2014, l'aéroport est la base de l'hélicoptère du SAMU 76[5].

L'aéroport de Rouen était le premier aéroport haut-normand en termes de trafic avec 62 520 mouvements enregistrés en 2009[6].

En 2017, La compagnie HOP! ouvre une ligne estivale vers Bastia au départ de Rouen[7], ainsi qu'une ligne régulière vers Lyon, à partir du [8]. D'autres ouvertures de lignes sont actuellement à l'étude dont Londres, Toulouse, Nantes et Bordeaux[9]

Situation[modifier | modifier le code]

Carte des aéroports normands
20 km
1:570 000
Étrépagny
Bernay - Saint-Martin
Saint-André-de-l'Eure
BAN Évreux-Fauville
Alençon - Valframbert
Argentan
Bagnoles-de-l'Orne - Couterne
Flers - Saint-Paul
L'Aigle - Saint-Michel
Mortagne-au-Perche
Avranches - Le Val-Saint-Père
Lessay
Cherbourg - Maupertus
Granville-Mont-Saint-Michel
Caen - Carpiquet
Deauville - Normandie
Falaise-Mont d'Eraines
Eu - Mers - Le Tréport
Dieppe - Saint-Aubin
Saint-Valery - Vittefleur
Havre - St-Romain-de-Colbosc
Rouen Vallée Seine
Havre-Octeville

Historique[modifier | modifier le code]

L'aviation à Rouen[modifier | modifier le code]

Dès le début du XXe siècle, l'aviation est présente dans la périphérie rouennaise. Un champ d'aviation est ouvert à l'emplacement actuel du Madrillet et accueille par exemple en 1910, la Grande Semaine d'aviation de Rouen du 19 au 26 juin[10].

Les parkings, les taxiways et la piste 22/04 de 1 700 m
Vue aérienne de l'aéroport.

Les débuts de l'aéroport[modifier | modifier le code]

Inauguré en 1991, l'aéroport Rouen Vallée de Seine voit le jour sous de bons auspices. Beaucoup imaginent que la première piste de 1 700 m n'est qu'une première étape d'un aéroport d'envergure régionale[11]. La compagnie Air Vendée y poursuit l'exploitation de lignes en plein essor démarrées sur l'ancienne piste de 1 200 m. Ainsi, à l'aide du Fairchild Metroliner de 19 places et du Saab 340 de 36 places, Rouen se voit reliée en une heure à Lyon, Nantes, Londres, Amsterdam, Bruxelles et Francfort-sur-le-Main. L'acte de naissance de la compagnie Regional Airlines qui naît de la fusion de Air Vendée et de Airlec est signé à Rouen en 1992. Arrivent alors de nouveaux avions à Rouen qui devient un hub pour la compagnie. La direction commerciale est installée à Boos ainsi que le centre d'entretien des Saab.

L'inconvénient principal de l'aéroport de Rouen est la petitesse de sa piste, seulement 1 700 m, ce qui s'avère très peu pour des vols commerciaux de plus de 150 passagers. Malgré les demandes de la compagnie[réf. nécessaire] pour un rallongement de la piste, les collectivités locales n'ont pas débloqué les fonds nécessaires (8 millions d'euros)[12].

Lignes[modifier | modifier le code]

Rapidement la compagnie est à l'étroit et mise sur une autre plateforme plus à l'écoute de ses besoins. L'activité de l'aéroport de Rouen est donc transférée à Clermont-Ferrand. Une seule ligne sera conservée entre Rouen et Clermont-Ferrand en Jetstream-31 de 19 places.

En 1995, la compagnie Brit Air, filiale d'Air France, reprend l'exploitation de la ligne Rouen-Lyon en ATR42 puis en Canadair Regional Jet de 50 places. Mais la piste s'avère toujours trop courte pour une exploitation optimale et les nombreux appels aux collectivités pour rallonger la piste sont sans effets.

En 2001, la compagnie aérienne à bas prix Buzz arrive à Rouen avec des BAe 146. Les vols sont régulièrement déroutés ou annulés[réf. nécessaire] car l'équipement de la piste 04 ne permet pas les approches en cas de conditions particulières de vents, ou de visibilité réduite face au nord). Cette ligne sera supprimée lors du rachat de Buzz par Ryanair.

La ligne Rouen-Figari tire son épingle du jeu et perdure l'été depuis près de 20 ans. Air Lib assurait la ligne jusqu'en 2003 en Fokker F100 puis en MD83 de 160 places lorsque rachetée par Swissair la compagnie ferma son secteur Fokker. Mais les MD83 plus gros, ne pouvaient pas partir ou arriver à pleine charge, la piste étant encore une fois trop courte pour ce type d'appareil. À la disparition d'Air Lib, ce fut donc Brit Air et ses Fokker F100 qui poursuivirent les vols puis la compagnie SN Brussels Airlines en BAe 146. Pour la saison 2015, celle ligne charter opérée par la compagnie charter Corsicatours est toujours active de mai à septembre ainsi que des vols Rouen-Malaga en avril et mai proposés par Rond-Point Evasion[13].

Avenir[modifier | modifier le code]

Le 19 décembre 2009, jugeant la ligne trop peu rentable, la compagnie Brit Air décide de l'arrêt de la ligne Rouen-Lyon, la seule liaison régulière de l'aéroport. Se posait alors la question de la pérennité d'un aéroport sans lignes régulières. En 2010, l'aéroport était géré et financé à quasi-parité par la CCIR (49 %) et la CREA (51 %)[12].

L'exploitation de l'aéroport est confiée depuis mars 2010 à la SNC-Lavalin[14], spécialiste canadien des aéroports qui gère également 10 autres aéroports en France dont les plates-formes de Vatry et de Tarbes et qui vise un important développement dans le secteur aéroportuaire en Europe.

En 2010, CCI de Rouen a évoqué la possibilité d'utiliser l'aéroport de Rouen comme aéroport secondaire pour l'Ouest Parisien, avec possibilité de soulager Beauvais d'une partie de ses vols lowcost dont le succès va grandissant[15]. Cependant l'aéroport connait de grandes difficultés financières. Le contexte de réforme territoriale (fusion des régions) et la présence d'aéroports plus importants (Caen et Deauville) conduisent la métropole à envisager la transformation de l'aéroport en aérodrome.

Le 1er mars 2016, le syndicat mixte annonce dans un communiqué l'entrée d'un partenaire privé dans la gestion de l'aéroport[16]. Il s'agit de la Matmut, société d'assurance implantée à Rouen et déjà impliquée dans de grands projets locaux[17]. Après une étude approfondie[réf. nécessaire] du dossier, la Métropole décide finalement de poursuivre l'activité afin de sauvegarder le service public rendu[réf. nécessaire], notamment en liaison avec le CHU mais aussi de développer l'activité aéroportuaire de la structure, reconnaissant ainsi son rôle économique[réf. nécessaire]. À ce titre, elle compte désormais inscrire l'aéroport dans un schéma régional[18] tout en reconnaissant que Rouen n'entre pas en concurrence avec les 3 aéroports du littoral normand.

Le 1er mars 2017, le syndicat mixte a repris la gestion de l'aéroport en régie directe, mettant fin à 8 années de délégation de service public[19] .

Soutien[modifier | modifier le code]

Depuis le 28 février 2015, avec les menaces de fermeture, l'aéroport est défendu par l'Association des usagers et des partisans de l'aéroport de Rouen[20], dont l'objet statutaire est de fédérer les usagers de l'aéroport Rouen Vallée de Seine mais aussi les partisans de cet aéroport. L'association s'est félicitée dans un communiqué[21], de la prise de conscience par la Métropole de l'importance d'avoir un aéroport de proximité et a annoncé son soutien vigilant au futur projet soutenu par le syndicat mixte.

Équipements[modifier | modifier le code]

Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez pour voir d'autres modèles.
Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.   (juin 2017).
  • Rampe d'approche de 420 mètres en piste 22
  • Service de contrôle aérien ouvert de 06 h 00 à 22 h 00 en semaine (extension sur demande) ; le samedi de 06 h 00 à 19 h 00, le dimanche de 09 h 00 à 22 h 00.
  • ILS Cat. 1
  • Balisage lumineux haute intensité, PAPI en 22 uniquement
  • Ravitaillement en carburant JET A1 (par camion-citerne) - AVGAS 100 LL (World Fuel Services)
  • Service de Sauvetage et de Lutte contre l'Incendie des Aéronefs (SSLIA) : catégorie 5

Compagnies aériennes[modifier | modifier le code]

Passagers[modifier | modifier le code]

Compagnies Destinations
HOP! Lyon
Saisonnier: Bastia

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'aéroport de Rouen devrait redécoller à la fin de l'année », Tendance Ouest,‎ (lire en ligne).
  2. « L'aéroclub de Rouen »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  3. « Localisation de Pixair-Survey », sur le site officiel de l'entreprise (consulté le 15 juin 2017).
  4. « Accès », sur Club de planeur de Rouen Boos.
  5. « Notre reportage au Samu 76, à Rouen, lieu stratégique de l'urgence », Normandie-actu,‎ (lire en ligne).
  6. « Statistiques annuelles », Fiche aéroport Rouen Val de Seine, sur Union des aéroports français (consulté le 15 juin 2017).
  7. Annie Fave, « Rouen reliée à Bastia cet été », Deplacements Pros,‎ (lire en ligne).
  8. « HOP! Air France ouvre une deuxième route vers Rouen ».
  9. « Aéroport de Boos : une liaison journalière Rouen/Lyon dès la rentrée ».
  10. J. Miral, « La dernière journée », Le Journal de Rouen,‎ .
  11. « Des années de débat »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Paris Normandie.
  12. a et b « L'aéroport de Rouen à l'agonie »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Paris Normandie.
  13. http://www.rouen.aeroport.fr/
  14. http://www.snclavalin.com/expertise.php?lang=fr&id=24&sub=1
  15. http://www.drakkaronline.com/article90367.html
  16. « La Matmut s'investit dans l'aéroport Rouen Val de Seine », sur Paris Normandie.
  17. « Palais des congrès, Luciline, A150 : les grands projets de la Matmut », sur Tendance Ouest.
  18. « L'aéroport Rouen Val de Seine s'inscrit dans un schéma régional », sur Paris Normandie.
  19. « Aéroport Rouen Vallée de Seine : Agathe Derome, une nouvelle directrice pour un grand défi », Normandie-actu,‎ (lire en ligne).
  20. Survie de l'aéroport de Rouen-Boos : la résistance s'organise.
  21. « Une bouffée d'oxygène pour l'aéroport de Rouen Boos ».

Liens externes[modifier | modifier le code]