Livilliers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Livilliers
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Canton Pontoise
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée du Sausseron
Maire
Mandat
Marion Walter
2014-2020
Code postal 95300
Code commune 95341
Démographie
Gentilé Livillois
Population
municipale
393 hab. (2014)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 00″ nord, 2° 06′ 00″ est
Altitude 103 m
Min. 69 m
Max. 115 m
Superficie 6,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Livilliers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Livilliers
Liens
Site web www.livilliers.fr

Livilliers est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à 35 km au nord-ouest de Paris, sur le plateau céréalier du Vexin français.

Communes limitrophes de Livilliers[1]
Épiais-Rhus Vallangoujard
Génicourt Livilliers[1] Hérouville
Ennery

Toponymie[modifier | modifier le code]

Linvillaria en 1086[2], Liberiacum ou Livriacum en 1210, Livry-en-l’Aulnois au XIIIe siècle[3].

Anciennement Linvillerium, que l'on peut traduire par Linivilleriem : « village où l'on cultive beaucoup de lin ».[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Dépendance de l'abbaye Saint-Martin de Pontoise, le village ne fut érigé en paroisse qu'en 1175.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Livilliers Blason Deux écus accolés:

1) Écartelé: aux 1er et 4e d'argent à l'aigle bicéphale couronnée de sable, aux 2e et 3e de gueules à la bande d'or.

2) De gueules à la tête de cheval d'argent accompagnée de huit coquilles d'or ordonnées en orle[4].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Jacques Tournaire DVD  
mars 2008[5] 2014 Pascal Duquesne    
2014[6] en cours
(au 29 avril 2014)
Marion Walter    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 393 habitants, en augmentation de 4,52 % par rapport à 2009 (Val-d'Oise : 3,04 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
246 270 232 269 255 257 268 232 223
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
228 230 234 228 224 240 219 201 211
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
219 186 194 184 184 181 164 154 202
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
188 203 249 246 386 367 352 386 393
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame.

Livilliers compte un seul monument historique sur son territoire.

  • Église Notre-Dame-de-la-Nativité-et-Saint-Fiacre (classée monument historique par arrêté du 12 juin 1936[11]) : Cette église de plan cruciforme est édifiée au début du XIIIe siècle, mais a fait l'objet de remaniements postérieurs qui la rendent dissymétrique : l'extraordinaire portail Renaissance devant le bas-côté nord est ajouté vers 1560 ; le bas-côté nord est refait dans le même style par la suite, et le clocher central ne date que du XVIIe siècle. L'édifice se compose d'une nef aveugle de quatre travées avec bas-côtés ; d'un transept dont les croisillons communiquent avec deux chapelles latérales du chœur ; et d'un chœur carré au chevet plat. Les chapelles sont très courtes et n'atteignent pas le chevet. Elles ont une toiture commune avec les bras du transept, toit en appentis faiblement incliné au nord et toit à croupe montant jusqu'au niveau de la gouttière de la nef au sud. Ces toits font encore partiellement apparaître deux baies latérales du chœur en tiers-point, obturées depuis la construction des chapelles. Le chevet est percé de deux baies en tiers-point surmontées d'un oculus, s'inscrivant dans une grande arcade ogivale. Les baies des chapelles latérales et du croisillon nord sont plein cintre et proviennent dans cette forme de la fin du XVIe siècle, tout comme la baie du croisillon sud. Plus grande, elle a reçu un remplage simple de style Renaissance. Seul la troisième et quatrième travée du bas-côté sud conservent deux étroites baies plein cintre d'origine, la première et deuxième travée étant aveugles. La façade occidentale garde son portail d'origine, encore dans l'influence du style gothique primitif. Son triple archivolte surmonté par une frise de végétaux repose sur des colonnettes aux chapiteaux sculptés en feuillages, et le tympan est ajouré d'un petit oculus. En 1560, les marguilliers de la paroisse passent un marché avec le maître-maçon Garnot Germain et le sculpteur André Quatrevaux, portant sur la construction d'un porche devant la troisième travée du bas-côté nord, et sur la réfection de ce dernier. Germain s'engage de construire « un porche, le plus beau que faire se pourra ». Son arcade plein cintre aux écoinçons sculptés d'un motif végétal est flanquée de deux niches à statues, et la façade cantonnée de deux colonnes corinthiennes. La métope est décoré d'une frise dorique avec alternance de triglyphes et de feuilles d'acanthe, motif qui se poursuit sur le même niveau sur les faces latérales du porche, où une frise supplémentaire s'ajoute au niveau des chapiteaux. Trois vases de chaque côté encadrent le gable et couronnent les contreforts. Le plafond voûté en berceau est à caissons. Le tympan dit des litanies de la Vierge développe, autour d'une niche vide, les symboles du Cantique des Cantiques. - La cloche datée de 1676 eût pour parrain et marraine le Grand Condé et la duchesse de Longueville. À l'intérieur, une Vierge à l'Enfant en bois date du XIIe siècle ; un retable antiquisant, assez sobre, remonte au XVIIIe siècle. La nef possède un triforium aveugle de deux baies géminées en tiers-point par travée, encadrées par un arc de décharge. Le déversement des murs de la haute nef dépourvu d'arc-boutants ont occasionné la perte des voûtes des bas-côtés, et de nombreux étrésillons ont dû être placés[12],[13],[14].

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

Livilliers au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes de Livilliers sur Géoportail.
  2. Par Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 2, page 982
  3. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  4. http://www.armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=4414
  5. Site officiel de la préfecture du Val d‘Oise-liste des maires, 3 août 2009 [PDF]
  6. « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, Préfecture du Val-d'Oise, (consulté le 13 septembre 2015).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. Notice no PA00080102, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. « Dossier documentaire », notice no IA00122361, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Livilliers, Paris, Éditions du Valhermeil, , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 213-216.
  14. M. Amiot, Yves Breton, Jean-François Humbert, Amélie Marty et Laure Schauinger, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Livilliers », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 904-906 (ISBN 2-84234-056-6).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Crnokrak, Agnès Somers et Jean-Yves Lacôte (photographies), La vallée du Sausseron : Auvers-sur-Oise — Val d'Oise, Cergy-Pontoise, Association pour le patrimoine Île-de-France et Conseil général du Val d'Oise, coll. « Images du patrimoine / Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France », , 84 p. (ISBN 2-905913-09-6), p. 57-58
  • Louis Régnier, Excursions archéologiques dans le Vexin français, première série : Livilliers, Évreux, Imprimerie de l'Eure, , 278 p. (lire en ligne), p. 69-77

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]