Le Bellay-en-Vexin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Val-d'Oise
Cet article est une ébauche concernant une commune du Val-d'Oise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Le Bellay-en-Vexin
Image illustrative de l'article Le Bellay-en-Vexin
Blason de Le Bellay-en-Vexin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Canton Pontoise
Intercommunalité Communauté de communes Vexin Centre
Maire
Mandat
Didier Gabriel
2014-2020
Code postal 95750
Code commune 95054
Démographie
Gentilé Bellaysiens
Population
municipale
246 hab. (2014)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 09′ 00″ nord, 1° 53′ 00″ est
Altitude 112 m (min. : 103 m) (max. : 130 m)
Superficie 5,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Bellay-en-Vexin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Bellay-en-Vexin

Le Bellay-en-Vexin est une commune française située dans le département du Val-d'Oise, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Bellaysiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se situe sur le plateau du Vexin français.

La commune est limitrophe de : Chars, Moussy, Commeny, Cléry-en-Vexin et Nucourt.

Communes limitrophes du Bellay-en-Vexin[1]
Nucourt du Bellay-en-Vexin[1] Chars
Cléry-en-Vexin Commeny Moussy

Toponymie[modifier | modifier le code]

Belleyum, Baalay en 1223[2] , Boeley en 1142.

L'origine du nom provient du gaulois betulla, bouleau et du suffixe -acum, domaine de.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Occupé dès l'Antiquité comme l'atteste la découverte d'un site gallo-romain et de fondations d'arène et de bains sur son territoire, le village est cité pour la première fois en 809 et est offert à l'abbaye de Saint-Denis en 829. Seigneurie des Montmorency au XVIe siècle, puis des Luynes au XVIIe siècle, puis la famille de Bellay, le fief est vendu en 1666 à l'Hôtel-Dieu de Paris qui le conserve jusqu'à la Révolution.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, initialement membre de la communauté de communes du Plateau du Vexin, est membre, depuis le , de la communauté de communes Vexin centre.

En effet, cette dernière a été constituée le par la fusion de la communauté de communes des Trois Vallées du Vexin (12 communes), de la communauté de communes Val de Viosne (14 communes) et de la communauté de communes du Plateau du Vexin (8 communes), conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise approuvé le 11 novembre 2011[3].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Jacques Jorre    
    Pascal Thiberge    
    Philippe Duchemin    
    Jules Debellay    
    François Roger    
    Henri Roger    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 29 avril 2014)
Didier Gabriel DVD Réélu pour le mandat 2014-2020[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 246 habitants, en augmentation de 1,23 % par rapport à 2009 (Val-d'Oise : 3,04 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
197 213 217 225 230 216 201 205 170
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
203 186 177 171 156 153 150 173 169
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
155 162 149 111 104 129 124 145 145
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
177 147 123 114 154 258 257 243 246
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Marie-Madeleine, façade occidentale.
Église Sainte-Marie-Madeleine, façade occidentale.
Colombier hexagonal.

Le Bellay-en-Vexin compte deux monuments historiques sur son territoire.

  • Église Sainte-Marie-Madeleine (classée monument historique par arrêté du 31 mai 1965[9]) : de plan cruciforme, elle se compose d'une nef-grange d'origine romane, mais maintes fois remaniée ; d'une base du clocher dont les quatre arc-doubleaux conservent d'intéressants chapiteaux romans provenant de deux campagnes de construction différentes, alors que la voûte et ses colonnettes à chapiteaux datent seulement de la fin du XIIIe siècle ; d'un croisillon sud gothique rayonnant ; d'une chapelle gothique flamboyante au nord ; et d'un petit chœur carré de la Renaissance. L'aspect extérieur, sobre et sévère, ne révèle pas la multiplicité des campagnes de construction, qui n'ont du reste que peu modifié le plan primitif. Par les deux portails, dont l'un est bouché, et par son clocher en bâtière richement décoré, l'église Sainte-Marie-Madeleine paraît avant tout comme un édifice de la période rayonnante, et les rares éléments romans ne sont visibles que depuis l'intérieur. Ils forment son principal intérêt, mais le croisillon sud, anciennement chapelle de la Vierge, séduit aussi par son élégance, et l'on oublie l'absence de caractère du chœur grâce à la présence d'un somptueux retable baroque[10],[11].
  • Ferme de l'Hôtel-Dieu, près de l'église (colombier classé monument historique par arrêté du 10 septembre 1913[12]) : Le corps de logis, dit « maison du gouverneur », remonte au XVIe siècle. Il comporte des fenêtres à meneaux et est surmonté d'un curieux pigeonnier octogonal à corniche sculptée en feuilles de vigne, et avec des chimères en haut de chaque angle : il s'agit en fait d'une ancienne tour de guet. Le nom de la ferme vient du fait qu'elle ait été achetée par l'hôtel-Dieu de Paris en 1666, et ne renvoie donc pas à un ancien hôtel-Dieu au Bellay[11].

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

Croix à côté de l'église.
Croix des Bons Garçons.
  • Croix de 1643 à côté de l'église[11].
  • Calvaire dit « Croix des Bons Garçons » à la sortie Nord du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Le Bellay-en-Vexin (Val-d'Oise).svg

Les armes du Bellay-en-Vexin se blasonnent ainsi : D'or au bouleau arraché de sinople, fûté au naturel, accosté, en pointe, de deux quartefeuilles aussi de sinople percées, au chef d'azur semé de fleurs de lys du champ brisé d'un lambel d'hermine

Le Bellay-en-Vexin au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes du Bellay-en-Vexin sur Géoportail.
  2. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  3. « Schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise » [PDF], Préfecture du Val-d'Oise,‎ (consulté le 31 octobre 2014), p. 14-15
  4. « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise,‎ (consulté le 13 septembre 2015).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Église Sainte-Marie-Madeleine », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  10. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Le Bellay-en-Vexin, Paris, Éditions du Valhermeil, , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 59-60.
  11. a, b et c Séverine Charon, Hénin, Maria Pia Hutin-Houillon, Philippe Oyer et Bruno Sternberger, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Le Bellay-en-Vexin », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 621 (ISBN 2-84234-056-6).
  12. « Ferme de l'Hôtel-Dieu », base Mérimée, ministère français de la Culture.