Buhy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Buhy
Buhy
Vue sur l'ouest du village depuis la rue du Trésor.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Intercommunalité CC Vexin - Val de Seine
Maire
Mandat
Jean-Pierre Doré
2020-2026
Code postal 95770
Code commune 95119
Démographie
Gentilé Buhyceliens
Population
municipale
322 hab. (2019 en augmentation de 1,58 % par rapport à 2013)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 12′ 00″ nord, 1° 41′ 00″ est
Altitude 130 m
Min. 43 m
Max. 151 m
Superficie 6,86 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vauréal
Législatives 1re circonscription du Val-d'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Buhy
Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise
Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Buhy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Buhy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Buhy
Liens
Site web https://buhy.fr/

Buhy est une commune française située dans le département du Val-d'Oise, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Buhyiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Buhy est un village rural du Vexin français] dans le Val-d'Oise, limitrophe au nord du département de l'Oise

La commune est desservie par l'ancienne route nationale 14 (actuelle RD 14), une ancienne voie romaine dénommée Chaussée Jules César, et est située 12 km au sud-ouest de Gisors, 33 km au nord-ouest de Pontoise et 52 km au sud-est de Rouen.

Elle est située dans le parc naturel régional du Vexin français et est traversée par le Chemin de randonnée GRP de la Vallée de l'Epte.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe de Saint-Clair-sur-Epte, La Chapelle-en-Vexin, Montreuil-sur-Epte (Val-d'Oise) et Parnes (dans le département de l'Oise).

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau Le Cudron, à Buchet.

Le hameau de Buchet est drainé par le Cudron, un affluent de l'Epte et donc un sous-affluent de la Seine

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Buhy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[5],[6].

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Le hameau de Buchet est rattaché à Buhy.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bui en 1249[7].

Buy dans les Mémoires de Nicolas de Neufville de Villeroy (parues en 1622-23), qui possédait le château d'Alincourt à Parnes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le hameau de Buchet a eu une activité industrielle au XIXe siècle : On y notaoit en 1920 une papèterie au lieu-dit La Naie, qui fabriquait du papier d'emballage. En 1822 existait également une usine (dite la “manufacture” ou la “scierie”) propriété de M. Régnier, qui employait plusieurs dizaines de salariés, y compris des enfants. La force motrice du Cudron ne suffisant pas, l'usine se dote d'une machine à vapeur. En 1825, l'eau du Cudron est considérée comme polluée et impropre à la consommation des animaux du bourg de St Clair. L'usine est transformée en 1845 et devient une scierie qui fabrique des brancards de voitures et des chaises, puis, en 1852, en filature de coton. La scierie est incendiée en 1879, et, remise en état, se spécialise dans la fabrication de traverses de chemin de fer pour le Portugal. En 1893, la scierie est vendue à Léon de Montgolfier, et fabrique des chaises[8].

En 190-1930, les installations sont utilisées par société Ador qui y fabrique des aliments pour animaux jusqu’au début de la Seconde Guerre Mondiale. Le Caudron n'est plus utilisé pour fournir la force motrice, l'entreprise étant alors raccordée au réseau électrique[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[9], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département du Val-d'Oise et à son arrondissement de Pontoise après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Magny-en-Vexin de Seine-et-Oise puis du Val-d'Oise[10]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune est membre depuis 2014 du canton de Vauréal

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription du Val-d'Oise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Buhy est membre depuis 2013 de la communauté de communes Vexin - Val de Seine, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2005 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[11],[12]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1881 1890 Louis Branchu    
1890 1900 Elphège Bossu    
1900 1904 M. Thomas    
2009 2012 Jules Guesdon    
1912 1919 Edmond Lemirre    
1920 1925 Jules Guesdon    
mai 1925 1929 Désiré. Duret    
1929 1945 Georges Haranger    
1945 1965 Raymond Haranger    
1965 1989 Robert Petit    
1989 En cours
(au 2 décembre 2020)
Jean-Pierre Doré   Réélu pour le mandat 2020-2026[13],[14] ,[15]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[17].

En 2019, la commune comptait 322 habitants[Note 3], en augmentation de 1,58 % par rapport à 2013 (Val-d'Oise : +4,6 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
243272303331372343380412381
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
246351332296316310345360314
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
277284224181194162154203223
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
194159153197239267286290307
2015 2019 - - - - - - -
322322-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune ne possède pas de monument historique classé ou inscrit sur son territoire. On peut néanmoins signaler :

  • Église Saint-Saturnin : Après la démolition de l'ancienne église du XIIe siècle remaniée au XVe siècle, elle a été reconstruite en 1879 sans style particulier, avec un massif clocher carré à toit en bâtière et des toitures couvertes d'ardoise. La cloche porte le prénom de sa donatrice, Joséphine. À l'intérieur, quelques statues polychromes sont à signaler, ainsi qu'un tableau présentant la Vierge au chapelet (copie de Murillo réalisé par Palmyre Hurtel en 1858). Les fonts baptismaux en pierre calcaire massive sont le dernier vestiges de l'ancienne église. Datés du d'autour de l'an 1200, ils sont décorés de feuilles de vigne, grappes de raisin, fleurettes, feuilles de chêne (inscription au titre des objets en mars 2000[19]). Les vitraux du chœur en triptyque ont été réalisés en 1945 grâce à un don[20],[21].
  • Ferme de Buhy : Les bâtiments du corps de ferme sont construits en partie sur les fondations des communs du château médiéval (forge, poulailler, pédiluve). Le long bâtiment comprenant les tours est l'ancien logis Renaissance dont les fenêtres occultées restent visibles. De rares documents iconographiques d'époque permettent la comparaison entre l'ancien château de Philippe Duplessis-Mornay et la ferme actuelle. Le mur du parc, une grille monumentale datée et le portail de la ferme de Buhy forment un ensemble caractéristique dans la commune[22],[21].
  • Le « Bastion » : Vestige des fortifications qui devaient contrôler le trafic sur l'axe Paris-Rouen (RD 14). Cet axe de circulation se trouve à l'aplomb de la chaussée Jules César et reste le seul tronçon utilisé de nos jours (de Saint-Clair-sur-Epte jusqu'aux abords de Saint-Gervais).
  • Un lavoir à Buhy, rue de la Source, et un autre lavoir à Buchet sur le Cudron (Cuderon), plus précisément près de la vanne du Faux-rû sur le bief du moulin de la Bonde[23].
  • Fontaine de Buchet, au centre du hameau : Il s'agit d'une pompe à godets de marque Dragor, bien répandue dans le Vexin et également visible dans le village voisin de La Chapelle-en-Vexin ou à Théméricourt.
  • Calvaire de Buchet : monolithe de calcaire coquillier, avec un socle massif prolongé d'une colonne surmonté aujourd'hui d'un crucifix en fonte. Il est probable qu'il s'agissait d'une croix de chemin, buchée pendant la Révolution.
  • Piliers du portail du moulin à eau de Buchet et piliers ayant supporté les meules[21].
  • Nombreux chemins de randonnée[24].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Buhy Blason
Au champ de gueules cantonné au 1) d’or à la bande d’azur ; au 2) burelé de gueules et d’argent de huit pièces au lion de sable lampassé de gueules, armé et couronné d’or brochant ; au 3) d’argent aux trois pals d’azur ; au 4) d’or au sautoir ancré d'azur ; Le tout chargé en cœur d’une bande ondée d’azur ornée de trois anilles de sable[25].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Buhy », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Communes limitrophes de Buhy » sur Géoportail..
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  8. a et b « Histoire industrielle », Découvrir Buhy, sur https://buhy.fr/decouvrir-buhy (consulté le ).
  9. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. « Les maires de Buhy », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  12. « Les maires de Buhy depuis 1881 jusqu’à aujourd’hui », Découvrir Buhy, sur https://buhy.fr (consulté le ).
  13. Réélu pour le mandat 2008-2014 : Site de la préfecture du Val d‘Oise-liste des maires, 3 août 2009 [PDF])
  14. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, (consulté le ).
  15. Réélu pour le mandat 2020-2026 : « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  19. Notice no , base Palissy, ministère français de la Culture.
  20. « L'église de Buhy », sur Buhy (site officiel) (consulté le ).
  21. a b et c Jean-Loup Corbasson, Pascal Goutrat et Stéphane Gasser, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Buhy », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 538-539 (ISBN 2-84234-056-6).
  22. « Le château de Buhy » et « La ferme de Buhy » sur le site « Buhy (site officiel) » (consulté le ).
  23. « Les lavoirs », sur Buhy (site officiel) (consulté le ).
  24. « Les randonnées et parcours de santé », Découvrir Buhy, sur https://buhy.fr (consulté le ).
  25. http://www.buhy.fr/content/heading518/content852.html