Cléry-en-Vexin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cléry-en-Vexin
Cléry-en-Vexin
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Intercommunalité CC Vexin Centre
Maire
Mandat
René Pannier
2020-2026
Code postal 95420
Code commune 95166
Démographie
Gentilé Clérysiens
Population
municipale
462 hab. (2018 en augmentation de 11,06 % par rapport à 2013)
Densité 91 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 08′ 00″ nord, 1° 51′ 00″ est
Altitude 165 m
Min. 115 m
Max. 179 m
Superficie 5,10 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vauréal
Législatives 1re circonscription du Val-d'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Cléry-en-Vexin
Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise
Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Cléry-en-Vexin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cléry-en-Vexin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cléry-en-Vexin
Liens
Site web https://clery-en-vexin.fr/

Cléry-en-Vexin est une commune française située dans le département du Val-d'Oise, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Clérysiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se situe sur une butte-témoin dominant le plateau du Vexin français, à 45 km au nord-ouest de Paris. Le hameau des Tavernes en contrebas du village, autrefois traversé par la route nationale 14 (actuelle D 14) est contourné par l'est depuis la mise à 2×2 voies de la section de La Villeneuve Saint-Martin (commune d'Ableiges) à Magny-en-Vexin en 2007.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cléry-en-Vexin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[5],[6].

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La commune compte le hameau des Taverses, sur le tracé initial de la route nationale 14.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bas de la commune est traversée par la Chaussée Jules César, une ancienne voie romaine dont le tracé a été repris par l'ancienne route nationale 14 avant qu'elle ne soit déviée plus au nord

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[7], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département du Val-d'Oise et à son arrondissement de Pontoise après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Marines[8]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune est membre depuis 2014 du canton de Vauréal

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription du Val-d'Oise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, initialement membre de la communauté de communes du Plateau du Vexin, est membre, depuis le , de la communauté de communes Vexin centre.

En effet, cette dernière a été constituée le par la fusion de la communauté de communes des Trois Vallées du Vexin (12 communes), de la communauté de communes Val de Viosne (14 communes) et de la communauté de communes du Plateau du Vexin (8 communes), conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise approuvé le 11 novembre 2011[9].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[10]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1896 1904 Louis Roussel    
mars 1904 1907 François Truffaut    
mars 1908 1914 Jean Eujeni    
mars 1914 1925 Henri Duport    
mars 1925 1930 Raoul Durand    
mars 1930 1935 Joseph Digaire    
mars 1935 1945 Henri Duport    
mars 1945 1947 Jean Ronzeau    
mars 1947 1965 Henri Quillet    
mars 1965 1971 Marcel Guerin    
mars 1971 1975 Albert Hillairet    
mars 1975 1983 Daniel Quillet    
mars 1983 1989 Michel Thedrel    
mars 1989 mai 2020 Jacques Beaugrand[11] DVD  
mai 2020[12] En cours
(au 2 décembre 2020)
René Pannier    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14].

En 2018, la commune comptait 462 habitants[Note 3], en augmentation de 11,06 % par rapport à 2013 (Val-d'Oise : +3,67 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
319267327346339331338290293
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
271238256267256265287276256
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
269253229185197179189178187
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
217226229225356411417409422
2018 - - - - - - - -
462--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chœur, clocher et transept.
Façade occidentale.

Cléry-en-Vexin possède un monument historique sur son territoire :

  • Église Saint-Germain-de-Paris, place de l'Église (classée monument historique en 1929[16]) : c'est au moins la deuxième église à cet emplacement, la première ayant été donnée à l'abbaye Saint-Martin de Pontoise en 1099 et a été remplacée au XIIIe siècle.
    De cet édifice de style gothique, provient l'ensemble très homogène du chœur au chevet plat, du transept et du clocher en bâtière. Portant tous les trois sur une travée et terminés par une façade avec pignon identique, les deux croisillons du transept et le chœur flanquent le clocher qui s'élève au-dessus de la croisée du transept. Son unique étage d'une hauteur importante est percé sur chaque face de deux grandes ouvertures en tiers-point, flanquées par des colonnettes à chapiteaux et entourées d'un tore, et s'inscrivant dans des archivoltes selon les mêmes dispositions.
    L'ensemble formé par la nef aveugle et ses deux bas-côtés, portant chacun sur trois travées sous une toiture commune, présente également une belle homogénéité. Il a été amorcé au début du XVIe siècle et est conçu dans le style gothique flamboyant, avec toutefois quelques finitions dans le style de la Renaissance au sud. En effet, alors que les contreforts du bas-côté nord sont couronnés chacun par deux pinacles superposés, décorés de crochets, les contreforts côté nord sont couronnés respectivement par un pot à feu et par des ailerons.
    La façade occidentale est subdivisée en trois parties par les deux hauts contreforts cantonnant le portail. Ils sont de même inspiration que ceux du bas-côté nord, et ornés en plus par un décor flamboyant à mi-hauteur. Le portail consiste en deux portes rectangulaires de part et d'autre d'un pilier central, qui, à l'instar des piédroits, comportent une niche à statue au dais finement ciselé. Seule la niche centrale abrite une statue, en l'occurrence une Vierge à l'Enfant. Le tympan ajouré possède comme remplage un complexe réseau flamboyant. Le pinacle au sommet de la verrière est cassé. À gauche du portail, se trouve une baie ogivale bouchée ; à droite, une courte tourelle d'escalier ronde permet l'accès aux combles[17],[18].

On peut également signaler :

  • Lavoir couvert, rue du Calvaire : le bassin aujourd'hui à sec est abrité dans un bâtiment en moellons, fermé de trois côtés et ouvert côté rue. L'espace autour du bassin est pavé.
  • Vieux puits publics, rue du Château / rue de l'Église et rue de la Fontaine-d'Ascot / ruelle des Écoles : Ces puits, aujourd'hui restaurés, jouaient un rôle important dans un village dépourvu de cours d'eau.
  • Château d'eau : son allure particulière est due à un revêtement en bois destiné à camoufler des antennes de téléphonie mobile particulièrement disgracieuses. Cet aménagement a été réalisé en 2004.
  • Château du Bâtiment : ce petit manoir, aujourd'hui logis d'une ferme, est l'ancienne demeure de la famille de Poissy-Cléy. Seule la tour d'escalier ronde du XVIe siècle avec son toit en poivrière semble justifier l'appellation de château. Il est entré dans l'histoire du fait que la dernière héritière, Marguerite-Suzanne de Pinthereau de Boislisle, épouse le prince Georges Rákóczi en 1740 : en effet, ce dernier est le fils de François II Rákóczi, prince de Transylvanie et héros national hongrois[18].
  • Calvaire des Tavernes, Grande-Rue des Tavernes, au hameau du même nom.
  • Colombier de la ferme du Tillay, au hameau du même nom : de forme carrée et à un étage, il possède de très gros chaînages d'angle. Le colombier daterait du XVIIe siècle, alors que l'un des bâtiments de la ferme porte la date de 1747[18].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Raymond Havard (1923-1979), premier français à avoir été opéré à cœur ouvert, est né à Cléry-en-Vexin.

Cléry-en-Vexin au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site de la mairie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Communes limitrophes de Cléry-en-Vexin » sur Géoportail..
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. « Schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise » [PDF], Préfecture du Val-d'Oise, (consulté le ), p. 14-15.
  10. « Les maires de Cléry-en-Vexin », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  11. Maxime Laffiac, « Val-d'Oise. Les trente ans de mandat du maire de Cléry-en-Vexin célébrés en grande pompe ! : Les trente ans de mandat de Jacques Beaugrand, maire de Cléry-en-Vexin (Val-d'Oise), ont été fêtés dignement vendredi 30 août », La Gazette du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Entré au conseil municipal en 1983, il a 35 ans de vie municipale à son actif, ayant effectué un mandat en tant que conseiller municipal avant d’être maire ».
  12. « Compte-rendu du conseil municipal du 26 mai 2020 » [PDF], Comptes rendus des conseils municipaux, sur https://clery-en-vexin.fr (consulté le ).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. Notice no PA00080029, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Cléry-en-Vexin, Paris, Éditions du Valhermeil, , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 98-100.
  18. a b et c Jacques Sirat et Stéphane Gasser, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Cléry-en-Vexin », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 988-989 (ISBN 2-84234-056-6).