Meïdoum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Meïdoum
Site d'Égypte antique
Image illustrative de l’article Meïdoum
Vue panoramique sur la nécropole de Meïdoum prise depuis l'entrée de la pyramide de Snéfrou.
À gauche, le mastaba M17, en arrière-plan les mastabas des dignitaires de la IVe dynastie.
Noms
en arabe arabe : ميدوم
Localisation
Région Gouvernorat de Beni Souef
Nome Nome inférieur du Laurier rose
Coordonnées 29° 23′ 18″ nord, 31° 09′ 25″ est

Géolocalisation sur la carte : Égypte

(Voir situation sur carte : Égypte)
City locator 4.svg
Meïdoum

Meïdoum est un site archéologique d'Égypte situé dans le gouvernorat de Beni Souef à mi-chemin entre Gizeh et le Fayoum, c'est-à-dire à environ 100 km au sud du Caire. Le monument majeur du site est la pyramide de Meïdoum, centre d'une nécropole de grands mastabas datant de l'Ancien Empire.

La pyramide de Meïdoum[modifier | modifier le code]

Vue en coupe de la pyramide de Meïdoum et des trois phases de construction

La pyramide de Meïdoum, appelée « la fausse pyramide » par les Arabes, date du règne de Snéfrou, premier roi de la IVe dynastie. Étant donné que deux pyramides à Dahchour (la pyramide rhomboïdale et la pyramide rouge) sont également attribuées à Snéfrou, additionné au fait que celle de Meïdoum semble plus ancienne que ces deux pyramides, comme une étape entre la pyramide à degrés de Djéser et celles-ci, les chercheurs ont longtemps pensé que Snéfrou n'avait fait que terminé la pyramide de son prédécesseur Houni. En réalité, face à l'absence totale de nom se rapportant à Houni et la présence exclusive de ceux de Snéfrou, les chercheurs ont admis le fait que cette pyramide n'a été l'œuvre que des ouvriers de Snéfrou[1].

L'étude du monument a montré qu'eut lieu trois phases de constustion :

  • la première, nommée E1, correspond à la construction d'une pyramide à sept degrés ;
  • la deuxième, nommée E2, correspond à l'extension de la pyramide sur les quatre côtés, transformant le monument en une pyramide à huit degrés ;
  • la troisième, nommée E3, correspond au remplissage des degrés de la phase précédente, transformant le monument en une pyramide à faces lisses.

Ce complexe funéraire représente le premier complexe pyramidal classique avec sa pyramide, à faces lisses au dernier stade de la construction, sa chaussée reliant le temple d'accueil au temple funéraire, sa pyramide satellite et sa nécropole des hauts fonctionnaires. Le temple d'accueil a disparu mais le temple funéraire est encore intact et de taille modeste.

Nécropole[modifier | modifier le code]

Parmi les mastabas majeurs de la nécropole on citera :

  • le mastaba M17, anépigraphe donc anonyme, mais qui retient particulièrement l'attention par ses proportions et son dispositif souterrain qui le rattache aux monuments des IIIe et IVe dynasties ;
  • le mastaba M15, appartenant à Rahotep et son épouse Néfret, qui contenait les célèbres statues des défunts exposés au Musée du Caire ;
  • le mastaba M16, appartenant à Néfermaât et son épouse Itet, qui livra de célèbres reliefs et peintures également exposés au Musée du Caire, dont les fameuses « oies de Meïdoum » ;
  • le mastaba M9, appartenant à Ranefer, qui livra des restes de viscères enveloppés dans du lin ; le corps de Ranefer est la meilleure représentation de ce qu'impliquaient les techniques de momification de l'Ancien Empire ; son corps était orienté vers l'est, moulé et peint, les cheveux de la momie étaient peints en noir, les sourcils et les yeux en vert et la bouche en rouge. Les parties génitales ont également été soigneusement moulées, le cerveau est resté dans le crâne et ses entrailles ont été trouvées dans un vase canope dans la tombe.

Vers 1911, le Service des antiquités, constatant que les gardiens étaient impuissants dans la protection des tombeaux avoisinant celui de Rahotep contre les voleurs d'antiquités, partagea les blocs décorés avec Flinders Petrie. Ils sont exposés en partie au Caire et en partie au musée britannique.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Baud, Djéser et la IIIe dynastie, Pygmalion, , 304 p. (ISBN 275641753X)