Neuilly-en-Vexin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neuilly.
Neuilly-en-Vexin
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Canton Pontoise
Intercommunalité Communauté de communes Vexin Centre
Maire
Mandat
André Trotet
2014-2020
Code postal 95640
Code commune 95447
Démographie
Gentilé Néoviciens, Néoviciennes
Population
municipale
189 hab. (2014)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 10′ 06″ nord, 1° 58′ 35″ est
Altitude 163 m (min. : 102 m) (max. : 190 m)
Superficie 2,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuilly-en-Vexin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuilly-en-Vexin
Liens
Site web http://www.neuillyenvexin.fr/

Neuilly-en-Vexin est une commune française du Val-d'Oise située au cœur du Vexin français, à environ 50 km au nord-ouest de Paris.

Ses habitants sont les Néovicien(ne)s.

Géographie[modifier | modifier le code]

Neuilly-en-Vexin est situé à l'extrémité nord de la butte du bois du Caillouet et domine le vallon boisé de l'Arnoye et le plateau du Vexin.

La commune est limitrophe de Marines, Chars, Le Heaulme et Haravilliers dans le département du Val-d'Oise ; Lavilletertre et Chavençon dans le département voisin de l'Oise.

Communes limitrophes de Neuilly-en-Vexin[1]
Lavilletertre (Oise) Chavençon (Oise)
Chars Neuilly-en-Vexin[1] Le Heaulme
Haravilliers
Marines

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village est appelé Nuelliacum en 1092[2], Nobiliacum, Nueliacum en 1218[3]. L'histoire de la commune est très similaire à celle de Marines. Le village s'appelait d'ailleurs Neuilly-Marines jusqu'au 2 décembre 1880.

Le nom de Neuilly-en-Vexin provient du latin novalia désignant les terres nouvellement défrichées[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Grande Ferme vers 1900.
La Basse-Rue vers 1900.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, initialement membre de la communauté de communes Val de Viosne, est membre, depuis le , de la communauté de communes Vexin centre.

En effet, cette dernière a été constituée le par la fusion de la communauté de communes des Trois Vallées du Vexin (12 communes), de la communauté de communes Val de Viosne (14 communes) et de la communauté de communes du Plateau du Vexin (8 communes), conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise approuvé le 11 novembre 2011[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Olivier Normand[6]    
2014[7] en cours
(au 29 avril 2014)
André Trotet    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 189 habitants, en diminution de -6,44 % par rapport à 2009 (Val-d'Oise : 3,04 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
208 202 225 233 245 213 230 214 245
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
229 230 232 194 227 202 185 190 205
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
197 169 166 155 134 134 132 129 137
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
142 132 143 178 183 210 210 190 189
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Neuilly-en-Vexin ne compte aucun monument historique classé ou inscrit sur son territoire.

  • Église Saint-Denis, rue de l'Église : Mentionnée pour la première fois dans un document datant de 1118, c'est un édifice composite dont la partie la plus ancienne, le chœur de deux travées au chevet plat, ne remonte qu'à l'époque gothique. L'arc triomphal est en tiers-point, mais les baies ont été refaites et sont plein cintre. Toutes les autres baies de l'église sont par ailleurs également plein cintre, mais pas identiques. Le chœur a perdu ses voûtes sur croisées d'ogives, que rappellent toujours les formerets et des faisceaux de colonnettes dans les angles. Au nord, sa première travée communique avec une chapelle latérale d'une seule travée, toujours voûté, d'âge indéterminé. Son toit est perpendiculaire à celui du chœur, et la façade nord comporte un pignon dont la partie supérieure supporte le mur septentrional du clocher. Ce dernier se situe en cheval sur le faîtage du toit et est coiffé d'une flèche octogonale en charpente, recouverte d'ardoise. À l'angle entre la chapelle et la nef, l'on trouve une tourelle d'escalier à moitié encastrée dans les murs de l'église, et ne remontant pas plus haut que la gouttière. Quant à la nef de quatre travées, recouverte d'une fausse voûte en berceau en bois, elle a vraisemblablement été rebâtie en 1866, date gravée sur le portail occidental. L'unique bas-côté est couvert de voûtes d'ogives dont les nervures évoquent le XIVe siècle. La façade occidentale présente un pignon dissymétrique, la pointe du toit étant plus importante au nord qu'au sud. En même temps, cette façade est la seule à avoir été traitée avec un peu de soin, se manifestant par des vases en pierre sculptée aux deux extrémités du pignon, et une croix en pierre à son sommet. L'on trouve une baie plein cintre à gauche de la façade, et un porche sans caractère à droite. Le haut du pignon est percé de deux étroites baies plein cintre[12],[13]
  • Château, Grande-rue / rue de l'Église : Il date du XVIIe siècle et se compose d'un corps principal de logis d'un étage, couvert d'un toit à deux croupes garni de lucarnes en bâtière ; de deux pavillons aux extrémités comportant un second étage plus bas, couverts également de toits à deux croupes et faisant saillie sur la façade méridionale côté parc ; ainsi que d'un avant-corps à pans coupés devant la façade septentrionale côté rue, se transformant en une tour heptagonale au niveau du second étage. Les hautes cheminées sont en briques avec des chaînages d'angle en pierre de taille. Les murs du château sont par contre recouverts d'enduit hormis les chaînages, larmiers et bandeaux. Les toits sont couverts d'ardoise. Le château est agrémenté d'un parc et de vastes communs, rue du Heaulme. La grande ferme plus loin dans la même rue appartenait également au château[13].
  • Chapelle Notre-Dame-des-Sept-Douleurs du XVIIIe siècle.
  • Lavoir, rue de Chars.
  • Deux pompes à godets : Ces pompes en fonte datent de la seconde moitié du XIXe siècle et étaient actionnées en tournant la roue. Elles étaient indispensable pour assurer l'accès à l'eau potable, la profondeur des nappes phréatiques rendant difficile le percement de puits dans le Vexin français[13].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes de Neuilly-en-Vexin sur Géoportail.
  2. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France - Page 430
  3. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  4. Mémoires de la Société historique et archéologique de Pontoise, du Val-d'Oise et du Vexin, Volumes 82 à 83, page 80
  5. « Schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise » [PDF], Préfecture du Val-d'Oise, (consulté le 31 octobre 2014), p. 14-15
  6. Site officiel de la préfecture du Val d‘Oise-liste des maires, 3 août 2009 [PDF]
  7. « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, (consulté le 13 septembre 2015).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Neuilly-en-Vexin, Paris, Éditions du Valhermeil, , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 246-247.
  13. a, b et c Séverine Charon, Hénin, Maria Pia Hutin-Houillon, Philippe Oyer et Bruno Sternberger, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Neuilly-en-Vexin », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 673-674 (ISBN 2-84234-056-6).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]