Ableiges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ableiges
Ableiges
Vue sur le village depuis le sud-ouest.
Blason de Ableiges
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Intercommunalité Communauté de communes Vexin Centre
Maire
Mandat
Patrick Pelletier
2020-2026
Code postal 95450
Code commune 95002
Démographie
Gentilé Ableigeois, Ableigeoises
Population
municipale
1 142 hab. (2018 en augmentation de 13,97 % par rapport à 2013)
Densité 142 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 23″ nord, 1° 58′ 53″ est
Altitude 46 m
Min. 40 m
Max. 128 m
Superficie 8,03 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pontoise
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Ableiges
Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise
Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Ableiges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ableiges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ableiges
Liens
Site web http://www.ableiges.fr

Ableiges est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Ableigeois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se situe dans la vallée de la Viosne, petite rivière du Vexin français, formant les Marais d'Ableiges

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le sentier de grande randonnée GR1 traverse la commune. Il se prolonge vers Us au nord et Vigny au sud-ouest.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Ableiges est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ablegum, Ablinguae, Ableges[7].

L'étymologie du village d'Ableiges (ou Ablege) proviendrait du celtique Ab Leg, pierre[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

La découverte de cercueils en pierre se rapportant à l'age du bronze et du fer, ainsi que de silex taillés permet d'envisager que le site était peuplé à cette époque[8].

Peuplée dès l'époque antique, la commune, alors appelée Ablingux, conserve des traces de la voie romaine Lutèce-Lillebonne dite chaussée Jules-César au hameau de La Villeneuve-Saint-Martin. Une importante nécropole mérovingienne a été découverte au lieu-dit des Buis ; une stèle funéraire découverte sur le site est visible au musée archéologique de Guiry-en-Vexin[9].

1071 : la paroisse entre dans le domaine ecclésiastique de l'abbaye de Saint-Denis[10].

1228 : Pierre de Marines et Philippe d'Ableiges sont seigneurs d'Ableiges[11].

1259 : Dragon d'Ableiges, chevalier (Droco de Ablegiis, miles) est cité dans une charte[12].

1382 : Jean de Marines vend son fief d'Ableiges à Amaury d'Orgemont, seigneur de Chantilly, chancelier du duc d'Orléans[13]

1484 : Pierre d'Orgemont, petit-fils d'Amaury, récupère la seigneurie de Marines avec le fief d'Ableiges qui passeront à son neveu Guillaume de Brouillard puis à Colart de Gourlay[13].

1539 : Nicolas de Pilloix est seigneur d'Ableiges[14].

1614 : Gilles Ier de Maupeou, intendant, contrôleur général des Finances, achète la seigneurie d'Ableiges[15].

Le , les terres d'Ableiges et de La Villeneuve Saint-Martin sont érigées en châtellenie, puis en comté, par lettres patentes du , pour Gilles IV de Maupeou, comte d'Ableiges, ancien conseiller au parlement reçu maître des requêtes en 1683 et nommé intendant à Riom en 1691, à Poitiers en 1695 puis à Moulins de 1702 à 1705, mort le [16].

La Villeneuve-Saint-Martin est réunie à Ableiges en 1843.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[17], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département du Val-d'Oise et à son arrondissement de Pontoise après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie de 1801 à 1967 du canton de Marines de Seine-et-Oise. Lors de la mise en place du Val-d'Oise, la ville intègre le canton de Vigny [18]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune est membre depuis 2014 du canton de Pontoise

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription du Val-d'Oise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, initialement membre de la communauté de communes des Trois Vallées du Vexin, est membre, depuis le , de la communauté de communes Vexin centre.

En effet, cette dernière a été constituée le par la fusion de la communauté de communes des Trois Vallées du Vexin (12 communes), de la communauté de communes Val de Viosne (14 communes) et de la Communauté de communes du Plateau du Vexin (8 communes), conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise approuvé le [19].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du second tour des élections présidentielles de 2012, les électeurs d'Ableiges ont voté à 56,43 % pour l'UMP Nicolas Sarkozy et à 43,57  % pour le PS François Hollande. 11,11 % des électeurs se sont alors abstenus[20]

Au second tour des élections présidentielles de 2017, ils ont voté à 57,63 pour Emmanuel Macron (EM) et 42,37 % pour Marine Le Pen (FN), l'abstention s'élevant à 17,59 % des électeurs inscrits[21].

Lors des élections européennes de 2019, le taux de participation d’Ablaiges est supérieur (62,81% contre 50,12% au niveau national). La liste du Rassemblement National arrive en tête, avec 25,58% des suffrages, contre 23,31% au niveau national. La liste de la République en Marche obtient 18,89% des voix, contre 22,41% au niveau national. La liste d’Europe Écologie Les Verts réalise un score de 15,67% des votes, contre 13,48% au niveau national. La liste des Républicains et celle du Parti Socialiste arrivent ex-aequo avec 6,22% des suffrages, contre respectivement 8,48% et 6,13% au niveau national. La liste de l’Union des Démocrates et Indépendants obtient 5,53% des voix, contre 2,50% au niveau national. La liste de Debout La France réalise un score de 5,30% des votes, contre 3,51% au niveau national. La liste de la France Insoumise fait un score de 5,07% des suffrages, contre 6,13% au niveau national. Les autres listes réalisent des scores inférieurs à 5%[22].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1981   Marcel Amédro PS  
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2014 Max Levesque[23] DVD  
2014[24],[25] En cours
(au 12 avril 2021)
Patrick Pelletier SE Cadre (secteur privé)
Réélu pour le mandat 2020-2026[26]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[28].

En 2018, la commune comptait 1 142 habitants[Note 3], en augmentation de 13,97 % par rapport à 2013 (Val-d'Oise : +3,67 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
211216198175188312301334346
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
349317345327349345336353368
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
387396386406419373379347410
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
4284275058079009579499431 140
2018 - - - - - - - -
1 142--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Ableiges compte deux monuments historiques sur son territoire.

  • Église Saint-Martin, rue Gilles-de-Maupeou (chœur et clocher classés monument historique par arrêté du [30]) : elle remplace probablement un premier édifice attesté en 1071. L'église actuelle se caractérise par un chœur-halle rectangulaire de six travées, réparties sur trois vaisseaux, et se terminant par un chevet plat. Cet ensemble paraît assez homogène à la première vue, mais l'on peut distinguer trois campagnes de construction distinctes en regardant de près la sculpture des chapiteaux, qui est d'un bon niveau, et les voûtes. Le vaisseau central avec le clocher encore d'allure romane et les arcs-doubleaux vers les croisillons constituent la partie la plus ancienne, et semble dater des années 1160 / 1170. À l'intérieur, l'architecture évoque la première période gothique. Le collatéral sud est un peu plus récent, et le collatéral nord remonte seulement aux années 1220, comme l'indiquent notamment une clé de voûte, l'arc formeret au nord de la chapelle de la Vierge, et certains chapiteaux. Il y a des indices qu'une nef au moins partiellement voûtée d'ogives et flanquée d'un bas-côté au nord a existé avant la construction de la nef actuelle, dont notamment des colonnettes sans fonction de part et d'autre de l'arc triomphal, dont les chapiteaux ont été en partie refaits, et une arcade à l'ouest du croisillon nord, qui a été refaite avant d'être bouchée. La nef actuelle et le porche datent probablement du XVIIIe siècle, et sont dénués de caractère[31],[32].
  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption de La Villeneuve-Saint-Martin, rue de l'Église (inscrite monument historique par arrêté du [33]) : c'est un édifice de petites dimensions, qui ne comportait à l'origine qu'une nef de deux travées, un transept et un chœur d'une seule travée, se terminant par un chevet à pans coupés. Il fut bâti entre 1210 et 1230 environ dans le style gothique, mais les voûtes de la nef ne furent ajoutées qu'une génération plus tard, et l'étage de beffroi du clocher n'a peut-être jamais été exécuté. À une époque indéterminée, un bas-côté a été adjoint à la nef du côté nord. Il n'existe plus à ce jour, de même que le croisillon sud du transept, remplacé par la sacristie, et les voûtes de la nef et du croisillon nord. En effet, la suppression de la paroisse dès le début du XIXe siècle et le rattachement du village de La Villeneuve à la commune d'Ableiges en 1843 entraînent un manque d'entretien, auquel l'inscription au titre des monuments historiques ne remédie pas. Proche de la ruine, l'église bénéficie finalement d'une restauration intégrale en 1988, et se présente aujourd'hui dans un excellent état. À l'intérieur, la croisée du transept et le chœur se signalent par une architecture de qualité, que la simplicité des abords ne permet pas de soupçonner[34],[32].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Colombier de la ferme du château : De cette ancienne ferme seigneuriale subsistent des bâtiments dont certaines parties datent du XVe siècle, le colombier fut restauré au XVIIe siècle. Il est de forme cylindrique et comporte deux niveaux, séparés par un larmier. Les murs sont en moellons, avec des chaînages en pierre de taille. Depuis longtemps désaffecté, le colombier a été reconverti en habitation, ce qui a entraîné le percement d'ouvertures supplémentaires[32].
  • Vestiges du château : Le château et la ferme seigneuriale figurent dans l'aveu du rendu au roi par Amaury d'Orgemont : « un manoir et jardin ainsy comme il se comporte, assiz en lad. ville, excepté deux granches (granges), le coulombier et une estable, qui sont tenuz du prioré de Vesquemont (Evecquemont) ». Le fief d'Ableiges devient en 1614 la seigneurie des Maupeou qui y exercent la haute, moyenne et basse justice. Il est érigé en châtellenie en 1671, puis en comté en 1691. Le château du XIVe siècle fut acheté en 1614 par Gilles de Maupeou. En 1789, un portail monumental, encadré du logement du receveur et de la prison, avec fossés, donnait accès à une cour d'honneur. Au fond, le château développait sa façade flanquée de deux pavillons en saillie. Il était entouré de vastes jardins avec parterres, terrasses, bosquets, potager, orangerie et dépendances ; il possédait en face un grand parc. Il fut à la Révolution démantelé par la bande noire, puis finalement démoli au début du XIXe siècle. Il n'en subsiste qu'un pan de mur, ainsi que deux caves voûtées en berceau : une sous le grand salon et l'autre sous la salle à manger. Dans l'une d'elles, un escalier mène à une salle voûtée en arêtes sur pilier carré. Par ailleurs, le musée Tavet-Delacour de Pontoise conserve sept toiles peintes à la colle (XVIIIe siècle) qui ont décoré le château des Maupeou[35].
  • Lavoir, RD 28 : Il est aménagé dans le mur de clôture d'une propriété privée et s'ouvre sur un bras de la Viosne.
  • Le golf longé au nord-est par la Viosne, charmante petite rivière qui alimente l'étang des Aulnes.

Ableiges au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Le 26 et , plusieurs scènes du film « La Grande Boucle » (film sur le Tour de France avec Clovis Cornillac, Laurent Jalabert et Bernard Hinault) ont été tournées sur la RD 190 (route de Cormeilles-en-Vexin), sur la RD 92 (route de Montgeroult) et vers la place de la Mairie (RD 28).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Ableiges

Les armes de la ville d'Ableiges se blasonnent ainsi :

  • d'argent au porc-épic de sable, au chef d'azur chargé de trois étoiles d'or[36].

Il s'agit des armoiries anciennes des Maupeou, famille seigneuriale du lieu depuis Gilles Ier, anobli en 1587, premier seigneur laïc d'Ableiges en 1614, succédant à l'abbaye de Saint-Denis qui détenait la seigneurie depuis 1071[37],[38].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Bascans, L'habitat seigneurial d'Ableiges du XIe au XVIIIe siècle, tapuscrit, 2018 (Bibliothèque municipale d'Ableiges).
  • M. L'Abbé Lefèvre, Quelques souvenirs historiques sur Ableiges (Mémoires de la Société Historique et Archéologique de l'arrondissement de Pontoise et du Vexin, tome XLV, 1936, p. 26-31).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Communes limitrophes d'Ableiges » sur Géoportail..
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Hippolyte Cocheris, Conservateur de la Bibliothèque Mazarine, Conseiller général du département de Seine-et-Oise, DICTIONNAIRE DES ANCIENS NOMS DES COMMUNES DU DÉPARTEMENT DE SEINE-ET-OISE, 1874
  8. Seine-et-Oise illustrée, n° 167, 10 mars 1889, p. 111.
  9. sources : Bulletin archéologique du Vexin français, 1966, n° 2 p. 73-83 ; et 1970, n° 6, p. 95-103.
  10. Chartes de l'abbaye de Saint-Denis, Archives nationales de France LL 1189, p. 190.
  11. BnF, Cartulaire de l'abbaye de Saint-Denis, vol. 1, f° 656.
  12. Victor Auguste Masson, Commune d'Ableiges (monographie de l'instituteur), manuscrit, 1899, Archives départementales du Val-d'Oise 1 T 143.
  13. a et b Léon Mirot, Une grande famille parlementaire aux XIVe et XVe siècles. Les d'Orgemont, leur origine, leur fortune, le Boîteux d'Orgemont, H. Champion, Paris, 1913, 320 p.
  14. Charles Bourdot de Richebourg, Nouveau Coutumier général, coutumier de Senlis, Paris, 1727, p. 741.
  15. Abbé Louis Lefèvre, « Quelques souvenirs historiques sur Ableiges : Les Maupeou d'Ableiges », Mémoires de la Société historique et archéologique de l'arrondissement de Pontoise et du Vexin, Pontoise, vol. XLV,‎ , p. 32-37 (lire en ligne).
  16. Dictionnaire universel, chronologique et historique de justice..., tome 1er, Paris 1725, p. 33.
  17. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  18. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. « Schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise » [PDF], Préfecture du Val-d'Oise, (consulté le ), p. 14-15.
  20. Ministère de l'Intérieur - Val-d'Oise (Ile-de-France), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Ableiges » (consulté le ).
  21. Ministère de l'Intérieur - Val-d'Oise (Île-de-France), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Ableiges » (consulté le ).
  22. « Ableiges : Découvrez les résultats des élections Européennes 2019 », sur LCI (consulté le ).
  23. Réélu pour le mandat 2008-2014 : Conseil général du Val d'Oise consulté le 27 juin 2008
  24. « Deux chefs de file d'extrême droite à Ableiges », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Si le maire actuel Max Levesque ne se représente pas, son premier adjoint Patrick Pelletier veut prendre la suite ».
  25. « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, (consulté le ).
  26. « Extrait du procès verbal des délibérations prises par le Conseil Municipal dans sa séance du 28/05/2020 » [PDF], Extraits des conseils municipaux, sur https://ableiges.fr (consulté le ).
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  30. « Église Saint-Martin », notice no PA00079971, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Ableiges, Paris, Éditions du Valhermeil, , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 35-36.
  32. a b et c Jacques Sirat et Stéphane Gasser, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Ableiges », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 985-986 (ISBN 2-84234-056-6).
  33. « Église Notre-Dame », notice no PA00079972, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  34. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : La Villeneuve-Saint-Martin, Paris, Éditions du Valhermeil, , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 332-333.
  35. J.-F. Bascans, Le Comté d'Ableiges, tapuscrit, Rosny-sous-Bois, 2004 ; Arch. Val-d'Oise E.2031.
  36. Ableiges dans l'Armorial des villes et des villages de France
  37. Jacques de Maupeou, Histoire des Maupeou, (notice BnF no FRBNF32431990).
  38. E. de Séreville et F. de Saint-Simon, Dictionnaire de la noblesse française, .