Frémainville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Frémainville
Frémainville
La fontaine de la place Albert-Hamot et le clocher de l'église Saint-Clair.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Intercommunalité CC Vexin Centre
Maire
Mandat
Marcel Elisée Allegre
2020-2026
Code postal 95450
Code commune 95253
Démographie
Gentilé Frémillons
Population
municipale
510 hab. (2018 en augmentation de 6,25 % par rapport à 2013)
Densité 91 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 00″ nord, 1° 52′ 00″ est
Altitude 168 m
Min. 79 m
Max. 197 m
Superficie 5,61 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vauréal
Législatives 1re circonscription du Val-d'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Frémainville
Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise
Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Frémainville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Frémainville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Frémainville
Liens
Site web http://www.fremainville.com

Frémainville est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Frémillons.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Paysage urbain : la rue des Ormeteaux.

Frémainville est un village périurbain du Vexin français du Val-d'Oise limitrophe des Yvelines, proche du bois de Galluis qui domine la vallée de l'Aubette de Meulan, à 35 kilomètres au nord-ouest de Paris, à 8 km au nord-ouest de Meulan, à 12 km au sud-est de Magny-en-Vexin et à 25 km au sud de Gisors.

Le village s’étage à flanc de coteau orienté à l'est, perdu au milieu de la verdure et les bois, à l'écart des grandes voies de communication, mais est aisément accessible par l'ancienne RN 14 (actuelle RD 14)..

Le village se situe sur le versant oriental d'une butte-témoin dominant l'Aubette.

La commune est membre du parc naturel régional du Vexin français.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe d'Avernes, Théméricourt et Seraincourt dans le Val-d'Oise ; Jambville et Lainville-en-Vexin dans le département voisin des Yvelines.

Communes limitrophes de Frémainville[1]
Avernes Théméricourt
Lainville-en-Vexin Frémainville[1]
Jambville Seraincourt

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Frémainville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune est attestée sous la forme latinisée Fremevilla. Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en -ville, au sens ancien de « domaine rural », précédé de l'anthroponyme germanique Frammier[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village n'est connu qu'à partir du XIe siècle, avec la construction d'une église et d’un château sans doute édifié auparavant. On reste dans l’expectative, considérant néanmoins que ce dernier dût être ordonné par un pouvoir supérieur pour s’inscrire dans le collège des places fortes dressées face aux envahisseurs normands[8]

La commune Frémainville est évoqué par l'historien Marcel Lachiver dans sa monographie communale "Histoire de Meulan et de sa région par les textes". Un paragraphe de son ouvrage décrit l'organisation terrienne et la vie en Frémainville en 1900[9]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du [10], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département du Val-d'Oise et à son arrondissement de Pontoise après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie de 1801 à 1967 du canton de Marines de Seine-et-Oise. Lors de la mise en place du Val-d'Oise, la ville intègre le canton de Vigny[11]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune est membre depuis 2014 du canton de Vauréal

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription du Val-d'Oise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, initialement membre de la communauté de communes des Trois Vallées du Vexin, est membre, depuis le , de la communauté de communes Vexin centre.

En effet, cette dernière a été constituée le par la fusion de la communauté de communes des Trois Vallées du Vexin (12 communes), de la communauté de communes Val de Viosne (14 communes) et de la communauté de communes du Plateau du Vexin (8 communes), conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise approuvé le [12].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[13]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1925   Albert Hamot    
avant 1981   Robert Hamot    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 2014 Maurice Maillet[14] Les Verts  
mars 2014[15] En cours
(au 2 décembre 2020)
Marcel Allègre SE Réélu pour le mandat 2020-2026[16]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[18].

En 2018, la commune comptait 510 habitants[Note 3], en augmentation de 6,25 % par rapport à 2013 (Val-d'Oise : +3,67 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
398363354403549358363363357
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
346335330388325333315289286
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
246259246230214225249203262
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
254254236410432477494483474
2018 - - - - - - - -
510--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

« La forte croissance des années 1970 est due à la construction de nombreux logements sous forme de petits collectifs sur le secteur de la Grüe. A partir de 1982, l’essentiel de l’évolution démographique est dûà la construction au coup par coup de quelques logements sur plusieurs années.Le solde naturel faiblement positif des dernières années signifie que le nombre de naissances n’a été que peu supérieur au nombre de décès sur la commune de Frémainville[20] ».

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture est l'activité économique dominante de la commune et structure ses paysages. Elle se trouve en effet au sein de la plaine céréalière d’Île-de-France et comprend plusieurs corps de ferme qui témoignent du poids de l’agriculture dans son histoire, mais le nombre d'exploitations est en baisse depuis les années 1990 passant trois en 1988, à deux en 2000 puis à une seule en 2018[21].

Principaux équipements[modifier | modifier le code]

Frémainville dispose de la maison du village, un lieu destiné à l’animation du village et rénové en 2020/2021[22].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les trois colonnes en haut de l'escalier d'accès au jardin de l'ancien presbytère.

Frémainville possède un monument historique sur son territoire :

  • Portail de l'ancien presbytère, rue du Pavé (inscrit monument historique par arrêté du [23]) : faisant face à la façade de l'église, ce portail en surplomb de la rue est accessible par un bel escalier en pierre de taille. Les trois colonnes à chapiteaux sont des fûts de colonne récupérés après la démolition de l'ancienne église, vers 1900[7]. À gauche, le coq de l'ancien clocher a été remonté.

On peut également signaler :

  • Ancienne distillerie, à l'est du village près de la RD 43 : elle date de la fin du XIXe siècle. Ayant servi de décor au tournage de plusieurs films, comme Diaboliquement vôtre en 1967 et Les Aventures de Rabbi Jacob[24],[25]. Après une longue période d'abandon, les parties récupérables ont été restaurées et aménagées en logement, tout en conservant les éléments les plus caractéristiques de ce petit complexe industriel.
  • Croix de cimetière, au centre du cimetière actuel, rue du Puits : cette croix du XVIe siècle aux extrémités flammées présente le Christ à l'avant et un saint évêque bénissant au revers, probablement saint Clair, patron de la commune (n'ayant jamais été évêque mais souvent confondu par les sculpteurs avec Clair de Nantes, comme c'est le cas pour le reliquaire en bois de l'église). Le socle du monument date du XIIe siècle[24].
  • Plusieurs croix de chemin existent sur la commune, avec un socle ou piédestal ancien et un fût plus récent, portant une petite croix en fer forgé toute simple (rue du Bout-Sirop à la sortie du village, devant l'église...).
  • Ferme de la Grue, chemin de la Grue : grand complexe du XIXe siècle se démarquant surtout par une grande tour-porche crénelée, d'inspiration médiévale. Cette ferme a été construite pour le comte Vitali, propriétaire des châteaux de Frémainville et de Vigny[24].
  • Château de Frémainville, rue du Château et rue du Pavée : ce château fréquemment remanié possède des éléments des XVIIe et XVIIIe siècles. De plan irrégulier, il se compose de deux corps de logis similaires, l'un étant perpendiculaire à l'autre. S'y ajoutent un pavillon carré au nord-est, et une petite tour ronde à l'angle entre les deux corps de logis, au nord-est également. L'ensemble comporte un étage et des combles à la Mansart[24].
  • Église Saint-Clair, rue du Pavée : hormis la base du clocher qui subsiste du XIIe siècle, cette église ne date que de 1901. À l'instar de celle de Vigny, elle a été construite sur les frais du comte Vitali. De style néogothique également, elle reste par contre plus simple et plus humble que sa voisine de Vigny. La volumétrie est inspirée d'églises villageoises du Vexin, et l'architecte a même introduit des irrégularités : les deux bras du transept font pignon commun avec les chapelles latérales du chœur au nord et au sud, et les chapelles n'ont qu'une seule grande voûte chacune, alors que le chœur en compte deux pour la même superficie. Sinon, l'église suit un plan cruciforme conventionnel, avec une nef de quatre travées voûtées d'ogives en plâtre, et un chœur de trois travées au chevet polygonal. Le fait que le chœur soit légèrement moins large que la nef est dû au plan trapézoïdal du clocher[24],[26].
  • Fontaine publique, place Albert-Hamot : cette fontaine comporte une grande auge, permettant aux chevaux de boire à la fontaine.
  • Fontaine Saint-Clair, chemin de la fontaine Saint-Clair, au bois (à gauche après la sortie nord du village) : située en lisière de forêt, cette fontaine se situe sous un édicule du XIXe siècle, dont la niche abritait jadis une statuette du saint patron de la commune. D'après les vertus attribués au saint, l'eau de la fontaine est censée guérir les maux d'yeux, et elle a longtemps fait l'objet d'un pèlerinage : La veille du , un grand feu était allumé, les pèlerins prélevaient de la cendre pour se frotter les paupières, puis buvaient de l'eau de la source à l'aide d'une cuillère en bois attachée à la fontaine par une chaînette[24].
  • Le village est proche de la réserve naturelle régionale du site géologique de Vigny-Longuesse[27].


message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Annecdotes[modifier | modifier le code]

L'ancien maire, artiste à ses heures, avait également fait poser un panneau "traversée de Kangourous"[réf. nécessaire].

Frémainville, possèdait depuis 1999 l'une des rares Mariannes d'inspiration africaine de France. Celle-ci a été déposée sous le mandat de Marcel Allegre en 2014, celui-ci estimant que le buste ne représentait pas la République, occasionnant une plainte du CRAN[28].

Frémainville au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

L'église de la commune[29] est celle du mariage du film Pièce montée de Denys Granier-Deferre, tourné en 2009.

Plusieurs autres films ont été tournés à Frémainville : voir la commune dans la liste des films tournés dans le département.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Frémainville », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Communes limitrophes de Frémainville » sur Géoportail..
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. a et b Guide du Vexin français, éd. du Valhermeil, 1991, p. 174.
  8. Géostrudio, EviroScoop, « Rapport de présentation du PLU » [PDF], Plan Local d'Urbanisme (PLU), sur http://www.fremainville.fr, (consulté le ), p. 12.
  9. Marcel Lachiver (préf. J. Levron), Histoire de Meulan et de sa région par les textes, Meulan, édition à compte d'auteur, , 431 p. (notice BnF no FRBNF33067996, présentation en ligne), p. 369-371.
  10. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. « Schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise » [PDF], Préfecture du Val-d'Oise, (consulté le ), p. 14-15.
  13. « Les maires de Frémainville », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  14. Site officiel de la préfecture du Val d‘Oise-liste des maires, 3 août 2009 [PDF]
  15. « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, (consulté le ).
  16. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. Géostrudio, EviroScoop, « Rapport de présentation du PLU » [PDF], Plan Local d'Urbanisme (PLU), sur http://www.fremainville.fr, (consulté le ), p. 22.
  21. Géostrudio, EviroScoop, « Rapport de présentation du PLU » [PDF], Plan Local d'Urbanisme (PLU), sur http://www.fremainville.fr, (consulté le ), p. 38-39.
  22. « Val-d'Oise. La Maison du Village de Frémainville fait peau neuve : La structure située à Frémainville (Val-d'Oise) était en travaux depuis septembre 2020. Elle a notamment été remise aux normes », La Gazette du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. Notice no PA00080059, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. a b c d e et f Jacques Sirat et Stéphane Gasser, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Frémainville », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 994-996 (ISBN 2-84234-056-6).
  25. [PDF] Comité du tourisme et des loisirs du Val-d'Oise, Val-d'Oise - terre de tournages (lire en ligne), p. 44-45.
  26. Cf. également le panneau explicatif sur place, installé par le Parc naturel régional du Vexin français.
  27. Olivier Renault, « La réserve naturelle régionale du site géologique de Vigny-Longuesse », Agence régionale de la biodiversité, (consulté le ).
  28. Akhillé Aercke, « Val d'Oise : la justice saisie après le retrait d'une Marianne noire dans une mairie : Frémainville avait été la première ville de France à abriter une Marianne d'inspiration africaine. Une période révolue, le maire actuel ayant décidé que le buste ne représentait pas la République. Le Conseil représentatif des associations noires a saisi le procureur », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. Article journal Le Parisien du 20/05/2009