Le Perchay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Perchay
Le Perchay
La mairie.
Blason de Le Perchay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Intercommunalité CC Vexin Centre
Maire
Mandat
Grégory Leost
2021-2026
Code postal 95450
Code commune 95483
Démographie
Gentilé Perchois, Perchoises
Population
municipale
537 hab. (2018 en diminution de 4,62 % par rapport à 2013)
Densité 98 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 42″ nord, 1° 56′ 01″ est
Altitude 98 m
Min. 52 m
Max. 117 m
Superficie 5,46 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pontoise
Législatives 1re circonscription du Val-d'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Le Perchay
Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise
Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Le Perchay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Perchay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Perchay
Liens
Site web https://www.leperchay.fr/

Le Perchay est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

La Grande rue.

Située dans le Vexin français entre la Viosne et la chaussée Jules-César, le village périurbain du Perchay est membre du parc naturel régional du Vexin français.

Il est desservi par la gare de Santeuil - Le Perchay sur la ligne Paris-Saint-Lazare - Gisors-Embranchement (TransilienLigne J du Transilien[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes du Perchay[2]
Commeny Moussy Santeuil
Gouzangrez Perchay[2]
Théméricourt Us

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Perchay est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[6],[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Pertiacum, Perticatum au XIIe siècle, Pertiaco ou Perticato en 1122, Perchei en 1274[8], Percheium en 1286, Le Percheil[9].

Du nom latin pertica (perche), avec le suffixe etum, probablement le « jeune bois ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Perchay se situe à peu de distance de la chaussée Jules-César, voie romaine de Lutèce à Lillebonne.

En 1605, André, seigneur de Guiry, chevalier de l'ordre du roi, fait édifier les bâtiments appelés « le château ».

Durant la Révolution française, une rivalité existe entre les deux villages de Santeuil et Le Perchay. En 1791, le hameau de Vallière est distrait de Santeuil et rattaché au Perchay. Mais le Vallière est distrait du Perchay et rattaché à Santeuil après des décennies de lutte et conformément à la volonté des habitants du hameau[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[11], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département du Val-d'Oise et à son arrondissement de Pontoise après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Marines de Seine-et-Oise. Lors de la mise en place du Val-d'Oise, elle intègre en 1967 le canton de Vigny[12]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Pontoise

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription du Val-d'Oise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Les communes du Bellay-en-Vexin, Cléry-en-Vexin, Commeny, Guiry-en-Vexin, Gousangrez, Moussy, Nucourt et Le Perchay ont tenté de constituer une intercommunalité en 2002, ce qui a été refusé par le préfet, arguant la trop faible population de cet ensemble[13].

Le Perchay a donc été intégré dans la communauté de communes du Plateau du Vexin, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 2003 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Toutefois, cette intercommunalité a fusionné avec la communauté de communes des Trois Vallées du Vexin (12 communes), de la communauté de communes Val de Viosne (14 communes) et de la communauté de communes du Plateau du Vexin (8 communes), conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise approuvé le [14] pour former, le la communauté de communes Vexin centre dont est désormais membre Le Perchay.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Antoine Casset[13] DVD  
mars 2008[15] 2014 Alain Wlodarczyk    
2014[16] mai 2020 Patrice Montignies    
mai 2020 novembre 2020[17],[18] José Mendez   Cadre
Démissionnaire avec la totalité du conseil municipal
janvier 2021[19] En cours
(au 28 janvier 2021)
Grégory Leost   Autoentrepreneur

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[21].

En 2018, la commune comptait 537 habitants[Note 3], en diminution de 4,62 % par rapport à 2013 (Val-d'Oise : +3,67 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
291218286256251251226226228
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
217225220208220213214227211
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
213249217225210219261218237
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
261281247277334476504508565
2017 2018 - - - - - - -
541537-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2020, la commune dispose d'une école de deux classes élémentaires[23].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Marie-Madeleine.
Ancienne croix de cimetière.

Le Perchay compte deux monuments historiques sur son territoire :

  • Ancienne croix de cimetière, près de l'église (inscrite monument historique par arrêté du [27]) : La croix proprement dite a disparu au cours du XIXe siècle, mais ce qui en subsiste présente d'intéressantes particularités : une base ovale échancrée datant sans doute du XVIe siècle, et un fût octogonal avec une riche ornementation sculptée du XVIe siècle, faite de rinceaux et de motifs géométriques dans le style de la Renaissance. En haut, une face sur deux arbore un ange sous un dais jouant à un instrument de musique[26].

On peut également signaler :

  • Fontaine sur la RD 51 / place Marie-Thérèse-Picard.
  • Croix sur la RD 51 / place Marie-Thérèse-Picard.
  • Logis de la ferme de la Mare : Il comporte des éléments du XVIe siècle, dont une tourelle d'escalier[26].
  • Croix en fer de la Grande-Place.
  • Colombier rond de la ferme du château : Datant du XVIIe siècle, il comporte deux étages au lieu de l'unique étage habituel. Le bâtiment de forme cylindrique est couvert d'un toit en poivrière[26].
  • Lavoir couvert ruiné, à l'écart du village, près de la rue du Cornouiller prolongée, dans la vallée aux Moines.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Le Perchay Blason
Tiercé en pairle : au premier d'argent aux trois quintefeuilles de sable, au deuxième de gueules au coq d'or, au troisième losangé d'argent et de gueules[28].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Le Perchay au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Le Perchay », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marie Persidat, « Les petites gares du Vexin sont sauvées : Les stations menacées de Santeuil-Le Perchay et Montgeroult-Courcelles vont faire l’objet de travaux, qui leur permettront d’accueillir des trains plus modernes. », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ) « À la mi-janvier, Ile-de-France Mobilités a adressé une lettre à Voies et voix du Vexin, répondant enfin aux nombreuses missives que l'association lui avait envoyées. Le document annonce que « les gares de Santeuil-Le Perchay et Montgeroult-Courcelles sont bien intégrés dans le dispositif de financement des adaptations des quais et bénéficieront, comme l'ensemble des gares de la branche de Gisors de l'arrivée des nouveaux matériels roulants Francilien d'ici fin 2021. » Sans ces travaux d'adaptation coûteux, les stations du Vexin étaient bel et bien condamnées car elles n'auraient pu accueillir les nouveaux trains ».
  2. « Communes limitrophes du Perchay » sur Géoportail..
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Commune hors attraction des villes », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. Mémoires de la Société historique et archéologique de Pontoise, du Val-d'Oise et du Vexin, Volumes 82 à 83, page 92.
  9. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  10. Jean Aubert, La grande histoire du Val-d'Oise, p 135.
  11. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. a et b « Dans le Vexin, huit maires tiennent tête au préfet », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « Schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise » [PDF], Préfecture du Val-d'Oise, (consulté le ), p. 14-15.
  15. Site officiel de la préfecture du Val d‘Oise-liste des maires, 3 août 2009 [PDF]
  16. « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, (consulté le ).
  17. Marie Persidat, « Val-d’Oise : ce petit village de 545 âmes cherche désespérément un maire : Submergé par l’ampleur de la tâche, le nouveau maire du Perchay a démissionné et, derrière lui, tous les membres de son équipe. La préfecture a chargé une délégation spéciale de gérer les affaires courantes jusqu’à la convocation de nouvelles élections », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Problème, personne au sein du conseil municipal du village du Perchay (545 âmes), dans le Val-d'Oise, n'a accepté de prendre sa place. Le siège de maire restant vacant, la totalité des quinze élus ont présenté leur démission. Résultat, la petite commune se retrouve privée de municipalité en cette fin d'année. La préfecture du Val-d'Oise a donc désigné « une délégation spéciale chargée d'assurer le fonctionnement des services de la mairie, par arrêté préfectoral du 27 novembre 2020 ».
  18. Mikaël Joly, « Perchay : le maire et tout le conseil municipal démissionnent : Après avoir exprimé sa volonté de renoncer à ses fonctions et face à l’absence d’un successeur, le maire José Mendez et les 14 autres membres de son équipe municipale, ont décidé de démissionner pour engendrer de nouvelles élections. En attendant, la préfecture du Val-d’Oise a désigné une délégation pour poursuivre le fonctionnement des services de la commune », VO News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Val-d'Oise. Grégory Leost est le nouveau maire du Perchay : Dimanche 24 janvier 2021, des élections municipales se sont déroulées dans le village du Perchay (Val-d'Oise) pour élire une nouvelle équipe suite à la démission de la précédente », La Gazette du Val-d'Oise,‎ maxime laffiac (lire en ligne, consulté le ) « Dimanche 24 janvier 2021, il a été élu à la tête du Perchay, qui compte 545 habitants ».
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  23. Marie Persidat, « Vexin : ces villages qui ne peuvent rouvrir leur école : Dans certaines petites communes, aucune classe n’accueille les enfants. La principale raison : aucun enseignant n’est là pour assurer les cours. », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ 12 mai 2020 modifié le 14 mai 2020 (lire en ligne, consulté le ) « Même cas de figure dans le petit village du Perchay qui accueille d'habitude deux classes d'élémentaire mais n'a pas de personnel communal disponible à l'heure actuelle ».
  24. « Église Sainte-Marie-Madeleine », notice no PA00080161, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Le Perchay, Paris, Éditions du Valhermeil, , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 260-261.
  26. a b c et d Jacques Sirat et Stéphane Gasser, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Le Perchay », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 1006 (ISBN 2-84234-056-6).
  27. « Ancienne croix de cimetière », notice no PA00080160, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. https://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=12637