Vienne-en-Arthies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vienne-en-Arthies
Vienne-en-Arthies
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Intercommunalité Communauté de communes Vexin - Val de Seine
Maire
Mandat
Serge Billoué
2020-2026
Code postal 95510
Code commune 95656
Démographie
Gentilé Viennois, Viennoises
Population
municipale
397 hab. (2018 en diminution de 8,1 % par rapport à 2013)
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 00″ nord, 1° 44′ 00″ est
Altitude 140 m
Min. 35 m
Max. 147 m
Superficie 3,76 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vauréal
Législatives 1re circonscription du Val-d'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Vienne-en-Arthies
Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise
Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Vienne-en-Arthies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vienne-en-Arthies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vienne-en-Arthies
Liens
Site web https://vienne-en-arthies.fr/

Vienne-en-Arthies est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Viennois(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est bâtie en amphithéâtre, au cœur du Vexin français, à 50 km environ au nord-ouest de Paris.

Communes limitrophes de Vienne-en-Arthies
Villers-en-Arthies
Vétheuil Vienne-en-Arthies Saint-Cyr-en-Arthies
Vétheuil


message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vienne-en-Arthies est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[4],[5].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La commune est formée de trois anciens hameaux de Vétheuil dont ils sont séparés à la Révolution sous le nom de Vienne-en-Arthies : les Millonnets, Vienne, et Chaudry[6].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018 , le nombre total de logements dans la commune était de 240, alors qu'il était de 231 en 2013 et de 221 en 2008 [I 1].

Parmi ces logements, 74,5  % étaient des résidences principales, 15,8  % des résidences secondaires et 9,7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 94,9  % d'entre eux des maisons individuelles et pour 5,1 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Vienne-en-Arthies en 2018en comparaison avec celle du Val-d'Oise et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (15,8 %) supérieure à celle du département (1,3 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 88,9  % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement ( 83,2  % en 2013 ), contre 56  % pour du Val-d'Oise et 57,5 pour la France entière [I 3].

Le logement à Vienne-en-Arthies en 2018
Typologie Vienne-en-Arthies [I 1] Val-d'Oise [I 4] France entière [I 5]
Résidences principales (en %) 74,5 92,8 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 15,8 1,3 9,7
Logements vacants (en %) 9,7 5,9 8,2


Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom provient du ru éponyme, Vigenna est l'ancien nom de la rivière Vienne et Vienna est l'ancien nom du ru (de la Vallée du Roi)[7].

Le déterminatif Arthies provient d'un appellatif celtique (gaulois) tegia « cabane, maison » (vieil irlandais teg, vieux breton tig, breton ti 'maison')[8], c'est un élément composé qui est identifié dans le terme attegia « hutte, cabane »[9],[10], muni d'un préfixe différent, (Are), Aretegia a donné Arthies. Pour expliquer Ar-thies, Xavier Delamarre propose *Are-tegia avec le préfixe are(-) « devant », « près de », « sur »[8]. D'où le sens peu clair de « près des maisons », « devant les maisons », sans certitude cependant.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[11]
Période Identité Étiquette Qualité
4 mars 1790 13 septembre 1791 M. Degouville de Bretheville    
13 septembre 1791 7 août 1811 M. Claude Palluet    
7 août 1811 29 septembre 1831 Armand Dechars    
27 septembre 1831 28 décembre 1834 Thomas Charles Belland    
28 décembre 1834 30 juillet 1837 Pierre Desert    
30 juillet 1837 8 mai 1887 Louis Athanase Toutain    
8 mai 1887 16 octobre 1887 Félix André Sebille    
16 octobre 1887 15 mai 1892 Étienne Benjamin Còùsìn    
15 mai 1892 13 août 1893 Louis Désiré Desplanches    
13 août 1893 27 mai 1896 François Frédéric Guimier    
27 mai 1896 1er juin 1804 Étienne Benjamin Cousin    
1er juin 1804 30 octobre 1905 François Auguste Landry    
30 octobre 1905 30 mai 1912 Jules Adrien Abraham    
30 mai 1912 30 octobre 1919 Isidore Alexandre Lefevre    
30 octobre 1919 30 mai 1945 Jules Adrien Abraham    
30 mai 1945 30 mars 1957 Maurice Belland    
30 mars 1957 15 mars 1977 Robert Picard    
15 mars 1977 30 mars 1983 Roger Bort    
30 mars 1983 17 mars 2001 Germain Boutillier    
mars 2001 En cours
(au 2 décembre 2020)
Ghislaine Lapchin de Poulpiquet DLF Réélue pour le mandat 2020-2026[12],[13],[14]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[16].

En 2018, la commune comptait 397 habitants[Note 3], en diminution de 8,1 % par rapport à 2013 (Val-d'Oise : +3,67 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
356354362379342318310289274
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
304294287301363331300275283
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
237225229199220228246180191
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
172159221243326352392409440
2018 - - - - - - - -
397--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

On peut signaler :

  • Chapelle Saint-Joseph, rue de la Chapelle : Commune composée de trois hameaux réunies à la Révolution, Vienne n'a jamais été érigée en paroisse, ses chapelles étant desservies par le curé de Vétheuil. Dédiée à saint Joseph, la chapelle de Vienne a été édifiée en 1627. Vendue comme bien national à la Révolution, elle sert de grange avant d'être rendue au culte en 1865. C'est un petit bâtiment rectangulaire sans style particulier, qui se fait toutefois remarquer par un petit clocher en colombages s'élevant au-dessus de la façade occidentale, et par un porche ouvert de trois côtés, dont le petit pignon est également en colombages[19].
  • Chapelle Saint-Jean-Baptiste de Chaudry : Cette chapelle du XIVe siècle a été détruite en 1906[19].
  • Chapelle des Millonnets : Elle a été construite en 1931 seulement comme élément de l'orphelinat de l'institution Sainte-Thérèse. Les offices religieux étaient réservés aux pensionnaires et au personnel. Dix ans après son inauguration, la chapelle est déjà désaffectée en raison de la fermeture de l'orphelinat. Elle demeure à ce jour une propriété privée. Le sous-sol a été utilisé comme salle des fêtes[19].
  • Lavoir de Vienne, route de la Vallée-du-Roy : Son bassin étroit est traversé par le ru de la Vallée du Roi, dont le lit dévié se situe ici en haut d'un talus. Depuis la rue, l'on aperçoit un mur et deux courts escalier se faisant face aux extrémités. Ils montent vers les deux entrées qui se situent dans les murs pignon. Cette disposition est particulière : en général, les bassins des lavoirs se situent en dessous du niveau de la rue. L'emplacement des lavandières est couvert d'un toit en appentis qui descend vers le bassin.
  • Lavoir de Chaudry, chemin de la Vallée : Ce lavoir est traversé par un petit ruisseau affluent du premier. Contrairement au lavoir de Vienne, l'emplacement des lavandières se situe de l'autre côté du ruisseau, qu'il faut donc traverser pour s'y rendre, et le lavoir s'ouvre côté rue. Il est également couvert par un toit en appentis. Deux murets parallèles séparent la rue du ruisseau.
  • Lavoir des Millonnets, place Roger-Coquoin : Il s'agit une fois de plus d'un lavoir établi sur un ruisseau, le ru de la Vallée du Roi. Deux emplacements se faisant face ont été aménagés pour les lavandières. De ce fait, le lavoir possède deux entrées et deux toits en appentis, descendant vers le bassin. Un second lavoir privé existe aux Millonnets, chemin de la Cavée. Il est plus rudimentaire que les autres.
  • L'un des trois moulins à eau qui subsistent parmi les cinq ayant existé à la fin du XVIIIe siècle, le Moulin Cavée conserve son mécanisme de moulin de la première moitié du XIXe siècle[19].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri Baudin (1882-1953), comédien qui demeurait et est décédé au hameau des Millonets.
  • Le peintre Lino de Giuli (1951- ) a exposé à plusieurs reprises dans la commune.

Vienne-en-Arties dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Un film a été tourné au hameau des Millonets en 1926 : Le Chemineau de Georges Monca et Maurice Kéroul, avec Henri Baudin, qui aima tellement l'endroit qu'il s'y installa dans un moulin de 28 pièces de 1929 à sa mort en 1953.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Vienne-en-Arthie », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Commune hors attraction des villes », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Baptiste Ringeval, « Visite de Vienne-en-Arthies: 3 hameaux pour un village : Dans le cadre du label « Pays d'art et d'histoire », le Pnr organise ce dimanche 1er août une visite du village de Vienne-en-Arthies (Val-d'Oise) et de ses trois hameaux », La Gazette du Val-d'Oise,‎ .
  7. Jean-Marie Cassagne, Mariola Korsak - 2009 - Origine des noms de lieux de Paris et grande couronne - Page 336.
  8. a et b Xavier Delamarre - Dictionnaire de la langue gauloise, éditions errance 2003. p. 59.
  9. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France Volume I, Librairie Droz 1990. p. 97.
  10. Albert Dauzat, Charles Rostaing -Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud 1979. p. 32.
  11. « Les maires de Vienne-en-Arthies », sur www.francegenweb.org (consulté le ).
  12. Réélue pour le mandat 2008-2014  : Site officiel de la préfecture du Val d‘Oise-liste des maires, 3 août 2009 [PDF])
  13. Réélue pour le mandat 2014-2020 : « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, Préfecture du Val-d'Oise, (consulté le ).
  14. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. a b c et d Jean-Loup Corbasson, Pascal Goutrat et Stéphane Gasser, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Vienne-en-Arthies », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 603-606 (ISBN 2-84234-056-6).