Le Perchay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Perchay
Le Perchay
La mairie.
Blason de Le Perchay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Canton Pontoise
Intercommunalité Communauté de communes Vexin Centre
Maire
Mandat
Patrice Montignies
2014-2020
Code postal 95450
Code commune 95483
Démographie
Gentilé Perchois, Perchoises
Population
municipale
558 hab. (2015 en augmentation de 1,82 % par rapport à 2010)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 42″ nord, 1° 56′ 01″ est
Altitude 98 m
Min. 52 m
Max. 117 m
Superficie 5,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Perchay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Perchay

Le Perchay est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située dans le Vexin français entre la Viosne et la chaussée Jules-César, Le Perchay est membre du parc naturel régional du Vexin français. Le village est desservi par la gare de Santeuil - Le Perchay sur la ligne Paris-Saint-Lazare - Gisors-Embranchement (TransilienLigne J du Transilien).

Communes limitrophes du Perchay[1]
Commeny Moussy Santeuil
Gouzangrez Perchay[1]
Théméricourt Us

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité s'appelait autrefois[Quoi ?] Pertiacum, Perticatum au XIIe siècle, puis en langue romane Perchei en 1274[2],Percheium en 1286, Le Percheil[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Perchay se situe à peu de distance de la chaussée Jules-César, voie romaine de Lutèce à Lillebonne.

En 1605, André, seigneur de Guiry, chevalier de l'ordre du roi, fait édifier les bâtiments appelés « le château ».

Durant la Révolution, une rivalité existe entre les deux villages de Santeuil et Le Perchay. En 1791, Vallière est distrait de Santeuil et rattaché au Perchay. Mais le 14 décembre 1836 Vallière est distrait du Perchay et rattaché à Santeuil après des décennies de lutte et conformément à la volonté des habitants du hameau[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, initialement membre de la communauté de communes du Plateau du Vexin, est membre, depuis le , de la communauté de communes Vexin centre.

En effet, cette dernière a été constituée le par la fusion de la communauté de communes des Trois Vallées du Vexin (12 communes), de la communauté de communes Val de Viosne (14 communes) et de la communauté de communes du Plateau du Vexin (8 communes), conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise approuvé le 11 novembre 2011[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Antoine Casset DVD  
mars 2008[6] 2014 Alain Wlodarczyk    
2014[7] en cours
(au 29 avril 2014)
Patrice Montignies    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2015, la commune comptait 558 habitants[Note 1], en augmentation de 1,82 % par rapport à 2010 (Val-d'Oise : +3,78 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
291218286256251251226226228
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
217225220208220213214227211
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
213249217225210219261218237
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
261281247277334476504508565
2015 - - - - - - - -
558--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Marie-Madeleine.
Ancienne croix de cimetière.

Le Perchay compte deux monuments historiques sur son territoire.

  • Église Sainte-Marie-Madeleine, Grande-Rue (inscrite monument historique par arrêté du 14 décembre 1979[12]) : C'est un petit édifice de facture rustique, issu de la transformation successive d'une église romane à vaisseau unique, que l'on peut dater de la fin du XIe ou du premier quart du XIIe siècle. La nef avec son intéressant portail et la base du clocher avec ses deux arcades archaïques subsistent encore de cette époque, mais toutes les fenêtres ont été repercées, et la base du clocher a été voûtée d'ogives à la première période gothique. Au XIIIe siècle, la chapelle de la Vierge formant croisillon a été ajoutée au sud du clocher. Après la guerre de Cent Ans, l'étage de beffroi a été refait, et le chœur roman a été remplacé par deux travées de style gothique flamboyant, et la nef a été munie d'un unique bas-côté, également située au sud. Sa voûte en berceau évoque l'architecture classique, et ne date peut-être que du XVIIe siècle[13],[14].
  • Ancienne croix de cimetière, près de l'église (inscrite monument historique par arrêté du 16 juin 1926[15]) : La croix proprement dite a disparu au cours du XIXe siècle, mais ce qui en subsiste présente d'intéressantes particularités : une base ovale échancrée datant sans doute du XVIe siècle, et un fût octogonal avec une riche ornementation sculptée du XVIe siècle, faite de rinceaux et de motifs géométriques dans le style de la Renaissance. En haut, une face sur deux arbore un ange sous un dais jouant à un instrument de musique[14].

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Fontaine sur la RD 51 / place Marie-Thérèse-Picard.
  • Croix sur la RD 51 / place Marie-Thérèse-Picard.
  • Logis de la ferme de la Mare : Il comporte des éléments du XVIe siècle, dont une tourelle d'escalier[14].
  • Croix en fer de la Grande-Place.
  • Colombier rond de la ferme du château : Datant du XVIIe siècle, il comporte deux étages au lieu de l'unique étage habituel. Le bâtiment de forme cylindrique est couvert d'un toit en poivrière[14].
  • Lavoir couvert ruiné, à l'écart du village, près de la rue du Cornouiller prolongée, dans la vallée aux Moines.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Le Perchay (Val-d'Oise).svg Le Perchay
  • Tiercé en pairle : au premier d'argent aux trois quintefeuilles de sable, au deuxième de gueules au coq d'or, au troisième losangé d'argent et de gueules.

Le Perchay au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail, « Communes limitrophes du Perchay » .
  2. Mémoires de la Société historique et archéologique de Pontoise, du Val-d'Oise et du Vexin, Volumes 82 à 83, page 92.
  3. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  4. Jean Aubert, La grande histoire du Val-d'Oise, p 135.
  5. « Schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise » [PDF], Préfecture du Val-d'Oise, (consulté le 31 octobre 2014), p. 14-15
  6. Site officiel de la préfecture du Val d‘Oise-liste des maires, 3 août 2009 [PDF]
  7. « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, (consulté le 13 septembre 2015).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. « Église Sainte-Marie-Madeleine », notice no PA00080161, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Le Perchay, Paris, Éditions du Valhermeil, , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 260-261.
  14. a b c et d Jacques Sirat et Stéphane Gasser, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Le Perchay », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 1006 (ISBN 2-84234-056-6).
  15. « Ancienne croix de cimetière », notice no PA00080160, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]