Étienne Mougeotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Étienne Mougeotte
Étienne Mougeotte.jpg
Étienne Mougeotte au défilé de la collection haute couture automne-hiver 2009/2010 de Jean-Paul Gaultier à Paris le 6 juillet 2009.
Fonction
Rédacteur en chef
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

Étienne Mougeotte, né le à La Rochefoucauld (Charente), est un journaliste et dirigeant de médias français.

Vice-président du groupe TF1 et directeur d'antenne de la chaîne française TF1 de 1987 à 2007, il est directeur des rédactions du Figaro de 2008 à 2012, et directeur général de Radio Classique de à . Il est actuellement Président du groupe Valmonde, comprenant notamment le magazine hebdomadaire Valeurs actuelles[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Etudes[modifier | modifier le code]

Étienne Mougeotte est diplômé de l’Institut d'études politiques de Paris[2], après une hypokhâgne au lycée Henri-IV à Paris. Il a complété sa formation de journaliste à l'Institut français de presse, toujours à Paris. Au cours de ses études, il a été vice-président de l'UNEF, chargé de l'international, un des plus importants syndicats étudiants[2]. Il se situe alors dans l'opposition au général de Gaulle.

Carrière dans l'audiovisuel[modifier | modifier le code]

Étienne Mougeotte a commencé sa carrière au quotidien Paris-Normandie avant de rejoindre rapidement France Inter en 1967, comme reporter puis correspondant à Beyrouth[2]. Il travaille ensuite brièvement à Europe 1, comme présentateur des journaux, après mai 1968. En 1969, il rejoint l'ORTF, comme rédacteur en chef adjoint du journal de la première chaîne. De 1972 à 1973, il travaille pour RTL, avant de revenir à Europe 1 en 1974 où il devient rédacteur en chef puis directeur de l'information jusqu'en 1981.

À partir de 1981, il prend en charge le pôle Médias au sein du groupe Matra-Hachette dirigé par Jean-Luc Lagardère. Il devient rédacteur en chef du Journal du dimanche puis de Télé 7 Jours de 1984 à 1987, les deux hebdomadaires étant des filiales du groupe[2].

En 1987, Étienne Mougeotte entre à TF1 que vient d'acheter le groupe Bouygues (le groupe Lagardère, au sein duquel il travaillait, avait lui aussi tenté d'acheter la première chaîne)[2]. Il devient rapidement le vice-président du groupe TF1 et le directeur d'antenne de la chaîne TF1 à partir de 1989[réf. souhaitée]. Il est également président de LCI, la chaîne d'information en continu du groupe TF1, depuis la création de la chaîne en 1994. Il lancera d'ailleurs lui-même la chaîne le à 20 h 30 depuis le journal de 20 h de Claire Chazal sur TF1 dont il était l'invité. Enfin, depuis 2006, il est vice-président et membre du conseil de surveillance de la chaine d'information internationale France 24, détenue à parts égales avec France Télévision.

Fin 1987 il est victime d'un cancer de la gorge dont il réchappe avec quelques séquelles sur sa voix[3].

Fin de carrière dans la presse écrite[modifier | modifier le code]

Étienne Mougeotte annonce en qu'il quitte ses fonctions à TF1 à la fin de l'année 2007 pour devenir consultant en communications[4].Il conserve cependant sa fonction de conseiller auprès de Nonce Paolini, nommé en directeur général du groupe TF1.

En , Etienne Mougeotte rejoint Le Figaro Magazine, supplément hebdomadaire du quotidien Le Figaro et en , il devient directeur des rédactions du groupe Le Figaro, succédant à Nicolas Beytout[5]. Il rejoint parallèlement à partir du l'équipe des intervieweurs de l'émission Le Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro[6].
En , il quitte ses fonctions de directeur des rédactions du Figaro, remplacé par Alexis Brézet[7].

En , il devient brièvement consultant pour la chaîne TVous la télédiversité (qui deviendra 6 mois plus tard, Numero 23)[8]. La même année, il prend part au groupe informel réuni autour de Jean-René Fourtou et promouvant la candidature de Nicolas Sarkozy[9].

Le , il est nommé directeur général de la station Radio Classique qu'il quittera le [10].

En 2015, il prend la présidence du groupe Valmonde dont fait partie l'hebdomadaire d'extrême droite Valeurs actuelles, en remplacement d'Olivier Dassault.

Le Huffington Post le considère comme un éditorialiste de droite dans la même lignée qu'Eric Zemmour[11].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Par ailleurs, Étienne Mougeotte est professeur au sein de l'école de journalisme de Sciences Po Paris, en tant que professeur associé[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]