Brignancourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Brignancourt
Brignancourt
La mairie.
Blason de Brignancourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Intercommunalité CC Vexin Centre
Maire
Mandat
Philippe Mercier
2020-2026
Code postal 95640
Code commune 95110
Démographie
Gentilé Brignancourtois
Population
municipale
210 hab. (2018 en augmentation de 6,06 % par rapport à 2013)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 08′ 19″ nord, 1° 56′ 38″ est
Altitude 82 m
Min. 52 m
Max. 112 m
Superficie 3,06 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pontoise
Législatives 1re circonscription du Val-d'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Brignancourt
Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise
Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Brignancourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brignancourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brignancourt
Liens
Site web https://www.brignancourt.fr/

Brignancourt est une commune française située dans le département du Val-d'Oise, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Brignancourtois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Paysage de la commune (autour de la Place des Tilleuls).

Brignancourt est un rural de la vallée de la Viosne dans le Vexin français. Il est inclus dans le périmètre du parc naturel régional du Vexin français.

La commune est située à 23 km au nord-ouest de Pontoise et à 21 km au sud-est de Gisors.

Il est traversé par un diverticule du Chemin de grande randonnée GR 1 ou « Tour de Paris », ainsi que par la ligne de Saint-Denis à Dieppe dont la gare la plus proche est celle de gare de Santeuil - Le Perchay desservie par les trains du réseau Transilien Paris Saint-Lazare.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Brignancourt est limitrophe de Marines au nord-est ; Chars au nord ; Moussy à l'ouest ; et Santeuil au sud. Brignancourt est sur le tracé du sentier de grande randonnée GR 1D.

Communes limitrophes de Brignancourt[1]
Chars Marines
Moussy Brignancourt[1]
Santeuil

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le village est drainé par les bras de la Viosne, un affluent droit de l'Oise, donc un sous-affluent du fleuve la Seine, ainsi que ses zones humides.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Brignancourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bericionis curtis puis Beranecurt en 775, Brinencour et Brinnencort au XIIe siècle, Brignencuria en 1240-1249[7], Breancourt au XVIIIe siècle, Brignancourt en 1796.

Fondée en 775 sous le nom de Beranecurt, du patronyme germanique bera et du latin cortern (domaine), son nom changera une fois au XIIe siècle pour Brinencour, pour devenir Breancourt au XVIIIe siècle avant de prendre son nom actuel en 1796.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Domaine de la Couronne à l'époque franque, Brignancourt devient propriété de l'abbaye de Saint-Denis au XIIe siècle. Seigneurie des Gisors au XIe siècle, des Ferry d'Aumont au XVIe siècle, de François de Créquy, marquis de Marines, maréchal de France au XVIIe siècle.[réf. nécessaire]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[8], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département du Val-d'Oise et à son arrondissement de Pontoise après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie de 1801 à 1967 du canton de Marines de Seine-et-Oise. Lors de la mise en place du Val-d'Oise, la ville intègre le canton de Vigny [9]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune est membre depuis 2014 du canton de Pontoise

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription du Val-d'Oise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, initialement membre de la communauté de communes Val de Viosne, est membre, depuis le , de la communauté de communes Vexin centre.

En effet, cette dernière a été constituée le par la fusion de la communauté de communes des Trois Vallées du Vexin (12 communes), de la communauté de communes Val de Viosne (14 communes) et de la communauté de communes du Plateau du Vexin (8 communes), conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise approuvé le 11 novembre 2011[10].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jean-Claude Gallays    
mars 2008 juillet 2020 Sylvain Carlucci[11]    
2020[12],[13] En cours
(au 2 décembre 2020)
Philippe Mercier    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15].

En 2018, la commune comptait 210 habitants[Note 3], en augmentation de 6,06 % par rapport à 2013 (Val-d'Oise : +3,67 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9511111710110311111010394
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9691108849788107113104
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1039110092848990110118
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
121142145173188205209210210
2013 2018 - - - - - - -
198210-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture.
  • Le fabricant de caoutchouc Raclot, spécialisé dans la fabrication de joints pour l'industrie a quitté la commune à la fin des années 2000 pour s'implanter à Chaumont-en-Vexin[17]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre-aux-Liens-et-Saint-Étienne.

Brignancourt compte un monument historique sur son territoire :

  • Église Saint-Pierre-aux-Liens-et-Saint-Étienne, rue de l'Église (classée monument historique par arrêté du 19 novembre 1910[18]) : c'est un édifice modeste de style majoritairement roman et gothique primitif, qui réunit une nef non voûtée de la fin du XIe siècle à un chœur de deux travées terminé par un chevet plat, et fut complétée ultérieurement, à la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle, par un croisillon au sud de la première travée du chœur. Celui-ci sert de base au clocher resté inachevé en raison de son contrebutement insuffisant. Les éléments les plus remarquables à l'extérieur sont le portail de style roman tardif, qui est entouré d'un rang de bâtons brisés se continuant sur les piédroits, et surmonté d'un tympan quadrillé, ainsi que la corniche beauvaisine du clocher et du chœur. Le croisillon est éclairé par une grande baie munie d'un remplage de style rayonnant tardif, qui annonce la transition vers le style flamboyant. Plus discrets se font les linteaux monolithiques à claveaux simulés des petites baies romanes à simple ébrasement, dont quatre exemplaires subsistent au sud de la nef, et deux sur le versant nord. À l'intérieur, le chœur offre des voûtes d'ogives soigneusement construites. Si les chapiteaux de la première travée paraissent inaboutis, ceux dans les angles du chevet sont tout au contraire de bon niveau et d'une facture originale. Au sud, se trouve une rare piscine liturgique à double vasque, qui ne devrait pas être antérieure aux années 1220[19],[20].

On peut également signaler :

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Brignancourt Blason
D'azur à la fontaine d'or, maçonnée de sable, jaillissante d'argent ; au chef cousu de gueules chargé de deux clés passées en sautoir, d'argent en bande et d'or en barre[21].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Brignancourt au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Brignancourt », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Communes limitrophes de Brignancourt » sur Géoportail..
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  8. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. « Schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise » [PDF], Préfecture du Val-d'Oise, (consulté le ), p. 14-15.
  11. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, (consulté le ).
  12. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  13. Julien Ducouret, « Val-d'Oise. Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise valide l'élection municipale à Brignancourt : Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a validé jeudi 22 octobre 2020, les élections municipales de Brignancourt, dans le Val-d'Oise. », La Gazette du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ) « En 2020, le contexte électoral était un peu particulier dans cette commune vexinoise de quelque 200 âmes. En effet, c’était la première fois que deux listes s’affrontaient ».
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. Vincent Gautronneau (avec M.P.), « Brignancourt : l’usine Raclot quitte le village pour s’installer dans l’Oise : L’entreprise justifie son choix par des terrains moins cher et pour se rapprocher du lieu de vie de ses salariés, nombreux à habiter dans le département voisin. », Le Parusien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. Notice no PA00080010, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Brignancourt, Paris, Éditions du Valhermeil, , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 76-77.
  20. a et b Séverine Charon, Hénin, Maria Pia Hutin-Houillon, Philippe Oyer et Bruno Sternberger, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Brignancourt », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 631-632 (ISBN 2-84234-056-6).
  21. https://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=5716