Jean-Pax Méfret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Pax Méfret
Jean-Pax Méfret en 2010.
Biographie
Naissance
Pseudonyme
Jean-Noël MicheletVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Rédacteur à
Autres informations
A travaillé pour
Le Figaro Magazine (-)
Minute (-)
L'AuroreVoir et modifier les données sur Wikidata
Conflit

Jean-Pax Méfret, né le à Alger[1] (département français d'Alger), est un journaliste, écrivain et auteur-compositeur-interprète français.

Il mène, en parallèle de sa longue carrière de journaliste, une activité de chanteur. Il donne à nombre de ses chansons un fort contenu historique et politique, marqué notamment par l'amour pour les valeurs conservatrices, les traditions militaires et la nostalgie de l'Algérie française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Pax Méfret naît le à Alger. Son père est un résistant marseillais lié à l'OSS venu à Alger pour préparer le débarquement américain de 1942, tandis que sa mère descend d'une famille franco-italienne installée en Algérie depuis le XIXe siècle[2]. Il grandit dans le quartier populaire de Belcourt, où il est le témoin direct des premiers événements de la guerre d'Algérie.

Partisan de l'Algérie française, après avoir acclamé Charles de Gaulle le 4 juin 1958, il se rapproche du Front Algérie française et participe à la semaine des barricades de . Lors du putsch des généraux, le , il participe à l'occupation de la radio d'Alger, est arrêté puis emprisonné quelques semaines avant d'être libéré.

Devenu agent de liaison de l'Organisation de l'armée secrète (OAS), il est une nouvelle fois arrêté le , rapatrié en métropole à la prison de la Santé[3], puis transféré dans celle de Rouen dans le quartier des activistes[4]. Il y compose sa première chanson, Je ne vous garde pas rancune, en l'honneur du lieutenant Roger Degueldre, fusillé le [5].

Assigné à résidence à partir de septembre de la même année, il termine ses études par correspondance[5].

Journaliste[modifier | modifier le code]

Jean-Pax Méfret travaille, à partir de 1966, comme journaliste au mensuel des rapatriés d'Algérie France Horizon, dirigé par le colonel Pierre Battesti, président de l'Association nationale des Français d'Afrique du Nord, d'outre-mer et de leurs amis (ANFANOMA). En 1970, il fait partie de la rédaction du journal Minute, où il traite des grandes affaires de faits divers ; en 1974, il démissionne de cet hebdomadaire.

Il entre ensuite à L'Aurore comme grand reporter, d'abord au service de politique intérieure, puis au service politique étrangère, pour lequel il couvre la plupart des conflits armés et mène de grandes enquêtes sur le terrorisme international.

À la fin de L'Aurore, en septembre 1980, il travaille quelques mois comme grand reporter à l'éphémère Figaro Dimanche, puis occupe les mêmes fonctions au Figaro Magazine jusqu'en 2000.

À partir de 1995, il est, en même temps, rédacteur en chef des grandes enquêtes du magazine. Jean-Pax Méfret a également dirigé (1998) les deux éditions mensuelles régionales, Figaro Magazine Rhône-Alpes et Figaro Magazine Méditerranée.

Au cours de l'année 2013, il publie un reportage mensuel dans le magazine Valeurs actuelles, intitulé « Carnets de France ».

Auteur-compositeur-interprète[modifier | modifier le code]

Jean-Pax Méfret est l'auteur de plus de 300 chansons, dont une centaine sont enregistrées et éditées. Il commence sa carrière d'auteur-compositeur-interprète chez Decca en enregistrant sous le pseudonyme de Jean-Noël Michelet cinq disques, parus en 1964.

En 1965, il obtient le grand prix de l'émission télévisée Âge tendre et tête de bois avec La Prière, une chanson évoquant la solitude d'un adolescent pied-noir.

Ses premières chansons engagées pour l'amnistie des condamnés et exilés du combat pour l'Algérie française paraissent très confidentiellement en 1968 : avec L'Hymne des pieds-noirs et La Prière du pied-noir, il exalte la mémoire des Français d'Algérie[6].

À l'époque, Jean-Pax Méfret compose aussi des chansons dites « de variétés ». En 1970, en parallèle de sa carrière de journaliste[7], il écrit les paroles et musiques de plusieurs chansons — dont Monsieur Lacloche — pour l'Alcazar de Jean-Marie Rivière et pour la chanteuse Betty Mars : L'Enfant qui voulait voir la mer… Il est l'auteur de Je vais te faire une chanson qu'interprète en 1982 Jean-Claude Pascal sur l'album C'est peut-être pas l'Amérique, aux côtés de Ton bonhomme, écrite par le chanteur Jean Ferrat.

En 1974, avec Le Chanteur de l'Occident, il « s'engage en chanson », dénonçant notamment l'internement des dissidents juifs (refuzniks) en Sibérie. Le disque diffusé par Decca et édité par les Nouvelles Éditions Barclay obtient un grand succès grâce à sa diffusion sur les antennes de RTL.

En 1980, après six ans de silence, il enregistre à nouveau. Ses textes sont prioritairement orientés contre le totalitarisme soviétique ; il est particulièrement actif pendant la guerre froide. Il écrit, entre deux reportages, des chansons comme Veronika (sur Berlin-Est), Goulag, Camp 36 ou encore Budapest, qui traite du soulèvement de 1956 dans la ville du même nom, mais également La musique s'est arrêtée (une des rares chansons françaises contre Pol Pot), Miss America (chanson anticastriste) et Les Démagos contre les intellectuels de gauche. Il dédie une chanson à Jean-Paul II : Le Messager[6].

Il écrit aussi de nombreuses chansons sur des faits de société, également inspirées de sa vie de grand reporter : La Colère, contre la violence en banlieue, L'Enfant-otage, et sur l'affaire du sang contaminé avec À qui la faute….

Jean-Pax Méfret, qui enregistre entre autres Le Chant des partisans, apparaît comme un auteur-compositeur patriote tourné vers le respect de certaines traditions et institutions nationales telles que l'armée. En témoignent des chansons comme Diên Biên Phu, Camerone, Jour J (sur le débarquement allié en Normandie), Kolwezi (il a couvert cette bataille au côté du 2e régiment étranger de parachutistes au Zaïre en 1978) ou encore C'est une école (Saint-Cyr), écrite à la demande de jeunes officiers de la promotion « général Bethouart » pour célébrer le bicentenaire de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr.

Son répertoire contient aussi plusieurs chansons mélancoliques sur l'Algérie de son enfance, les années sanglantes, le drame des harkis, l'exode, etc. Et pour ses actions de devoir de mémoire envers la communauté « pied-noir », Jean-Pax Méfret a reçu, en , le titre de citoyen d'honneur de la ville d'Aix-en-Provence, où vivent un très grand nombre de rapatriés d'Algérie[8].

Dans les années 1980, un article d'une revue anarchiste le qualifie de « première figure de la chanson nationaliste française »[9]. Paul Airiau le définit, dans une étude publiée en 2009 par la revue Histoire politique, comme « un chanteur républicain populiste ».

Le , il se produit à l'Olympia, accompagné par six musiciens et un quatuor à cordes.

En 2016, avec le CD Jean-Pax Méfret écrit, raconte et chante Camerone, il inaugure une nouvelle collection : « Les pages oubliées de l'histoire de France » pour « celles et ceux qui refusent que la mémoire s'éteigne ».

En 2017 sortent de nouvelles chansons : Noun, en hommage aux chrétiens d'Orient, La Force, en hommage au Christ[10].

Les 13 et , Jean-Pax Méfret fait salle comble au Casino de Paris[11].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Microsillons[modifier | modifier le code]

Année Titre Morceaux
1964 Je voudrais bien Je voudrais bien, Dany, ne pleure pas, Loum la I loum, Voici la nuit
1964 La Prière Je le savais bien, Fille de France, La Prière, Drôle de rendez-vous
1965 Allez Luis Allez Luis, Il avait dix-huit ans, Tu aimeras encore, Je ne veux plus te voir
1966 La Ballade du beatnick J'en ai rêvé, Demain, La Ballade du beatnick, Elle va se marier
1966 L'Avion pour Liverpool L'Avion pour Liverpool, Valérie, Chérie, La Fille aux cheveux blonds
1968 Hymne des pieds-noirs L'Hymne des pieds-noirs, La Prière du pied-noir, La Réponse pour l’amnistie
1968 Messages de prison-exil Enregistrés et présentés par Jean-Pax Méfret. Les messages de Noël et du nouvel an 1969 des principales personnalités de l’Algérie française libérées de prison ou rentrées d’exil. Avec les voix de Raoul Salan, Jacques Soustelle, Georges Bidault, Edmond Jouhaud, Joseph Ortiz, Antoine Argoud, Pierre Sergent.
1969 Lieutenant Roger Degueldre… Les Derniers instants d’un officier français, Je ne vous garde pas rancune, je vous plains, L’Erreur du Général
1975 Le Chanteur de l'Occident Le Chanteur de l’Occident, Feliciano
1977 Veronika - la Sibérie Veronika, La Sibérie
1980 Vous allez me traiter de réac… Les Démagos, La Sibérie, Antoine, Les Barricades, Le Journaliste, Veronika, Goulag, La musique s'est arrêtée, Le Loup de guerre
1980 Collection Algérie L' Hymne des Pieds-Noirs, La Prière, Les Barricades, Un Noël à Alger, Le poulpe y l’est pas cuit, Santa-Cruz, Le Pain de la misère
1981 Collection Combats Kolwezi, La Médaille, Diên Biên Phu , Le Fou, Camerone, Muchachos
1982 Faits divers L'Enfant otage, Budapest, Faits divers, Professeur Muller, Les Compagnons du camp des solitaires, Solidarité, Il s'en va
1982 Signo particular : canta
1984 Liberté Liberté, La Manif
1984 Camerone Camerone, La Médaille, Le Fou, Diên Biên Phu, Kolwezi, La Prière, Santa-Cruz, Un Noël à Alger, Les Barricades, Le Pain de la misère, Hymne des pieds-noirs
1984 Ni rouge ni mort Ni rouge, ni mort, Djebel amour, Parole d'homme, Miss America, La Manif, Le Béret amarante, L'Ile Saint-Louis, Le Messager, Flash, Le Jour J
1985 Calédonie Calédonie, Le Bateau
1986 Pour mémoire Camarade, Les Oies sauvages, La Colère, Années soixante, Beyrouth, L'Eau de feu, Camp 36, Faire-part

Disque compact[modifier | modifier le code]

Année Titre Morceaux
1995 Algérie - Nostalgie Compilation des chansons sur l’Algérie enregistrées sur vinyles et réédition du disque Messages Prison-Exil, réalisé en .
1995 Les Années froides Compilation des principaux titres enregistrés de à .
1999 Le Soir du Le Soir du , précédée d’un texte écrit et dit par Jean-Pax Méfret sur l’histoire du mur de Berlin.
2002 Quand les souvenirs reviennent Djebel Amour, Nostalgérie et Ceux qui ont choisi la France.
2002 Méfret chante Saint-Cyr Saint-Cyr et Premier feu
2003 Là bas L' Hymne des pieds-noirs, La Prière, Les Barricades, Un Noël à Alger, Le poulpe y l’est pas cuit, Santa-Cruz, Le Pain de la misère
2004 Sainte-Mère-Église Sainte-Mère-Église, Sainte-Mère-Église, version anglaise et Le Chant des Partisans.
2004 Chansons d'histoire militaire Kolwezi, La Médaille, Diên Biên Phu, Le Fou, Camerone, Muchachos
2004 Cent vingt minutes de vérité 20 titres traçant une fresque historique de Sainte-Mère-Église.
2006 Vendée Militaire Récit des guerres de Vendée, Guerres de Vendée, Chouans et leurs versions instrumentales.
2009 La compil Coffret de 4 CD comprenant 40 titres remixés et « remastérisés » et un livret de 32 pages.
2010 Vous allez me traiter de réac… Les Démagos, La Sibérie, Antoine, Les Barricades, Le Journaliste, Veronika, Goulag, La musique s'est arrêtée, Le Loup de guerre
2016 Jean-Pax Méfret écrit, raconte et chante Camerone Jean-Pax Méfret écrit, raconte et chante Camerone
2017 Noun Noun, La Force et L'Histoire racontée des chrétiens d'Orient.

DVD[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pax Méfret en concert () enregistré au Palais des Congrès d'Issy-les-Moulineaux (Diffusia).
  • Jean-Pax Méfret à l'Olympia, () : 25 titres interprétés à l'Olympia le (Diffusia).

Livres[modifier | modifier le code]

Depuis 2003, Jean-Pax Méfret, membre sociétaire de la Société des gens de lettres, publie régulièrement des livres aux Éditions Pygmalion (filiale des Éditions Flammarion).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation de l'auteur dans son livre Sur l'autre rive… En 1962, Pygmalion, 2012.
  2. Paul Airiau, « Jean-Pax Méfret, chanteur anticommuniste et républicain populiste », Histoire@Politique, no 7,‎ , p. 12–12 (DOI 10.3917/hp.007.0012, lire en ligne, consulté le ).
  3. « Jean-Pax Méfret : "Le martyre des Chrétiens d'Orient pourrait annoncer le nôtre" », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. Frédéric Valloire, « Méfret : le chanteur d'Occident », Valeurs actuelles,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. a et b Guillaume de Tanoüarn, « Entretien avec Jean-Pax Méfret », Monde & Vie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. a et b Élisabeth Caillemer, Indémodable Jean-Pax, Famille chrétienne no 2106 du 26 mai au 1er juin 2018, pp. 40-41.
  7. Carte no 27189.
  8. « Collusion entre droite et extrême-droite aixoises aux législatives : mythe ou réalité ? » par Alexandra Ducamp et Nicolas Rey sur laprovence.com du 28 mai 2012.
  9. Rock Haine Roll. Origines, histoires et acteurs du Rock Identitaire Français, une tentative de contre-culture d'extrême droite, Collectif, Éditions No Pasaran, p. 10-11.
  10. « Jean-Pax Méfret : « Le martyre des Chrétiens d'Orient pourrait annoncer le nôtre » », sur LEFIGARO, (consulté le )
  11. François Krug, « Jean-Pax Méfret, le chanteur qui fait taper des mains Zemmour et Madelin », Le Monde, 19 janvier 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Airiau, « Jean-Pax Méfret, chanteur anticommuniste et républicain populiste », Histoire@Politique, no 7,‎ (lire en ligne)
  • Arnaud Folch et Cyril de Beketch, « Jean-Pax Méfret, “chanteur de l’Occident” », Valeurs Actuelles,‎ (lire en ligne)
  • François Krug, « « Jean-Pax Méfret, le chanteur qui fait taper des mains Zemmour et Madelin » », LeMonde.fr,‎ 19 janvier 2018. (lire en ligne Inscription nécessaire)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :