Aller au contenu

Theuville (Val-d'Oise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Theuville
Theuville (Val-d'Oise)
La mairie.
Blason de Theuville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Intercommunalité CC Vexin Centre
Maire
Mandat
Jeremy Penther
2020-2026
Code postal 95810
Code commune 95611
Démographie
Gentilé Theuvillois, Theuvilloises
Population
municipale
53 hab. (2021 en augmentation de 70,97 % par rapport à 2015)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 09′ 17″ nord, 2° 04′ 21″ est
Altitude 90 m
Min. 58 m
Max. 125 m
Superficie 4,97 km2
Type Commune rurale à habitat très dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pontoise
Législatives 1re circonscription du Val-d'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Theuville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Theuville
Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise
Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
Theuville
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
Theuville

Theuville est une commune du Val-d'Oise située dans le Vexin français, à environ 45 km au nord-ouest de Paris.

Ses habitants sont appelés les Theuvillois et les Theuvilloises.

Il s'agit en 2017 de la deuxième commune la moins peuplée du département[1], ainsi que de la région Île-de-France, la première étant Charmont.

Géographie[modifier | modifier le code]

Theuville est un village rural du Vexin français dans le Val-d'Oise situé dans la vallée du Sausseron.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est drainée par le Ru de Theuville, un affluent du Sausseron, et donc un sous-affluent de la Seine par l'Oise.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[3]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Sud-ouest du bassin Parisien, caractérisée par une faible pluviométrie, notamment au printemps (120 à 150 mm) et un hiver froid (3,5 °C)[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,9 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 700 mm, avec 11,6 jours de précipitations en janvier et 7,9 jours en juillet[3]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Boissy-l'Aillerie à 10 km à vol d'oiseau[5], est de 11,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 635,8 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La quasi-totalité des constructions du village appartient à la famille de Liedekerke, dont les membres ont longtemps été élus maires de la commune. De nombreuses maisons y sont abandonnées[9].

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Theuville est catégorisée commune rurale à habitat très dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[10]. Elle est située hors unité urbaine[11]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[11]. Cette aire regroupe 1 929 communes[12],[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous la forme Theodulfi villa au début du IXe siècle.

Le nom de Theuville provient du nom germanique Teodulf et du latin villa, domaine[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien hameau dépendant de la paroisse de Haravilliers[réf. nécessaire], le village est constitué en commune en 1793[14].

La commune est desservie de 1886 à 1949 par la ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique Valmondois - Marines.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Jusqu’à la loi du 10 juillet 1964[15], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. Le redécoupage des anciens départements de la Seine et de Seine-et-Oise fait que la commune appartient désormais à l'arrondissement de Pontoise du département du Val-d'Oise, après un transfert administratif effectif le . Pour l'élection des députés, la commune dépend depuis 1986 de la première circonscription du Val-d'Oise

La commune faisait partie depuis 1801 du canton de Marines. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton de Pontoise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, initialement membre de la communauté de communes Val de Viosne, est membre, depuis le , de la communauté de communes Vexin centre.

En effet, cette dernière a été constituée le par la fusion de la communauté de communes des Trois Vallées du Vexin (12 communes), de la communauté de communes Val de Viosne (14 communes) et de la communauté de communes du Plateau du Vexin (8 communes), conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise approuvé le 11 novembre 2011[16].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[17]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1925 ? L. Bigot    
         
1995 2003[18] Angèle de Liedekerke Beaufort   Comtesse
Démissionnaire
avril 2003[19] avril 2017[20] Yves Aubert du Petit Thouars de Saint-Georges   Frère de la précédente
Décédé en fonction
mai 2017[21] mai 2020 Marc Chevallier    
mai 2020[22] En cours Jeremy Penther    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[24].

En 2021, la commune comptait 53 habitants[Note 2], en augmentation de 70,97 % par rapport à 2015 (Val-d'Oise : +3,39 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
168175214208214226241240236
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
182197187174169155167163165
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
16714211012810311299208144
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
14810864545559353225
2017 2021 - - - - - - -
4553-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2017, Theuville est la commune la moins peuplée du département[1].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Theuville compte un monument historique sur son territoire :

  • Chapelle Saint-Claude (inscrite monument historique par arrêté du 2 novembre 1926[26]) : Elle est édifiée à partir de 1508 sur l'une des sources du Sausseron, à l'emplacement de la chapelle primitive de 1178 détruite par les Anglais en 1435.
De style Renaissance, la chapelle répond à un plan très simple, avec un vaisseau unique de trois travées, y compris pour le chœur à pans coupés. Les voûtes sur croisées d'ogives n'ont été ajoutées qu'en 1665, date gravée sur l'une des ogives du chœur. La voûte du chœur comporte six nervures. Les vastes baies sont plein cintre, et leur remplage est tripartite pour la nef et bipartite pour le chœur.
La façade occidentale avec pignon est déjà placée sous l'influence du classicisme. Très sobre, elle comprend le portail surmonté d'un fronton avec une niche à statue, surmonté par un oculus, puis par un second oculus dans le pignon. La chapelle ne dispose que d'un petit clocher en charpente qui se dresse au-dessus de la première travée, à cheval sur le toit. Il a été ajouté en 1855, quand Theuville est érigé de nouveau en paroisse, comme ce fut déjà le cas de 1769 jusqu'à la Révolution française. Le toit pyramidal et les faces du clocher sont couverts de tuiles.
À l'intérieur, la chapelle abrite un retable de 1947, ayant comme sujet une crue du Sausseron et l'intervention de saint Claude[27],[28].

On peut également noter :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Theuville dans les arts[modifier | modifier le code]

Theuville a accueilli le tournage de nombreux films et séries[29]. On peut notamment citer, en 1990, une scène du film L'Opération Corned Beef, en 2009, le film Blanche Maupas, en 2015 le film Chocolat[30] ou, en 2016, le film Au revoir là-haut réalisé par Albert Dupontel, d'après le roman éponyme de Pierre Lemaitre.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Theuville Blason
Parti : au 1er d'azur à un faisan d'or accompagné de deux épis de blé tigés et feuillés du même, un en chef, l'autre en pointe, au 2d d'argent à un crosseron de gueules[31].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif d’historiens, Le Patrimoine des Communes du Val-d'Oise - tome 2, Paris, Éditions Flohic, , 1054 p. (ISBN 2-84234-056-6), « Theuville », p. 680–681
  • A. Courcelle, « Notes pour servir à l'histoire d'Haravilliers et de Theuville », Mémoires de la Société historique et archéologique de l'arrondissement de Pontoise et du Vexin, Pontoise, Imprimerie Lucien Pâris, vol. 27,‎ , p. 121-128 (ISSN 1148-8107, lire en ligne), sur Gallica

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Joseph Canu, « Theuville, nouvelle « plus petite commune du Val-d’Oise » : Charmont n'est plus la plus petite commune du département.Les chiffres du nouveau recensement de la population françaisepubliés par l'Insee sont formels : c'est Theuville ! », La Gazette du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. « Communes limitrophes de Theuville » sur Géoportail..
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  5. « Orthodromie entre Theuville et Boissy-l'Aillerie », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Pontoise - Aero » (commune de Boissy-l'Aillerie) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  7. « Station Météo-France « Pontoise - Aero » (commune de Boissy-l'Aillerie) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  9. Juliette Corda, « Du rififi dans le village de la comtesse », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  11. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Theuville ».
  12. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  14. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Journal Officiel, Loi n°64-707 du 10 juillet 1964 portant sur la réorganisation de la région parisienne
  16. « Schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise » [PDF], Préfecture du Val-d'Oise, (consulté le ), p. 14-15.
  17. « Les maires de Theuville », sur francegenweb.org (consulté le ).
  18. « La maire passe la main à son frère », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne).
  19. « La prise de fonction du nouveau maire de Theuville », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne).
  20. « Theuville aura bientôt un nouveau maire », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. « Un nouveau maire à Theuville », Vexin Centre INFOS, no 7,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  22. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur data.gouv.fr, (consulté le ).
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  26. Notice no PA00080214, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Theuville, Paris, Éditions du Valhermeil, , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 303-304.
  28. Séverine Charon, Hénin, Maria Pia Hutin-Houillon, Philippe Oyer et Bruno Sternberger, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Theuville », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 680-681 (ISBN 2-84234-056-6).
  29. « Theuville, un studio de cinéma en plein air : Véritable magasin de décors de cinéma, le Val-d'Oise regorge de lieux classiques ou totalement atypiques qui attirent les caméras. Nous partons à la découverte de ces endroits, chargés d'histoire, célèbres ou méconnus, qui inspirent l'imaginaire », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. « Theuville, le village star du film « Chocolat », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. « 95611 Theuville (Val-d'Oise) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).