Alix de Saint-André

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alix de Saint-André
Description de cette image, également commentée ci-après
Alix de Saint-André à la foire du livre 2010 de Brive-la-Gaillarde.
Nom de naissance Alix Peïtevin de Saint-André
Naissance (61 ans)
Neuilly-sur-Seine
Distinctions
Prix Terre de France
Auteur
Langue d’écriture Français

Alix de Saint-André est une journaliste et écrivain française née le à Neuilly-sur-Seine. Elle s'est fait connaître comme chroniqueuse dans Nulle part ailleurs sur Canal+ auprès de Jérôme Bonaldi. Elle a été journaliste dans des magazines comme Elle ou Le Figaro Magazine. Elle a écrit plusieurs romans et quelques récits autobiographiques[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille du colonel Jean Peïtevin de Saint-André, ancien écuyer en chef du Cadre noir[2], Alix grandit vers Saumur élevée dans des pensions religieuses. Elle devient grand reporter et journaliste. Elle travaille pour le magazine Elle. En 1994, elle publie, L'Ange et le Réservoir du liquide à freins et L'Archive des anges (1998) dans lequel elle enquête sur l'existence de ces créatures aériennes aussi bien dans la Bible, le Talmud que le Coran.

De 1993 à 1997, elle travaille comme chroniqueuse pour Canal+, avec entre autres Frédéric Taddeï dans l'émission Nulle part ailleurs lors de la première partie de l'émission, présentée par Jérôme Bonaldi.

Saint-André revient à la fiction avec Papa est au panthéon (2001), et Ma nanie (2003), Prix Terre de France, où Alix, dans un monologue affectueux adressé à cette femme, revisite son enfance et sa relation privilégiée avec cette nanie, décédée en 2001. En 2007, paraît Il n'y a pas de grandes personnes, livre entièrement consacré à sa passion pour André Malraux et où elle nous raconte sa rencontre avec la fille de ce dernier, Florence Malraux[3].

Elle s'intéresse aux religions, en particulier aux anges, et en parle généralement avec humour.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]