Guitrancourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Guitrancourt
Guitrancourt
Blason de Guitrancourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Intercommunalité Grand Paris Seine et Oise
Maire
Mandat
Patrick Dauge
2020-2026
Code postal 78440
Code commune 78296
Démographie
Gentilé Guitrancourtois
Population
municipale
619 hab. (2018 en diminution de 2,52 % par rapport à 2013)
Densité 85 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 00′ 34″ nord, 1° 46′ 40″ est
Altitude 161 m
Min. 41 m
Max. 192 m
Superficie 7,32 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Limay
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Guitrancourt
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Guitrancourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guitrancourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guitrancourt
Liens
Site web guitrancourt.fr

Guitrancourt est une commune du département des Yvelines, dans la région Île-de-France, en France, située à 7 km environ au nord-est de Mantes-la-Jolie.

Ses habitants sont appelés les Guitrancourtois.

Localisation de Guitrancourt dans les Yvelines.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Guitrancourt est située dans le nord-ouest du département des Yvelines, au nord de la Seine, à 7 km environ au nord-est de Mantes-la-Jolie, sous-préfecture, et à 44 km environ au nord-ouest de Versailles, préfecture du département.

C'est une commune rurale, au territoire vallonné et en partie boisé.

Guitrancourt se trouve dans le périmètre du Parc naturel régional du Vexin français.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Elle est limitrophe de Fontenay-Saint-Père et Limay à l'ouest, de Brueil-en-Vexin au nord-est, de Gargenville et d'Issou à l'est et de Porcheville au sud.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale D 190 qui relie Limay à Poissy par la rive nord de la Seine.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Guitrancourt, qui appartient au bassin versant de la Seine, est irriguée par un ruisseau de 9 km de long, le ru de Fontenay, qui prend sa source dans la commune voisine de Fontenay-Saint-Père et se jette dans la Seine à Porcheville[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Guitrancourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[5],[6].

Occupation des sols simplifiée[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 79,39 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 2,98 % d'espaces ouverts artificialisés et 17,64 % d'espaces construits artificialisés[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Guidrencort[8].

La « ferme de Withramn  », nom de personne germanique, latinisé en Witramnus[9],[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site est habité dès l'époque néolithique, comme en témoigne la Pierre Drette (pierre droite), menhir de 2,4 m de haut, situé dans la « vallée au Cailloux », dans le sud du territoire communal[11].

Une partie du territoire a appartenu à l'abbaye Saint-Père-en-Vallée, terre cédée en 974 par la comtesse de Chartres[12].

En 1316, une sentence fait entrer Guitrancourt dans la prévôté de Mantes[12].

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, de graves destructions ont affecté le village. le château a disparu, l'église a dû être reconstruite[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1793 Placet    
1793 1793 Le Gendre    
1793 1796 de Bordeau    
1796 1798 Philippe Petit    
1798 1800 Prieur    
1800 1805 Auguste Bouland    
1805 1813 Dachery    
1813 1827 Guillaume Robert    
1827 1831 Nicolas Nouelle    
1831 1843 Trognon    
1843 1848 Mouitier    
1848 1864 Pinard    
1864 1866 Mutel    
1866 1872 Jean-Baptiste Pinard    
1872 1873 Duval    
1873 1874 Dauvergne    
1874 1878 Pinard    
1878 1879 Dauvergne    
1879 1884 Pépin    
1884 1887 Sosson    
1887 1887 Rault    
1887 1888 Jacques Clerc    
1888 1892 Marcel Hébert    
1892 1896 Jacques Clerc    
1896 1908 Émile Dupuis    
1908 1910 Isidore Hébert    
1910 1919 Alphonse Demarque    
1919 1920 Chéron    
1920 1929 Eugène Racine    
1929 1943 Camille Filliol    
1943 1944 Anatole Folleville    
1944 1950 Edmond Dalencourt    
1950 1953 Pierre Charbonnier    
1953 1962 André Touraud    
1962 1973 Raymond Morel    
1973 1995 Robert Demarque    
mars 1995 En cours Patrick Dauge[14]    

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune de Guitrancourt appartient au canton de Limay et est rattachée à la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise.

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la huitième circonscription des Yvelines, circonscription mi-rurale, mi-urbaine du nord-ouest des Yvelines centrée autour de la ville de Mantes-la-Jolie.

Sur le plan judiciaire, Guitrancourt fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[15],[16].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18].

En 2018, la commune comptait 619 habitants[Note 3], en diminution de 2,52 % par rapport à 2013 (Yvelines : +1,62 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
478454432443408400398379358
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
352329311296296294310321310
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
316302282262316371343311323
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
341368333413476612616645605
2018 - - - - - - - -
619--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges en 2007[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Guitrancourt en 2007 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,3 
3,7 
75 à 89 ans
3,8 
7,4 
60 à 74 ans
8,6 
26,9 
45 à 59 ans
25,3 
21,3 
30 à 44 ans
26,0 
19,4 
15 à 29 ans
15,1 
21,3 
0 à 14 ans
20,9 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (11,9 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,6 % contre 48,4 % au niveau national et 48,8 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 52,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,3 %, 15 à 29 ans = 19,4 %, 30 à 44 ans = 21,3 %, 45 à 59 ans = 26,9 %, plus de 60 ans = 11,1 %) ;
  • 47,4 % de femmes (0 à 14 ans = 20,9 %, 15 à 29 ans = 15,1 %, 30 à 44 ans = 26 %, 45 à 59 ans = 25,3 %, plus de 60 ans = 12,7 %).

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

Brocante à Guitrancourt.

Chaque année en mai, la commune organise une brocante dans le centre du village.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture.
  • Carrières de pierres calcaire en cours d'exploitation (Société des ciments Calcia, pour la cimenterie de Gargenville, reliée par un transporteur à bande souterrain de 2,4 km de long).
  • Centre d’enfouissement technique des déchets industriels ultimes (décharge de classe I, dans une carrière désaffectée, exploitée par la société EMTA).
  • Éolienne, implantée dans le site précédent en 2003 avec l'appui de la CAMY.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La Pierre-Drette.
L'église Saint-Ouen en opus incertum.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Ouen : église reconstruite en 1951 sur les ruines de l'ancienne église bombardée pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • Menhir de la Pierre Drette (= pierre droite) (2,4 m de haut, situé dans la « vallée aux Cailloux » au sud du village)[23].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Lacan (1901-1981), psychanalyste. De 1955 à sa mort en 1981, il a fréquenté régulièrement Guitrancourt, où il avait acquis une maison de campagne, la « Prévôté ». Il est enterré dans le cimetière communal[24].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Guitrancourt Blason
Parti : au premier d'azur aux ciseaux versés d'argent chargés d'une fleur de lys d'or, au second burelé d'argent et d'azur de seize pièces, les burèles d'argent chargées de six bâtons en barre de gueules, et au menhir d'or brochant sur le burelé.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes des Yvelines - tome 1, Paris, Editions Flohic, , 1155 p. (ISBN 2-84234-070-1), « Guitrancourt », p. 374–375

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche cours d'eau : Ru de Fontenay (H3068000) », Sandre (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. [PDF]« Occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) », sur cartoviz.iau-idf.fr (consulté en ).
  8. Dans le pouillé d'Eudes Rigaud
  9. Ernest Nègre-Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 894.
  10. Claude Guizard, Lexique toponymique de l’arrondissement de Mantes-la-Jolie, page 20
  11. John Peek, Inventaire des mégalithes de France 4 : Région parisienne, Paris, Centre national de la recherche scientifique, , 408 p. (ISBN 2-222-01772-6), p. 229.
  12. a et b Monique Bardy, La grande histoire des Yvelines, Édijac, (OCLC 21600204), p. 72.
  13. Les Yvelines. Les 262 communes, Éditions Delattre, , p. 98.
  14. « La liste des maires - "Troisième tour" des municipales », Le Courrier de Mantes,‎ .
  15. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le ).
  16. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le ).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. « Évolution et structure de la population à Guitrancourt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  22. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  23. Fiche sur la Pierre Drette sur le Megalithic Portal (en).
  24. « GUITRANCOURT (78) : cimetière », Cimetières de France et d’ailleurs (consulté le ).