167e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
167e Régiment d'Infanterie
image illustrative de l’article 167e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 167e régiment d'infanterie de forteresse (1939).

Création 1913
Dissolution 1940
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type régiment d'infanterie
Rôle infanterie
Garnison Toul
Inscriptions
sur l’emblème
Bois-Le-Prêtre 1915
Verdun 1916 - 1917
Soissonnais 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Fourragères aux couleurs du ruban de la Croix de Guerre 1914-1918
Décorations croix de guerre 1914-1918
deux palmes
une étoile d'argent

Le 167e Régiment d'Infanterie (ou 167e RI) est un régiment de l'armée française.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Colonels/chef-de-brigade[modifier | modifier le code]

  • mai 1913 - 12 décembre 1914 : Colonel Nitard
  • 13 décembre 1914 - 31 janvier 1915 : Commandant Duchaussoy
  • 1er février - 25 septembre 1915 : Lieutenant-colonel Étienne (blessé)
  • 25 - 29 septembre 1915 : Commandant Bareille
  • 29 septembre 1915 - 1er mai 1916 : Lieutenant-colonel Laucagne
  • 2 mai - 30 septembre 1916 : Lieutenant-colonel Decageux
  • 1er octobre 1916 - 22 novembre 1917 : Lieutenant-colonel Mariande
  • 26 novembre 1917 - 19 mai 1918 : Colonel Galbrüner
  • 25 mai - 18 juillet 1918 : Lieutenant-colonel Regard (blessé)
  • 18 juillet - 16 août 1918 : Commandant Lebrun
  • 16 août 1918 - 5 juillet 1919 : Lieutenant-colonel Regard

(*) Officier devenu général de brigade. (**) Officier devenu général de division.

insigne de béret d'infanterie

Historique des garnisons, combats et batailles du 167e RI de ligne[modifier | modifier le code]

De 1871 à 1914[modifier | modifier le code]

En application de la loi du 23 décembre 1912, créant 10 nouveaux régiments (de 164 à 173)

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1914 ; Casernement : Toul, Régiment affecté à la défense de la forteresse de Toul, Constitution en 1914 : 3 bataillons Brigade active de Toul (septembre - décembre) (?)

Rattachements[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

Août : en garnison dans les forts de Toul
Novembre Woëvre : Hauts-de-Meuse, bois brûlé, bois de Cuite, Martincourt, Mogeville et St Rémi
7-15 décembre : Reprise de l'offensive : Fay en Haye, Bois le Prêtre

1915[modifier | modifier le code]

Janvier-juin : Woëvre : bois le Prêtre, fontaine du Père Hilarion, Croix des Carmes, Quart en Réserve
Mai - Novembre : Argonne : Secteur de Saint-Thomas, La Harazée

Septembre : Seconde bataille de Champagne : Crête de Servon

1916[modifier | modifier le code]

Janvier - juin : Lorraine : Reillon, Bois Zeppelin
Juillet : Bataille de Verdun : Ravin des Vignes, Ravin du Chapitre, Fleury secteur de St Mihiel : (jusque déc.) : Bois d'Ailly

1917[modifier | modifier le code]

  • Avril - mai : Le Chemin des Dames
  • Juillet - août : Champagne : Monronvilliers, bois du Chien, Le Casque puis le Ferme de Navarin
  • Octobre - décembre : Verdun : Côte du Talou, Samogneux

En octobre 1917, un bataillon du 417e RI dissous, rejoint le 167e RI

1918[modifier | modifier le code]

  • Décembre 1917- 17 avril 1918 : Lorraine : Hablainville, Ancerviller
  • Juillet : Marne : bois Madame, bois des Juifs
  • Septembre : Morsain, Eury, Vézaponin, Bagneux, Moulin de Laffaux
  • Septembre - octobre : Flandres : Staden, Geite, Zulte, l'Escaut

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Formé le 23 août 1939 le 167e régiment d'infanterie de forteresse est stationné dans le sous-secteur d'Elzange du Secteur fortifié de Thionville de la Ligne Maginot. Région Militaire, Centre Mobilisateur d'infanterie ; réserve A RIF type Metz/Lauter ; il est mis sur pied par le CMI 61 Thionville.

Dans le Sous-Secteur d'Elzange, le 167e RIF va être créé, avec un noyau constitué de militaires d'active (de carrière) issus du 168e RIF. Le 167e RIF évacue ses positions le 13 juin 1940. Les équipages des ouvrages et des casemates restent seuls, afin d'assurer la couverture de leurs camarades. Le 1er Bataillon parcourera près de 130 kilomètres en 6 jours, et se rendra le 19 juin aux Allemands à Tantonville (54), au sud de Nancy. Les 2e et 3e bataillons, après s'être organisés sur la région de Frouard (54), se rendront le 19 juin après un baroud d'honneur. Les équipages ne livreront les ouvrages que le 4 juillet, sur ordre du haut commandement Français réfugié à Bordeaux.

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

Drapeau[modifier | modifier le code]

Fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[1] :

167e régiment d'infanterie-drapeau.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la croix de guerre 1914-1918 Croix de guerre 1914-1918 française.jpgavec deux palme et une étoile d'argent. (Deux citations à l'ordre de l'Armée puis une citation à l'ordre de la Division)

Il obtient la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918.

Traditions et uniformes[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

Insigne[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres ayant servi au 167e RI[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Archives militaires du Château de Vincennes.
  • À partir du Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française (Général Andolenko - Eurimprim 1969).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]