Le Heaulme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Heaulme
Le Heaulme
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Intercommunalité CC Vexin Centre
Maire
Mandat
Maurice Delahaye
2020-2026
Code postal 95640
Code commune 95303
Démographie
Gentilé Heaulmois
Population
municipale
208 hab. (2018 en augmentation de 4 % par rapport à 2013)
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 09′ 57″ nord, 1° 59′ 59″ est
Altitude 150 m
Min. 124 m
Max. 205 m
Superficie 1,96 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pontoise
Législatives 1re circonscription du Val-d'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Le Heaulme
Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise
Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Le Heaulme
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Heaulme
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Heaulme

Le Heaulme est une commune du Val-d'Oise située au cœur du Vexin français, à environ 45 km au nord-ouest de Paris.

Ses habitants sont appelés les Heaulmois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Paysage du village : la rue de la mairie.

Le Heaulme est un village du Vexin français situé au pied des buttes de Rosne, une butte-témoin qui constitue le point culminent du plateau du Vexin et de la butte du bois du Caillouet. Il se trouve à 15 km au nord-ouest de Pontoise, 43 km au nord-ouest de Paris, 30 km au sud de Beauvais et à 20 km au sud-est de Gisors.

Il se trouve dans le périmètre du Parc naturel régional du Vexin français.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe de Marines, Neuilly-en-Vexin, Haravilliers et Bréançon.

Communes limitrophes du Heaulme[1]
Neuilly-en-Vexin Haravilliers
du Heaulme[1]
Marines Bréançon

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est drainée par plusieurs ruisseaux, dont le Ruisseau d'Arnoye, un affluent de la Viosne et donc un sous-affluent de la Seine par l'Oise.

Environnement[modifier | modifier le code]

Le Heaulme est concernée par une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF), celle de la Butte de Rosne[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Heaulme est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[6],[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Le Heaulme provient peut-être du germanique Helm, casque puis heaume, ou plutôt de l'ancien français herm, désert, qui a donné le mot ermite.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est implanté loin des grands axes de communication, dans une légère dépression entre deux massifs forestiers. Il fut de ce fait relativement protégé des destructions de la guerre de Cent Ans. Le fief fait partie au XVIIIe siècle de la seigneurie du marquis de Gouy, maréchal de camp des armées du roi, et lieutenant général d'Île-de-France au département du Vexin. Au cours de la Révolution française, la mairie est installée dans le presbytère, et resta en ces lieux jusqu'en 1873.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[8], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département du Val-d'Oise et à son arrondissement de Pontoise après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie de 1801 à 1967 du canton de Marines de Seine-et-Oise. Lors de la mise en place du Val-d'Oise, la ville intègre le canton de Vigny [9]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune est membre depuis 2014 du canton de Pontoise

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription du Val-d'Oise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, initialement membre de la communauté de communes Val de Viosne, est membre, depuis le , de la communauté de communes Vexin centre.

En effet, cette dernière a été constituée le par la fusion de la communauté de communes des Trois Vallées du Vexin (12 communes), de la communauté de communes Val de Viosne (14 communes) et de la communauté de communes du Plateau du Vexin (8 communes), conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise approuvé le [10].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1988 ? Maurice Brothier    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Luc Dailledouze DVD  
mars 2008[11] 2014 Jeanne Duhem    
2014[12] En cours
(au 2 décembre 2020)
Maurice Delahaye   Réélu pour le mandat 2020-2026[13]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2018, la commune comptait 208 habitants[Note 3], en augmentation de 4 % par rapport à 2013 (Val-d'Oise : +3,67 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
129149146170162162155156152
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
132130134127130112108101112
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
115119999510399676177
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
7574100126187187185184204
2017 2018 - - - - - - -
211208-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Heaulme compte un monument historique sur son territoire :

On peut également signaler les éléments suivants :

  • Croix de cimetière : Elle date du XIVe siècle et est l'une des plus anciennes du Vexin français. Sa particularité sont les deux quadrilobes à l'emplacement des statuettes ou sculptures habituelles, l'un représentant saint Georges et l'autre le Christ en croix entre la Vierge et saint Jean. L'un des bras de la croix a été brisé[20].
  • Ancien abreuvoir : Il se présente comme une mare artificielle alimentée par les eaux pluviales, et servait également de réserve d'eau pour l'extinction des incendies.
  • Lavoir : Il n'en demeure que, des vestiges, seul le bassin reste à peu près intact.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le Heaulme au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roland Vasseur, « Richesse du patrimoine : croix de cimetière des XIIIe et XIVe siècles en Vexin français : La Croix du Heaulme », Mémoires de la Société historique et archéologique de Pontoise, du Val d'Oise et du Vexin, Pontoise, nos 51-54,‎ , p. 31-33 (ISSN 1148-8077)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Flixecourt », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Communes limitrophes du Heaulme » sur Géoportail..
  2. « ZNIEFF 110001795 : Butte de Rosne », Recherches de ZNIEFF continentales, Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction duParis », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. « Schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise » [PDF], Préfecture du Val-d'Oise, (consulté le ), p. 14-15.
  11. Site officiel de la préfecture du Val d‘Oise-liste des maires, 3 août 2009 [PDF]
  12. « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, (consulté le ).
  13. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. Notice no PA00080089, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Le Heaulme, Paris, Éditions du Valhermeil, , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 172-174.
  19. Séverine Charon, Hénin, Maria Pia Hutin-Houillon, Philippe Oyer et Bruno Sternberger, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Le Heaulme », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 660-661 (ISBN 2-84234-056-6).
  20. Roland Vasseur, « Richesse du patrimoine : croix de cimetière des XIIIe et XIVe siècles en Vexin français : La Croix du Heaulme », Mémoires de la Société historique et archéologique de Pontoise, du Val-d'Oise et du Vexin, Pontoise, nos 51-54,‎ , p. 31-33 (ISSN 1148-8077).