Tessancourt-sur-Aubette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tessancourt-sur-Aubette
Tessancourt-sur-Aubette
Église Saint-Nicolas.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Les Mureaux
Intercommunalité Grand Paris Seine et Oise
Maire
Mandat
Paulette Favrou
2014-2020
Code postal 78250
Code commune 78609
Démographie
Population
municipale
999 hab. (2015 en augmentation de 5,49 % par rapport à 2010)
Densité 229 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 31″ nord, 1° 55′ 16″ est
Altitude Min. 25 m
Max. 140 m
Superficie 4,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Tessancourt-sur-Aubette

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Tessancourt-sur-Aubette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tessancourt-sur-Aubette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tessancourt-sur-Aubette

Tessancourt-sur-Aubette est une commune du département des Yvelines, dans la région Île-de-France, en France, située à 17 km environ à l'est de Mantes-la-Jolie et à 2 km au nord de Meulan. Le village se trouve sur les rives de l'Aubette, petite rivière née dans le Val-d'Oise qui se jette dans la Seine à Meulan.

Tessancourt-sur-Aubette est incluse dans le périmètre du Parc naturel régional du Vexin français.

Ses habitants sont appelés les Taxicurtiens.

C'est dans ce village que fut tourné l'émission de télé réalité La Belle et ses princes presque charmants du 18 juillet au 2 août 2011.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de Tessancourt-sur-Aubette dans les Yvelines.

Située dans le sud du Vexin français, limitrophe du Val-d'Oise, Tessancourt-sur-Aubette est une petite commune rurale au territoire vallonné. Elle est limitrophe des communes de Gaillon-sur-Montcient à l'ouest, de Condécourt au nord-est, de Meulan et d'Évecquemont au sud.

La commune est traversée par la route départementale CD 28 qui relie la route nationale RN 14 à la région de Mantes-la-Jolie. Très fréquentée par les poids lourds, cette route a été déviée et contourne le centre du village.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Taissuncort en 1056, Taxicurtis en 1069, Taxencurt en 1116[1], Tessencort vers 1150[2].

"Tessancourt" serait dérivé d'un nom d'origine germanique, Tactisa ou Tasso et du latin cortem (domaine), le « domaine de Tasso » [3].

"Aube" est un hydronyme paléo-européen signifiant rivière; donc, aubette = « petite rivière »[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Site habité dès l'époque néolithique (outils en silex taillés et polis).
  • Le , un coup de foudre a mis bas le clocher de l'église. Il a depuis été restauré.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires de Tessancourt-sur-Aubette[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Maurice Reubrecht[4]    
mars 2008 2014 Maurice Reubrecht[5]    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune de Tessancourt-sur-Aubette appartient au canton de Meulan et est rattachée à la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise. Elle est aussi incluse dans le territoire de l'Opération d'intérêt national Seine-Aval[6].

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la septième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines, dont le député est Arnaud Richard (UDI).

Sur le plan judiciaire, Tessancourt-sur-Aubette fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que du tribunal de commerce sis à Versailles[7],[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2015, la commune comptait 999 habitants[Note 1], en augmentation de 5,49 % par rapport à 2010 (Yvelines : +1,32 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
351343320364360334322340338
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
305300311304303352332300298
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
292267281251289350302258362
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
356476601607812920953947999
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,9 %, 15 à 29 ans = 16,7 %, 30 à 44 ans = 21,8 %, 45 à 59 ans = 26,2 %, plus de 60 ans = 14,4 %) ;
  • 50,4 % de femmes (0 à 14 ans = 21,7 %, 15 à 29 ans = 14,6 %, 30 à 44 ans = 22,9 %, 45 à 59 ans = 24,8 %, plus de 60 ans = 16 %).
Pyramide des âges à Tessancourt-sur-Aubette en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,4 
3,6 
75 à 89 ans
6,2 
10,6 
60 à 74 ans
9,4 
26,2 
45 à 59 ans
24,8 
21,8 
30 à 44 ans
22,9 
16,7 
15 à 29 ans
14,6 
20,9 
0 à 14 ans
21,7 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Culture[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Église Saint-Nicolas, nef.

Tessancourt-sur-Aubette compte deux monuments historiques sur son territoire.

  • Église Saint-Nicolas, Grande-Rue / rue de Condécourt (classée monument historique par arrêté du [15]) : Elle remonte, pour ses parties les plus anciennes, au second quart du XIIe siècle, et se compose alors d'une nef unique non voûtée ; d'une base de clocher voûtée d'arêtes et d'une abside à pans coupés voûtée en cul-de-four. La base du clocher se distingue par ses arc-doubleaux en tiers-point, qui annoncent le style gothique, et contrastent avec les formes de voûtement typiquement romans et avec l'archaïsme de certains chapiteaux. Très peu d'absides du type de Tessancourt subsistent dans le Vexin, mais son architecture est extrêmement sobre. Vers le milieu du XIIe siècle, la nef est agrandie par l'adjonction de bas-côtés au nord et au sud, mais le début du bas-côté sud n'est jamais construit, et une fenêtre romane subsiste au sud de la nef, dans la deuxième travée. Le clocher roman paraît également inachevé : il semble lui manquer un étage octogonal. L'étage de beffroi manque de grâce, et la flèche octogonale en pierre est trapue. Initialement le clocher était libre au nord et au sud. Au XVIe siècle, une chapelle seigneuriale d'un style indéfinissable a été ajoutée au sud, et ultérieurement, une sacristie a été bâtie au nord. La façade a été refaite à l'époque moderne, et les murs des bas-côtés ont été remaniés. C'est surtout l'intérieur de l'église qui conserve toute son authenticité[16].
  • Ancienne porterie de la ferme d'Orzeau (inscrite monument historique par arrêté du [17])

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Association des amis du vexjn français
  2. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 907
  3. a et b Claude Guizard, Lexique toponymique de l’arrondissement de Mantes-la-Jolie, page 22
  4. « La liste des maires - "Troisième tour" des municipales », Le Courrier de Mantes,‎ .
  5. « Tessancourt-sur-Aubette », Union des maires des Yvelines (consulté le 20 avril 2011).
  6. « Les communes et les intercommunalités du territoire de l’OIN Seine Aval », Epamsa (consulté le 10 mai 2011).
  7. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 20 avril 2011).
  8. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 10 mai 2011).
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. « Évolution et structure de la population à Tessancourt-sur-Aubette en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 8 mai 2011)
  14. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 8 mai 2011)
  15. « Église Saint-Nicolas », notice no PA00087651, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Hardricourt, Paris, Éditions du Valhermeil, , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 299-300.
  17. « Porterie », notice no PA00087652, base Mérimée, ministère français de la Culture.