Seins nus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une femme de l'ethnie himba à Opuwo en Namibie en août 2007, où les seins nus sont considérés comme une norme.

Le fait d'être seins nus est une forme de nudité partielle de la femme dans laquelle les seins ne sont dissimulés par aucun vêtement ni sous-vêtement. Ils sont donc entièrement visibles, y compris les mamelons.

Par abus de langage, l'expression sous-entend la plupart du temps que la totalité du tronc du corps féminin est apparent ; certains synonymes rendent plus fidèlement cette définition, comme haut nu ou l'anglicisme topless. Un autre terme approchant est « torse nu » quoiqu'employé plutôt pour les hommes et les filles prépubères dont les seins ne sont pas encore formés.

Dans de nombreuses sociétés de nos jours, la dissimulation de la partie inférieure des seins, dont le mamelon et l'aréole, est une norme culturelle de pudeur féminine à partir de l'adolescence. Cependant, les attitudes par rapport aux poitrines dénudées varient considérablement suivant les cultures et dans l'histoire.

Sociétés polythéistes[modifier | modifier le code]

Deux femmes wichitas en costume traditionnel en 1870.

Les cultures pré-chrétiennes et pré-musulmanes d'Afrique, d'Amérique du Nord, d'Australie et d'Océanie considéraient la nudité de la poitrine comme normale et acceptable, du moins avant l'arrivée des missionnaires chrétiens[1], et cela continue d'être le cas dans de nombreuses cultures aujourd'hui.

Affiche en Thaïlande pendant le règne de Plaek Pibulsonggram (1938-1945) encourageant les femmes à adopter une tenue « civilisée » qui recouvre la poitrine.

La nudité mammaire était aussi la norme dans différentes cultures asiatiques avant les invasions musulmanes du XIIIe et XIVe siècle[2]. Les femmes indiennes étaient aussi bien habillées que torses nus avant les conquêtes musulmanes des Indes[3],[4]. Le torse nu a été la norme chez les femmes dans l'Inde du Sud au Moyen Âge[5]. Des peuplades d'Inde du Sud comme les Tamouls le long de la côte de Coromandel, les Tiyans et d'autres peuplades de la côte de Malabar, les Nadars sur les îles de Cochin, les Cherouman (Poulayars), les Kouroubas, les Koragas, les Nicobaris, ou les Ouriyas pratiquaient couramment la nudité mammaire jusqu'au XIXe voire jusqu'au début du XXe siècle.

Les « mandats culturels » de Plaek Pibulsonggram en Thaïlande publiés en 1939 et en écriture latine[6] démontrent que les femmes avaient la liberté de circuler soit seins nus soit habillées avant l'occidentalisation des vêtements.

Vers la fin du XIXe siècle, l'influence des missionnaires et la modernisation lancé par le roi Rama V ont incité les femmes à porter des chemisiers pour couvrir leur poitrine[7].

Jusqu'au début du XXe siècle, les femmes du Nord de la Thaïlande portaient de longues jupes (pha-sin) nouées au-dessus de la taille et au-dessous de la poitrine qui était découverte.

En 1858, Henri Mouhot a pris des photos de laotiennes dans lesquelles les jeunes femmes vierges se couvraient les seins, alors que les femmes mariées les révélaient en public, puisqu'ils servaient aussi à l'allaitement.

Les poitrines découvertes étaient la norme parmi les peuples balinais, dayaks ou javanais en Indonésie avant l'influence des cultures musulmanes ou chrétiennes. Dans la société dayak parmi les femmes mariées, seules les femmes à grosse poitrine se couvraient les seins pour pouvoir travailler plus confortablement.

Dans la plupart des sociétés du Moyen-Orient, l'interdiction de la nudité de la poitrine remonte au moins aux débuts de l'islam (VIIe siècle) du fait des normes musulmanes de pudeur. Les poitrines découvertes étaient toutefois la norme dans les cultures antérieures d'Arabie, d'Égypte, d'Assyrie et de Mésopotamie. La Tunisie et l'Égypte font exception dans les États arabes, en permettant aux touristes de se baigner seins nus sur les plages[8]. Chez les Himbas au Nord de la Namibie, avoir les seins nus est pratique courante.

Les normes des sociétés traditionnelles sont parfois conflictuelles avec les lois des sociétés occidentales. Ainsi en 2004, la police a défendu aux membres de la communauté aborigène Papunya de danser seins nus dans le parc public d'Alice Springs en Australie[9].

Sociétés occidentales[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Agnès Sorel, connue pour apparaître seins nus à la cour de France, a été le modèle pour La Vierge et l'Enfant entourés d'anges, Diptyque de Melun par Jean Fouquet (vers 1450).

Dans de nombreuses sociétés européennes, entre la Renaissance et le XIXe siècle, les seins exposés étaient mieux acceptés qu'aujourd'hui, puisque la nudité des jambes, des chevilles ou des épaules était considérées plus osées que celle des seins[10].

Dans l'aristocratie et la haute société, exposer ses seins était vu comme une marque de prestige, une mise en valeur de sa beauté, de sa richesse et de sa position sociale. Pour conserver une poitrine jeune et jolie, les femmes employaient des nourrices pour allaiter leurs enfants[11]. Une poitrine nue évoquait les sculptures dénudées de la Grèce antique qui exerçaient une influence importante sur les arts, la sculpture et l'architecture de l'époque.

La mode des poitrines découvertes était observée au XVe siècle par la courtisane Agnès Sorel, maîtresse du roi Charles VII de France, dont les robes à la cour de France exposait parfois un ou deux de ses seins. Jean Fouquet aurait pris Agnès Sorel pour modèle pour son portrait de la Vierge Marie présentant un sein nu (le Diptyque de Melun). Les femmes aristocratiques devaient immortaliser leur poitrine en les peignant, comme dans le cas de Simonetta Vespucci, dont le portrait à la poitrine découverte a été peint par Piero di Cosimo vers 1480. Pendant le XVIe siècle, les femmes affichant leur poitrine était chose courante, pour la reine comme pour les prostituées, en passant par toutes les classes de la société[12].

Des modes semblables étaient entrées dans les mœurs pendant le XVIIe siècle en Angleterre et étaient observées par la Reine Marie II et par Henriette Marie de France, épouse de Charles Ier d'Angleterre pour laquelle l'architecte Inigo Jones a conçu un costume masqué qui exposait toute sa poitrine.

Pendant les Trois Glorieuses en 1830, les seins dénudés de Marianne dans La Liberté guidant le peuple d'Eugène Delacroix sont affichés comme un symbole d'émancipation inspiré de l'Antiquité gréco-romaine.

C'est à partir de l'époque victorienne, qui débute vers 1832 en Angleterre, que les mentalités ont changé en faveur de la dissimulation de la poitrine féminine. En France, l'article 330 du code pénal de 1810 introduit le délit d'outrage public à la pudeur[13].

Cent ans plus tard, dans les années 1920, le bronzage est devenu de plus en plus populaire. Dans les années 1940, des publicités des magazines féminins encourageait le bain de soleil, qui était considéré bon pour la santé. Les maillots de bain ont alors commencé à recouvrir de moins en moins la peau et l'introduction du bikini en 1946 a acceléré la tendance. Les marques de bronzage dues au maillot de bain étaient considérés comme gênantes et peu esthétiques. Les femmes ont donc essayé d'éviter ces marques de bronzage en dégrafant la lanière du haut en bronzant sur le ventre.

En 1954, l'actrice britannique Simone Silva va se faire photographier seins nus en compagnie de Robert Mitchum au Festival de Cannes. Ce cliché la fera renvoyer du festival et choquera beaucoup l'Amérique puritaine. Il a contribué à mettre fin à la carrière de l'actrice qui se suicidera en 1957[14].

En 1964, le styliste américain Rudi Gernreich met le monokini sur le marché. Malgré les réactions hostiles des critiques de mode et des représentants de l'église et de la vertu, de nombreuses femmes ont acheté un nombre record de monokinis cet été-là. Par contre le maillot de bain une pièce a été très peu porté dans l'espace public. À la fin de la saison, Gernreich en avait vendu 3000 à 24 $, ce qui représentait un gain conséquent pour un vêtement si petit[15]. Le phénomène a attiré l'attention aux États-Unis, et le San Francisco Chronicle a fait sa une d'une femme en monokini dont les seins étaient clairement visibles[16]. La photo du mannequin Peggy Moffitt a ensuite été reprise par d'autres magazines, entre autres Women's Wear Daily ou Life[17].

C'est avec mai 1968 et l'émergence du mouvement hippie que certaines femmes ont décidé d'abandonner leur soutien-gorge. En septembre 1968, le mouvement féministe New York Radical Woman protesta contre l'élection de Miss America à Atlantic City en jetant des accessoires féminins et des soutien-gorges dans une poubelle. Elles voulaient initialement les brûler, mais n'en ont pas obtenu le droit. Cette manifestation est devenue une légende urbaine de femmes brûlant leurs soutien-gorges dans la rue. « Le soutien-gorge est perçu comme un symbole d'une oppression subie par les femmes sans même qu'elles ne s'en rendent compte. Le signe qu'elles ont été séduites par des rituels esthétiques et contraintes de se conformer à l'idéal imposé par la société. »[18]

Bien que sur la côte d'Azur, le monokini était initialement interdit[16], c'est là qu'il se popularisera le plus dans les années 1970. Environ la moitié des baigneuses tombaient le haut à Saint-Tropez en 1975. Des instructions étaient données à la police de ne pas intervenir. Pierre Merli, maire d'Antibes Juan-les-Pins déclare qu'« on fermera les yeux, au moins au sens figuré ». À l'époque, 76 % des français sont favorables au bronzage seins nus. La réputation libertaire de la France sera alors médiatisée jusqu'au États-Unis[19].

Depuis les années 1980, la tendance indique[20] un retour à plus de pudeur chez les jeunes femmes.

Dans ce qui deviendra le scandale du Nipplegate, Justin Timberlake a accidentellement révélé aux yeux du public le sein de Janet Jackson au Superbowl le 1er février 2004. Cet incident a pour conséquence le sabordage pur et simple de la promotion du huitième album de la chanteuse, Damita Jo, puisque les radios américaines et MTV refusent purement et simplement de diffuser ses chansons. La chanteuse a présentée ses excuses : « Je suis vraiment désolée si j'ai offensé quiconque. Ce n'était réellement pas mon intention... MTV, CBS, the NFL n'avaient aucune connaissance de ceci, de quoi que ce soit, et malheureusement, tout cela a mal fini. ». L'incident est devenu le moment le plus rediffusé et enregistré dans le TiVo History, attirant environ 35 000 nouveaux abonnés. Un représentant de la compagnie a déclaré: « Les gars de mesure d'audience n'ont jamais rien vu de tel. Les graphiques de la réaction du public ressemblaient à un électrocardiogramme.» Considéré comme l'un des événements télévisuels les plus controversées de l'histoire, Janet Jackson a ensuite été listée dans le Guinness World Records comme la «plus recherchée dans l'histoire d'Internet» et «la plus recherchée sur le site d'information américain News Item». La performance de Janet a été l'inspiration pour YouTube, et le lancement de Facebook a commencé dans les trois jours suivant l'incident pour capitaliser sur sa controverse à travers les réseaux sociaux. À la suite de l'incident, « Janet Jackson » est devenu le terme le plus recherché, l'événement et l'image dans l'histoire d'Internet, et également établi le record pour « l'événement le plus recherché sur une journée ». Cet incident démontre l'impact et le mélange de condamnation et d'attirance que peuvent provoquer les seins nus.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Baigneuse en monokini en août 2006 à Cascais au Portugal.

De nos jours, d'après les standards occidentaux, la liberté dont disposent les femmes d'exposer leur poitrine dépend beaucoup du contexte social. Les maillots de bain et les bikinis pour femmes laissent apparaître les côtés et le dessus des seins. Le port du décolleté est largement permis, et peut être même considéré comme une marque d'élégance et de sophistication lors d'évènements solennels, mais peut aussi être considéré comme provoquant dans les lieux de travail ou à l'école par exemple, où l'exposition sexualisée du sein féminin peut être mal vue. L'exposition publique des tétons et de l'aréole est considérée dans presque toutes les circonstances comme sexuellement connotée[21], choquante, et considérée comme une forme de nudisme, d'où l'apparition de cache-tétons pour contourner ce problème tout en laissant les seins libres. Les femmes et les filles peuvent juger acceptable d'ôter occasionnellement leur haut dans des lieux non mixtes, comme les cabines d'essayage ou les dortoirs, et le monokini est souvent toléré sur les plages mixtes, mais l'exposition des seins en dehors de ces contextes est souvent vue comme un acte accompli dans le but de choquer, relégué à une forme d'obscénité[21].

Certaines cultures ont même commencé à étendre l'interdiction sociale des poitrines féminines dénudées aux enfants prépubères voire aux torses nus des bébés, qui sont habillés par leurs parents avec des maillots de bain une pièce ou en bikini sur les plages ou dans les parcs[réf. nécessaire]. La tendance à couvrir le téton féminin très tôt dans la croissance est particulièrement remarquable en Amérique du Nord et dans le Moyen-Orient, mais est plus rare en Europe[22] et en Amérique du Sud.

Dans la majorité des sociétés occidentales à traditions chrétiennes, la poitrine féminine dénudée est considérée comme indécente, ce qui n'est pas ou moins le cas pour les hommes circulant torse nu[23],[21]. Chez les hétérosexuels, la poitrine féminine a un impact bien plus grand sur la libido des hommes que le torse nu masculin n'en a sur les femmes ; les personnes attirées par les femmes seraient aguichées par la vue d'une poitrine dénudée et sont exhortées à limiter leur satisfaction érotique aux seins de leur partenaire sexuelle habituelle[24]. La différentiation des législations pour les poitrines féminines et masculines a existé depuis que les seins féminins sont considérés comme des organes aux fonctions et à l'impact social différents de ceux des seins masculins[25].

Sondages[modifier | modifier le code]

Une DJ russe aux seins nus dans une boîte de nuit à Helsinki en Finlande en juillet 2008.

D'après un sondage effectué en France en 2009, la tendance est à considérer les seins comme des parties intimes[20], particulièrement parmi les jeunes femmes, dont 25 % se disent « très pudiques »[26]. Certaines personnes mettent cette tendance sur le compte de la crainte des cancers de la peau tandis que d'autres évoquent « le regard des garçons ». Le sociologue Jean-Claude Kaufmann déclare qu'« on assiste aujourd’hui au retour de valeurs plus sécuritaires et plus familiales. Pudeur et discrétion sont de mise » par rapport aux années 1970 et 1980 où les femmes brûlaient leur soutien-gorge pour revendiquer leur liberté. Il explique en partie cette évolution en disant « la pratique s’est banalisée, et du coup, elle est moins tendance »[27].

Un sondage dans les facultés en Australie dans le milieu des années 1990 (Herold, Corbesi, & Collins, 1994 ; 1995) a indiqué que 88 % des étudiants des deux sexes considèrent les seins nus sur les plages comme socialement acceptable, même si la majorité d'entre eux désapprouvent la même attitude dans d'autres contextes, comme en ville dans les jardins publics[28]. La plupart des étudiants ne voyaient pas les seins nus comme sexuellement connotés par nature, mais considéraient que les poitrines découvertes étaient plus susceptibles de provoquer une attirance sexuelle chez les hommes. Dans ce pays, la décision pour une femme de circuler seins nus est moins considérée comme sexuellement connotée et décadente par les étudiantes qui la pratiquent que par celles qui ne la pratiquent pas[29].

Une étude sur l'acceptabilité de la légalisation de la nudité des poitrines féminines auprès d'un échantillon de 1 479 Canadiens a été menée par Fischtein, Herold et Desmarais en 2005[30]. Suivant le contexte, la proportion de gens qui jugent que les poitrines dénudées devraient être illégales varie : 72,4 % pensent qu'il devrait être interdit d'aller seins nus en pleine rue, 62,1 % pensent que cela devrait être interdit dans les jardins publics, et seulement 48,1 % sont en faveur de cette même interdiction sur les plages publiques. Les résultats du sondage portant sur les jugements sur les seins nus dans la rue varient aussi selon le sexe des personnes interrogées, avec une proportion plus grande de femmes en faveur d'une interdiction (78,1 %) que d'hommes (65,6 %). Suivant les tranches d'âges, les personnes les plus opposés aux seins nus dans la rue en public sont les jeunes de 20-29 ans (79,9 %), suivis par les personnes âgées de plus de 60 ans (73,2 %) et les moins opposées sont les 40-49 ans (67,5 %). Les sondés fréquentant un lieu de culte au moins une fois par semaine y sont bien plus opposés (85,1 %) que ceux n'en fréquentant jamais (57,7 %). Selon la distribution géographique, les plus hostiles à la légalisation sont les résidents des Prairies (78,2 %) et les Québécois (74,6 %) par contraste avec les Ontariens (70,8 %) et surtout les Britanno-Colombiens (62,2 %)[30].

Aspects sociologiques[modifier | modifier le code]

Dans son livre Corps de femmes, regards d'hommes, Jean-Claude Kaufmann, qui a analysé les rapports humains sur les plages, écrit que l'attitude des femmes peut être très influencée par le regard que la gent masculine porte sur les seins nus. L’individu, dit-il, en général, aspire à rentrer dans le banal, l’invisible pour se rendre la vie plus facile. Et il constate qu'en parallèle d'une banalisation des seins nus s'opère une banalisation du voyeurisme, le « voir sans voir », qui consiste à faire semblant de ne pas y porter attention pour faciliter la cohabitation sociale. Il catégorise le regard masculin de trois façons différentes : le regard banalisant, qui implique une certaine « négation du corps », le regard esthétisant, porté tant par les femmes que par les hommes bien que les implications ne soient pas les mêmes, et le regard sexualisant, honteux ou franc, car dit-il, une grande partie des hommes pensent que le sein nu sur la plage est plus érotique que celui que l’on trouve sur les magazines car il est plus réel et donc plus accessible. Le regard féminin esthétisant serait plus un regard de comparaison tandis que le regard masculin est ambigu puisqu'il s'y mêle confusément une appréciation esthétique et dans la foulée, une attraction sexuelle. Certains hommes observent les seins nus mais leur regard est accepté, banalisé par la société à condition qu’il n’y ait aucun contact cutané entre le regardant et la regardée[31].

Selon certains témoignages, le regard et les critiques des autres femmes habillées peuvent être beaucoup plus méprisants que ceux des hommes[32].

Mouvements pour la libération des seins[modifier | modifier le code]

Article principal : Libération des seins.

Il existe des mouvements militant pour la liberté des femmes de circuler seins nus, particulièrement en Amérique du Nord ou en Europe du Nord. Au Canada, des associations comme TERA (Topfree Equal Rights Association ou Association du Droit Égal aux Seins Nus) considèrent que l'interdiction pour les femmes de montrer leurs seins est une discrimination sexuelle. GoTopless.org, une organisation américaine affirme que les femmes ont le même droit constitutionnel à circuler torse nu en public que les hommes. En 2009, l'organisation a appelé à manifester le 26 avril, date du droit de vote pour les femmes aux États-Unis (Women's equality day). En Suède, le collectif Bara Bröst a fait parler de lui à la fin des années 2000 lorsque plusieurs militantes entraient dans les piscines seins nus.

Pratiques[modifier | modifier le code]

Sherry Glaser, de Breast Not Bombs, manifestant seins nus le 8 mars 2003 devant la Maison-Blanche avec l'écriteau Let's get Unstressed (déstressons-nous) qui se rapproche du Let's get undressed (déshabillons-nous)

Les femmes circulant seins nus le font souvent lors de baignade (à la plage, à la piscine, dans le sauna ou hammam) ou lors de festivals, fêtes ou autres manifestations, comme le carnaval de Rio à Rio de Janeiro[33] ou le mardi gras[34] à La Nouvelle-Orléans. Les seins nus sont aussi courants pendant les marches des fiertés lesbiennes, ou dans les manifestations pour revendiquer la libération des seins. Comme lors des manifestations nudistes, la poitrine est souvent peinte pour accentuer l'effet festif.

Protestation[modifier | modifier le code]

Les seins nus sont aussi pratiqués lors de protestations pour attirer l'attention sur une certaine cause, comme dans le cas du collectif Femen fondé par des étudiantes ukrainiennes en 2008[35]. Les porte-paroles de FEMEN déclarent que « [...] c'est la seule façon de se faire entendre dans ce pays. Si nous avions juste manifesté avec des banderoles, nous n'aurions pas été prises en compte »[36]. Ces pratiques de nudité mammaire pour attirer l'attention sont parfois critiquées par des féministes : « l'usage de la nudité et même de l'érotisme pour une cause supposée "juste" ne requiert ni n'entraîne nulle réflexion critique sur les normes de beauté, la vision machiste de la sexualité et la manière de représenter l'érotisme »[37].

La militante Sherry Glaser a créé le collectif Breast Not Bombs[38] à Mendocino en Californie sur le modèle de Food Not Bombs pour protester contre la guerre en Irak. Après avoir manifesté seins nus avec une amie le 8 novembre 2005, elles ont été arrêtées pour exhibition sexuelle et trouble à l'ordre public. Elles ont néanmoins gagné leur procès en obtenant dédommagement pour violation de leur liberté d'expression. Le collectif a pour but de prouver que la guerre est beaucoup plus indécente que les seins nus.

Art et divertissement[modifier | modifier le code]

Joséphine Baker pose seins nus en costume burlesque en 1927.
Article principal : Nu (genre artistique).

Les seins nus dans l'art ou la publicité le sont souvent d'une manière soulignant leur intérêt esthétique voire érotique, comme dans le cas des SuicideGirls qui posent dans une nudité partielle ou totale où les seins sont mis en valeur pour leur pouvoir de séduction. Des femmes sont aussi parfois employées dans des clubs pour adultes pour donner leur poitrine en spectacle ou poser seins nus comme une forme de divertissement érotique commercial. Le divertissement seins nus peut aussi prendre la forme de concours de tee-shirts mouillés.

Dans de nombreuses cultures occidentales aujourd'hui, des femmes seins nus sont régulièrement affichées dans des magazines, des calendriers ou autres médias imprimés. Au Royaume-Uni, selon une tradition établie par le quotidien anglais The Sun en 1970, plusieurs journaux tabloïds présentent des jeunes femmes torse nu en troisième page. Même si des images de femmes aux seins nus sont de plus en plus omniprésentes dans les médias, les images de filles de moins de dix-huit ans aux seins nus sont controversées, et peuvent être assimilées à de la pédopornographie dans certains endroits. La simple mention de nudité mammaire pour les mineures peut provoquer des polémiques.

Alors que de nombreux membres masculins de groupes de musique s'affichent torse nu sur scène, il est plus rare de voir des musiciennes faire des réprésentations totalement seins nus. C'était le cas du groupe anglais The Ladybirds dans les années 1960 et 1970, connu pour être « le premier et le seul groupe féminin seins nus ». Dans les années 2000, Sue du groupe Pravda avait l'habitude de venir sur scène haut nu avec une bande de scotch sur les seins. D'autres musiciennes sont apparues seins nus ou entièrement nues sur scène, comme les métalleuses britanniques RockBitch, mais dans une approche plus connotée sexuellement.

Dans le cinéma américain des années 1930, le code Hays a interdit la nudité dans toutes ses formes, y compris la nudité mammaire. Les comportements officiels et sociaux sont depuis devenus plus tolérants et les femmes apparaissent incidemment seins nus dans le cinéma conventionnel, quoique souvent pendant un court instant. Il est courant pour les actrices devant jouer nues de faire appel à des doublures[39]. Un des exemples les plus célèbres est celui de Janet Leigh lors du tournage de la scène de la douche dans Psychose d'Alfred Hitchcock.

Une exception à signaler dans le cinéma américain a été Rapa Nui (1994) où des actrices aux seins nus jouent le rôle d'indigènes. Le critique Roger Ebert a déclaré que si le film n'était pas tombé sous le coup de la censure, c'était parce que les actrices avaient la peau bronzée :

« Rapa Nui s'est faufilé par l'échappatoire du National Geographic. Voilà les conventions hollywoodiennes qui nous apprennent que les seins bronzés ne sont pas aussi coupables que les blancs, et alors qu'il peut être honteux de contempler lascivement une pin-up blonde dans Playboy, il est éducatif de regarder les jeunes Polynésiennes s'ébattre seins nus dans les vagues. Ce n'est pas sexuel, c'est géographique. »

— Roger Ebert, Chicago Sun Times[40]

Législations[modifier | modifier le code]

Internet[modifier | modifier le code]

En 2007, Facebook a fait parler de lui pour avoir censuré des photos de femmes allaitant leur enfant, voire le profil des femmes concernées, car l'affichage de seins nus viole le code de décence du site, même quand le bébé tête et donc recouvre le téton. Un groupe militant s'est bientôt formé dans Facebook, accusant le site de discrimination puisqu'il lui a fallu plusieurs jours pour supprimer une publicité payante montrant une top-model seins nus en ses pages. Le groupe, qui se nomme « lactiviste », s'est développé et jusqu'à afficher 7 000 membres avec des slogans comme : « Eh, Facebook, l'allaitement n'est pas obscène »[41]. Depuis juin 2014, Facebook a décidé d'assouplir sa censure contre les photos de femmes allaitant leurs enfants[42][43].

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

De nombreuses législations permettent l'allaitement en public[44]. Aux États-Unis par exemple, une loi fédérale émise en 1999 permet explicitement aux femmes d'allaiter dans n'importe quel bâtiment fédéral ou propriétés, à condition que la présence de femme et de l'enfant soient par ailleurs permise en ces lieux[45].

En 2008, le conseil municipal de Vancouver en Colombie-Britannique, lieu de la manifestation internationale cyclo-nudiste, a donné aux femmes le droit de circuler seins nus en public, et non plus seulement à la piscine ou sur les plages[46]. En Ontario, les seins nus sont légaux depuis que Gwen Jacob fut en 1991 arrêtée pour avoir circulé seins nus dans les rues de Guelph, puis acquittée par la cour d'appel de l'Ontario en 1996[47]. La cour d'appel a indiqué que la pratique des seins nus n'était pas en soi un acte sexuel ou indécent.

Aux États-Unis, les poitrines dénudées sont illégales, sauf dans les États du Colorado[48], d'Hawaï[49], du Maine[50], de New York[51],[52], d'Ohio[53], et du Texas et dans certaines villes comme la capitale Washington[54], Portland[55] en Oregon, et certaines plages de Californie comme Black's Beach et Santa Cruz[56] ou de Floride comme à South Beach, Miami Beach ou Key West.

Amérique centrale et du Sud[modifier | modifier le code]

Une femme allaitant son bébé en public dans les favelas de Natal au Brésil en août 2007.

Dans les Caraïbes françaises, les monokinis sont autorisés dans des lieux spécifiques[57] en Guadeloupe, à Saint-Martin, à Saint-Barthélemy, en Martinique et dans la Guyane française[58], mais sont autrement plutôt mal vus.

Certaines plages autorisent aussi le monokini au Mexique, au Venezuela ou au Brésil comme à la plage de Copacabana[59].

Asie du Sud-Est[modifier | modifier le code]

Dans de nombreux pays d'Asie du Sud-Est, les normes sociales conservatrices interdisent aux femmes de circuler les seins découverts. Cependant, certains font exceptions pour les touristes comme à Phuket, Samui, et Samet en Thaïlande où les poitrines découvertes dans les centres de villégiature ne sont pas légales mais tolérées[60]. En Chine, une touriste bulgare a fait scandale en août 2009 en se baignant seins nus au Number 1 Seaside Bathing Club de Qingdao. Alors que ça choquait le public, aucune loi n'interdisait les seins nus, et la touriste fut autorisée à continuer son bain[61],[62].

Europe[modifier | modifier le code]

En Pologne, deux femmes, dont le modèle Dorota Krzysztofek, sont prises à partie par deux gendarmes qui leur infligent une amende pour avoir bronzé les seins nus. Les deux femmes refusent de payer l'amende, et vont au tribunal, qui annule l'amende. Plus tard, les deux gendarmes ont déclaré que « toute la Pologne se moquait d'elles »[63],[64]. En contradiction avec cette affaire, de nombreuses stations balnéaires polonaises permettent la baignade seins nus, comme à Ustka, Gdynia, Mielno ou Szczecin[65],[66].

La baignade en monokini est courante en Espagne, en particulier aux Baléares. C'est aussi vrai pour certaines plages en Grèce[67]. Pratiquement toutes les plages sur la côte adriatique de la Croatie permettent les seins nus[68], tout comme sur la côte nord-méditerranéenne[69] ou les rives de la mer Noire en Bulgarie, Roumanie et en Ukraine.

À Paris Plages, le maillot de bain est autorisé mais le monokini est strictement défendu et assimilé à une exhibition sexuelle. On peut lire en 2012 que « toute tenue qui laisserait entrevoir les parties génitales ou la poitrine constitue une exhibition sexuelle, punissable d'un an d'emprisonnement », voire 3 750 € et deux mois d'emprisonnement « si votre attitude est équivoque et que l'on vous soupçonne de racolage passif »[70], contrairement aux plages littorales où le monokini est courant[69]. Cette déclaration de la préfecture de police s'appuie sur son interprétation de l'article 222-32 du Code pénal, mais n'est pas partagée par les tribunaux, qui restent juges. À Grasse, en 1965, alors qu'était en vigueur la loi sur les attentats à la pudeur, la tenue seins nus est acceptée sur les plages, mais pas dans les rues. Le tribunal correctionnel estime « qu’en France, dans l’état actuel de nos mœurs, le spectacle d’une femme s’exhibant la poitrine entièrement nue dans les rues d’une ville, même à proximité d’une plage, est de nature à provoquer le scandale et à offenser la pudeur du plus grand nombre »[71].

En Allemagne et plus particulièrement en ex-Allemagne de l'Est, le nudisme et a fortiori les seins nus sont largement pratiqués sur les plages. Début 2010, l'organisation d'une descente en traîneau seins nus à Oberwiesenthal en Saxe a défrayé la chronique quand le maire de la ville, Mirko Ernst, s'est plaint de la mauvaise réputation que cela pourrait donner à la station de ski. Erika Zeun, une membre d'un groupe féministe local, a déclaré « C'est vraiment sexiste. Ça dénigre les femmes en les traitant comme des objets sexuels »[72]. La compétition a finalement eu lieu, en attirant des milliers de spectateurs[73].

Moyen-Orient[modifier | modifier le code]

En juillet 2008, la police de la ville-État de Dubaï a pris des mesures plus répressives à l'encontre de visiteurs étrangers pour « indécence » sur la plage locale, arrêtant 79 personnes. Alors que les touristes peuvent porter des bikinis sur les plages de l'émirat, les monokinis sont interdits[74]. Des panneaux multilingues ont été plantés avertissant les femmes que la baignade seins nus est passible de six mois d'emprisonnement[75].

En Tunisie, où 98 % de la population est musulmane, les touristes occidentales peuvent se baigner seins nus dans les piscines et les plages privées, alors que certaines femmes musulmanes portent des chadorah complets sur les plages publiques[76].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eugene A. Nida, Customs and Cultures, Anthropology for Christian Missions, 1954, New York: Harper & Brothers.
  2. The Garb of Innocence: A Time of Toplessness de Fernando Romesh, 1992.
  3. Der Mythos vom Zivilisationsprozeß 4. Der erotische Leib de Hans-Peter Dürr
  4. The Wonder That Was India de A. L. Basham
  5. The Story of India, Documentaire de la BBC
  6. Physician at the Court of Siam de M. Smith, 1947, p. 79
  7. Habit traditionnel à Chiang Mai
  8. Culture and Tradition in the Arab Countries: American Returns Touched by the Land and the People d'Elizabeth Rovere habiba.org
  9. BBC
  10. The History of Underclothes de C. Willett et Phillis Cunnington, 1981, Londres, Faber & Faber (ISBN 9780486271248)
  11. University of Virginia Health System Consulté le 09/12/2010
  12. University of Warwick
  13. le droit criminel
  14. Claire Freyssinet, « Cinq femmes scandaleuses au Festival de Cannes », sur Femme actuelle
  15. (en) « Bikini Styles : Monokini », sur Everything bikini
  16. a et b (en) David Smith Allyn, Make love, not war : The Sexual Revolution: An Unfettered History, Routledge,‎ 5 avril 2001 (ISBN 978-0415929424), p. 23-29
  17. (en) Jeannette Walls, High Fashion's Lowest Neckline, New York Magazine,‎ 14 janvier 1991 (lire en ligne), p. 21
  18. Evene.fr
  19. (en) William Branigin, « Monokini conquers French Riviera », The Telegraph,‎ 3 septembre 1975, p. 13 (lire en ligne)
  20. a et b « Le monokini, c'est fini ! », article du quotidien Le Parisien le 22 juillet 2009.
  21. a, b et c « Indécents seins », sur madmoizelle.com,‎ 31 mai 2011
  22. Disrobed: The Constitution of Modesty d'Anita L. Allen, 2006
  23. « Des femmes protestent seins nus », sur webgional.ca,‎ 2012
  24. « Christian Modesty in Dress - What does the Bible Teach? », sur Loughbrickland Reformed Presbyterian Church.org,‎ 2009
  25. « Male Breast Cancer », sur university of iowa healthcare.com,‎ 2008
  26. « In France, a New Generation of Women Says Non to Nude Sunbathing », article de Bruce Crumley dans le magazine américain Time, 30 juillet 2009.
  27. article de Métro
  28. John Collins, Bruna Corbesi, E. S. Herold, « Psychosocial aspects of female topless behavior on Australian beaches », in Journal of Sex Research, volume 31, n°2, 1994, p. 133–142. [Lire en ligne sur le portail Informaworld http://www.informaworld.com/smpp/content~db=all?content=10.1080/00224499409551740]
  29. sur le portail BNet (CBS Interactive Business Network). Paragraphe sur l'étude australienne.
  30. a et b [Dayna S. Fischtein, Edward S. Herold, Serge Desmarais, « Canadian attitudes toward female topless behaviour: a national survey », in Canadian Journal of Human Sexuality, automne-hiver 2005. Lire en ligne sur le portail The Free Library
  31. [PDF] Analyse du livre par Isabelle Houvenaghel
  32. Nerve.com « Le mépris des autres femmes a été de loin le truc le plus déconcertant que j'ai ressenti ce jour-là » "Other women's scorn was by far the most disconcerting thing I experienced that day." p. 3
  33. Ipanema.com
  34. FAQ du blog Nola
  35. article du Kyiv Post
  36. « But we understand that this is the only way to be heard in this country. If we staged simple protests with banners, then our claims would not have been noticed » Russia Today
  37. Je chante le corps critique : Les usages politiques du corps de Claude Guillon (2008), H&O, 409 pages (ISBN 978-2845471795). Citation dans la revue S!lence n°374.
  38. Biographie de Sherry Glaser sur son site officiel
  39. Voir The Daily Mail.
  40. Texte original : Rapa Nui slips through the National Geographic loophole. This is the Hollywood convention which teaches us that brown breasts are not as sinful as white ones, and so while it may be evil to gaze upon a blond Playboy centerfold and feel lust in our hearts, it is educational to watch Polynesian maidens frolicking topless in the surf. This isn't sex; it's geography.
  41. (en) The Sydney Morning Herald
  42. Ovidie, « Facebook assouplit sa censure sur les seins », sur www.metronews.fr,‎ 16 juin 2014
  43. Émilie Dubois, « Nudité sur Facebook : le réseau social autorise les photos de femmes qui allaitent », sur http://www.linformatique.org,‎ 2014
  44. [1]
  45. [2]
  46. Article de straight.com
  47. Jugement de la cour d'appel
  48. Colorado law CRS 18-7-302 (L'exhibitionnisme) interdit une personne de délibérément exposer ses organes génitaux. Voir par exemple, Régulations au réservoir de Boulder
  49. Capitol.hawaii.gov
  50. Seacoastonline
  51. La partie civile contre Ramona Santorelli et Mary Lou Schloss, N° 115, Cour d'appel de New York, 7 juillet 1992
  52. Libération
  53. L'état contre Jetter (1991), 74 Ohio App. 3d. 535, 599 N.E. 2d 733
  54. GoTopless.org
  55. article du Portland Mercury
  56. Mercury News
  57. Les plages seins nus
  58. Club Med
  59. Les meilleures plages seins nus
  60. Transitionsabroad.com
  61. [3]
  62. [4]
  63. [5]
  64. [6]
  65. [7]
  66. [8]
  67. [9]
  68. FAQ du site sur les plages nudistes en Croatie
  69. a et b [10]
  70. « Le monokini en plein Paris Plages ? C'est pas le top ! », sur rtl.fr,‎ 2 août 2012
  71. Tribunal correctionnel. Grasse, 20 mai 1965 : JCP G 1965, II, 14323, obs. AR ; Rev. sc. crim. 1965, p. 88
  72. article de l'NZHerald
  73. article d'Indymedia
  74. Article de The Age.
  75. Voir sur News.com.
  76. Voir sur habiba.org.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]