Le Figaro Magazine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Figaro Magazine)
Aller à : navigation, rechercher
Le Figaro Magazine
Image illustrative de l'article Le Figaro Magazine

Pays Drapeau de la France France
Langue français
Périodicité Hebdomadaire, parution le vendredi
Genre Magazine d'actualité
Prix au numéro 4,90 €
Diffusion 388 700[1] ex. (2016, en diminution -3,0 %)
Fondateur Louis Pauwels
Date de fondation 1978
Éditeur Le Figaro
Ville d’édition Paris

Propriétaire Groupe Figaro (Groupe Dassault)
Directeur de la rédaction Guillaume Roquette
ISSN 0184-9336
Site web lefigaromagazine

Le Figaro Magazine est un magazine supplément hebdomadaire du quotidien Le Figaro, fondé en 1978 par Louis Pauwels.

Il paraît chaque vendredi et aborde à la fois des sujets politiques et culturels.

Il appartient au Groupe Figaro, détenu par le Groupe Dassault.

Présentation[modifier | modifier le code]

Ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

Le ton des commentaires et la personnalité des chroniqueurs font alors du Figaro Magazine une véritable tribune de la droite au sens large. En 1980, Robert Hersant évince ou met à l'écart les représentants de la Nouvelle Droite, qui luttait alors pour le renouvellement des idées de droite et l'affirmation de valeurs opposées à celles de l'intelligentsia de gauche. Le Figaro Magazine veut alors apparaître comme le reflet de toutes les tendances de la droite politique, mais avec un regard moderne et parfois décalé. Malgré la première couverture consacrée à Valéry Giscard d'Estaing, le magazine se défend de privilégier un parti ou une personnalité politique. Il revendique la liberté de critique, soutient parfois des idées qui vont à contre-courant des opinions de la droite traditionnelle, et défend l'idée que l'art et la culture ne doivent pas être traités par le prisme d’a-priori politiques ou idéologiques. Louis Pauwels définit ainsi la mission du Figaro Magazine : « Nous ne faisons pas un news magazine qui doit suivre l'actualité. Nous travaillons au-dessus d'elle, nous sommes les vigiles du temps. Notre magazine est un objet d'art. »[2].

Vie d'un hebdomadaire politique et culturel[modifier | modifier le code]

Le Figaro invente de nouvelles formes et nouvelles formules : Le Figaro Magazine naît en 1978. Le Figaro magazine alors un succès rapide grâce à des contenus diversifiés et de qualité : la politique des suppléments initiée par le groupe contamine rapidement l’ensemble de la presse écrite quotidienne des trente dernières années.

Naissance du Figaro Magazine (1978)[modifier | modifier le code]

Lancé pour la première fois le 7 octobre 1978[3], le Figaro Magazine est la réponse du groupe Hersant, alors éditeur du Figaro, à l'absence de magazine d'information clairement situé à droite. L'idée date de quelques années plus tôt quand Robert Hersant, propriétaire du Figaro, souhaite accompagner son quotidien d'un supplément culturel qui porterait le nom de Figaro dimanche. Le projet est confié à l'écrivain Louis Pauwels, alors proche d'Alain de Benoist, fondateur du courant de pensée qui sera baptisé « Nouvelle Droite » par Le Nouvel Observateur en 1979[4]. Le rédacteur en chef du Figaro dimanche sera le journaliste Patrice de Plunkett, encore proche du même courant à cette époque.

L'installation de l'hebdomadaire (1978-1988)[modifier | modifier le code]

Le Figaro Magazine.jpg

Au printemps 1978, Robert Hersant décide de transformer ce supplément en véritable magazine. L'équipe s'enrichit alors de nouveaux collaborateurs comme Maurice Beaudoin (homme de confiance d'Hersant, rédacteur en chef de la rubrique tourisme et art de vivre), Jean d'Ormesson, Michel Dunois (ex-rédacteur en chef à L'Aurore), Alain Griotteray, François Nourissier, Philippe Bouvard, Jean-Claude Valla (de 1978 à 1980), Henri-Christian Giraud, Jean-Pax Méfret, Christine Clerc, Véronique Grousset, Jean-Edern Hallier, Véronique Prat, etc. Le service politique sera plus tard confié à Alain Berger, proche du RPR. Patrice de Plunkett, d'abord rédacteur en chef culture, deviendra directeur de la rédaction en 1990. De nombreuses personnalités politiques ou médiatiques participeront à l'aventure du Figaro Magazine : notamment Marcel Jullian, François Foucart, Jacques Chancel, François Chalais, Bernard Gavoty, Jean-Raymond Tournoux, Geneviève Dormann, Jean Montaldo, Jean-Louis Barrault, James de Coquet, Pierre Daninos, Calvi, Sempé, Ricor, etc.

En 1982, Le Figaro Magazine diffuse dans son reportage sur la révolution sandiniste des photographies truquées, censées représenter un massacre d'indigènes par les sandinistes. Présentés à l'ONU par les États-Unis comme preuves des crimes de guerre pratiqués par le gouvernement nicaraguayen, les clichés sont identifiés par leur auteur, qui explique qu'ils ont été pris sous la dynastie des Somoza et représentaient des membres de la Croix-Rouge (reconnaissables avant qu'une épaisse fumée noire ne soit ajoutée aux clichés originaux) en train de bruler des cadavres infectés par des maladies. Le Figaro Magazine reconnait finalement une erreur[5][6].

Vers la nouvelle formule (depuis 1988)[modifier | modifier le code]

Le Figaro Magazine I (logo).png
Logo jusqu'en 2014.
Logo à partir du 30 mai 2014.

Dans les années 1980, les options politiques de l'équipe du magazine lui font de nombreux ennemis[7], en même temps qu'un tirage élevé[8]. À partir de 1988, le Figaro Magazine s'oriente davantage vers les sujets de société, l'art de vivre, les voyages et les loisirs. En 1997, Patrice de Plunkett est remplacé à la tête de la rédaction par Bernard Lecomte, qui sera lui-même remplacé par d'autres. Franz-Olivier Giesbert dirigera le magazine quelque temps, avant d'être évincé par Yves de Chaisemartin (devenu PDG de la Socpresse qui édite Le Figaro) et de partir prendre la direction du Point. Après quoi Chaisemartin sera lui-même évincé par Serge Dassault, lorsque celui-ci reprendra la Socpresse. En septembre 2007, Étienne Mougeotte prend la direction de la rédaction du Figaro Magazine, en remplacement de Michel Schifres.

En même temps qu'il connaît de nouvelles équipes dirigeantes, le Figaro Magazine renouvelle régulièrement sa formule. La dernière, lancée en 2005, vise « à clarifier la lecture du journal et à rendre sa place à l’image », qui était l'un des points forts du magazine à son époque de grande diffusion. En 2006, son tirage (annoncé) s'élevait à 600 000 exemplaires[9], pour s'établir à 431 600 en 2011[10]. Sa diffusion payante réelle s'établit à l'étiage de celle du Figaro quotidien. Le site Internet du magazine propose désormais des podcasts. À partir de 2011, le Figaro Magazine n'est plus publié le samedi mais le vendredi[11].

Avec 140 000 exemplaires vendus par semaine, Le Figaro Magazine est en 2014 leader des « news magazine » en vente au numéro (425 000 en diffusion totale payée). Une nouvelle formule est lancée mi-mai 2014 : la une fait désormais place à un visuel en pleine page, comme les grands magazines internationaux, un espace de débat d'idées autour de l'actualité est mis en avant ainsi que quatre grands reportages et enquêtes ; le dessinateur de presse Nicolas Vial rejoint l'équipe de l’hebdomadaire[12].

Le 30 mai 2014 le titre lance une nouvelle formule[13].

Le 6 novembre 2015, Le Figaro Magazine publie un photoreportage de onze pages sur la participation de son rédacteur en chef Guillaume Tabard au Marathon de New York. La semaine suivante, Le Canard enchaîné révèle que l'opération a été financée par l'équipementier sportif ASICS, alors que le reportage et les photos mettent à plusieurs reprises en valeur les chaussures ASICS portée par Guillaume Tabard[14]. Face à la polémique médiatique, la société des journalistes du Figaro « presse la direction de renoncer définitivement à ce type d'opérations, qui ne sont pas conformes aux règles d'éthique en vigueur au Figaro[15] ». Pour Guillaume Tabard : « L'angle de ce reportage, c'était le vécu du Marathon de New York par un coureur lambda, pas Asics. Est-ce que j'ai traité le sujet de manière honnête et rigoureuse, dans les règles du reportage ? Je pense que oui ».

Rythmes et rites d'une vie de rédaction[modifier | modifier le code]

Directeur de la rédaction[modifier | modifier le code]

Panthéon du Figaro Magazine[modifier | modifier le code]

Le style et les effets de plume[modifier | modifier le code]

Le journal joue les effets de plume selon les sujets. Le découpage du journal s'effectue en rubriques : la politique étrangère, les faits divers ou bien encore le sport, les nécrologies, etc. Les critiques du Figaro sur le monde artistique prennent une place importante.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ACPM, Le Figaro Magazine - Diffusion France payée moyenne 2016
  2. http://www.liberation.fr/medias/1997/01/29/louis-pauwels-figaro-ci-derapages-la-le-fondateur-du-figaro-magazine-est-mort-hier-a-76-ans_192724
  3. Claire Blandin, Le Figaro: Deux siècles d'histoire, Armand Colin, 30 mai 2007
  4. Mona Ozouf et Jean-Paul Enthoven, « Quand la droite pense », Le Nouvel Observateur, 2 juillet 1979.
  5. (en) « Photo cited by Haig of Nicaraguan genocide was fake », UPI,‎ (lire en ligne)
  6. « Revista Envío - Los mískitos en la propaganda Reagan », sur www.envio.org.ni
  7. Le Figaro Magazine, histoire d'une normalisation idéologique Il s'agit d'une extraordinaire campagne de désinformation réussie contre un journal, sa direction et ses journalistes, de façon à le conformer à l'idéologie dominante, à le « normaliser » pour qu'il entre dans le cadre idéologiquement correct du news magazine moyen, parfaitement adapté au consumérisme de rigueur seul susceptible d'attirer la manne publicitaire jugée indispensable à sa survie.
  8. Au temps des idéologies "à la mode" : toujours d'actualité ! Atteignant très vite les 850 000 exemplaires, ce premier Fig Mag s'il rencontrait l'adhésion enthousiaste de ses lecteurs suscita de vives réactions dans les allées du pouvoir, de gauche comme de droite. Une campagne feutrée mais décisive mit bientôt fin à l'expérience, ourdie par les milieux publicitaires qui tiennent, comme chacun sait, la grande presse.
  9. Source OJD
  10. Marc Baudriller, « Les suppléments du Figaro dopent les recettes du groupe », Challenges, no 288,‎ , p. 6 (ISSN 0751-4417)
  11. Les magazines du Figaro sortiront le vendredi et non plus le samedi, jeanmarcmorandini.com
  12. Caroline de Malet, « La dimension plaisir est au cœur de l'ADN du Figaro Magazine », Le Figaro, encart « Économie », samedi 17 / dimanche 18 mai 2014, page 30.
  13. Le Figaro Magazine, « Vos week-ends vont changer ! », sur lefigaro.fr/figaro-magazine, Le Figaro,
  14. Christophe Nobili, Godasse-gate au "Figaro" Le Canard enchaîné, 11 novembre 2015
  15. La Société des journalistes du "Figaro" réagit à l'information du "Canard enchaîné", qui révèle que le marathon couru par son rédacteur en chef (et qui a pris 11 pages dans le magazine) était sponsorisé par une marque L'Obs, 11 novembre 2015.

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Tous les jours, Le Figaro est accompagné d'un supplément imprimé sur papier saumon, Le Figaro Économie, ainsi que d'un troisième cahier, Le Figaro et vous.

En outre,

Lien externe[modifier | modifier le code]