Alain Le Vern

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alain Le Vern
Photo Alain LE VERN.jpg
Alain Le Vern en 2009.
Fonctions
Député
Douzième circonscription de la Seine-Maritime
-
Député
Douzième circonscription de la Seine-Maritime
-
Maire de Saint-Saëns (d)
-
Député
Douzième circonscription de la Seine-Maritime
-
Conseiller régional
Sénateur
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (72 ans)
PortsallVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Alain Louis Lucien Le Vern
Nationalité
Activité
Conjoint
Sandrine Hurel
(depuis 2009)
Enfant
Autres informations
Parti politique
Alain Le Vern.

Alain Le Vern, né le à Portsall (Finistère), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'École normale primaire de Rouen en 1969, il exerce la profession d'instituteur. Il est également titulaire d'un DESS de droit public. Il est marié, en secondes noces, à la députée Sandrine Hurel[1] depuis le .

Activités associatives, syndicales et sociales[modifier | modifier le code]

Membre du club des sympathisants trotskistes de 1967 à 1969, Alain Le Vern entre à l'Office central de la coopération à l'école (O.C.C.E.), dont il est membre du bureau national des jeunes de 1968 à 1970, puis secrétaire départemental pour la Seine-Maritime de 1974 à 1975. Il est également secrétaire général adjoint chargé de l'Enseignement maternel et élémentaire du Syndicat national des instituteurs (section de Seine-Maritime) de 1973 à 1976.

Chargé de mission aux cabinets de Laurent Fabius, ministre du Budget (1981-1982), ministre de l'Industrie (1982-1984), puis Premier ministre (1984-1986), il est en outre membre du Conseil économique et social de 1984 à 1988[réf. nécessaire].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Membre du Parti socialiste, il y occupe les fonctions de premier secrétaire de la fédération de Seine-Maritime de 1981 à 1997 et membre du comité directeur depuis 1984.

Il annonce le qu'il démissionnera le de ses mandats de président du conseil régional de Haute-Normandie et de sénateur de Seine-Maritime en indiquant qu'il souhaitait « se retirer de la vie politique ». Il est remplacé à la tête de la région par Emmanuèle Jeandet-Mengual (à titre intérimaire) et au Sénat par Marie-Françoise Gaouyer[2],[1]. Il souhaite que Nicolas Mayer-Rossignol lui succède à la présidence du conseil régional[3] ce qui est fait lors d'une élection en [4].

Carrière en entreprise[modifier | modifier le code]

Alain Le Vern rejoint la SNCF le comme directeur général Régions et Intercités[5]. Le lendemain de l'annonce de la cession du siège de député de son épouse, Sandrine Hurel, en [6], à sa suppléante et belle-fille, Marie Le Vern, celui-ci annonce sa démission pour raisons personnelles de son poste à la SNCF[7].

Position politique[modifier | modifier le code]

En 2009, Alain Le Vern s'oppose à la réunification de la Normandie[8].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Au Parlement[modifier | modifier le code]

Au niveau local[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]