Épieds (Eure)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Épieds.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Épiez.

Épieds
Épieds (Eure)
La pyramide commémorative de la bataille d'Ivry.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Évreux
Canton Saint-André-de-l'Eure
Intercommunalité Évreux Portes de Normandie
Maire
Mandat
Ketty Revel
2014-2020
Code postal 27730
Code commune 27220
Démographie
Gentilé Épidonien
Population
municipale
360 hab. (2016 en diminution de 4 % par rapport à 2011)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 56′ 09″ nord, 1° 24′ 00″ est
Altitude Min. 91 m
Max. 140 m
Superficie 4,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Épieds

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Épieds

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Épieds

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Épieds

Épieds est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Épieds[1]
La Boissière Merey
Serez Épieds[1] Neuilly
La Couture-Boussey Neuilly

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Espiers vers 1120[2].

Du latin tardif *spicarios, variante masculine de spicarium avec le sens de « grange », provenant du latin spica « épi » [2], « bâtiment où s’entassent les épis ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Ketty Revel DVG Agent technique
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2016, la commune comptait 360 habitants[Note 1], en diminution de 4 % par rapport à 2011 (Eure : +2,5 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
373398362390412417383408392
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
375373363309294267259248263
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
251257224210245234237227231
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
233237248228230320345372365
2016 - - - - - - - -
360--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ancien obélisque érigé en 1777.
  • Pyramide commémorative de la bataille d'Ivry (obélisque) érigée en 1804 sur ordre de Bonaparte en visite dans le village en 1802 pour rappeler le souvenir du lieu où se reposa Henri IV après la bataille d'Ivry le 14 mars 1590. Il succède à une petite « pyramide » (1758) et à un premier obélisque (1777). L'édifice est classé au titre des monuments historiques depuis 1862[7]. Chaque année le dernier week-end du mois d'octobre se tient une journée portes ouvertes de ce monument organisée par l'association de défense du patrimoine rural présidée par Richard Buhan, originaire de la commune.
  • Église Saint-Martin, du Xe siècle, seule église du département à posséder deux clochers.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

C’est le pays natal de Suzanne Delérablée (née le 25 septembre 1770 et mariée le 28 janvier 1797 à Epieds, et décédée à Croth le 21 avril 1811), mère du Père Jacques-Désiré Laval. L’abbé Létard, curé de cette paroisse, fut son ami et son confident des années de séminaire et de sacerdoce et a joué un rôle important dans sa conversion. Dans la petite église du village, on voit toujours l’autel, le confessionnal et d’autres objets datant de l’époque du Père Jacques-Désiré Laval.

Stefan Wul (pseudonyme de Pierre Pairault), écrivain, résidait à Epieds à côté de l'église (il était dentiste à Ivry-la-Bataille du début des années 50 à sa retraite à la fin des années 80) et fut inhumé au cimetière de la commune le mardi 2 décembre 2003.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]