Marcilly-sur-Eure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Eure
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Eure.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marcilly.
Marcilly-sur-Eure
L'Eure à Marcilly.
L'Eure à Marcilly.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Évreux
Canton Saint-André-de-l'Eure
Intercommunalité Évreux Portes de Normandie
Maire
Mandat
Claude Royoux
2014-2020
Code postal 27810
Code commune 27391
Démographie
Gentilé Marcilluciens
Population
municipale
1 571 hab. (2014)
Densité 101 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 38″ nord, 1° 20′ 51″ est
Altitude Min. 65 m – Max. 141 m
Superficie 15,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Marcilly-sur-Eure

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Marcilly-sur-Eure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marcilly-sur-Eure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marcilly-sur-Eure

Marcilly-sur-Eure est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Comme son nom l'indique, Marcilly se situe à proximité de l'Eure. Elle est à la croisée des routes de Dreux à Saint-André-de-l'Eure et de Houdan à Damville par la forêt de Dreux.

Marcilly est normande mais sa situation est particulière, aussi bien du point de vue administratif que géographique. Elle se trouve aux confins des départements de l'Eure, d'Eure-et-Loir et des Yvelines, qui appartiennent à trois régions administratives distinctes : la Normandie, le Centre-Val de Loire et l'Île-de-France.

Les plaies des anciennes ballastières[1] se sont cicatrisées et sont devenues des pièces d'eau poissonneuses privées ou de loisirs.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'Eure, affluent de la Seine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme Marcilleium au XIIe siècle[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers 1137, Guillaume de Marcilly et son père Foulques fondent l'abbaye cistercienne du Breuil-Benoît sous les patronages de Notre-Dame et de Saint Jean-Baptiste.

Après les Marcilly, viennent les familles d'Estouteville, d'Alègre, du Fay, de Dyel. Antoine du Bosc fut le dernier seigneur du village.

En 1140, des moines détachés de l'abbaye du Breuil allèrent fonder l'abbaye de La Trappe.

Héraldique[modifier | modifier le code]

La commune n'a pas de blason. Le Conseil Municipal, en date du 10 septembre 2010 a décidé très officiellement «de ne pas donner suite au blason de Marcilly, celui de Monsieur Rensonnet».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2006 Jean-Pierre Vanderdood    
novembre 2006 2008 Claudie Provost    
mars 2008 en cours Claude Royoux SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 571 habitants, en augmentation de 3,22 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
800 775 822 770 796 811 767 763 713
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
660 678 701 673 630 604 629 626 624
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
564 563 545 524 536 572 557 612 639
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
624 565 688 692 1 244 1 229 1 425 1 556 1 571
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Abbaye du Breuil-Benoît (ancienne), dont l'église abbatiale du XIIe siècle est classée au titre des monuments historiques par arrêté du 17 décembre 1993[7].
  • Église Saint-Pierre des XVIIe et XVIIIe siècles, en crépi, les contreforts de la tour du clocher sont plus anciens.
  • Château du Breuil-Benoît.
  • Château de Brazais.
  • Château de la Mésangère.
  • Ancien moulin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gérard Garouste, peintre contemporain né en 1946, vit et travaille à Marcilly-sur-Eure depuis 1979.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carrières à pierres de ballast.
  2. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 1 - Page 568
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Abbaye du Breuil-Benoît », notice no PA00099640, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]