Frouville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frouville
Vue de Frouville
Vue de Frouville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Canton Vallée-du-Sausseron
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée du Sausseron
Maire
Mandat
Stéphan Lazaroff
2014-2020
Code postal 95690
Code commune 95258
Démographie
Gentilé Frouvillois
Population
municipale
367 hab. (2012)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 09′ 00″ N 2° 09′ 00″ E / 49.15, 2.1549° 09′ 00″ Nord 2° 09′ 00″ Est / 49.15, 2.15  
Altitude 50 m (min. : 39 m) (max. : 126 m)
Superficie 7,60 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Frouville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Frouville
Liens
Site web frouville95.fr

Frouville est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Frouvillois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Frouville[1]
Arronville Belle-Église (Oise)
Menouville Frouville[1] Hédouville
Nesles-la-Vallée Labbeville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Frovilla[précision nécessaire][2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune fut desservie de 1886 à 1949 par la ligne de chemin de fer à voie métrique Valmondois - Marines.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Frouville
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Philippe Rygas[3] PS  
mars 2014 en cours Stéphan Lazaroff    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 367 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
473 462 470 461 437 478 475 467 435
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
414 270 260 288 275 229 214 219 215
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
248 249 279 226 239 280 218 232 280
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
223 215 225 241 326 373 390 372 373
2012 - - - - - - - -
367 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.

Frouville ne compte qu'un seul monument historique sur son territoire.

Article détaillé : Église Saint-Martin de Frouville.
  • Église Saint-Martin, Grande-Rue (classée monument historique par arrêté du 6 juillet 1925[6]) : Elle possède un clocher roman du premier quart du XIIe siècle, qui subsiste de la précédente église, et présente des dispositions peu communes dans la région, avec notamment des arcatures décoratives plaquées, au niveau du premier étage. Les autres parties de l'église sont gothiques, et ont été édifiées pendant trois campagnes rapprochées entre 1220 et 1240 environ. Il s'agit d'une nef non voûtée accompagnée de bas-côtés, d'un chœur de deux travées, avec un chevet à pans coupés, et d'une chapelle. La charpente lambrissée en carène renversée de la nef, avec ses sablières sculptées, et le plan de l'église, sont remarquables : en effet, elle possède une seconde abside au sud du chœur, qui est presque une copie de ce dernier, et qui n'est pas visible depuis la nef. Une restauration inadéquate de 1925 diminue son intérêt. Au cours du dernier quart du XIIIe siècle, voire au début du XIVe siècle, l'église a été agrandie par l'adjonction d'une grande chapelle au nord du chœur, dont elle dépasse les dimensions. Ici, l'on trouve les deux seules fenêtres à remplage gothique rayonnant de l'église[7],[8].

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Château de Saint-Cyran : De style classique, il a été édifié à partir de 1738 par Pierre-François Bergeret (1683-1771), inspecteur des finances, secrétaire de Louis XV et fermier général. Ses fils sont des collectionneurs d’art et rassemblent au château des tableaux de Boucher et Fragonard. En 1947, le château perd provisoirement sa vocation résidentielle et devient successivement école ménagère, puis l’école paysagère « Saint-Cyran », d’où le surnom actuel du château. L'édifice se compose d'un corps principal d'habitation de cinq travées, dont trois pour le corps central légèrement saillant et surmonté d'un fronton triangulaire, ainsi que de deux pavillons d'extrémité saillants d'une seule travée. L'élévation s'établit sur deux niveaux et comporte des combles à la Mansart, avec des lucarnes en forme d'oculus uniquement au-dessus des pavillons d'extrémité. Le perron est desservi par un large escalier flanqué de balustrades. Les façades relativement sobres sont cantonnées de bossages en guise de chaînages d'angle. Les fenêtres sont en anse de panier. Le domaine comporte également un parc avec glacière, une chapelle et une ferme avec colombier[9].
  • Maison de l'Audience, rue de l'Audience : Cette maison sans étage du XVIIe siècle servait d'auditoire à la seigneurie de Frouville et date de l'époque de l'ancien château, aujourd'hui disparu. Le lieutenant de la prévôté y rendait la justice[10].
  • Calvaire, à l'entrée nord du village par la RD 151[10].
  • Ferme 34 Grande-Rue : Cette grande ferme caractéristique du Vexin date du XVIIIe et XIXe siècles, mais comporte un colombier du XVIIe siècle. Il se présente comme une tour carrée de deux étages et appartient au type dit toit à volailles : le rez-de-chaussée servait de porcherie, le premier étage abritait les volailles, et le seconde étage contenait le colombier proprement dit[11],[10].
  • Lavoir couvert, rue du Margat : Datant du XIXe siècle, il est établi sur le rû de Frouville et comporte un édicule en moellons avec un toit en appentis[12].
  • Fontaine Moïse : C'est une pièce d'eau bordée d'un assemblage de pierres de taille dont une extrémité comprend un arc roman. Elle fait partie des aménagements hydrauliques entreprises au moment de la construction du château de Saint-Cyran, et est alimentée par une déviation du rû de Grainval[10].
  • Porche de Grainval : Cet ancien portail de ferme du XVIIe siècle est le dernier vestige d'une ferme qui a cessé son activité sous la Première Guerre mondiale, et dont les bâtiments subsistaient encore pendant les années 1940[10].
  • Ferme de Messelan, au hameau du même nom : Ses bâtiments d'exploitation datent du XIXe siècle et le logis du XVIIIe siècle, mais contient toutefois au rez-de-chaussée une salle voûtée d'ogives du XIIIe siècle. La ferme est en effet attestée dès 1245 et dépendait de la commanderie d'Ivry-le-Temple[13].
  • Lavoir de Messelan, au hameau du même nom : Ce lavoir couvert sur le rû Saint-Lubin jouxte un vieux pont et n'est que de petites dimensions. Il date également du du XIXe siècle[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Dans les années 1960, Marie-José Nat et son mari, Michel Drach, s’installent au hameau de Messelan.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Frouville

La commune de Frouville ne dispose pas de blason.

Frouville au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes de Frouville sur Géoportail.
  2. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  3. Site officiel de la préfecture du Val d‘Oise-liste des maires (doc pdf)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012
  6. « Notice no PA00080061 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. « Inventaire général du patrimoine culturel - église paroissiale Saint-Martin », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Frouville, Paris, Éditions du Valhermeil,‎ 1988, 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 146-150.
  9. « Inventaire général du patrimoine culturel - château Saint-Cyran », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  10. a, b, c, d et e M. Amiot, Yves Breton, Jean-François Humbert et Laure Schauinger, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Frouville », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ octobre 1999, p. 886-890 (ISBN 2-84234-056-6).
  11. « Inventaire général du patrimoine culturel - ferme », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. « Inventaire général du patrimoine culturel - lavoir de Frouville », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. « Inventaire général du patrimoine culturel - ferme de Messelan », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. « Inventaire général du patrimoine culturel - lavoir de Messelan », base Mérimée, ministère français de la Culture.