Avernes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Avernes
Avernes
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Canton Vauréal
Intercommunalité Communauté de communes Vexin Centre
Maire
Mandat
Daniel Bailleux
2014-2020
Code postal 95450
Code commune 95040
Démographie
Gentilé Avernois
Population
municipale
862 hab. (2015)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 00″ nord, 1° 52′ 00″ est
Altitude Min. 82 m
Max. 201 m
Superficie 12,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Avernes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Avernes
Liens
Site web avernes95.fr

Avernes est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Avernois. Le , la commune fusionne avec Gadancourt pour créer une commune nouvelle portant le même nom Avernes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Avernes est situé dans le Vexin français et bâti sur les rives d'un ruisseau affluent de l'Aubette de Meulan, qui serpente à travers le village.

Communes limitrophes d’Avernes[1]
Gadancourt Commeny Gouzangrez
Wy-dit-Joli-Village Avernes[1] Théméricourt
Lainville-en-Vexin Frémainville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Voir Avernes-sous-Exmes.

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Avernes - Entrée du pays par la route de Magny-en-Vexin vers 1900.

Au IXe siècle, les marécages d'Avernes en font un abri pour les habitants des villes voisines, assiégés par les Vikings.
En 1563, Catherine de Médicis autorise l'édification de temples protestants à Avernes et Limay. Avernes sera donc, jusqu'à la révocation de l'Édit de Nantes, un important lieu de culte protestant.
Joseph Kessel y a vécu.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Jusqu’à la loi du 10 juillet 1964[2], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. Le redécoupage des anciens départements de la Seine et de Seine-et-Oise fait que la commune appartient désormais auVal-d'Oise et son arrondissement de Pontoise, après un transfert administratif effectif le . Pour l'élection des députés, la commune fait partie depuis 1986 de la première circonscription du Val-d'Oise.

La commune faisait partie depuis 1801 du canton de Marines, puis, lors de la mise en place du département du Val-d'Oise, en 1967, du canton de Vigny[3]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Vauréal.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, initialement membre de la communauté de communes des Trois Vallées du Vexin, est membre, depuis le , de la communauté de communes Vexin centre.

En effet, cette dernière a été constituée le par la fusion de la communauté de communes des Trois Vallées du Vexin (12 communes), de la communauté de communes Val de Viosne (14 communes) et de la Communauté de communes du Plateau du Vexin (8 communes), conformément aux prévisions du Schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise approuvé le 11 novembre 2011[4].

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Politiquement, Avernes est une commune ancrée à droite. Aux élections présidentielles de 2002, Jacques Chirac est arrivé en tête avec 19 %, suivi de près par Jean-Marie Le Pen avec 18 %, puis Lionel Jospin à 10 %, François Bayrou à 7 %, Noël Mamère, Corine Lepage et Alain Madelin à 6 %. Aucun des autres candidats n'excèdent les 6 %.

En 2007, Nicolas Sarkozy arrive en tête, au premier tour, avec 36 %, suivi par Ségolène Royal avec 20 %, François Bayrou à 19 %, Jean-Marie Le Pen à 9 % et Olivier Besancenot à 5 %.

Politique locale[modifier | modifier le code]

La commune fusionne avec celle de Gadancourt le sous le régime des communes nouvelles. La nouvelle structure, créée à la demande des deux conseils municipaux, conserve la dénomination d’Avernes, dont Gadancourt deviendient un simple hameau[5].

Cette fusion est destinée à permettre de limiter les coûts de fonctionnement en mutualisant les services et de permettre la réalisation de travaux, notamment à Gadancourt (assainissement, entretien de l'église)[6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Xavier Lerdu   Agriculteur
28 mars 2014[7],[8] en cours
(au 29 juin 2017)
Daniel Bailleux SE  

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la commune déléguée[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 793 habitants, en diminution de -1,98 % par rapport à 2009 (Val-d'Oise : 3,04 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
667531555540536551511553564
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
548538547519519513487507523
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
533504485591597522483563596
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
477491602715704776800805793
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Évolution de la commune nouvelle[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2015, la commune comptait 862 habitants[Note 2].

Évolution de la population  [ modifier ]
2015
862
(Sources : Insee à partir de 2015[12].)

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Avernes compte un seul monument historique sur son territoire.

Article détaillé : Église Saint-Lucien d'Avernes.
  • Église Saint-Lucien, rue de l'Église (classée monument historique par arrêté du 7 mai 1945[13]) : L'histoire de la paroisse reste dans l'ombre. Sa fondation remonte au moins au milieu du XIIe siècle, époque de laquelle date le portail, qui n'est plus tout à fait roman, ni encore vraiment gothique. Le reste de l'église est pour l'essentiel de style gothique primitif. Le chœur et la croisée du transept ont été bâtis en premier lieu, vers la fin du XIIe siècle. Les croisillons ont suivi peu de temps après. La profondeur du sanctuaire, la voûte sexpartite de la première travée, et l'agencement particulier des supports sont remarquables, même si les colonnettes des ogives manquent aujourd'hui. En 1883 et 1888, le chœur et le croisillon sud ont subi des restaurations assez radicales, qui apportent notamment le remplacement des clés de voûte et de la quasi-totalité des chapiteaux. Au début du XXe siècle, la restauration du croisillon nord n'est en revanche pas menée à terme, et le résultat est la présence de blocs cubiques en guise de chapiteaux. Contrairement aux autres travées de la même époque, le carré du transept a traversé les siècles sans retouches notables, et demeure la partie la plus authentique de l'église. Quant à la nef, elle a probablement été reconstruite à la fin du XVe siècle, en ne conservant que les chapiteaux de la précédente nef du début du XIIIe siècle, ainsi que le portail encore plus ancien. La nef aussi a subi une restauration importante à la fin du XIXe siècle, avec installation de fausses voûtes d'ogives en plâtre. Leur aspect est globalement conforme à l'architecture d'origine. L'extérieur de l'église est caractérisé par un clocher trapu coiffé d'une haute flèche de charpente ; les contreforts à ressauts des parties orientales ; leurs fenêtres à lancettes simples flanquées de colonnettes et surmontées d'archivoltes décorées ; et la corniche du chœur[14],[15].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Le portail du château, rue Valette : Pastiche d'un châtelet médiéval, il ne date que de la fin du XIXe siècle et est de style néo-Renaissance. La porte cochère plein cintre est flanquée de deux éléments suggérant de grosses tours rondes, qui en effet ne sont que des quarts de cylindre[15].
  • L'orangerie du château, rue de l'Église : Bâtiment utilitaire d'une architecture simple, comportant un grenier à l'étage[15].
  • Le lavoir ouvert, carrefour du Prieuré (place engazonnée au sud de l'église) : réduit à sa plus simple expression, ce bassin est alimenté par un ruisseau s'écoulant vers l'Aubette.
  • Les deux pavillons encadrant le parvis de la mairie
  • Le lavoir couvert sur l'Aubette de Meulan, rue du Ruisseau : plate-forme sur le ruisseau, couvert par un toit en appentis.
  • L'ancienne gare des Chemins de fer de grande banlieue (CGB), rue de Commeny : La voie ferrée d'intérêt local de la Compagnie des chemins de fer de grande banlieue entre Meulan, Sagy (Val-d'Oise) et Magny-en-Vexin, avec embranchement de Sagy à Pontoise, a fonctionné de 1913 à 1949. Toutes les gares de la ligne ont un bâtiment voyageurs en meulière à l'instar de celle de Wy-dit-Joli-Village - Guiry, desservant également la commune voisine de Guiry-en-Vexin ; dans les stations les moins importantes, l'étage manque.
  • La croix du Plant, au nord du village, au croisement des chemins ruraux no 5 et 9

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Avernes au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste de films tournés à Avernes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail, « Communes limitrophes d'Avernes » .
  2. Journal Officiel, Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant sur la réorganisation de la région parisienne
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. « Schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise » [PDF], Préfecture du Val-d'Oise, (consulté le 31 octobre 2014), p. 14-15
  5. « Avernes et Gadancourt ne sont plus qu’une seule et même commune », Le Parisien, (consulté le 4 juin 2018).
  6. Marie Persidat, « La fusion entre Avernes et Gadancourt pourrait être votée ce vendredi soir : Très contestée parmi les habitants qui demandent à être consultés, la fusion pourrait être actée en conseil municipal », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne).
  7. « Procès-verbal de l'installation du conseil municipal et de l'élection du maire » [PDF], Comptes rendus des Conseils municipaux, sur http://www.avernes95.fr, (consulté le 16 septembre 2015).
  8. « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, (consulté le 13 septembre 2015).
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour l'année 2015.
  13. « Église Saint-Lucien », notice no PA00079996, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Avernes, Paris, Éditions du Valhermeil, , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 55-56.
  15. a b et c Jacques Sirat et Stéphane Gasser, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Avernes », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 986-988 (ISBN 2-84234-056-6).