Wittemberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Wittenberg)
Aller à : navigation, rechercher
Wittemberg
Lutherstadt Wittenberg
Blason de Wittemberg
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Flag of Saxony-Anhalt (state).svg Saxe-Anhalt
Arrondissement
(Landkreis)
Wittenberg
Bourgmestre
(Oberbürgermeister)
Eckhard Naumann SPD
Code postal 06886
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
15 1 71 077
Indicatif téléphonique 03491
Immatriculation WB, GHC, JE
Démographie
Population 47 805 hab. (31 décembre 2005)
Densité 371 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 52′ 00″ N 12° 39′ 00″ E / 51.866667, 12.6551° 52′ 00″ Nord 12° 39′ 00″ Est / 51.866667, 12.65  
Altitude 67 m
Superficie 12 893 ha = 128,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Wittemberg

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Wittemberg
Liens
Site web www.wittenberg.de

Wittemberg, en allemand Lutherstadt Wittenberg, est une ville de Saxe-Anhalt en Allemagne, située au bord de l'Elbe. Elle a une population d'environ 50 000 habitants, et a été le siège de l'électorat de Saxe tenu par les ducs de Saxe-Wittenberg (liste des souverains de Saxe).

Wittemberg est aussi célèbre pour ses liens étroits avec Martin Luther et les origines de la Réforme protestante : plusieurs de ses bâtiments sont associés aux événements de ce temps. Une partie du cloître augustin (maison de Luther) dans laquelle Luther a demeuré, d'abord en tant que moine puis comme propriétaire avec son épouse Katharina von Bora et ses six enfants, est préservée, et a été transformée en musée de Luther. Il contient de nombreuses reliques de Luther, ainsi que des portraits et d'autres peintures par Lucas Cranach l'Ancien et Lucas Cranach le Jeune (père et fils). L'Augusteum, construit entre 1564 et 1583 en raison de la présence du monastère, est maintenant un séminaire théologique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondée au XIIe siècle (citée pour la première fois en 1180), cette ville saxonne connaît à l'aube du XVIe siècle un important rayonnement économique, technique, artistique et surtout intellectuel grâce à son université de Wittemberg. Martin Luther y enseigne la théologie dès 1508, puis y affiche ses 95 thèses contre le commerce des indulgences en 1517 sur les portes de l'église de la Toussaint de Wittemberg (dédiées au pape Léon X). Wittenberg devient alors le principal lieu de formation de la Réforme protestante.

Lucas Cranach[modifier | modifier le code]

La cour de l’électeur de Saxe y attire le peintre Lucas Cranach, qui se met au service de Frédéric le Sage en 1505. Il y crée non seulement des retables et des portraits, mais aussi des œuvres décoratives pour les fêtes et les intérieurs des nombreuses demeures de ses protecteurs, tels que le cardinal Albert IV de Brandebourg, attendent de lui. Pour faire face aux nombreuses demandes, Cranach met sur pied un atelier où ses deux fils travaillent[1]. Cranach à Wittemberg, devint un ami intime de Martin Luther.

Propriétaire d’une pharmacie et d’une imprimerie, il est élu à trois reprises bourgmestre et conserve sa charge de peintre de la cour sous les électeurs Jean-Constant et Jean-Frédéric, cour pour laquelle il peint d’innombrables nus bibliques et mythologiques à l’érotisme allusif. Il quitta Wittemberg quand Jean-Frédéric, porta sa cour à Weimar en 1547[2].

Malgré des controverses théologiques, la concorde de Wittenberg y est signé en 1536. Il est destiné à accorder les tendances luthériennes et les vues des théologiens saxons, en particulier sur les questions de la cène.

C'est aussi à Wittemberg qu'est enseigné pour la première fois (en Allemagne) en 1797 le droit allemand.

En 1813, elle est défendue par le général français La Poype, qui ne capitule pas et quitte la maison les armes à la main.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les grands maitres de la Renaissance allemande de Dürer à Holbein, Cranach l'Ancien, un parcours singulier, Les dossiers de l'Art, no 148, p. 58.
  2. James Stourton, Petits Musées, grandes collections : Promenade à travers l’Europe, Scala,‎ 2003, p. 80-81